• Accueil
  • Etablissements
  • Divisions Orange
  • IMTW
  • CE IMTW – séance des 26 et 27 Septembre : Information sur le pilotage de la transformation TGI

CE IMTW – séance des 26 et 27 Septembre : Information sur le pilotage de la transformation TGI

Mari-Noëlle Jégo-Laveissière est venue elle-même faire le point sur l'avancement des chantiers de fransfomation au sein de TGI.

Retrouvez l'intégralité de notre déclaration :

Mesdames et Messieurs,

Merci pour cette information transmise sur le pilotage de la transformation TGI, information relative à un point d’avancement sur les chantiers de transformation en cours, information portant aussi sur la priorisation des activités et projets au sein de TGI.

Merci également à vous et à vos invités pour ces dossiers présentés en séance sur ce mois de septembre et la somme d’informations recueillies par les porteurs de ces dossiers.

Merci enfin d’honorer de votre présence l’une des dernières séances de ce CE.

La CFE-CGC Orange tient à rappeler aujourd’hui que les salariés de votre périmètre ont foi :

  • en une transformation de l’entreprise et peuvent adhérer à la nouvelle organisation pensée pour une innovation portée par TGI et au service des ambitions et de la performance du Groupe,
  • ils ont aussi foi en une innovation responsable valorisante et donnant du sens à leur quotidien, servant aujourd’hui les intérêts des clients de l’entreprise, comme ceux des territoires où le Groupe opère, remarquée aussi parce que relevant d’une démarche d’amélioration continue.

La CFE-CGC Orange se doit pourtant de souligner que ces mêmes salariés attendent que la vision du projet de l’entreprise en matière d’innovation soit partagée, et que les différents jalons ponctuant la mise en œuvre de cette réorganisation soit exposée : transparence sur le déploiement des chantiers de transformation et priorisations des projets porteurs pour le Groupe, ses BUs et les pays où il intervient en légitimité ou via des logiques partenariales. Il s’agit de permettre aux salariés de s’engager avec confiance dans la transformation, avec conscience pour chacun du rôle joué, reconnaissance quant à la contribution dont chacun doit être investie et garantie par rapport à une projection professionnelle tant collective qu’individuelle.

Ainsi, et par rapport aux dossiers présentés dans le cadre de ce CE, les salariés :

  • espèrent disposer d’orientations formations embarquant des dimensions de prospective (afin d’anticiper l’évolution des métiers et des besoins en compétences dans Groupe et pas uniquement des effectifs), opérationnelle (afin d’identifier les actions prioritaires à mettre en œuvre en matière développement de compétences et de formation) et enfin pédagogique (afin d’aider chaque personnel à mieux appréhender l’évolution des métiers et savoir comment se positionner).

La CFE-CGC Orange milite en ce sens pour un plus large partage avec les personnels d’une information loyale et sincère relative à l’emploi, aux métiers et aux compétences pour TGI, mais aussi aux bornes du Groupe et de ses filiales ; quelles sont par exemple les projections en volume de la transformation des métiers à court, moyen et long terme en lien avec les évolutions prévues ( métiers d’avenir, métiers en transformation et métiers fragilisés) ? Quelle est la cartographie de ces métiers en niveau France, (Paris et Province, mais aussi au niveau pays et BUs ? Quels parcours de professionnalisation associés aux activités de T&GI ? Une réponse à ces questions permettrait aux salariés de croire en une mobilité professionnelle pilotée et accompagnée dans l’intérêt de l’entreprise, comme des personnels, aux bornes du Groupe Orange.

A ce stade, la présentation des orientations de la formation pour 2020 ne nous permet toujours pas de distinguer un lien évident, naturel, entre le métier et la formation, entre la GPEC et la formation. Comment les orientations proposées permettent-elles de distinguer l’accès à la formation des différentes populations qui composent TGI (femmes, hommes, travailleurs en situation de handicap, fonctionnaires, salariés de droit privé, seniors, …) et donc comment identifier l’opportunité donnée à ces populations pour accéder de façon équitable à la formation en 2020 ?

Dans un contexte ou le management en mode projet est requis avec des impératifs lié à la priorisation des projet ou à la définition claire des rôles de chacun, quelle distinction faite aussi entre formation collective et formation individuelle ?

En outre la présentation des orientations formations ne fait aucune mention sur le déploiement de la réforme de la formation professionnelle, de l’apprentissage ainsi que du compte personnel formation en euros. Quelle projection alors Orange fait-elle pour ce qui concerne l’utilisation en 2020 des différents dispositifs de formation, y compris celui relatif au CPF ?

  • Concernant DiOD, la CFE-CGC Orange ne doute pas de l’analyse qui a conduit à la fois au diagnostic du besoin et à la conception de la solution DiOD telle qu’elle est en cours de construction.

La CFE-CGC Orange tient à rappeler la responsabilité et le rôle majeur que doit jouer le Groupe Orange dans la garantie de souveraineté numérique des citoyens et des intérêts économiques des pays dans lesquels il exerce son activité face à la puissance croissante d‘acteurs du numérique transnationaux, maintenant dominants sur les solutions Cloud, soutenus par leurs états d’origine.

La CFE-CGC Orange tient en conséquence à insister sur la nécessité de communiquer avec force auprès des équipes qui seront amenées à utiliser cette solution DioD. Il est nécessaire de sensibiliser à la question des enjeux, à la question aussi des bénéfices escomptés et de partager sans plus tarder l’échéancier de la mise à disposition opérationnelle des services et fonctionnalités attendus. Il s’agit d’accompagner tous les salariés impliqués et concernés par la mise en place et l’utilisation de cette solution DioD.

  • Les salariés, conscients du fait que l’allongement du temps de travail pour tous puisse nécessiter des évolutions en termes de conditions de travail, notamment par rapport à des handicaps visibles ou invisibles, ont besoin d’informations relatives au handicap et à la diversité tant pour eux que par rapport à un recours à une sous-traitance externe issue du secteur protégé.

La CFE-CGC Orange insiste sur la légitimité que les salariés ont pour réclamer avec sérénité un accompagnement spécifique (solution adaptée ou aménagement de poste) en situation de travail. Quelles solutions aujourd’hui pensée pour anticiper ces évolutions en termes de conditions de travail ? Quels indicateurs à retenir pour un suivi dans le temps d’un programme d’accompagnement adapté ?

La CFE-CGC ORANGE souhaite en outre que soit confirmé le rôle majeur porté par les correspondants handicap. Elle souhaite en particulier que la Direction s’engage à tenir compte de leur travail effectué au sein de la mission handicap pour l’élaboration de la part variable qui résulte de leur Entretien Individuel. La CFE-CGC Orange suggère que la MIH ait son mot à dire dans l’élaboration de cette part variable.

  • En ce qui concerne le PSDI, les salariés sont inquiets. Ils perçoivent avant tout un pilotage par les coûts, mettant à mal tant le collectif de travail, que le travail individuel de chacun.

La CFE-CGC Orange se fait l’écho de ces fortes inquiétudes particulièrement illustrée aujourd’hui à Lannion et vous demande : « A quand un rattachement de la DGI aux RH, garant du bien être des salariés, et de la pérennité de notre entreprise ? »

Et enfin, par rapport à la transformation engagée au sein de TGI, les salariés souhaitent comprendre la progression effective des travaux portés par les chantiers. A quoi notamment correspondent à date les pourcentages que vous livrez ? Dans le quotidien des salariés, dans un contexte où la stratégie du Groupe (programme 20/25), celle de la Division TGI, ainsi que celle de ses directions ne sont pas connues, ces pourcentages méritent d’être en transparence décryptés.

La CFE-CGC Orange souligne qu’il est nécessaire d’embarquer un volet social lorsqu’il s’agit d’évoquer les chantiers ou la priorisation des projets. Il en va de la mobilisation et de l’adhésion des personnels. Et ce n’est pas aujourd’hui a priori la question de l’évaluation des compétences issue du dispositif ARCQ, comprise au regard de l’allocation des compétences sur les projets TGI, qui est propre à engager la confiance des personnels….

Merci pour votre attention

Nos coordonnées

CFE-CGC Orange
10-12 rue Saint Amand
75015 Paris Cedex 15

   
nous contacter
01 46 79 28 74
01 40 45 51 57

Accès rédacteurs

Siège : CFE-CGC Orange - 104 rue Oberkampf, 75011 PARIS - SIRET 50803050900014 - 9420Z - Mentions Légales - Protection des données