CFE-CGC Orange
CFE-CGC Orange
feed-image
  • Thèmes
  • Entreprise

Les élections seront l'occasion de décider de la politique qui sera conduite par les représentants du personnel pendant les deux prochaines années, d'une part au niveau de l'action sociale, d'autre part au niveau des Activités Sociales et Culturelles (ASC).

Imprimer

L’affrontement sans merci que se sont livrés de longue date « nos » barons ayant empêché les synergies industrielles, c’est finalement la logique financière qui a pu prévaloir ! France Télécom a donc cédé sa participation dans Pages Jaunes au fond d’investissement KKR, connu pour être spécialisé dans le « dépeçage » de sociétés.
Le groupe « intégré » se coupe ainsi de savoir-faire essentiels pour passer d’une logique d’opérateur à une société de service !

Plus grave est le volet social, les personnels se voyant refuser l’application de la carrière miroir pour les fonctionnaires et le droit au retour pour les droits privés, voilà revenus les démons Mobilité Forcée et Mise à Disposition ! Pire, le piège tendu sur Planète Emploi, qui offre des postes chez Kompass, sans mentionner que la société ne fait plus partie du groupe !

Décidemment, tous les moyens sont bons pour atteindre les 22000 suppressions de poste…

Imprimer

Vente de Pages Jaunes : une erreur stratégique ! 06/2006La Direction de France Télécom a annoncé publiquement son intention de céder 54% des actions qu’elle possède dans Pages Jaunes. Elle commettrait en le faisant, une erreur stratégique aux conséquences incalculables.

Imprimer

A l’instar de Louis Aragon, qui faisait de la femme l’avenir de l’homme, Didier Lombard fait d’Orange l’avenir de France Télécom. L’analogie poétique s’arrête là, car très prosaïquement, ce sont des pans entiers de notre entreprise qui vont changer de nom de marque :

l’ensemble des activités entreprises, les activités Wanadoo, ainsi que toutes les filiales à l’international prendront l’appellation d’Orange (à l’exception de là où, comme en Côte d’Ivoire ou en Pologne, France Télécom possède l’opérateur fixe historique).

Imprimer

L’intégration de Transpac dans SCE a été rendue d’autant plus difficile que la méthode arrétée par la direction a été déséquilibrée !Celle-ci a privilégié de longues négociations avec les OS de Transpac pendant près de deux années, sans accompagner à l’inverse la discussion avec les IRP de SCE.Au résultat, un accord juridiquement fragile, une destabilisation du CE de SCE, des déceptions et des tensions entre les personnels, voire au sein même des organisations syndicales, à l’exception de la CFE CGC qui avait longuement préparé cette fusion / intégration.La gestion du budget ASC est aujourd’hui au centre de polémiques. Il ne serait en aucun cas acceptable qu’à partir du 1er janvier 2006, date officielle de la fusion, des offres ASC soient « réservées » à des personnels ex-Trancpac ou SCE-initiale.Cette affaire doit servir de leçon à ladirection qui devra radicalement changer de méthodes pour les nouvelles intégrations qui peuvent survenir en 2006 : Equant, Orange entreprise…

La CFE CGC réclame à nouveau une ouverture rapide des accords de substitution imposés par la Loi, et sera particulièrement exigeante en matière d’égalité de traitement de l’ensembles des personnels, cadres et non cadres, fonctionnaires ou salariés.

Imprimer

Nous avons mis à jour notre notre politique de gestion des données (RGPD). Nous vous invitons à la consulter.
Consulter le texte Ne plus afficher ce message