CFE-CGC Orange
CFE-CGC Orange

Conditions de Travail et Santé

Au sommaire de cette dernière séance de la mandature :

« Prise en charge partielle des frais de transports collectifs » en sous-traitance

La CFE-CGC met en garde la Direction contre la généralisation abusive d’externalisations de petits bouts en petits bouts, lesquels, au bout du bout, aboutiraient à externaliser toute la paie d’Orange.    

Enjeux et organisation du projet immobilier Bridge : suite de l’information

Soulevée par les Élus CFE-CGC lors du dernier CE, une question demeure : que veut-on faire de ce nouveau siège d’Orange ? Une vitrine des activités essentielles d’Orange ou bien une vitrine de quelques services de Direction non représentatifs de toutes les activités essentielles d’Orange ? 

Lille 2020, futur site de Nantes, libération de Marseille Sablier, Lyon 2020

Orange poursuit sa logique de concentration des personnels sur des sites importants dans une logique première de rationalisation économique. Des projets de ce type vont trop souvent à l’encontre des principes de notre politique RSE.    

Gestion déléguée de la restauration Orange : bilan 2016

La CFE-CGC rappelle que la restauration collective est une activité sociale et culturelle comme les autres, et qu'à ce titre, elle devrait être gérée par les CE.

pdfcr_ce_fsf_octobre_2017.pdf

Vous avez été nombreux à nous interpeller depuis de nombreux mois sur la pérennité du site de Gentilly et encore plus récemment lors de la HIS du vendredi 6 octobre

En CE le 18 mai dernier…

Nous sommes intervenus en séance, lors de la présentation du Plan Schéma Directeur Immobilier :

Mme MARTIN, CFE-CGC.- Vous avez annoncé dans les projets du secteur Île-de-France, un bâtiment neuf à Villejuif, notamment pour DTSI. Je fais partie de la Supply Chain France située à Gentilly. Notre bail doit se terminer fin 2018. J’aimerais savoir ce qu’il en est. Comme vous avez dit que ce projet pourrait avoir quelques impacts par rapport au périmètre GSSC, et que Gentilly n’est pas très loin de Villejuif, cela veut-il dire que nous migrerions vers Villejuif ?

La réponse qui nous avait été faite alors par la Direction avait été :

« A priori, le cœur de Villejuif sera DTSI. Il n’est pas du tout prévu, à ce jour, de mettre les équipes de Gentilly à Villejuif. La réalité de Gentilly est que le propriétaire est plus ou moins en train de mettre en œuvre un développement sur ce site. Le problème est que cela n’avance pas vraiment. Je ne suis pas certain que nous n’irons pas au-delà de fin 2018, mais je n’ai pas plus d’informations que cela. De toute façon, nous allons essayer de provoquer les événements, mais Villejuif sera un site dédié à toutes les activités Réseau (DTSI et DIF). Cela n’aurait pas beaucoup de sens en matière d’optimisation de mettre les Achats là-bas ». 

Depuis mai…

Nous n’avons pas manqué de revenir régulièrement vers la Direction de l’Immobilier que nous avons à nouveau relancée la semaine dernière.

Réponse du 9 octobre 2017

« Suite à un rendez-vous de vendredi dernier [avec le bailleur] nous recevrons une offre de prolongation (du bail) jusqu’à fin 2019 ; il est probable qu’il faudra alors quitter le site qui fera l’objet d’une démolition »

Pour qu’on n’en arrive pas là !!!

sans titre 1 copie

La CFE-CGC revendique d’être consultée sur le choix du site de destination pour…
·  veiller à ce que toutes les questions de trajet, proximité lieu de travail – domicile, soient étudiées en toute transparence,

·  vous assurer des conditions de travail adaptées à votre métier,

·  garantir le bien-être des salariés…

Vos futurs élus locaux DP/CE ne manqueront pas de veiller à la suite qui sera donnée à ce projet de déménagement !

pdfgentilly.pdf

 

 

banniere dans les medias sept2017

La revue de presse de septembre 2017 est à votre disposition.

Au sommaire : Orange Bank, emploi en région, résultats, actionnariat, numérique, siège social, handicap & discriminations, droit du travail, paroles d'experts

Pour la consulter : revue de presse septembre 2017

Pour vous abonner gratuitement : s'abonner

Vous pouvez lire les articles au fil de leur publication en rubrique Revue de presse, mais aussi en nous suivant sur Facebook, Twitter, et LinkedIn, où vous pouvez les partager avec vos amis.

Bonne lecture !

 

 

 

Lors du dernier CE du 22/09/2017, vos élus CFE-CGC ont de nouveau alerté la direction sur les conditions déplorables de travail de l'unité d'affaires Orange Healthcare. Depuis des mois, des salariés souffrent, s'inquiètent, sont ballotés dans leur fonction ou sommés de changer de poste et de rémunération.

Les instances représentatives du personnel alertent, interviennent pour gérer les crises mais la Direction d'Orange Healthcare refuse tout dialogue et campe sur ses positions. Les méthodes de management sont contre-productives et déstabilisantes et mettent en péril l'avenir de l'activité santé, pourtant soutenue depuis des années par Stéphane Richard.

 

orange healthcare tract sept17

Pour lire l'intégralité du tract c'est pdfICI

Enregistrer

Venez échanger chaque mois avec vos élus autour d’une Heure d'Information Syndicale.

Aujourd'hui : Vie et avenir des SCO
pdfVie et avenir des SCO

Les Services Clients Orange dit SCO sont nés du rapprochement des CCOR* (Centre Clients Orange) intégrés à la maison mère en même temps que la filiale Orange France SA et des AVSC** (Agence Ventes et Services Clients). Ils sont étroitement liés à l’histoire de France Télécom sur l’ensemble du territoire national . Qui ne se rappelle pas de ce numéro emblématique de contact le 14

« Dans une Union où tous sont égaux, il ne peut y avoir de citoyens de seconde classe. Ceux qui font le même travail, sur un même lieu, doivent toucher le même salaire ».

Telles sont les paroles prononcées par Jean-Claude Juncker, le Président de la Commission européenne, lors de son pdfdiscours sur l’état de l’Union le 13 septembre 2017, au sujet de la discorde entre les Etats membres à propos de la réforme de la Directive de 1996 relative aux travailleurs détachés.

La Directive sur les travailleurs détachés, dite Bolkestein, institue ce statut qui permet à un salarié envoyé par son employeur dans un autre pays de l’Union Européenne de conserver la couverture sociale de son pays d’origine de manière temporaire.

Cette disposition est accusée avec force par l’Etat français d’encourager le « dumping social », non seulement face aux pays dont les charges sociales sont moins élevées, mais en raison des rémunérations des travailleurs détachés dans les pays d’accueil qui sont tirées vers le bas.

En effet si la législation européenne, transposée en droit national, prévoit que les travailleurs détachés bénéficient légalement d’un noyau dur de droits en vigueur dans l’État membre d’accueil (durée du travail, congés, égalité hommes et femmes etc.), ces droits se limitent, en matière de rémunération, à l‘application des taux de salaire minimal : le SMIC en France.

Fin 2016, l’Union Européenne a proposé une révision des règles sur le détachement de travailleurs (proposition Directive du 16 décembre 2016), afin de les adapter aux besoins actuels.

La France a fermement dénoncé les méfaits du texte en vigueur, et milite pour une réforme ambitieuse et en profondeur du travail détaché. Sa détermination s’agissant de l’adoption du principe « à travail égal, salaire égal » est clairement affichée. 

Ainsi, le 23 octobre prochain, aura lieu une réunion des Ministres européens du Travail et des Affaires Sociales en vue d’un accord pour réviser la Directive de 1996. Bien entendu, tant qu’une révision n'a pas été approuvée par les États membres et le Parlement européen, la réglementation actuelle reste en vigueur.

Il y a lieu de s’interroger sur la politique d’Orange en la matière, entreprise dont l’Etat est actionnaire, et qui semble indirectement profiter de l’effet d’aubaine que constitue le dispositif du travail détaché, notamment pour le déploiement du Très Haut Débit.

Pour Orange qui affiche des objectifs ambitieux en matière de Responsabilité Sociale d'Entreprise, deux voies paraissent envisageables pour se démarquer par un mieux-disant social :

-       Prévoir un dispositif contractuel qui limite, voire pénalise, le recours au travail détaché par ses sous-traitants

-       Imposer, par anticipation, le principe selon lequel, sur le territoire de l’Union Européenne, tout travailleur détaché doit percevoir, hors charges sociales, la même rémunération qu’un salarié local équivalent.

Or, si le code de gestion des fournisseurs d’Orange France exige bien que ses sous-traitants se conforment aux dispositions légales en matière de rémunération, le texte  ne prévoit aucune contrainte plus vertueuse visant à promouvoir, pour un travailleur détaché, les mêmes salaires et primes que pour son équivalent local.

De quels moyens et outils le Groupe Orange entend-il donc se doter afin que, sur le territoire de l’Union Européenne, tant dans la passation de ses contrats de sous-traitance que dans le contrôle de leur exécution, il puisse atteindre l’exemplarité en matière de travail détaché ?  

Un renforcement, disent-ils...

Information / consultation (fin de la consultation débutée en séance du CCUES du 14 juin)

Ce dossier s’inscrit dans le cadre des « Orientations du domaine intervention » présentées en CCUES le 13 décembre 2016, fait suite aux points d’avancement présentés lors du CCUES des 15 mars et 13 / 14 juin 2017, et apporte des précisions supplémentaires / réponses aux questions posées par les élus.

Analyse de la CFE-CGC

La plupart des questions posées lors du dernier CCUES ont tourné autour des thèmes de la sous-traitance et de la centralisation. Tout au long de l’intervention de juin, que la CFE-CGC a attentivement relue, il a été à plusieurs reprises répondu que ce dossier ne consistait « ni à sous-traiter (plus) ni à centraliser l'activité, mais visait uniquement à donner une bouffée d'oxygène aux UI qui sont en difficulté, en s'appuyant sur ceux qui ont un peu de bande passante sans perdre de ressources ».

De fait, il s’agit bien d’un projet de renforcement du niveau de maille nationale pour pallier la fonte des effectifs dans les services et le non remplacement des départs…

La création d’équipe pôle vérifiant que la régulation se fasse bien afin que tous les UI ou DO soient servis de façon homogène, n’apparait donc que comme un pis-aller, une solution transitoire vers plus encore de concentration, à l’œuvre par exemple sur Paris.

La CFE-CGC maintient donc sa position de juin : il s’agit bien d’une centralisation, même si les personnels restent où ils sont, avec de surcroit un double rattachement hiérarchique… ce qui n’est jamais une situation ni très saine ni très claire.

S’agissant des baisses d’activité calculées par le marketing, erronées en 2015 et 2016, laquelle erreur de trajectoire n’est pas restée sans conséquence au niveau des conditions de travail de nos collègues des UI, il semble qu’en 2017, les prévisions soient justes : tant mieux pour les personnels et tant pis pour le réseau.

Une question pour conclure : en quoi cette réorganisation permettra-t-elle d’améliorer la transition vers la fibre qui amène un certain nombre de nos collègues à passer d’une compétence Cuivre à une compétence Cuivre/Fibre ?

Vote des élus : contre à l’unanimité

accès à l'article

Orange a conclu, le 28 juin 2017, un accord relatif à l’emploi et l’insertion des personnes en situation de handicap et à la lutte contre les discriminations. Les signataires s’engagent à mener une politique de recrutement « ambitieuse » avec pour objectif d’embaucher sous CDI 150 nouvelles personnes en situation de handicap d’ici fin 2019.



Un nouvel accord triennal 2017-2019 pour l’emploi et l’insertion des personnes en situation de handicap et la lutte contre les discriminations a été ratifié, le 28 juin 2017, par la direction d’Orange et les syndicats CFDT, CFE-CGC, CGT, FO et SUD. Il a été validé, le 11 juillet dernier, par la Direccte d’Île-de-France. C’est le sixième accord signé par l’entreprise dans ce domaine. Le précédent, celui de la période 2014 à 2016 (v. l’actualité n° 16524 du 6 février 2014), a permis une forte progression du taux d’emploi, de 5,81 % à 7,11 %. Avec ce nouvel accord, Orange souhaite poursuivre cette dynamique et accueillir sur la durée de l’accord au minimum 570 nouvelles personnes en situation de handicap. Il s’engage également dans la lutte contre les discriminations en y consacrant un chapitre. Ce dernier « constitue une première étape qui sera consolidée et développée pendant la durée de l’accord ».

.../...

Pour parvenir à ses engagements, Orange continue de s’appuyer sur une organisation spécifique reposant sur un réseau de référents « Handicap », chargés d’impulser la politique de recrutement des personnes en situation de handicap auprès des consultants de l’agence de recrutement d’Orange, eux-mêmes en lien avec les DRH au niveau national et local. L’accord prévoit également de maintenir et de créer des cursus de professionnalisation « adaptés aux besoins de l’entreprise ». Ils seront mis en œuvre par les DRH et correspondants handicaps des établissements principaux et secondaires, en coordination avec la « Mission insertion handicap » (MIH).

MESURES BUDGÉTAIRES

.../...


Orange réaffirme également sa volonté d’intensifier les actions destinées à adapter les outils de travail, de favoriser les programmes d’innovation « toutes déficiences confondues » et de poursuivre ses actions d’amélioration de l’accessibilité des lieux de travail.

Par ailleurs, l’accord prévoit de renforcer la professionnalisation des conseillers d’« Orange Avenir », chargés d’accompagner les salariés en situation de handicap dans leur vie professionnelle. Enfin, l’ensemble des mesures liées au handicap seront désormais regroupées dans « une page unique de l’intranet facilement accessible ».

.../...

Source extrait : Liaisons sociales - 14 sept 2017

siege orange bridge

Orange annonce par un communiqué publié aujourd’hui avoir choisi le projet “Bridge” pour son futur siège social de 56 000m2 à Issy-les-moulineaux. Voici à quoi il devrait ressembler en 2020.  

Un mouvement de voix dissidentes à ce projetde déménagement porté par Sébastien Crozier, président du syndicat CFE-CGC d’Orange s’était élevé en mai dernier contre ce projet. « Il y a un consensus pour considérer que ce n’est pas un bon projet ». La localisation de ces nouveaux locaux posait problème en matière de temps de transport des salariés, ainsi que la taille des open spaces et la proportion des bureaux partagés. Finalement, le projet retenu a été conçu par le cabinet d’architectes Jean-Paul Viguier dont Altarea Cogedim et Crédit Agricole Assurances sont co-investisseurs. Il devrait être livré à l’été 2020.

[...]

Extrait de Univers Freebox - Tristan Peyrotty - 04/09/2017

 

2111542 orange va prendre ses quartiers a issy en 2020 web tete 030525655827

Le groupe Orange annonce ce lundi le futur transfert de son siège à Issy-les-Moulineaux. L’opérateur téléphonique rejoindra le quartier du Pont d’Issy pour au moins douze ans.

Qui ira à Issy ? Quelque 2.700 salariés du groupe Orange vont faire leurs cartons à l'été 2020 pour le quartier du Pont d'Issy, à Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine). Le futur siège de l'opérateur téléphonique, construit en bordure de Seine, sera flambant neuf. Baptisé « Bridge », il comptera 56.000 mètres carrés. Le bail est signé pour douze ans, à compter de juin 2020, avec Altarea-Cogedim et Crédit Agricole Assurances, coinvestisseurs pour plus de 300 millions d'euros, et promoteurs de cette vaste opération immobilière.
Les premiers locataires seront les équipes de la tour Olivier de Serre, le siège actuel du groupe situé dans le XVe arrondissement dont le bail arrivera à son terme : la direction générale, la communication et la branche Afrique et Moyen-Orient. Les ressources humaines, installées rue Jobbe-Duval, et la formation, à Montrouge, feront aussi partie du voyage, comme le pôle financier de la place d'Alleray, site historique qu'Orange conservera. D'autres suivront, puisque l'immeuble peut accueillir jusqu'à 3.000 personnes.

[...]

Vers une évolution des méthodes de travail

« L'immeuble n'a pas été conçu spécifiquement pour Orange, les dirigeants du groupe ne cherchaient pas forcément à déménager, la réflexion n'était en tout cas pas entamée, mais notre projet les a convaincus », explique Stéphane Theuriau, le président du directoire d'Altarea-Cogedim. « Nous souhaitons offrir un meilleur environnement de travail à nos salariés, plus moderne, plus efficace, plus confortable. Des groupes vont se réunir pour réfléchir aux évolutions des méthodes de travail qui risquent de beaucoup changer au cours des trois prochaines années », précise-t-on chez Orange, où ces sujets sont à manier avec une grande prudence. Entre 2008 et 2009, une trentaine de salariés s'étaient suicidés sur leur lieu de travail ou en mettant en cause les méthodes de management du groupe et notamment une mobilité forcée. C'est aussi une réponse à plusieurs syndicats, critiques d'un projet visant surtout à économiser 4 millions d'euros par an, en rognant les surfaces de bureaux et en serrant les troupes avec une organisation en flex-office, sans poste de travail attaché à un salarié.

Extrait des Echos- Catherine Sabbah - 04/09/2017

Au sommaire de cette séance du 31 août

Point ASC...

et nos demandes quant au dysfonctionnement des chèques CADHOC, spécifiques rentrée scolaire...

Projet immobilier Bridge :

deux expertises indépendantes, finalisées et actualisées sur l’environnement, la qualité de l’air et sur l’accessibilité au site seront financées par la Direction...    

Politique sociale de l’entreprise :

égalité pro, handicap et « 1% » logement...   

Ambition Eden de la Direction comptable :

malgré les formations beaucoup de problèmes rencontrés, même si la qualité des cafés digitaux est souvent saluée...    

OFusion :

la CFE-CGC réclame un programme d’actions précis, accompagné d’un planning détaillé et d’un plan de formation à la juste mesure des ambitions affichées de l’outil OFusion.   

pdfcr_ce_fsf_aout_2017.pdf

Au sommaire de ces journées des 29 et 30 août

Orientations Stratégiques et résultats du S1 2017 de l’entreprise

Les résultats sont bons, y compris en France… on s’en félicite ;
Un dividende sera versé... on continue de le regretter ;
Cette croissance est le fruit des efforts consentis par nos collègues, efforts pas suffisamment remerciés à leur juste valeur par la politique de rétribution de notre entreprise, on le déplore...   

Démarche NEO

La démarche NEO introduit, voire généralise, la notion de Flex Desk ou SBF (sans bureau fixe) ou le nomadisme pour tous. La CFE-CGC réitère sa demande d’ouverture d’une négociation loyale sur toutes ces notions : Flex desk, mobilité, télétravail… les organisations qui en découlent, les nouveaux outils et/ou technologies en lien...   

Orientations formation 2018

La CFE-CGC souhaite alerter sur le retard pris par la DRH d’Orange dans l’application des droits à la formation des fonctionnaires. 

Politique sociale de l’entreprise :

Handicap : la CFE-CGC constate avec satisfaction le dépassement du taux d’emploi imposé par la loi
égalité pro. femmes / hommes : il est insupportable qu’année après année soient présentés des bilans qui montrent que des salariées, à compétences égales, mais parce que ce sont des femmes, continuent de percevoir une rémunération moindre que celle de leurs collègues masculins.
« 1% » Logement : le rapport d’activité Logement 2016 confirme une tendance baissière observée depuis plusieurs années, avec un nombre moindre de services rendus aux personnels d’Orange...

pdfcr_ccues_29_30_08_2017_def.pdf

Les conditions dans lesquelles les travailleurs handicapés peuvent bénéficier d’une retraite anticipée sont modifiées à partir du 1er septembre 2017.

 Les travailleurs handicapés présentant un taux d'incapacité permanente d'au moins 80 % et qui ne parviennent pas à justifier de leur handicap sur la durée d'assurance requise pour avoir droit à la retraite anticipée, vont pouvoir s’adresser à une commission pour obtenir, sur dossier médical, la validation des périodes manquantes (Code de la Sécurité sociale, art. L. 161-21-1).

liens :

- Legifrance : Décret sur la retraite anticipée du 11 mai 2017
- Handicap.gouv : Retraite anticipée des travailleurs handicapés

1048841 000 mf2xejpg

Pour la première fois cet été, les cadres bénéficiaient d'un «droit à la déconnexion». Mais un sondage de l'Ifop mené en juillet montre qu'ils sont encore 78% à consulter mails et SMS professionnels pendant leur temps libre. Retour sur les raisons d'un premier bilan mitigé.

Le droit à la déconnexion ? «L’argument marketing le plus inefficace qu’on ait jamais inventé.» Quand on lui pose la question – pendant son temps libre – de l’application de ce droit dans son entreprise, Sébastien Crozier, président du syndicat CGC Orange, ne mâche pas ses mots. Le géant des télécoms faisait pourtant figure de précurseur : c’est même suite au rapport d’un de ses responsables en ressources humaines, Bruno Mettling, que cette disposition avait été incorporée à la loi travail d’août 2016. Dès le mois de septembre, l’entreprise avait mis en place un accord avec ses principaux syndicats, reconnaissant entre autres «un droit intangible à la déconnexion». «On continue de recevoir des mails le soir, on continue d’y répondre parfois très tard. D’un côté, on nous encourage à la déconnexion, mais de l’autre côté, on renforce cette connexion permanente en nous fournissant des téléphones professionnels performants. On a aussi un groupe Facebook avec plus de 10 000 salariés dessus. C’est complètement intégré à la vie des salariés», explique Sébastien Crozier. Un cas loin d’être isolé : d’après une étude menée par l’Ifop en juillet, 78% des cadres consultent encore leurs communications professionnelles durant leur temps personnel.

[...]

La difficulté pour la loi d’appréhender le phénomène est d’autant forte que bien des emplois contiennent, dans leur ADN, cette nécessité de joignabilité permanente. «Je travaille à l’international, explique Sébastien Crozier, ce qui suppose de travailler avec des pays dont les jours ouvrés ne sont pas forcément les mêmes qu’en France… sans compter le décalage horaire ! Si quelqu’un m’appelle le dimanche, je ne peux pas ne pas répondre.»

[...]

Extrait de Libération- Claire Commissaire - 22/08/2017

Si l’accord « handicap & discrimination » 2017-2019 a pour but annoncé d’aller au-delà de la loi, il n’en reste pas moins timide dans ses avancées. La CFE-CGC Orange regrette notamment la diminution du temps libéré pour le TPSH, et le peu de nouveautés concernant la lutte contre les discriminations. L’engagement en faveur des recrutements de personnes en situation de handicap et la meilleure prise en compte de la notion de compensation sont en revanche des éléments positifs.

24 04 2015 sourd

Télécharger le tract en version pdf : pdftract_accord_handicap_et_discrimination_2017_2019_10aout2017.pdf

banque populaire lyon copy 1

L’intelligence artificielle (IA) est synonyme de progrès. Dans le milieu bancaire, elle effraie. Patrons et salariés tirent la sonnette d’alarme. Les assistants virtuels sont devenus la tendance. En 2016, le CIC-Crédit Mutuel ouvre la voie, développe puis utilise le logiciel Watson d’IBM.   Les tablettes en agence et les prises de rendez-vous en ligne amorcent ce mouvement.  Le groupe LCL a été le premier à supprimer les chargé(e)s d’accueil.

[...]

Autre syndicat à prendre la mesure de l’impact possible de ces évolutions technologiques : le SNB/CFE-CGC (Syndicat National de la Banque et du crédit CFE-CGC).

Son Président National, Régis Dos Santos, qui répond aux questions d’EcomNews, n’hésite plus désormais à faire un parallèle avec la situation dramatique que connut voilà quelques décennies le monde de la sidérurgie. Il estime que sans anticipation et adaptation, l’emploi dans le secteur bancaire pourrait connaitre de graves difficultés dans les années à venir.

Pour lui, « si la profession bancaire est toujours trèsdynamique en matière de recrutement, elle n’est plus créatrice net d’emplois depuis 2011 ».

[...]

Pour lui, « si l’objectif est exclusivement de transformer les gains de temps en économie de masse salariale, les conséquences pourraient rapidement être désastreuses en terme d’emplois ».

Extrait de Ecomnews- Charles Dos Santos - 28/07/2017

Le jeu du Monopoly...

Découvrez la restitution du CE de la DOSE du mois de Juin 2017 avec au sommaire :

  • Nos investissements immobiliers.
  • Nos Projets immobiliers.
  • Nos résultats (Fibre, Adsl, Satisfaction clients..).
  • Nos ASC...

 

Si vous voulez en savoir plus, cliquez sur le lien suivant :

pdftract-cedose-juin-17-v2.pdf

 

La CFE-CGC Orange et l'ensemble des organisations syndicales ont signé le nouvel accord pour l’emploi et l’insertion des personnes en situation de handicap et la lutte contre les discrimination – Période 2017 – 2019.

Les principaux points de ce nouvel accord sont les suivants :

au sommaire de cette séance :

Politique de rotation des acheteurs

consultation

Il s'agit de préconisations pour limiter l’exposition au risque de corruption au sein de la filière Achats, dans le cadre du projet professionnel de chacun, pour lesquelles notre analyse n’a pas changé quant à cette politique qui n’impacte qu’une partie de la filière achat, les prescripteurs n’étant toujours pas embarqués…Quant aux indispensables lanceurs d’alerte, leur protection n’est toujours pas avérée !

Vote des élus : contre à l'unanimité

Point de suivi sur l’évolution de la DRH Groupe

point d'étape

information sur l'accompagnement de la mise en place de la nouvelle organisation

Opportunité de lancement du projet Bridge

consultation

La CFE-CGC est plus que réservée sur ce projet

dans l'attente d'informations complémentaires, les élus ont refusé de rendre un avis...

Rapport Emploi et Compétences : bilan 2016 et perspectives 2017 - 2019

information en vue d'une consultation

-5,4% pour les Equivalents Temps Plein CDI !

Transfert de l’activité Comptabilité de Sofrecom SA au CSPCF

information en vue d'une consultation

Opération prévue au S2 2017

La CFE-CGC a également souhaité faire une mise au point quant aux résolutions ASC votées en CE cf. le flash info ci dessous

pdfflash_infos_asc.pdf

Le CR intégral est à lire ici : pdfcr_ce_fsf_juin_2017.pdf