CFE-CGC Orange
CFE-CGC Orange

Dernière enquête Stress et conditions de travail

La dernière grande enquête auprès de tout le personnel de Orange, concernant le stress et les conditions de travail, vient de donner ses premiers résultats. Nous avons cherché à en relever quelques points : rares pour les « positifs » (amélioration), nombreux pour les « négatifs » - Cette enquête est réalisée par Secafi pour le CNPS de Orange (Comité National pour la prévention du Stress) :

 Résultats plutôt positifs : 

Des rapports sociaux qui progressent, dont soutien social managérial et relation entre collègues (soutien qui passe de 41% à 42%). Sauf exception du harcèlement (-1).

Autonomie : en progrès (ex. SCO - UAT), mais pas pour les AD (fort retrait). L’indicateur passe de 27% à 28%. Mais les contrôles répétitifs du travail ont un indicateur qui se dégrade, en particulier en AD et Pro PME.

Réunions d’équipe : appréciées.

Entretiens d’évaluation : perçus plutôt positivement.

Sens du travail : résultats globalement positifs, 69% des répondants déclarent ne pas être contraints d’agir contrairement à leur morale. Mais les salariés en relation avec la clientèle sont nombreux à devoir agir en contradiction avec leurs principes.

Les changements de poste : le score progresse de 17 à 21 entre 2016 et 2019. Mais l’accompagnement RH est toujours vécu négativement, juste un peu moins.

Environnement du travail : score stable (27%) qui donnerait satisfaction sauf sur les problèmes de concentration au travail.

Dispositif de veille et alerte : en amélioration.

Violence interne et externe : indicateurs au vert globalement.

 

Partie Négative (dégradation) :

 

Un stress qui augmente : 10,5% des sondés expriment un stress faible mais 11,4% un stress très fort, contre respectivement 10 et 10,2% en 2012. La quantité des salariés très stressés est donc en hausse, tandis que ceux peu stressés est en retrait. L’activité en AD présente le niveau de stress le plus élevé. La situation des AE, Pro PME et OFS s’est fortement dégradée.

Fatigue qui augmente aussi : 13,4% des répondants se déclarent très fatigués en 2019, contre 12,2% en 2016. Fatigue et stress cumulés : avec des niveaux élevés d’augmentation en Pro PME, AE et UAT.

L’organisation du travail est problématique : intensité et complexité du travail avec des indicateurs alarmants en 2016 - en 2019, ils se dégradent encore, dont score à -11% pour la complexité du travail. En outre les procédures restent mal définies tout particulièrement en AE et Pro-PME. Par ailleurs la sous-traitance de tâches à faible VA a accru la complexité du travail. De plus un constat majoritaire : interruptions régulières dans les tâches avant d’avoir pu les mener à bien.

Reconstruction de silos au détriment des conditions de travail et de l’efficacité (tout particulièrement pour AE et Pro PME) : cela fait suite à la condamnation par l’ARCEP de Orange en 2015 => tout cela augmentant les sérieux dysfonctionnements autour de Delivery - On constate par ailleurs un sérieux problème de coopération entre services, qui provoque un travail ralenti car on doit attendre celui d’autres services.

Demande psychologique : elle se dégrade, il y avait eu un mieux pourtant entre 2012 et 2016 => c’est un mauvais signe.

Intensité et quantité de travail : 77% des répondants déclarent travailler intensément - point culminant chez AD et AE (+ de 85%). Une quantité importante de salariés déclarent emporter du travail chez soi.

Intensité et qualité de travail : avec un résultat mauvais à -41%. Situation plus dégradée en AD et AE - 46% des déclarants disent être dans l’impossibilité de réaliser un travail de qualité.

Exigence de rapidité d’exécution : plus forte chez Orange (78%) que dans l’enquête de la DARES (45%).

Travail jugé comme répétitif : fortement chez UAT, AD, Pro PME et SCO.

Adéquation entre effectif et charge de W : 57% estiment ne pas être assez nombreux dans leurs services.

Performance SI / le SI ralentit le travail : constaté par 48% des sondés : toujours score négatif pour la performance du SI (-3), même si elle était pire en 2012 (-13) - Situation très dégradée en AE et Pro-PME.

Digitalisation / transformation numérique : score de 3 (faible) en 2019 contre 4 en 2016. Un nombre croissant de salariés estiment que la digitalisation implique une remise en question de leurs compétences et savoir-faire.

Développement des compétences : le score est à 13 (faible et stable), des indicateurs se dégradent : l’apprentissage de nouvelles missions ; la créativité et la nécessité d’avoir un haut niveau de compétences.

Reconnaissance et perspectives d’évolution : insatisfaction marquée et tendance négative même si des items s’améliorent.

62% des sondés sont insatisfaits de leur rémunération et 75% estiment que les perspectives de promo sont faibles.

Insécurité de la situation prof : notes faibles qui stagnent ou régressent. Inquiétude encore accrue face aux changements avec : la transformation digitale, la multiplication des réorganisations, le regroupement des DO, les projets immobiliers.

Indicateur qui avait pourtant progressé entre 2012 et 2016 et qui affiche une régression en 2019, en particulier à cause des changements non désirés, de la crainte de changements de métier non souhaités et de l’évolution des métiers en général.

 

FIN JUIN DES RESULTATS DETAILLES DANS TOUS LES ETABLISSEMENTS CHSCT 

Conditions de Travail et Santé

Imprimer