CFE-CGC Orange
CFE-CGC Orange

Economie et Réglementation des Télécoms

banniere dans les medias sept2017

La revue de presse de septembre 2017 est à votre disposition.

Au sommaire : Orange Bank, emploi en région, résultats, actionnariat, numérique, siège social, handicap & discriminations, droit du travail, paroles d'experts

Pour la consulter : revue de presse septembre 2017

Pour vous abonner gratuitement : s'abonner

Vous pouvez lire les articles au fil de leur publication en rubrique Revue de presse, mais aussi en nous suivant sur Facebook, Twitter, et LinkedIn, où vous pouvez les partager avec vos amis.

Bonne lecture !

 

 

 

« Dans une Union où tous sont égaux, il ne peut y avoir de citoyens de seconde classe. Ceux qui font le même travail, sur un même lieu, doivent toucher le même salaire ».

Telles sont les paroles prononcées par Jean-Claude Juncker, le Président de la Commission européenne, lors de son pdfdiscours sur l’état de l’Union le 13 septembre 2017, au sujet de la discorde entre les Etats membres à propos de la réforme de la Directive de 1996 relative aux travailleurs détachés.

La Directive sur les travailleurs détachés, dite Bolkestein, institue ce statut qui permet à un salarié envoyé par son employeur dans un autre pays de l’Union Européenne de conserver la couverture sociale de son pays d’origine de manière temporaire.

Cette disposition est accusée avec force par l’Etat français d’encourager le « dumping social », non seulement face aux pays dont les charges sociales sont moins élevées, mais en raison des rémunérations des travailleurs détachés dans les pays d’accueil qui sont tirées vers le bas.

En effet si la législation européenne, transposée en droit national, prévoit que les travailleurs détachés bénéficient légalement d’un noyau dur de droits en vigueur dans l’État membre d’accueil (durée du travail, congés, égalité hommes et femmes etc.), ces droits se limitent, en matière de rémunération, à l‘application des taux de salaire minimal : le SMIC en France.

Fin 2016, l’Union Européenne a proposé une révision des règles sur le détachement de travailleurs (proposition Directive du 16 décembre 2016), afin de les adapter aux besoins actuels.

La France a fermement dénoncé les méfaits du texte en vigueur, et milite pour une réforme ambitieuse et en profondeur du travail détaché. Sa détermination s’agissant de l’adoption du principe « à travail égal, salaire égal » est clairement affichée. 

Ainsi, le 23 octobre prochain, aura lieu une réunion des Ministres européens du Travail et des Affaires Sociales en vue d’un accord pour réviser la Directive de 1996. Bien entendu, tant qu’une révision n'a pas été approuvée par les États membres et le Parlement européen, la réglementation actuelle reste en vigueur.

Il y a lieu de s’interroger sur la politique d’Orange en la matière, entreprise dont l’Etat est actionnaire, et qui semble indirectement profiter de l’effet d’aubaine que constitue le dispositif du travail détaché, notamment pour le déploiement du Très Haut Débit.

Pour Orange qui affiche des objectifs ambitieux en matière de Responsabilité Sociale d'Entreprise, deux voies paraissent envisageables pour se démarquer par un mieux-disant social :

-       Prévoir un dispositif contractuel qui limite, voire pénalise, le recours au travail détaché par ses sous-traitants

-       Imposer, par anticipation, le principe selon lequel, sur le territoire de l’Union Européenne, tout travailleur détaché doit percevoir, hors charges sociales, la même rémunération qu’un salarié local équivalent.

Or, si le code de gestion des fournisseurs d’Orange France exige bien que ses sous-traitants se conforment aux dispositions légales en matière de rémunération, le texte  ne prévoit aucune contrainte plus vertueuse visant à promouvoir, pour un travailleur détaché, les mêmes salaires et primes que pour son équivalent local.

De quels moyens et outils le Groupe Orange entend-il donc se doter afin que, sur le territoire de l’Union Européenne, tant dans la passation de ses contrats de sous-traitance que dans le contrôle de leur exécution, il puisse atteindre l’exemplarité en matière de travail détaché ?  

Au sommaire de ces journées des 27 et 28 septembre

Notre déclaration préalable : 

Orange, entreprise stratégique : la CFE-CGC écrit au Premier Ministre

Expertise des comptes de l’entreprise : volet social

la décroissance des effectifs, un choix stratégique, partie intégrante de la politique globale de l’entreprise

Expertise des comptes 2016 de l’entreprise – volet Orange France

Orange en faits et chiffres   

Renforcement des activités d’appui de l’intervention

centralisation et double rattachement hiérarchique… une situation ni très saine ni très claire.    

Transformation digitale du Groupe

une transformation au service des salariés... vraiment ?   

Politique relation clients en boutiques

le maillage se détricote    

Bilan 2016 des activités sociales et culturelles déléguées auprès d’Orange SA

on prend les mêmes et on recommence

pdfcr_ccues_27_28_09_2017.pdf

Le syndicat national de l'encadrement d'Orange a refusé, fin août, de signer la prolongation de la gestion prévisionnelle de l'emploi (GPEC).

Selon les chiffres dont dispose le syndicat de l'encadrement CFE-CGC d'orange, le groupe de télécommunication prévoit de réduire ses effectifs loirétains de 923 à moins de 750 en 2019. Notamment dans le service client téléphone, les interventions sur le réseau, l'état-major, les infrastructures et les fonctions support.

Sébastien Crozier, le président national du syndicat, était de retour à Orléans avant-hier, pour faire part de son désaccord et préparer des rencontres avec les députés.

.../...

"Il faudrait faire passer le centre d'appels de 140 à 240 personnes, doubler les 200 salariés du réseau, ajouter 100 à 150 emplois dans les services administratifs...", énumère Sébastien Crozier. Et pourquoi pas créer un nouveau centre d'appels pour Orange Bank, la toute nouvelle banque en ligne.

Source extrait : La République du Centre - Carole Tribout - 8 septembre 2017

accès à l'article

Orange a conclu, le 28 juin 2017, un accord relatif à l’emploi et l’insertion des personnes en situation de handicap et à la lutte contre les discriminations. Les signataires s’engagent à mener une politique de recrutement « ambitieuse » avec pour objectif d’embaucher sous CDI 150 nouvelles personnes en situation de handicap d’ici fin 2019.



Un nouvel accord triennal 2017-2019 pour l’emploi et l’insertion des personnes en situation de handicap et la lutte contre les discriminations a été ratifié, le 28 juin 2017, par la direction d’Orange et les syndicats CFDT, CFE-CGC, CGT, FO et SUD. Il a été validé, le 11 juillet dernier, par la Direccte d’Île-de-France. C’est le sixième accord signé par l’entreprise dans ce domaine. Le précédent, celui de la période 2014 à 2016 (v. l’actualité n° 16524 du 6 février 2014), a permis une forte progression du taux d’emploi, de 5,81 % à 7,11 %. Avec ce nouvel accord, Orange souhaite poursuivre cette dynamique et accueillir sur la durée de l’accord au minimum 570 nouvelles personnes en situation de handicap. Il s’engage également dans la lutte contre les discriminations en y consacrant un chapitre. Ce dernier « constitue une première étape qui sera consolidée et développée pendant la durée de l’accord ».

.../...

Pour parvenir à ses engagements, Orange continue de s’appuyer sur une organisation spécifique reposant sur un réseau de référents « Handicap », chargés d’impulser la politique de recrutement des personnes en situation de handicap auprès des consultants de l’agence de recrutement d’Orange, eux-mêmes en lien avec les DRH au niveau national et local. L’accord prévoit également de maintenir et de créer des cursus de professionnalisation « adaptés aux besoins de l’entreprise ». Ils seront mis en œuvre par les DRH et correspondants handicaps des établissements principaux et secondaires, en coordination avec la « Mission insertion handicap » (MIH).

MESURES BUDGÉTAIRES

.../...


Orange réaffirme également sa volonté d’intensifier les actions destinées à adapter les outils de travail, de favoriser les programmes d’innovation « toutes déficiences confondues » et de poursuivre ses actions d’amélioration de l’accessibilité des lieux de travail.

Par ailleurs, l’accord prévoit de renforcer la professionnalisation des conseillers d’« Orange Avenir », chargés d’accompagner les salariés en situation de handicap dans leur vie professionnelle. Enfin, l’ensemble des mesures liées au handicap seront désormais regroupées dans « une page unique de l’intranet facilement accessible ».

.../...

Source extrait : Liaisons sociales - 14 sept 2017

(Bloomberg) -- Orange is strategic co. for France, must be considered by French government as one of country’s industrial flagships, labor union CFE-CGC says in letter sent to French Prime Minister Edouard Philippe.

  • NOTE: French state owns ~23% of Orange
  • Persistent rumors of French government divestment are harmful to Orange shares, company confidence: CFE-CGC
  • Orange employees are concerned about future of French stake in Orange, union says

RELATED: French PM Says State to Sell Assets, Privatization Not Discussed

Dépêche Bloomberg du 12/09/2017

privatisation cfe cgc orange monte au creneau

Dans une lettre ouverte adressée au Premier ministre, la CFE-CGC et l’ADEAS (Association pour la défense de l’épargne et de l’actionnariat des salariés) de l’opérateur historique s’inquiètent de la possibilité d’une cession des 23% de l’Etat au capital du groupe.

Ils veulent des éclaircissements. Et ce, sans traîner. Dans une lettre ouverte, la CFE-CGC et l'ADEAS (Association pour la défense de l'épargne et de l'actionnariat des salariés) d'Orange appellent le Premier ministre Edouard Philippe à se prononcer sur la possible cession des 23% du capital de l'Etat dans l'opérateur historique.

[...]

Extrait de La Tribune - Pierre Manière - 13/06/2017

Des craintes alimentées par les récents propos du premier ministre Edouard Philippe, confirmant que l’Etat allait prochainement « céder des parties de capitaux », sans toutefois citer Orange.
De quoi attiser l’inquiétude de certains salariés du groupe. Ces déclarations d’Edouard Philippe datant du 3 septembre dernier ont suivi celles de Bruno Le Maire un jour plus tôt. Le ministre de l’Economie avait précisé lors du forum italien "The European House" que plusieurs privatisations allaient voir le jour : « Je vais annoncer dans quelques semaines que nous allons privatiser certaines entreprises pour avoir de l’argent afin de financer l’innovation ». Le premier ministre avait dans la foulée nuancé ces dires indiquant que ces cessions ne seraient pas automatiquement des privatisations.

[...]

Extrait de Univers Freebox - Maxime Raby - 13/09/2017

Unions at Orange have written to the French Prime Minister Edouard Philippe asking for clarification on the state's plans for its 23 percent stake in Orange. This follows statements from Philippe and others that the government plans to reduce its stakes in several companies, in order to free up money for investment, Le Monde reports.

[...]

Extrait de Telecompaper- 13/06/2017

Le syndicat et une association d’actionnaires salariés redoutent le désengagement potentiel de l’Etat, qui possède 23 % du capital de l’opérateur de télécommunications.

1cdded6 20592 1yboqdv.3qjbutyb9

Le spectre d’une privatisation totale d’Orange commence à échauffer les esprits au sein de l’opérateur de télécommunications. La CFE-CGC d’Orange et l’Adeas (Association pour la défense de l’épargne et de l’actionnariat salariés), liée au syndicat, ont écrit au premier ministre, Edouard Philippe, jeudi 7 septembre, pour lui faire part de leur préoccupation à propos du désengagement potentiel de l’Etat, qui possède 23 % du capital de l’opérateur.

Extrait de Le Monde - Sandrine Cassini Sandrine Cassini- 12/09/2017

L'extrait paru dans l'édition papier du Monde est également accessible sur l'Intranet Orange




Le syndicat national de l'encadrement d'Orange (siège à Paris/75 - opérateur télécom et internet - effectif groupe estimé : 155000 - .../... a refusé de signer une prolongation de la gestion prévisionnelle de l'emploi (GPEC) à la fin du mois d'août.

 

D'après lui, le groupe de télécommunication envisagerait de ne remplacer qu'un départ sur deux en Île de France, et un seul sur quatre en province. En terre loirétaine, Orange prévoit par exemple de passer de 923 collaborateurs à moins de 750, et ce dès 2019.

Sébastien Crozier, le président national du syndicat, prône quant à lui un renforcement des effectifs sur place avec, pourquoi pas, la création d'un centre d'appel pour Orange Bank (nouvelle banque en ligne du groupe).

 

Extrait : Zoom actu . 12/09/2017

Suite aux différentes déclarations du gouvernement, et notamment celles de Bruno Le Maire la semaine dernière, la CFE-CGC Orange demande au Premier Ministre d'éclaircir la position de l'Etat sur le caractère stratégique d'Orange et les participations au capital d'Orange qu'il prévoir de conserver.

etat rateau

Télécharger le courrier en pdf : pdfcfe-cgcorange_lettreouvertepremierministre_participationetat_7sept2017_def.pdf

Lire le texte intégral du courrier :

Au sommaire de ces journées des 29 et 30 août

Orientations Stratégiques et résultats du S1 2017 de l’entreprise

Les résultats sont bons, y compris en France… on s’en félicite ;
Un dividende sera versé... on continue de le regretter ;
Cette croissance est le fruit des efforts consentis par nos collègues, efforts pas suffisamment remerciés à leur juste valeur par la politique de rétribution de notre entreprise, on le déplore...   

Démarche NEO

La démarche NEO introduit, voire généralise, la notion de Flex Desk ou SBF (sans bureau fixe) ou le nomadisme pour tous. La CFE-CGC réitère sa demande d’ouverture d’une négociation loyale sur toutes ces notions : Flex desk, mobilité, télétravail… les organisations qui en découlent, les nouveaux outils et/ou technologies en lien...   

Orientations formation 2018

La CFE-CGC souhaite alerter sur le retard pris par la DRH d’Orange dans l’application des droits à la formation des fonctionnaires. 

Politique sociale de l’entreprise :

Handicap : la CFE-CGC constate avec satisfaction le dépassement du taux d’emploi imposé par la loi
égalité pro. femmes / hommes : il est insupportable qu’année après année soient présentés des bilans qui montrent que des salariées, à compétences égales, mais parce que ce sont des femmes, continuent de percevoir une rémunération moindre que celle de leurs collègues masculins.
« 1% » Logement : le rapport d’activité Logement 2016 confirme une tendance baissière observée depuis plusieurs années, avec un nombre moindre de services rendus aux personnels d’Orange...

pdfcr_ccues_29_30_08_2017_def.pdf

cover r4x3w1000 5979c73d10e19 000 np0tg

Le groupe de télécom Orange a renoué avec la croissance sur son principal marché, la France, au premier semestre de l'exercice, une première depuis 2009, qui vient s'ajouter à la très bonne tenue de l'ensemble des marchés européens du groupe.

Le bénéfice net part du groupe est en recul de 78,5% à 682 millions d'euros, souffrant d'un élément de comparaison défavorable, dû à la cession de sa participation dans l'opérateur britannique EE l'année précédente, qui avait rapporté 2,25 milliards d'euros au groupe.

Sur cette période, le groupe a vu son chiffre d'affaires progresser de 1%, à 20,28 milliards d'euros, grâce notamment à un rebond des marchés de la zone Afrique et Moyen-Orient et une stabilisation du marché français, en légère croissance (+0,2%) pour la première fois depuis 2009, selon un communiqué du groupe. Si le chiffre d'affaires du groupe est ressorti environ à 1% en dessous du consensus, les marchés ont salué des résultats jugés positifs, le cours du titre prenant 2,83% à 14,735 euros à 11h20 à la Bourse de Paris.

[...]

Comme annoncé lors de la dernière assemblée générale des actionnaires, le groupe a par ailleurs confirmé le versement d'un dividende de 0,65 euro par action pour l'exercice en cours, contre 0,60 euro par action en 2016. Une décision dénoncée par les syndicats du groupe, la CFC-CGC et l'Association de défense de l'épargne et de l'actionnariat salarié (ADEAS) réclamant, dans un communiqué commun, "une baisse du dividende pour permettre à Orange de retrouver des marges de manoeuvre pour accélérer sa politique d'investissement".

Extrait de Challenges, avec AFP - 27/07/2017

 

Parmi les dossiers présentés devant le CE ce mois-ci, les résultats d'OBS pour 2016 et le bilan Egalité professionnelle. Des résultats mitigés pour notre entité qui subit une forte pression concurrentielle mais également s'avère pénalisée par la complexité de l'organisation.

Le bilan Egalité professionnelle montre lui, que SCE n'évolue pas beaucoup sur ce champ : trop peu de femmes sur les métiers techniques, des embauches insuffisantes avec des contrats précaires et une inégalité persistante dans la promotion et la rétribution des femmes. L'entreprise doit mieux faire pour son féminiser son effectif et le traiter plus équitablement.

pdfL'Essentiel CE de SCE en intégral.

Tous vos élus vous souhaitent de bonnes vacances

vacances2

 

au sommaire de cette séance :

Politique de rotation des acheteurs

consultation

Il s'agit de préconisations pour limiter l’exposition au risque de corruption au sein de la filière Achats, dans le cadre du projet professionnel de chacun, pour lesquelles notre analyse n’a pas changé quant à cette politique qui n’impacte qu’une partie de la filière achat, les prescripteurs n’étant toujours pas embarqués…Quant aux indispensables lanceurs d’alerte, leur protection n’est toujours pas avérée !

Vote des élus : contre à l'unanimité

Point de suivi sur l’évolution de la DRH Groupe

point d'étape

information sur l'accompagnement de la mise en place de la nouvelle organisation

Opportunité de lancement du projet Bridge

consultation

La CFE-CGC est plus que réservée sur ce projet

dans l'attente d'informations complémentaires, les élus ont refusé de rendre un avis...

Rapport Emploi et Compétences : bilan 2016 et perspectives 2017 - 2019

information en vue d'une consultation

-5,4% pour les Equivalents Temps Plein CDI !

Transfert de l’activité Comptabilité de Sofrecom SA au CSPCF

information en vue d'une consultation

Opération prévue au S2 2017

La CFE-CGC a également souhaité faire une mise au point quant aux résolutions ASC votées en CE cf. le flash info ci dessous

pdfflash_infos_asc.pdf

Le CR intégral est à lire ici : pdfcr_ce_fsf_juin_2017.pdf

Au sommaire de cette séance des 13 et 14 juin 2017

Évolution en UAT du traitement de la réitération des contacts.

Pas de « reconnaissance » à terme pour les volontaires ? Inacceptable !

Premier volet de l’expertise sur les Orientations Stratégiques.

Ce volet intermédiaire devra être complété par l'analyse de tous les éléments financiers

Renforcement des activités d’appui de l’intervention.

Autant d’organisations qu’il y a d’UI ou de DO ?

Nouvel environnement de travail Orange : NEO.

La CFE-CGC, suivie par toutes les autres organisations syndicales, demande l’ouverture d’une négociation nationale auprès de toutes les instances concernées...

Mise à jour de la Politique anticorruption du Groupe au regard de la loi Sapin 2.

Pour la CFE-CGC, les premiers lanceurs d’alerte sur lesquels s’appuyer sont les Instances Représentatives du Personnel. Regrettable, donc, que nulle part leur rôle et importance ne soient mentionnés dans le document.

Projet de rapport sur l’apprentissage et la taxe d’apprentissage 2016

Un rapport qui mériterait d’être inscrit dans un texte plus global sur l’alternance, englobant également, donc, les contrats pro...

pdfcr_ccues_13_14_06_2017.pdf