CFE-CGC Orange
CFE-CGC Orange
feed-image
  • CFE-CGC Orange - DO Sud-Est

DO Sud-Est

marseille

Photo: David Rossi

"On est en train de construire à Marseille un pôle d'expertise technologique, on en est fiers", a salué Sébastien Crozier après une demi-heure d'entretien avec les employés de Business et Décision.

Il vient régulièrement prendre le pouls des salariés d'Orange. Pourtant hier, la visite de Sébastien Crozier, président national de la CFE-CGC de l'opérateur avait une teinte particulière. [...]

Pour autant la CFE-CGC Orange suit de près plusieurs dossiers internes qui la préoccupent, dont la réorganisation des directions géographiques du groupe qui, passant prochainement de cinq à neuf, devraient voir la cité phocéenne perdre son centre de décision au profit de Lyon. "On va tester la 5G à Marseille, c'est bien, mais c'est temporaire. Alors que choisir Lyon comme centre de décision, ça dévitalise Marseille et c'est définitif", plaidait le président. [...]

Lire l'article complet sur La provence- Margueritte Degez - 0-/05/2019

 

lyon 4101256 640

Photo : lOICTIJ via Pixabay

« Plusieurs facteurs remettent de la tension dans l’entreprise, or ce n’est pas souhaitable » souligne Sébastien Crozier. Le président de la CFE-CGC Orange, présent à Lyon lundi, a pointé le déménagement des salariés dans l’immeuble Sky56 en février. Et d’évoquer des salariés mécontents du choix de fonctionnement en mode « flex desk », c’est-à-dire sans bureaux attribués. […]

Les cadres, principalement concernés vivent ça comme une désocialisation, une deshumanisation.
On sait pourtant que la première valeur d’une entreprise c’est l’humain, or on les maltraite pour faire des économies de bouts de chandelle », souligne Sébastien Crozier, indiquant « le retour mal venu d’une forme de traumatisme » […]

Sébastien Crozier pointe aussi le fait de verser des dividendes plus importants que les bénéfices réalisés » […]

 

Article repris de la presse papier locale -  Valérie Bruno - 21/05/2019

 

Retrouvez en image, le repas Adhérents du Lundi 21 Janvier.

Echange, convivialité et partage.

Merci à tous nos adhérents du 06  de leur présence.

 

repasadherantsnice 4

Découvrez les images du Tour de France Marseille, avec comme invité Patrice Seurin et au sommaire :

  • Visite du site de St Mauront
  • Visite du site de Nédélec
  • Visite du site Réattu
  • HIS...
  • ... et un repas avec nos militants/adhérents.
  • Convivialité, échange et partage....

 

 

tdfmarseille 2

En synthèse :

  • les Unités d’Intervention restent dans le giron des futures DO,
  • les Unités Pilotage Réseau dans celui de DTSI,
  • pas de redéfinition du périmètre ou du rattachement des Unités Opérationnelles et pas de regroupement entre UO (rattachement à la DO cible),
  • les Directions Régionales restent rattachées au DO sans évolution.

Principes de ces futures DO :
1. Renforcer :

  • passage vers 5 DO (correspondant au schéma naturel attendu,
  • création d'un poste de Directeur des Réseaux, au CoDir du DO, qui agira en délégation du DO et en coordination avec DTSI,
  • rapprochement de l'intégralité des équipes actuelles DEC (Direction de l'Expérience Client) / DCR (Direction Commerciale Régionale) pour former une Direction Clients.
2. Favoriser :
  • la proximité des clients & salariés, et la connaissance fine & partagée du marché local,
  • la mobilisation/action sur des problématiques transverses et locales de manière rapide et réactive, et la cohérence des plans d’actions,
  • champ de coopération : Business & Expérience clients (a minima sur GP & Pro/PME), et proposition d'axer les coopérations sur une maille locale couvrant 2/3 départements administratifs.
3. Favoriser la cohésion et l’équilibre entre central et local :
  • Contribution accrue des territoires à la stratégie OF ; renforcement de la transversalité des animations opérationnelles ; renforcement de la coopération sur les enjeux de réseau en local entre DO et DTSI,
  • Six périmètres actuels sont concernés (DEC, DCR, Direction du Contrôle de Gestion, Direction Immobilier Services Aux Salariés - Sécurité, Direction de la Communication, Direction des Ressources Humaines) :
-  les évolutions d'organisation concernent les équipes DO Moyens Propres des 9 DO actuelles, 1 308 salariés (1 080 CDI actifs),
-  199 postes de managers concernés (pour 139 positions managériales à la cible !).

Organisation cible du CoDir de DO, directions représentées :
  • Direction Clients : 303 CDI actifs,
  • Direction des Réseaux,
  • Direction Contrôle de Gestion,
  • Direction Immobilier Services aux Salariés & Sécurité : 114 CDI actifs (y/c les DCG),
  • Direction Communication : 91 CDI actifs,
  • DRH : 572 CDI actifs,
  • PMO (Project Manager Officer).
Focus RH et communication :
  • accompagnement RH et analyse des impacts humains,
  • positionnement sur les postes, accompagnement managérial et communication autour du projet,
  • organisation complète DO par DO :
-  fiches d'identité RH,
-  organisation actuelle,
-  organisation cible,
-  matrices de transfert (fonction par fonction et consolidée).

Analyse de la CFE-CGC

Bien que, dans cette présentation, il soit question de « renforcer les DO afin de consolider l’ancrage territorial de l’Entreprise », la CFE-CGC y voit au contraire un risque d’affaiblissement de l’empreinte d’Orange, avec pour corollaire une perte d’efficacité, de notoriété et d’image !

Elle réaffirme que toutes les intentions décrites dans ce dossier, qui font sens dans notre écosystème si particulier, peuvent parfaitement être mises en œuvre dans le schéma conforté et pérennisé des 9 DO actuelles !

banniere rdp rentree2018
Crédit photo : vividsoup via Pixabay

La revue de presse d'août 2018 est à votre disposition.

Au sommaire : épargne & actionnariat salariés, gouvernance, numérique, emploi, régions, désengagement de l’Etat, intergénérationnel, procès pour harcèlement moral.

Pour la consulter : revue de presse août 2018

Pour vous abonner gratuitement : s'abonner

Vous pouvez lire les articles au fil de leur publication en rubrique Revue de presse, mais aussi en nous suivant sur Facebook, Twitter, et LinkedIn, où vous pouvez les commenter et les partager avec vos amis.

Bonne lecture !

Contexte : lors du CE du mois de mai, vos élus ont présenté à la Direction leur contre-proposition qui demandait notamment l’aménagement du 2ème étage du site du Prado (près du site Marseille Sablier). L’idée étant d’éviter un allongement conséquent du temps de trajet de nos collègues.

Consulter l’intégralité de la contre-proposition

Les propositions de la direction aux salariés qui ne souhaitent pas rejoindre le site « la Marseillaise »

  • Aménagement du « site du Prado » pour accueillir les salariés qui seront en télétravail (3 jours) sur ce site considéré comme un « bureau satellite » : 23 positions - très en dessous des 30, 40 demandes
  • Aménagement du 1er étage pour transformation en position de bureau satellite, pas de réaffectation du 2ème étage
  • Aucune solution identifiée pour le parking attenant au site du Prado
  • L’application des dispositifs prévus par les différents accords signés (télétravail à domicile, tickets restaurant, aménagement des horaires,…) en tenant compte des situations individuelles

Analyse de la CFE-CGC

Les élus ne peuvent se satisfaire des réponses apportées, totalement déconnectées de la réalité, des préoccupations locales et difficultés quotidiennes de transport que cela va engendrer pour les salariés concernés par ce projet de relocalisation.

Après une déclaration préalable puis une résolution votée à l’unanimité il est demandé à la Direction d’abandonner purement et simplement le déménagement imposé et obligatoire des salariés rattachés au périmètre du CE OFS vers le site de « La Marseillaise ». La Direction n’a pas fait la démonstration de la justification business et économique de ce projet. De plus elle ne tient pas compte dans ses propositions des Risques Psycho-Sociaux (RPS) inhérents et déjà sous-jacents chez un grand nombre de nos collègues.

Retrouvez l’intégralité du dossier

screenshot023

Alors qu’Orange annonçait hier l’expérimentation de la 5G à Marseille, le président du syndicat CFE-CGC du groupe dénonçait « un petit effet d’annonce à l’approche du leaders meeting  qui va réunir des collaborateurs du monde entier au Vélodrome jeudi et vendredi ».

En visite à Marseille, Sébastien Crozier a souligné « le décalage entre la débauche de communication et la décroissance des emplois » « j’adore le foot mais les marseillais adorent encore plus avoir du travail » […] 

 «  C’est très bien qu’on parle d’infrastructure et d’un meeting qui apporte de l’activité à la ville »  a-t-il poursuivi, « mais ça ne résout pas la question fondamentale de l’emploi. Il faut délocaliser des postes pérennes comme ceux des centres d’appels ou de comptabilité de la région parisienne vers Marseille» […] 

D'apres le syndicat […]  Le Sud-Est aura perdu près de 1500 postes équivalents temps plein (soit23% des effectifs) entre 2017 et 2019 […] 

« En ce moment pour Orange Marseille est le centre du monde sans emploi » a résumé Sébastien Crozier qui voit dans le projet de rehabilitation de l’immeuble du boulevard Charles Nedelec « l’opportunité de créer des emplois et non de liquider des sites » […] 

La Provence - Audrey Savournin - 4 juillet 2018

Merci à vous tous, pour votre mobilisation et votre engagement.

Nous réalisons un score au CE de 16,58% qui nous permet d'être pour la première fois représentatif.

Merci encore.

Nous serons encore plus fort pour vous défendre.

 

 

banniere dans les medias oct2017

La revue de presse d'octobre 2017 est à votre disposition.

Au sommaire : Orange Bank, emploi en région, résultats, actionnariat (ORP et actions gratuites), marché entreprise et gouvernance.

Pour la consulter : revue de presse octobre 2017

Pour vous abonner gratuitement : s'abonner

Vous pouvez lire les articles au fil de leur publication en rubrique Revue de presse, mais aussi en nous suivant sur Facebook, Twitter, et LinkedIn, où vous pouvez les partager avec vos amis.

Bonne lecture !


A quelques jours du lancement de Orange Bank, l’offre bancaire 100% mobile de l’opérateur, prévu le 2 novembre prochain, le syndicat CFE-CGC met les pieds dans le plat. Les retards successifs ont conduit au choix d’une date de lancement dans une mauvaise période. De plus les boutiques sont déjà en sous effectifs, les représentants syndicaux demandent plus de recrutements et sont prêts à mettre la main à la pâte en allant aider leurs collègues en boutique en décembre.

.../...


Par ailleurs, conscients de l’importance qu’il y a à ce que cette période se passe bien, les centaines de représentants de la CFE-CGC Orange (2e organisation syndicale dans le groupe Orange) se proposent d’utiliser leurs heures de délégation du mois de décembre pour venir en soutien à leurs collègues en boutique et les aider à faire face à la forte affluence qui s’annonce. Si leur proposition est acceptée, ils sont prêts à suivre une formation dès le mois de novembre.

Enfin, dans une interview à La Provence, Sébastien Crozier, le président de CFE-CGC Orange France estime que la répartition des emplois sur le territoire est déséquilibrée. Trop de postes sont localisés en région parisienne. Il demande à ce que 8 000 emplois soient relocalisés d’Ile de France vers 10 grandes métropoles. Il propose également la création du deuxième centre d’appel d’Orange Bank à Aix-Marseille.

 

Source extrait : Univers Freebox - 31 octobre 2017 - Tristan Peyrotty

accès à l'article

 

 

baisse effectifs lyon capitale

Les syndicats CFE-CGC d'Auvergne Rhône-Alpes s'inquiètent de la disparition de 1 600 postes dans la région, mais aussi de la concentration des activités du groupe Orange en Île-de-France, au détriment de Lyon.


Sébastien Crozier, président national de la CFE-CGC d'Orange, était à Lyon jeudi soir pour tirer la sonnette d'alarme. "Lyon va perdre 1 600 emplois en trois ans", a-t-il expliqué. "Ce qui aura un impact évident sur la détérioration des conditions de travail, mais aussi sur l'économie de l'agglomération lyonnaise". Orange ne compte pas licencier. "Ce n'est pas de la casse sociale", admet Sébastien Crozier. "Ce sont des jeunes qui ne seront pas embauchés." Avec le pic de départs à la retraite enregistré par le groupe, la CFE-CGC estime qu'un poste sur trois ne sera pas remplacé.

Un manque d'ambition de la part d'Orange

Sébastien Crozier dénonce surtout "l'absence d'ambition à Lyon" du groupe Orange. Il regrette notamment que le projet Lyon 2020 ne permette pas la création d'emplois. Il s'agit d'abord d' "optimisation immobilière" et de "rationnalisation des effectifs", en réunissant les 18 sites actuels sur un seul campus, près de la Part-Dieu. 

.../...

 

 "Il est inutile de concentrer toutes les activités au même endroit", déplore Sébastien Crozier. Et Lyon est une ville agréable et beaucoup moins chère que Paris". D'après lui, les employés d'Orange ne rechignerait pas à venir s'installer plus au sud.

 

Source extrait : Lyon capitale -15 janvier 2017 - Camille Sarazin

Une "situation dramatique dans l'emploi" c'est avec ces mots que Sébastien Crozier, président du syndicat CFE-CGC Orange, en plein "tour de france" des délégations du syndicat, décrit la conjoncture chez l'opérateur.

"On retient les 5000 emplois supprimés chez SFR, les deux plans de départs volontaires chez Bouygues, mais chez nous on perd 7000 emplois net par an.

Le système est devenu fou pour qu'on arrive à supprimer autant d'emplois", estime -t-il, pointant la pyramide des ages et les nombreux départs à la retraite remplaçés seulement partiellement, mais aussi le choix de délocalisation à l'étranger et le recours de plus en plus fréquent aux travailleurs détachés.

 

.../...

 

"... Il faut donc que les collectivités locales demandent à Orange de remettre de l'emploi dans les dix métropoles régionales qui ont du sens, notamment à Aix-Marseille, qui mérite bien 500 à 800 emplois supplémentaires.

C'est pour ça qu'il faut sensibiliser les politiques, pour qu'ils accompagnent Orange dans ses déploiements d'infrastructures avec une aide à l'investissement, mais aussi en réclamant des postes pérennes". "Au lieu de demander un loyer à Orange pour le naming du Vélodrome, on aurait pu lui demander de créer 300 emplois ici" suggère Laurent Bédrossian, représentant local de la CFE-CGC Orange.

 

Dans l'entreprise, le bassin marseillais, à lui seul, aura perdu plus de 300 de ses près de 2000 emplois, entre fin 2015 et fin 2018, soit environ 15% des effectifs, avec 500 départs à la retraite dont 310 ne seront pas remplacés.

...

 

Source extrait : La Provence - 14 octobre 2016 - Audrey Savournin

 

.

130 emplois pourraient disparaitre d'ici fin 2018 au sein des effectifs d'Orange à Nice.

 

C'est ce qu'a prétendu le syndicat CFE-CGC à l'occasion de la venue de son président national.

Sébastien Crozier s'est déclaré "inquiet sur les conditions de travail qui se détériorent, notamment en raison de la baisse des effectifs".

Toujours selon le syndicat, fin 2015, l'opérateur de télécommunications comptait 680 salariés à Nice. D'ici fin 2018, près de 200 départs seraient prévus, soit près de 30% des effectifs.

" La direction prévoit d'en remplacer au maximum 70, environ un tiers, pour aboutir à environ 550 personnes fin 2018.../

 

Source extrait : Nice matin - 7octobre 2016

 

 

L'application Sail And Race Audioguide (SARA ) développée par Orange et Orion a été mise en lumière lors de l'Armor Cup 2016.

Cette application, disponible gratuitement sur Apple Store, a vocation de permettre la navigation aux mal/non voyants. L’expérience montre que cette application profite aux voyants pour dispenser le canal visuel de la prise d’informations de navigation. L’accessibilité est l’affaire de tous et pour tous.

https://itunes.apple.com/fr/app/id916926263?mt=8

accès à l'article

 

Sébastien Crozier est le président national du syndicat CFE-CGC Orange.

Pour lui, « cette fermeture à Bellegarde n’est pas surprenante ». Il a accepté de nous donner son analyse, connaissant bien le schéma du groupe.


« Cela fait partie d’un vaste plan de fermeture au niveau national. On sait qu’il y aura, dans les trois ans, 20 % du réseau qui sera touché par des fermetures de boutiques », explique le président du syndicat.


« C’est à cause de la pression concurrentielle »
En effet, dans les réseaux des opérateurs télécoms, la tendance est plutôt à la réduction du nombre de magasins. La faute, semblerait-il, à la concurrence. « Il y a une réduction du nombre de boutiques du groupe Orange en raison de la pression concurrentielle et des prix sur Internet.

 

 .../...

 

« On désintensifie le réseau pour créer des boutiques plus importantes avec davantage de trafic. »

Sébastien Crozier déplore le fait que, selon une doctrine générale, la concurrence serait positive pour les habitants. « C’est faux. Car, cette concurrence est synonyme de boutiques qui ferment et donc de chômage pour les salariés. Sans compter qu’on enlève des commerces de proximité à la population. »

 

 

Source : Le Progrès - 4 mars 2016

Devant les nombreuses difficultés que nous ont exprimées les acteurs de la vente dans leur métier (organisation du travail,évolution des métiers, mode de rémunération), nous avons choisi d'adresser un courrier à la Directrice Orange France.

En effet, même si nos actions auprès de la Direction Entreprises ont permis quelques petits ajustements, nous estimons aujourd'hui nécessaire de porter le débat à un autre niveau.


La pétition qui accompagne le courrier a recueilli plus de 50% de signatures, nous tiendrons les salariés informés de la suite donnée.

 

Le courrier à la Direction : pdf2014 - Lettre a D-ERNOTTE et petitions sept 2014.pdf

 

Le texte de la pétition: pdfPETITION.pdf