CFE-CGC Orange
CFE-CGC Orange
feed-image

La négociation annuelle obligatoire (NAO) sur les salaires vient de s’achever ;

Rappelons que la mention « obligatoire » signifie que l’employeur a l’obligation d’ouvrir une négociation, pas celle de conclure un accord.

Où en sommes-nous ?

Ce fut une négociation lente et assez pénible, il a fallu « tordre le bras » de la Direction pour qu’elle mette assez vite sur la table ses réelles propositions. Du coup la déception fut assez rapide…

  • Le budget global est en gros le même qu’en 2016 (2,2% au lieu de 2,1%) alors que dans le même temps la Direction juge les résultats suffisamment bons pour proposer une augmentation du dividende de 8%.
  • Le budget moyen est de 1,9% décomposés en 1% de mesures individuelles et collectives et 0,9% au titre des MEC (mesures emploi et compétences) et promotions.
  • Les différentes mesures spécifiques pèsent pour 0,3% (égalité professionnelle, mesures jeunes, etc.).
  • Les mesures collectives sont reconduites pour les salariés de droit privé : 275 euros pour les non cadres et 325 euros pour les cadres.
  • Les fonctionnaires verront leur CFT revalorisé de 60 euros annuels sachant qu’une revalorisation du point d’indice est prévue cette année.

Le projet d’accord salarial est proposé à la signature jusqu’au 24 avril ; dans le cas ou il ne serait pas signé, la Direction prendrait une décision unilatérale.

Imprimer

Négociation salariale 2017

Indignation et front commun des organisations syndicales !!

Face à l’insuffisance du budget global d’augmentation salariale proposé par la Direction, les organisations syndicales ont fait savoir qu’à défaut de proposition plus élevée elles envisageaient de ne pas siéger l’après-midi, la séance ayant été planifiée de 10h à 18h.

La Direction a claqué la porte en indiquant qu’à ce stade elle ne pouvait faire mieux.

De fait elle ne fait pas mieux mais moins bien : le taux global proposé est de 1,9% alors qu’en 2016 il était de 2,1%.

Pourtant elle juge les résultats suffisamment bons pour proposer une augmentation du dividende de 8% quand dans le même temps intéressement et participation reculent de 12%.

A cela vient s'ajouter une reprise significative de l’inflation évaluée par l’INSEE à 1,4%.

Dans ces conditions, il est vraisemblable que la négociation puisse déboucher sur un échec.

La position de la Direction est incompréhensible et indéfendable : en agissant ainsi elle nous apprend que le pouvoir d’achat des salariés n’est pas un sujet ; heureusement, Orange est « TOP EMPLOYEUR », label payant acheté sur étagère…

La prochaine et dernière séance est prévue lundi 3 avril et nous ne savons pas encore si elle sera maintenue.

Imprimer

Négociation salariale : ca coince ! lettre ouverte à la Direction

Bonjour Monsieur,

Il ne reste plus qu’une séance de négociation prévue au calendrier de la négociation salariale 2017 et la CFE-CGC tient à vous faire connaitre sa position au stade actuel.

Le montant de la mesure collective est inférieur à 2016 sans que l’on puisse comprendre pourquoi... et le tiers de la population des cadres qui ne perçoit que cela verra son pouvoir d’achat reculer.

Le taux global proposé est largement insuffisant alors que :

  • l’inflation repart à la hausse de façon significative,
  • les résultats de l’entreprise sont jugés suffisamment bons pour proposer une augmentation du dividende de 8% alors que intéressement et participation sont à la baisse,
  • l’écroulement des effectifs produit une diminution importante de la masse salariale qui a elle seule génère des marges de manœuvre,
  • quant à la négociation elle-même, le sujet des dispositifs de reconnaissance liés à la signature du dernier accord ont pris beaucoup trop de place, mais sans doute était-ce une façon d’occuper le temps sans traiter les sujets principaux ce qui est regrettable.
Lors de la signature de l’accord portant sur la reconnaissance et qualification professionnelle nous avions rédigé une réserve concernant l’articulation avec la NAO et en particulier la mesure collective : nous constatons qu’elle n’est absolument pas prise en compte.

Nous tenions à vous manifester notre profond mécontentement quant au déroulement de cette négociation, tant sur le fond que sur la forme.

Imprimer

Pour la 5ème année consécutive, la CFDT et FO signent seules l’accord annuel sur les salaires, continuant de donner « carte blanche » à la Direction, qui individualise, émiette et complexifie chaque année un peu plus les mesures d’augmentation salariale… et qui ne se sent nullement tenue de dépenser l’intégralité des budgets sur lesquels elle s’est soi-disant engagée !!

AugmentationMicro 500

Télécharger le tract  : pdfTract Accord salarial 2016 mai 2016 Vdef.pdf

Egalité Professionnelle Tracts

Imprimer

Une négociation 2016 sur les salaires toujours très mal engagée !

Après trois  années de « modération salariale » décrétée par la Direction et bien que les résultats 2015 soient jugés excellents, la Direction confirme sa politique d’austérité.

Jugez-en au vu des dernières propositions :

  • Salariés de droit privé non cadres : 0,6% en augmentation générale avec un minimum à 165 € et une Mesure Emploi et Compétences (MEC) de 0,5% .
  • Salariés cadres : 0,6% en mesure individuelle avec minimum à 150 € et MEC à 0,5% (vive le nouveau concept de l’augmentation individuelle collective !)
  • La mesure talon baisse de 50% par rapport à 2015 !
  • Le sort des fonctionnaires est fixé par la décision de revalorisation du point d’indice, à voir pour le CFT.

Rappelons que seulement un collègue sur dix est bénéficiaire de la mesure MEC et que 66% des cadres ne perçoivent rien d’autre que la mesure pour tous (300 e en 2015).

Le budget MEC augmente encore alors qu’il n’a pas été entièrement consommé, c’est la 2eme année consécutive !!

Austérité et renforcement des mesures individuelles au détriment du pouvoir d’achat…….voilà ce qui signe la négociation 2016.

Et on nous explique que Orange est TOP Employeur monde... Les personnels apprécieront !!

pour voir la dernière déclaration commune de l’ensemble des organisations syndicales, et malheureusement sous forme de bis repetita, lire la suite.

Imprimer