CFE-CGC Orange
CFE-CGC Orange
feed-image
  • CFE-CGC Orange - DO Ouest

DO Ouest

bandeau dejcontact vannes 11 07 19 v2

 

Cher-ère collègue,

Le 11 juillet prochain, le syndicat CFE-CGC Orange et Thomas Roger, votre correspondant pour notre organisation syndicale à Vannes, seront présents à Vannes rue Alain Gerbault à partir de 7h30 autour d’un café et rue du Pargo à partir de 12h00 pour une party pizza sur l’espace pique-nique aménagé devant l’entrée principale, pour vous rencontrer et échanger avec vous.

Nous espérons avoir le plaisir de vous y accueillir.

Syndicalement.

Votre correspondant

Thomas ROGER 06 82 69 52 40

mai2019

La revue de presse de mai 2019 est à votre disposition.

Au sommaire : Rémunération, intergénérationnel, dialogue social, en région, procès Tapie, procès Lombard

Pour la consulter : revue de presse de mai 2019


Pour vous abonner gratuitement : s'abonner

Vous pouvez lire les articles au fil de leur publication en rubrique Revue de presse, mais aussi en nous suivant sur FacebookTwitter, et LinkedIn, où vous pouvez les commenter et les partager avec vos amis.

Bonne lecture !

rcf

« Orange est l'opérateur national, il a donc des responsabilités d'importance quant à l'aménagement du territoire. L’aménagement du territoire ce n'est pas que le déploiement des infrastructures, que notre entreprise fait plutôt bien, c’est aussi l’implantation des boutiques et c’est l’implantation de l’emploi.

Nous n’acceptons pas l’idée que l’Ile de France continue à devenir la principale zone de recrutement et nous demandons à la direction de l’entreprise de considérer que les régions doivent être elles aussi des zones de recrutement » […]

Ecoutez l'interview de Sébastien Crozier :

Lien vers l'émission complète: 9.34 minutes - intervention de Sébastien Crozier à 4.10 minutes

Radio Chrétienne Francophone - 27/02/2019

fevrier19

La revue de presse de février 2019 est à votre disposition.

Au sommaire : actionnariat salariés, intergénérationel, emploi, en région, pantouflage, paroles d'experts

Pour la consulter : revue de presse de février 2019

Pour vous abonner gratuitement : s'abonner

Vous pouvez lire les articles au fil de leur publication en rubrique Revue de presse, mais aussi en nous suivant sur FacebookTwitter, et LinkedIn, où vous pouvez les commenter et les partager avec vos amis.

Bonne lecture !

En synthèse :

  • les Unités d’Intervention restent dans le giron des futures DO,
  • les Unités Pilotage Réseau dans celui de DTSI,
  • pas de redéfinition du périmètre ou du rattachement des Unités Opérationnelles et pas de regroupement entre UO (rattachement à la DO cible),
  • les Directions Régionales restent rattachées au DO sans évolution.

Principes de ces futures DO :
1. Renforcer :

  • passage vers 5 DO (correspondant au schéma naturel attendu,
  • création d'un poste de Directeur des Réseaux, au CoDir du DO, qui agira en délégation du DO et en coordination avec DTSI,
  • rapprochement de l'intégralité des équipes actuelles DEC (Direction de l'Expérience Client) / DCR (Direction Commerciale Régionale) pour former une Direction Clients.
2. Favoriser :
  • la proximité des clients & salariés, et la connaissance fine & partagée du marché local,
  • la mobilisation/action sur des problématiques transverses et locales de manière rapide et réactive, et la cohérence des plans d’actions,
  • champ de coopération : Business & Expérience clients (a minima sur GP & Pro/PME), et proposition d'axer les coopérations sur une maille locale couvrant 2/3 départements administratifs.
3. Favoriser la cohésion et l’équilibre entre central et local :
  • Contribution accrue des territoires à la stratégie OF ; renforcement de la transversalité des animations opérationnelles ; renforcement de la coopération sur les enjeux de réseau en local entre DO et DTSI,
  • Six périmètres actuels sont concernés (DEC, DCR, Direction du Contrôle de Gestion, Direction Immobilier Services Aux Salariés - Sécurité, Direction de la Communication, Direction des Ressources Humaines) :
-  les évolutions d'organisation concernent les équipes DO Moyens Propres des 9 DO actuelles, 1 308 salariés (1 080 CDI actifs),
-  199 postes de managers concernés (pour 139 positions managériales à la cible !).

Organisation cible du CoDir de DO, directions représentées :
  • Direction Clients : 303 CDI actifs,
  • Direction des Réseaux,
  • Direction Contrôle de Gestion,
  • Direction Immobilier Services aux Salariés & Sécurité : 114 CDI actifs (y/c les DCG),
  • Direction Communication : 91 CDI actifs,
  • DRH : 572 CDI actifs,
  • PMO (Project Manager Officer).
Focus RH et communication :
  • accompagnement RH et analyse des impacts humains,
  • positionnement sur les postes, accompagnement managérial et communication autour du projet,
  • organisation complète DO par DO :
-  fiches d'identité RH,
-  organisation actuelle,
-  organisation cible,
-  matrices de transfert (fonction par fonction et consolidée).

Analyse de la CFE-CGC

Bien que, dans cette présentation, il soit question de « renforcer les DO afin de consolider l’ancrage territorial de l’Entreprise », la CFE-CGC y voit au contraire un risque d’affaiblissement de l’empreinte d’Orange, avec pour corollaire une perte d’efficacité, de notoriété et d’image !

Elle réaffirme que toutes les intentions décrites dans ce dossier, qui font sens dans notre écosystème si particulier, peuvent parfaitement être mises en œuvre dans le schéma conforté et pérennisé des 9 DO actuelles !

banniere rdp oct2018

Photo:stevepb via Pixabay

La revue de presse d'octobre 2018 est à votre disposition.

Au sommaire : Consolidation des télécoms, actionnariat salariés, numérique, emploi, conditions de travail, en région, procès pour harcèlement moral.

Pour la consulter : revue de presse octobre 2018

Pour vous abonner gratuitement : s'abonner

Vous pouvez lire les articles au fil de leur publication en rubrique Revue de presse, mais aussi en nous suivant sur Facebook, Twitter, et LinkedIn, où vous pouvez les commenter et les partager avec vos amis.

Bonne lecture !

immobilier lannionp

À l’occasion d’un tour des régions Sébastien Crozier, président du syndicat CFE-CGC Orange était ce jeudi à Saint-Brieuc pour dresser un état des lieux en Bretagne. Le constat, est, selon lui, sans appel. Le déséquilibre en termes d’emplois entre le bassin rennais et le reste de la région est patent. [...]

« Le bâtiment qui va être construit va entasser les gens. On va passer de 1 200 à 1 000 personnes. Les futurs bureaux n’auront pas une capacité plus grande. Partout en France, Orange à des projets immobiliers qui visent à réduire le nombre de salariés, sauf en Ile-de-France. Nous militons pour conserver un bassin d’emplois à Lannion en décentralisant tout une série de services d’Ile-de-France ».
[...]

« Les populations les moins à l’aise avec le digital doivent faire plus de kilomètres pour trouver des boutiques. Qu’est-ce que l’on fait pour ces gens qui ne savent pas se servir du numérique ? » La CFE-CGC avance une piste de réflexion : « ouvrir des maisons spécialisées dans le digital où on aiderait ces personnes à maîtriser le digital ». Une façon pour le syndicat de lutter contre la fracture numérique.

Le Télégramme- 13/09/2018

Ouest-Francez

50d600dbe714fc97d31lannion
Photo: Ouest-France

Il y a un an, Orange annonçait la vente de 39 000 m2 de bâtiment à Lannion Trégor Communauté pour construire son nouveau campus de l’innovation. Ce nouveau site, qui sera livré en 2023, est taillé pour 1 000 à 1 100 postes de travail. Or, il y a plus de 1 200 salariés qui travaillent à Lannion actuellement. La CFE-CGC craint des réductions d’effectifs.
[...]

« L’immeuble que projette de construire Orange à Lannion n’est pas taillé pour accueillir plus de 1 000 salariés. Au-delà, ce ne serait pas tenable. » En visite dans les Côtes-d’Armor ce jeudi, Sébastien Crozier, président national de la CFE-CGC Orange a fait part de ses inquiétudes. « Ce projet vise-t-il à réduire les effectifs de 200 personnes ? 200, pour un bassin d’emploi comme Lannion, c’est beaucoup. Je suis venu voir l’étendue des dégâts. » [...]

« Nous nous inquiétons du nombre de postes de travail affiché et de l’évolution des effectifs prévus dans les Côtes-d’Armor, indique, de son côté, la CFE CGC Orange. Nous espérons que ce projet sera mené conformément aux accords signés avec les instances représentatives du personnel pour éviter la situation du C3 à Cesson-Sévigné et une assignation en justice pour non-respect de la consultation des instances ». [...]

La CFE-CGC regrette également la fermeture de plusieurs boutiques dernièrement (Rennes Le Bastard, Brest Iroise ou encore Lamballe et Plérin)

Ouest-France,  14/09/2018
repris sur: Saint-Brieuc.maville.com
sur l'intranoo

bandeau essentiel du ce

 

Cher-ère collègue,

Lors des CE d'août 2018 de la DTSI et de la DO Normandie Centre, la direction a présenté "l'opportunité de lancer le projet de création d'un nouveau site au coeur d'un quartier d'affaires en développement dans le secteur de la gare de Fleury les Aubrais" pour un emménagement en 2021.

Notre analyse de ce projet immobilier, 'New Orléans' qui concerne les salariés de la DTSI, de la DO NC mais aussi de OFS, la DOO, IMTW.....  : pdfCFE-CGC Orange Projet New Orléans

 

 

banniere medias mai2018

La revue de presse de mai 2018 est à votre disposition.

Au sommaire : AG des actionnaires, stratégie, dirigeants, loi Pacte, en région, télégramme, statut du personnel, rému, dialogue social

Pour la consulter : revue de presse mai 2018

Pour vous abonner gratuitement : s'abonner

Vous pouvez lire les articles au fil de leur publication en rubrique Revue de presse, mais aussi en nous suivant sur Facebook, Twitter, et LinkedIn, où vous pouvez les commenter et les partager avec vos amis.

Bonne lecture !

***Suite à la réunion d’ouverture d'une négociation sur l’accompagnement des salariés concernés par le projet  de co-localisation sur le site de Nantes/ Beaulieu du 18 décembre 2017***

Cher(ère) collègue,

La réunion d’ouverture des négociations sur l’accompagnement des salariés de la DTSI concernés par les déménagements sur Nantes Cambronne et Beaulieu s’est tenue en présence de la RRH des domaines DERS/DIF, Nancy CUYEU, de la DRH de la DESI, Josselyne GOGIBUS, du responsable des Relations Sociales et Environnement du Travail de la DTSI, Dominique PONCELET accompagné de Anne ARIGONI, et du RRH de la DIF, Dominique LEBON – avec les représentants des différentes organisations syndicales dont Jean-Mary SAROTTE et moi-même pour la CFE-CGC.

Les 8 points principaux qui seront suivis dans les négociations à venir sont les suivants :

1. L’accompagnement de l’accroissement des temps de trajets pour les salariés concernés

2. Les impacts des changements de modes de transports pour les salariés concernés dont la possibilité de prendre en charge les parkings relais

3. Les mesures d’accompagnement individuelles possibles : télétravail, temps convenu, aménagements spécifiques, mobilité dans l’année qui suit le déménagement si impossibilité sur le nouveau site

4. Le traitement bienveillant pendant les prises de services durant le 1er mois qui suit le déménagement

5. L’octroi d’une prime exceptionnelle d’adaptation suite à un changement à l’initiative de l’entreprise

6. Les nuisances subies par les salariés sur les sites actuellement en travaux

7. L’accompagnement spécifique des salariés de plus de 55 ans ou à moins de 3 ans de la retraite

8. Les éventuelles mesures d’accompagnement au changement de logement

Ont été notés également : l’absence de schéma directeur immobilier global pour Nantes, le manque de visibilité des sites de télétravail actuels, et l’homogénéisation des mesures d’accompagnement souhaitée par la Direction Orange Ouest.

La prochaine réunion aura lieu à Nantes le 15 janvier 2018 : d’ici là, vous êtes invités à nous contacter pour poser vos questions ou nous faire part de vos remarques.

Jean-Mary SAROTTE & Marie-Cécile LORTEAU

 

pdfsuite_de_la_reunion__demenagement_desi_dif_18_12_2017_vd.pdf

Cher(ère) collègue,

Dans le cadre du projet de co localisation sur le site de Nantes/Beaulieu des effectifs de la DESI et de la DIF, nous vous informons que Lundi 18 décembre 2017 se tiendra la première réunion d’ouverture de négociation sur

l’accompagnement des salariés de la DESI et de la DIF. 

A notre demande, la situation des salariés de l'UPRO sera également abordée. 

Si vous souhaitez poser des questions ou évoquer un point particulier, n'hésitez pas à contacter vos représentants CFE-CGC qui  porteront les sujets en reunion: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. et Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Tout le monde peut contribuer !

Votre contact :
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Déléguée Syndicale Centrale Adjointe
06 81 79 35 22
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

pdfreunion négociation accompagnement demenagement salariés DESI DIF

les cadres d orange ne demandent pas la lune

« L'Île de France concentre plus de 35 % des emplois et la moitié ce sont des cadres. C'est trop », affirme Sébastien Crozier, président du syndicat CFE-CGC d'Orange, entouré de délégués nantais.

« Les salariés en ont marre de Paris ». Le syndicat CFE-CGC demande à la direction de réduire l'emploi dans la capitale au profit de la province, notamment de la Loire-Atlantique.

Halte au jacobinisme. « L'île de France, ce n'est pas la France. » Sébastien Crozier, le président du syndicat CFE-CGC d'Orange, fait un tour de l'Hexagone pour demander plus d'emplois dans les régions et moins à Paris. Il n'hésite pas à prêcher du côté des élus locaux....

 

Source extrait : Ouest-France - 18/05/2017 - Marylise Couraud

sebcrozier jde

Pour son président national Sébastien Crozier, qui a entamé un tour de France avec étape à Rennes le 15 décembre, « la baisse soutenue des effectifs » représente une perte de 7.000 postes chaque année en France ; en solde net, puisque 1.500 à 2.000 embauches compenseraient autant de départs naturels de type démissions, retraites... « L'emploi trinque ! »

[...]

Autre combat de la CFE-CGC : compenser un déséquilibre des effectifs entre Paris et la province en redéployant en régions des emplois parisiens, notamment des centres d'appels. Selon le syndicat, un quart des 35.000 salariés parisiens d'Orange serait prêt à cette mobilité synonyme de meilleure qualité de vie. « Relocalisons l'emploi en région ! Il s'agit d'un vrai enjeu d'aménagement du territoire.

[...]

Les élus locaux devraient exiger des emplois locaux. Demandez des emplois d'exploitation pérennes ! », leur conseille-t-il.

 

Extrait de Le Journal des Entreprises - 6 janvier 2017

accès à l'article

 

 

"On assiste à une baisse constante des effectifs", s'alarme Sébastien Crozier, secrétaire national de la CFE-CGC chez Orange, ici avec les responsables rennais du syndicat.

 

Le syndicat des cadres s’alarme de la baisse constante des effectifs chez Orange, dans les régions et en particulier à Rennes. La CFE-CGC parle de plus de 600 départs à la retraite ou congés de fin de carrière d’ici fin 2018 sur le bassin rennais, dont 190 seulement seraient remplacés. "C’est plus de 500 emplois de perdus en trois ans seulement."

Il y a trois semaines, Orange ouest annonçait la construction d’un nouveau campus d’ici trois ans au Clos-Courtel à Rennes. Un projet salué par les élus et les responsables d’Orange comme un symbole fort de l’ancrage de l’opérateur sur le bassin rennais.

Le nouveau campus regroupera les équipes de recherche et développement aujourd’hui disséminées sur 4 sites différents à Rennes, soit 835 personnes. Autrement dit, pas d’augmentation des effectifs en vue.

 

.../...

 

Orange compte 4 390 emplois en CDI (équivalent temps complet) en Ille-et-Vilaine, dont la majeure partie se situe dans l’agglomération rennaise. Selon le syndicat de l’encadrement, « plus de 600 départs en retraite ou congés de fin de carrière sont d’ici fin 2018, dont 190 seulement seraient remplacés ».

« 1 004 emplois perdus en 5 ans »

Et selon la GPEC (Gestion prévisionnelle de l’emploi et des compétences) en vigueur chez Orange, les perspectives sont « encore plus alarmantes », estime la CFE-CGC, qui parle d’une perte nette « de 1 004 emplois entre 2014 et 2019 ».

 

Source extrait : Ouest-France - 16 décembre 2016

La CFE-CGC compte plus de 100 élus au sein de la division Innovation Marketing Technology and Wholesale (IMTW).

Ils sont répartis sur de nombreux sites Orange en France.

Retrouvez les ici facilement sur les principaux sites géographiques IMTW en France.

Nous complèterons régiluèrement cette liste avec de nouveaux sites alors restez connectés :-)

 

Paris Chatillon - Orange Gardens : pdfcellule com IMTW kit de survie C5 Orange Gardens 4.pdf

 

Rennes - Cesson Sévigné : pdfcellule com IMTW contacts CFE-CGC Rennes-Cesson Sevigne.pdf

 

L'application Sail And Race Audioguide (SARA ) développée par Orange et Orion a été mise en lumière lors de l'Armor Cup 2016.

Cette application, disponible gratuitement sur Apple Store, a vocation de permettre la navigation aux mal/non voyants. L’expérience montre que cette application profite aux voyants pour dispenser le canal visuel de la prise d’informations de navigation. L’accessibilité est l’affaire de tous et pour tous.

https://itunes.apple.com/fr/app/id916926263?mt=8

Après C5, voici C3–Clos Courtel, nouveau chantier immobilier qui va concerner les salariés IMTW de Rennes et Cesson Sévigné. Au programme, regroupements, généralisation des open spaces et déjà des points qui fâchent les salariés.

La CFE-CGC n’est pas du tout hostile aux déménagements et aux regroupements des personnels sur un même site. Elle demande juste que cela se fasse en concertation avec les salariés et leurs représentants début à la fin du projet, et surtout qu’au final les bénéfices pour les salariés l’emportent sur les inconvénients (lire « les principaux enseignements des grands projets immobiliers » par Sébastien Crozier, Président de la CFE-CGC Orange).

Concernant le projet C3-Campus Clos Courtel, la CFE-CGC a d’abord lancé un grand sondage auprès des salariés concernés pour écouter et comprendre leurs attentes. Cette initiative a été un vrai succès avec plus de 330 réponses, merci à tous.

Lire la synthèse de notre sondage C3-Campus Clos Courtel >>

pdfsynthese du sondage C3 Clos Courtel.pdf

 Aujourd’hui, fière et forte de votre mobilisation pour nous répondre, les revendications de la CFE-CGC sont les suivantes :

-          La révision du projet C3 Clos Courtel pour prendre en compte les attentes des salariés

-          Une co-construction du projet C3-Clos Courtel avec l’ensemble des salariés IMTW pour sa réussite et en faire un véritable projet fédérateur et une vitrine d’innovation pour Orange.

-          Le maintien d’un restaurant d’entreprise sur le site du Clos Courtel

-          La mise en place de groupes de travail ouverts à tous, pour concevoir les espaces de travail en fonction des contraintes métiers

-          Une véritable étude sur les conditions d’accès et les besoins en stationnement.

Pour que C3-Campus Clos Courtel soit plus qu’un simple projet immobilier, qu’il soit un état d’esprit et qu’il offre l’opportunité de se retrouver tous ensemble sur un même lieu, cela ne peut pas se faire sans une vraie Restauration d’Entreprise sur place. Cela passe également par des espaces de travail adaptés à nos métiers, non compatibles avec la généralisation des open spaces.

Lire notre tract « nos propositions » >>

pdfcellule com IMTW Campus C3 Clos Courtel.pdf

 La CFE-CGC continuera à être vigilante et à veiller à la santé et le bien-être des personnels sur toute la durée du projet.

Par Sébastien Crozier,Président de la CFE-CGC Orange 

Associer les représentants du personnel au choix de l’emplacement
pour une meilleure prise en compte des contraintes quotidiennes du personnel

« Lorsqu'il n'y a pas de co-décision pour l'emplacement des projets, on assiste toujours à un accroissement du risque de catastrophe. Stadium (St Denis) a été choisi par la Direction seule, et continue de poser des problèmes, tandis-que Bagnolet a été co-choisi par la Direction et les IRP parmi différents choix, et les choses s’y passent beaucoup mieux.

 

Le déménagement des bureaux est très impactant dans la vie des gens, c'est un choc de première importance

La localisation et les temps de transports induits est la question centrale dans les projets immobiliers : modes de transports, parking, accès. La Direction ne fait jamais l'effort d'inscrire le nouveau site dans son environnement local : présence de logements sociaux Orange dans les environs par exemple. Or il est important que des offres soient faites pour que les personnels puissent, s’ils le souhaitent, déménager pour être plus proche du nouveau site, car les temps de transport détruisent la qualité de vie au quotidien.

 

Puis vient le collectif de travail, la logique des open-spaces, l'ergonomie, l'aménagement, l'espace, le confort de vie, l'organisation du travail, qui constituent le second volet très important. C'est un point sensible et complexe. La CFE-CGC est favorable à la limitation des open-spaces et les fermer par des portes, c'est mieux que se retrouver dans le couloir au milieu des flux de circulation des personnels.

Si les bureaux ne sont pas adaptés aux besoins des personnels, on assiste à une désertion du lieu de travail collectif où les personnels devraient aller, et on détruit les collectifs de travail. Même si la CFE-CGC est pour le télétravail, il doit rester l'exception, sinon on se désocialise, on perd de l’information utile, on manque des opportunités, on perd la frontière vie pro-vie perso. Du coup les regroupements sur des sites inadéquats aboutissent à une dispersion des équipes.

 

La CFE-CGC n'est pas hostile aux déménagements mais demande des bénéfices supérieurs aux inconvénients.La motivation financière de réduction des coûts est absurde.

Stadium devait rapporter 100 millions d'euros en 10 ans, or l'organisation du travail a coûté la même somme à l'entreprise. A la CFE-CGC, on s'inscrit plus dans l’esprit de la « Google Life » en centre-ville que dans des campus en périphérie comme chez Orange.

C5-Orange Gardens est très mal placé, donc le projet est planté, on va juste pouvoir limiter les dégâts. La vie des gens n'a pas été embarquée dans le projet C5-Orange Gardens car la logique était purement économique à courte vue… et les bilans du coût réel pour l’entreprise, y compris en termes d’engagement des personnels et d’efficacité économique globale ne sont que trop rarement tirés."