CFE-CGC Orange
CFE-CGC Orange
feed-image
  • Etablissements
  • Filiales du groupe
  • Orange Marine

Vos Contacts CFE-CGC

Rene Pierre CARPENTIER

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

élus CE:

Jean Claude Orain Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Guillaume Le Saux Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Imprimer

SUD – CFDT Maritime Bretagne- Océans – CFDT F3C - CGT - CGT des marins du grand ouest – CFE-CGC des cadres navigants de la marine marchande

 

La direction de France Telecom Marine, filiale du Groupe Orange, spécialisée sur le secteur maritime de la maintenance et l’installation de réseaux de télécommunication doit mettre en service prochainement un nouveau navire câblier : le Pierre de Fermat.

 

L’arrivée de ce navire est l’occasion pour la direction de mettre en place une nouvelle organisation du travail et potentiellement de l’étendre au reste de sa flotte.

 

Cette nouvelle organisation du travail impacte sensiblement et immédiatement les effectifs de salariés navigants français de l’entreprise aussi bien Inscrits Maritime (IM) que salariés mission Non inscrits Maritime (NIM).

Cette nouvelle organisation du travail, à travers l’utilisation de l’outil TPS, conduirait probablement au remplacement d’une partie des salariés français par de la main d’œuvre étrangère et à la disparition complète d’un collège de salariés.

Les navigants français de FT Marine inscrits maritimes et non inscrits maritimes sont très inquiets pour l’avenir de leurs emplois et de cette filiale du Groupe.

 

La mise en exploitation de ce nouveau navire câblier est en relation avec un redéploiement de la flotte et probablement aussi des actes contractuels de FT Marine au profit d’autres filiales câblières du Groupe dont la Présidence est commune.

 

Aux arguments RH présentés par la direction de FT Marine, les salariés répondent par le document joint « Annexe au courrier au Comité de Groupe – Volet social » dans lequel, leurs représentations syndicales dénoncent point par point la vacuité des justifications et l’incohérence du projet de la direction de l’entreprise FT Marine.

 

Aux motifs énoncés dans le document joint « Annexe au courrier au comité de Groupe – Volet économique et financier », les salariés s’interrogent, entre autres points, de l’équité des transmissions et aides aux autres structures câblières dans le cadre légal d’une compensation sociale ou économique au titre de l’aide apportée.

 

Aux arguments concernant, le vieillissement des salariés, les départs potentiels, et les besoins nouveaux, les organisations syndicales demandent que les accords d’emploi des jeunes, et autres accords en vigueur dans le groupe, soient mis en application dés à présent à FT Marine.

Les organisations syndicales demandent que FT Marine ou le Groupe montre sa volonté de participer à l’embauche de jeunes salariés en remplacement des postes qui se libéreront suite aux départs naturels en TPS ou retraites.

 

Suite à l’incendie du navire Chamarel et les conditions dans lesquelles cette perte est survenue,

Suite aux conséquences supportées par FT Marine et le Groupe ; qu’il s’agisse de conséquences financières, opérationnelles ou en termes d’image de l’entreprise, ainsi qu’aux conséquences pour le personnel de FT Marine,

Les organisations syndicales à FT Marine demandent l’ouverture d’une enquête interne indépendante par le document joint « Annexe au courrier au Comité de Groupe – Perte du Chamarel ».

 

Après la perte du Chamarel, avant de mettre en service un tout nouvel outil de production polyvalent et très moderne, FT Marine projette une réorganisation du travail inadaptée et risquée. Car il s’agit précisément d’une phase où elle doit réorganiser sa flotte, renforcer sa présence sur ses contrats et non fragiliser ses ressources et ses compétences humaines.

 

Les représentations syndicales sensibles au message du président du Groupe se reconnaissent entièrement dans cette défense des intérêts de leur entreprise.

Il ne faut, en effet, ne pas déstabiliser Orange en ce moment.

Et il ne faut pas déstabiliser FT Marine, activité support des développements nationaux et internationaux en cours. Filiale maitresse dans l’activité stratégique de l’entreprise.

 

Les organisations syndicales réunies s’opposent à ce projet de la direction de FT Marine, car c’est avec ses ressources humaines, ses compétences, le cœur de métier et non contre, qu’elle doit développer sa présence et envisager l’avenir.

Imprimer

Du fait du planning du RENE DESCARTES les délégués syndicaux CFE-CGC et CGT-PEX ont été invités à une réunion d’information et de consultation avancée de quelques jours. Cette réunion, initialement prévue séparément, s’est faite communément.

 

La direction rappelle qu’aujourd’hui cette réunion ne concerne que le PDF mais cette expérience pourrait être portée aux autres navires dans un délai de 1 à 2 ans.

 

Pour élaborer sa proposition d’effectif la direction a organisé 6 réunions. La représentation du personnel fut la suivante 8 maistrances (tous services compris), 6 Seconds, 3 commandants, 3 personnes embarquées sur le PDF.

 

Suite à ces réunions elle a présenté aux commandants et chefs mécaniciens son projet et maintenant conformément au décret 67-432 du 26/05/1967 elle le présente aux représentants syndicaux.

 

Rappel des points importants du décret

 

DECRET

Décret n° 67-432 du 26 mai 1967 relatif aux effectifs à bord des navires de commerce, de pêche et de plaisance.

Version consolidée au 10 avril 1999

 

Article 1

L'effectif de tout navire est fixé par l'armateur s'il n'a pas été déterminé au préalable par voie d'accord entre les parties intéressées ou leurs représentants.

Il est soumis, par l'armateur, au visa de l'administrateur des affaires maritimes territorialement compétent qui apprécie sa conformité aux règles relatives à la sécurité de la navigation et à la durée du travail.

 

Article 2

Si les conditions réelles d'exploitation du navire ne permettent pas d'assurer le respect des règles mentionnées à l'article 1er ci-dessus, le visa est retiré.

 

Article 4

Les décisions prises par les administrateurs des affaires maritimes en application des dispositions du présent décret sont motivées.

Elles peuvent faire à toute époque l'objet d'un recours devant le directeur de la marine marchande, de la part de l'armateur, des délégués du personnel du navire en cause ou des organisations professionnelles représentatives sur le plan national des armateurs et des marins.

Le directeur de la marine marchande statue dans les huit jours suivant la réception de la demande.

 

Article 5

Les décisions prises par le directeur de la marine marchande en application de l'article précédent peuvent être portées, dans les quinze jours suivant leur notification, par les personnes ou organisations mentionnées à l'article 4 ci-dessus, devant le ministre chargé de la marine marchande. Celui-ci statue en dernier ressort, dans le délai d'un mois, après avis d'une commission aux travaux de laquelle sont associées les organisations professionnelles d'armateurs et de marins et dont la composition et les modalités de fonctionnement sont

fixées par arrêté du ministre chargé de la marine marchande.

 

ORGANISATION DU PDF

(Tout ce qui suit est un résumé des propos du directeur d’armement).

 

L’organisation du PDF est basée sur un état d’esprit positif, économe, créatif, efficace, équitable. Elle appelle au volontariat pour les nouvelles fonctions qui sont issues de l’évolution d’anciennes méthodes de travail.

Le cadre de cette organisation est de puiser dans les ressources humaines existantes, de définir des fonctions clé, de reconnaître les efforts des personnes en amenant via le volontariat et la compétence à une promotion de celles-ci. La catégorie de personnel visée est la maistrance.

La maistrance sera promue au niveau officier via des VAE accompagnées qui entrainera une employabilité accrue pour les volontaires. Ces VAE seront diplômant (service machine) ou non mais permettront dans les 2 cas d’accéder à des fonctions supérieures.

Au pont les fonctions de « Chef de pont » et « Chef de pont adjoint » sont créées. Sous les ordres du second capitaine ils seront en charge du service PONT avec pour mission l’entretien du navire mais surtout l’expertise « Travaux câble » à conserver, et si besoin à faire évoluer, au sein de FT Marine. Des formations accompagnées seront proposées à la maistrance PONT pour accéder à ces postes (management, langue, …).

A la machine une passerelle vers la fonction d’officier sera proposée à la maistrance MACHINE via une VAE diplômant. 4 pôles seront créés Propulsion – Electrique – Auxiliaire – Machine à câble. A la tête de ces pôles un officier dont des anciens maîtres.

Au service général des promotions vers la fonction de commissaire auront lieu. Il faut simplifier le service cuisine – hôtellerie avec une équipe ramassée autours du commissaire. Le chef cuisinier sera toujours de nationalité française.

 

EFFECTIF DU PDF

 

Au pont 24 maîtres de manoeuvre ont été formés suivant des périodes plus ou moins longues, au final seulement 4 ont été recrutés. Le coût moyen de formation par maître de manoeuvre recruté s’élève à un peu plus de 170 000 € (NDLR : 110 000 € si on ajoute les 2 derniers recrutés ayant donnés satisfaction mais non repris définitivement à ce jour).

 

A la fin 2015 nous aurons 6 à 7 maîtres d’équipage ou de manoeuvre qui auront quitté les câbliers. Au rythme actuel de renouvellement de la maistrance pont ce n’est pas possible de combler ce déficit. Il faut un nouveau vivier de recrutement. Il est proposé qu’au fur et à mesure du départ des « chefs de pont » issus de la maistrance des lieutenants prendront leur place. Pour accéder au poste de second capitaine il faudra avoir occupé la fonction de « chef de pont ».

L’effectif pont sera constitué d’un commandant, d’un second capitaine, de 2 lieutenants passerelle, d’un chef de pont, d’un chef de pont adjoint, de 2 maitres d’équipage malgaches, de 2 chefs de bordée malgaches, de 10 matelots malgaches, de 3 timoniers malgaches.

L’effectif machine sera constitué d’un chef mécanicien, d’un second mécanicien, d’un électronicien, de 2 officiers mécaniciens + 2 autres officiers issus de la maistrance machine, d’un automaticien malgache, 3 ouvriers mécaniciens malgaches, 1 ouvrier électricien malgache, 1 nettoyeur malgache.

L’effectif du service général sera constitué d’un commissaire, d’un chef cuisinier, de 2 seconds cuisiniers malgaches, d’un aide de cuisine malgache, d’un steward malgache, de 3 garçons d’office malgaches.

Hors les marins du service jointage et ROV, le PDF sera armé avec 45 marins dont 15 français (14 officiers + 1 chef cuisinier).

 

Lors des missions longues un docteur ou infirmier français pourra être embarqué en supplément d’effectif.

Autant que faire se peut au moins 2 élèves seront embarqués en permanence.

 

NDLR : En comparaison le Raymond Croze est armé avec 52 marins dont 20 français (10 officiers + 10 maîtres). Les 7 postes manquants sont 5 français (un maitre pont, l’infirmier, l’intendant, le maitre d’hôtel, un maitre machine) et 2 malgaches (un matelot, le chef d’office). Les postes de maitre d’équipage et de manoeuvre restants évoluent vers le poste de « chef Pont » et son adjoint. Les 2 maitres machine restant évoluent vers un poste d’officier mécanicien et le poste de second capitaine adjoint évolue vers un poste de commissaire uniquement dédié au service général.

 

Hormis le fait que sur travaux l’effectif fonctionnerait en 2 X 12 heures il n’a pas été donné de détails sur :

  • Les heures de travail
  • L’organisation détaillée de chaque service
  • La fiche de poste des nouvelles fonctions
  • Les salaires
  • Les congés

Imprimer

La direction, à ce jour, affirme qu’elle n’a pris aucune décision. Elle consulte et comme elle a beaucoup de respect pour les boscos c’est par eux qu’elle a commencé, elle consultera prochainement (le 6 Février) les maitres machine. Les officiers devraient être dans la même logique (mais pas de date) puis viendra la consultation des DOP et chefs de mission. Curieusement les adjoints, techniciens, jointeurs et rovistes ne seront pas consultés (NDLR : il ne faut surtout pas croire que c’est par manque de respect, il y a un pas qu’il ne faut pas franchir).

 

L’effectif du Pierre de Fermat sera communiqué aux instances représentatives une fois qu’il sera approuvé par la marine d’ici 40 à 45 jours.

 

La direction nous a donné quelques pistes qui sont à l’étude :

  • Les CDI en place devraient poursuivre leur route mais au départ de ceux-ci leur remplacement sera étudié non seulement sur la pérennité de leur poste et, s’il était conservé, sur la qualité de la personne qui le remplacera. Dans les projections, 2017, devraient être une année avec de nombreux départs.
  • Le Pierre de Fermat devrait avoir une organisation du travail différente de celle des autres navires.
  • La méthode de recrutement actuelle des maîtres de manoeuvre est abandonnée car peu efficace
    et trop onéreuse. Il n’y a pas de solution alternative définie à ce jour. Peut-être recrutera t on les 2 derniers maîtres de manoeuvre formés si besoin.
  • Suite à l’hypothèse d’une éventuelle résistance du personnel le président a rappelé que FT Marine n’était pas sa boite et que si on l’empêchait de la faire fonctionner il la fermerait et irait travailler ailleurs. (NDLR : Pour un fonctionnaire des finances il est aisé de se faire recaser).
  • L’enveloppe financière des TPS est disponible, le cash provisionné n’a guère été utilisé. Il ne faut pas hésiter à en profiter.

AUTRE : Le CERTAMEN va être ferraillé, sa déconstruction génère quelques soucis administratifs. Il sera remplacé vers la mi-mars par le ANTONIO MELUCCI (ex IT INTERCEPTOR, ex ATLANTIDA). Il est loué coque nue pour 1 an, reconductible par tranche de 6 mois.

Imprimer