CFE-CGC Orange
CFE-CGC Orange

Emploi & Métiers

banniere dans les medias oct2017

La revue de presse d'octobre 2017 est à votre disposition.

Au sommaire : Orange Bank, emploi en région, résultats, actionnariat (ORP et actions gratuites), marché entreprise et gouvernance.

Pour la consulter : revue de presse octobre 2017

Pour vous abonner gratuitement : s'abonner

Vous pouvez lire les articles au fil de leur publication en rubrique Revue de presse, mais aussi en nous suivant sur Facebook, Twitter, et LinkedIn, où vous pouvez les partager avec vos amis.

Bonne lecture !

cartecreditorangebank

En Auvergne-Rhône-Alpes l'opérateur télécoms a formé une centaine de ses salariés à ce nouveau service. Le syndicat CFE CGC qui voit d'un très bon oeil la transformation de l'opérateur télecoms en opérateur numérique craint une surchauffe d'activités dans les agences, en cette fin d'année, et demande une anticipation des embauches prévues en 2018.

[...]

A ce propos et au niveau de la région Auvergne Rhône-Alpes, Valérie Thérond, assure que le recours aux CDD et intérimaires est ajusté en fonction des besoins et des périodes commerciales pour renforcer "les 600 salariés dont 420 conseillers clients du réseau de distribution". Ce que demande la centrale syndicale c'est une anticipation des embauches prévues en 2018.

La CFE CGC réclame au total la création de 1500 emplois dans la région "pour combler les besoins de services de proximité, diminuer le recours à la sous-traitance dans les activités de coeur de métier, et redéployer localement des fonction support d'intérêt national". Et elle en appelle aux élus locaux pour éviter que Centre-Est devienne un "désert Orange" à l'exception de l'agglomération lyonnaise.

Extrait de La Tribune Lyon / Acteurs de l'Economie - Marie-Annick Depagneux - 03/11/2017

orangepaiementmobile 684x513

Orange ouvre sa banque aujourd’hui. Gratuite, ouverte à tous et équipée de technologies cognitive pour accompagner les utilisateurs, cette offre 100% mobile s’inscrit comme un concurrent de poids sur le secteur bancaire.

Cette fois, c’est la bonne. Après le lancement repoussé à la dernière minute en juillet dernier, Orange ouvre officiellement sa banque mobile ce jeudi 2 novembre. A l’époque, Stéphane Richard avait justifié ce report par de nécessaires ajustements pour offrir un produit abouti, sans toutefois entrer dans les détails.

Dans une lettre envoyée au PDG, la CFE-CGC, nous apprend que les « retards successifs liés à l’acquisition (de Groupama Banque, NDLR), puis à l’obtention des autorisations règlementaires et enfin aux problèmes de SI (parcours digital) et intégration au SI de notre réseau de distribution, ont conduit la Direction à faire le choix d’un lancement au 2 novembre ». Le syndicat s’inquiète par ailleurs de la capacité des équipes à faire face à la demande alors que s’annonce la période tendue des fêtes mêlée au lancement de l’iPhone X demain, vendredi 3 novembre. 500 recrutements sont attendus en 2018. Insuffisants selon l’organe syndical.

[...]

Extrait de Silicon.fr - Christophe Lagane - 2/11/2017

2126919 litineraire dun apprenti banquier web tete 030810507987

Orange a mis plus de deux ans pour mettre en musique ses ambitions dans la banque en France. Retour sur le parcours de l'opérateur dans ce nouveau métier, qu'il a d'abord expérimenté en Afrique et en Pologne.

Malgré les reports successifs, l'agitation est à son comble pour le top départ du lancement d'Orange Bank ce jeudi, dans les boutiques de l'opérateur. « L'enthousiasme suscité par ce lancement est proportionnel à la tension qu'il suscite : il intervient une journée avant le lancement de l'Iphone X , de quoi mettre fortement sous pression les équipes », estime Sébastien Crozier, président de la CFE-CGC d'Orange, qui, pour l'occasion, a proposé d'utiliser les heures de délégation syndicale pour prêter main-forte aux boutiques ! De quoi éprouver concrètement l'impact de cette offre, qui s'est fait tant désirer.

[...]

Extrait de Les Echos - Sharon Wajsbrot - 2/11/2017

carteorangebank

Si Orange Bank ouvre ses portes demain, il est possible de créer un compte depuis hier. Nous avons commencé à analyser la procédure et les détails de l'offre. Voici un premier article avant une analyse plus complète.Demain, ce sera le grand jour pour Orange Bank. Après plusieurs reports et de nombreux mois de retard afin de peaufiner le projet, le service bancaire du fournisseur d'accès est enfin accessible à tous. Il sera appuyé dès aujourd'hui sur une large campagne de communication, notamment vidéo.

[...]

Orange Bank est d'ailleurs un projet issu du rachat d'une majorité de Groupama Banque l'année dernière. Il s'agit donc d'un établissement bancaire à part entière. Toute la gestion se fait en ligne ou par téléphone (200 personnes dans deux centres à Amiens et Montreuil), avec un « conseiller virtuel disponible 24/7 » qui répondra rapidement aux besoins les plus basiques. Il nous a été précisé qu'il avait été entraîné à reconnaitre le langage SMS, ce que nous avons hâte de vérifier.

140 boutiques Orange sont là, elles, uniquement pour la création de compte. 890 collaborateurs ont été formés IOBSP (Intermédiaires en Opérations de Banque et en Services de Paiement), ils seront distingués par un badge « Orange Bank » et pourront répondre aux questions des clients ou bien effectuer une inscription dans un coin isolé de la boutique.

Mais les personnels ne vont pas pour autant devenir des chargés de comptes. La CFE-CGC a néanmoins alerté une nouvelle fois de son côté sur le choix de la période de lancement (fêtes de fin d'année, arrivée de l'iPhone X, etc.) et le manque de salariés dédiés à cette nouvelle tâche.

[...]

Extrait de NextInpact - David Legrand - 1/11/2017

 

7368558 richard 1000x625

L'opérateur de téléphonie Orange lance sa banque ce jeudi. Objectif : deux millions de clients. Son offre aux tarifs très agressifs commence déjà à chambouler le paysage bancaire.

[...]

L'enjeu est de taille pour les banques dont le modèle classique est voué à profondément se transformer, car d'autres nouveaux acteurs toquent à la porte. Comme nous le révélions cet été, SFR est en embuscade. Patrick Drahi pourrait lui aussi lancer sa propre banque à l'horizon 2019. Le patron d'Orange joue gros, à quelques mois de la fin de son mandat. Un bon démarrage de sa banque et le PDG du groupe, candidat à sa succession, serait conforté. Mais, à la veille du lancement du nouvel l'iPhone et de la période de Noël, la CFE-CGC s'inquiète de « la capacité des équipes à tenir le choc» en cas d'afflux de nouveaux clients dans les boutiques Orange.

Extrait de Le Parisien - Daniel Rosenweg et Boris Cassel - 2/11/2017


A quelques jours du lancement de Orange Bank, l’offre bancaire 100% mobile de l’opérateur, prévu le 2 novembre prochain, le syndicat CFE-CGC met les pieds dans le plat. Les retards successifs ont conduit au choix d’une date de lancement dans une mauvaise période. De plus les boutiques sont déjà en sous effectifs, les représentants syndicaux demandent plus de recrutements et sont prêts à mettre la main à la pâte en allant aider leurs collègues en boutique en décembre.

.../...


Par ailleurs, conscients de l’importance qu’il y a à ce que cette période se passe bien, les centaines de représentants de la CFE-CGC Orange (2e organisation syndicale dans le groupe Orange) se proposent d’utiliser leurs heures de délégation du mois de décembre pour venir en soutien à leurs collègues en boutique et les aider à faire face à la forte affluence qui s’annonce. Si leur proposition est acceptée, ils sont prêts à suivre une formation dès le mois de novembre.

Enfin, dans une interview à La Provence, Sébastien Crozier, le président de CFE-CGC Orange France estime que la répartition des emplois sur le territoire est déséquilibrée. Trop de postes sont localisés en région parisienne. Il demande à ce que 8 000 emplois soient relocalisés d’Ile de France vers 10 grandes métropoles. Il propose également la création du deuxième centre d’appel d’Orange Bank à Aix-Marseille.

 

Source extrait : Univers Freebox - 31 octobre 2017 - Tristan Peyrotty

accès à l'article

 

 

Lors de la visite de Sébastien  CROZIER, président de la CFE-CGC Orange, découvrez l'article de presse paru le 28 Octobre 2017 dans la Provence, suite à un entretien du 23 Octobre.

Avec au sommaire :

  • L'emploi dans notre région
  • L'arrivée d'Orange Bank
  • Relocalisation de l'emploi dans notre région.

 

Si vous voulez en savoir plus, cliquez sur le lien suivant :

jpgarticleprovence_copie.JPG

 

20171028 1 6 1 1 0 obj15992409 1

L'arrivée d'Orange bank cause des remous ?

Non, c'est un projet plutôt fédérateur qui s'inscrit dans la mutation de nos activités. Aujourd'hui nous sommes dans une logique de biométrie et le paiement directement via les smartphones. L'Afrique nous montre la voie. Les comptes bancaires traditionnels ont évolué. Dans ce contexte-là, Orange a toute légitimité pour être une banque. Nous connaissons bien nos clients et les banques elles-mêmes n'ont-elles pas vendu des téléphones ?

[...]

nous pointons déjà un sous-staffing dans nos boutiques. Nous estimons qu'il manque 10 à 15 % de personnel. L'agence de La Canebière à Marseille en est un bon exemple. La CFE-CGC demande la création de 1 500 emplois en Paca. Concernant le seul bassin marseillais, nous estimons perdre une centaine d'emplois chaque année par les non remplacements de départs à la retraite. Cela ne rend pas le territoire attractif pour les salariés. C'est spécifique à notre région ?D'une manière générale le groupe remplace les départs surtout en Ile de France où sont implantés les postes à forte valeur ajoutée, quitte à déséquilibrer les régions.

[...]

La CFE-CGC demande que 8 000 emplois soient relocalisés d'ici 5 ans d'Ile de France vers 10 grandes métropoles. Pour Orange Bank un centre d'appel est créé à Amiens. Pourquoi ne pas implanter le second ici à Aix-Marseille ?

Extrait de La Provence - Marie-Cécile Berenger - 28/10/2017

Du 22 septembre au 20 octobre 2017, se déroule la 11ème édition nationale des Talents Handicap.

De nombreuses entreprises proposent des offres d'emploi pour les candidats en situation d'handicap.

Orange est présente sur ce forum et propose des offres d'emploi sur plusieurs régions avec des métiers variés.

Vous trouverez les informations sur cette nouvelle édition :

banniere dans les medias sept2017

La revue de presse de septembre 2017 est à votre disposition.

Au sommaire : Orange Bank, emploi en région, résultats, actionnariat, numérique, siège social, handicap & discriminations, droit du travail, paroles d'experts

Pour la consulter : revue de presse septembre 2017

Pour vous abonner gratuitement : s'abonner

Vous pouvez lire les articles au fil de leur publication en rubrique Revue de presse, mais aussi en nous suivant sur Facebook, Twitter, et LinkedIn, où vous pouvez les partager avec vos amis.

Bonne lecture !

 

 

 

Venez échanger chaque mois avec vos élus autour d’une Heure d'Information Syndicale.

Aujourd'hui : Vie et avenir des SCO
pdfVie et avenir des SCO

Les Services Clients Orange dit SCO sont nés du rapprochement des CCOR* (Centre Clients Orange) intégrés à la maison mère en même temps que la filiale Orange France SA et des AVSC** (Agence Ventes et Services Clients). Ils sont étroitement liés à l’histoire de France Télécom sur l’ensemble du territoire national . Qui ne se rappelle pas de ce numéro emblématique de contact le 14

« Dans une Union où tous sont égaux, il ne peut y avoir de citoyens de seconde classe. Ceux qui font le même travail, sur un même lieu, doivent toucher le même salaire ».

Telles sont les paroles prononcées par Jean-Claude Juncker, le Président de la Commission européenne, lors de son pdfdiscours sur l’état de l’Union le 13 septembre 2017, au sujet de la discorde entre les Etats membres à propos de la réforme de la Directive de 1996 relative aux travailleurs détachés.

La Directive sur les travailleurs détachés, dite Bolkestein, institue ce statut qui permet à un salarié envoyé par son employeur dans un autre pays de l’Union Européenne de conserver la couverture sociale de son pays d’origine de manière temporaire.

Cette disposition est accusée avec force par l’Etat français d’encourager le « dumping social », non seulement face aux pays dont les charges sociales sont moins élevées, mais en raison des rémunérations des travailleurs détachés dans les pays d’accueil qui sont tirées vers le bas.

En effet si la législation européenne, transposée en droit national, prévoit que les travailleurs détachés bénéficient légalement d’un noyau dur de droits en vigueur dans l’État membre d’accueil (durée du travail, congés, égalité hommes et femmes etc.), ces droits se limitent, en matière de rémunération, à l‘application des taux de salaire minimal : le SMIC en France.

Fin 2016, l’Union Européenne a proposé une révision des règles sur le détachement de travailleurs (proposition Directive du 16 décembre 2016), afin de les adapter aux besoins actuels.

La France a fermement dénoncé les méfaits du texte en vigueur, et milite pour une réforme ambitieuse et en profondeur du travail détaché. Sa détermination s’agissant de l’adoption du principe « à travail égal, salaire égal » est clairement affichée. 

Ainsi, le 23 octobre prochain, aura lieu une réunion des Ministres européens du Travail et des Affaires Sociales en vue d’un accord pour réviser la Directive de 1996. Bien entendu, tant qu’une révision n'a pas été approuvée par les États membres et le Parlement européen, la réglementation actuelle reste en vigueur.

Il y a lieu de s’interroger sur la politique d’Orange en la matière, entreprise dont l’Etat est actionnaire, et qui semble indirectement profiter de l’effet d’aubaine que constitue le dispositif du travail détaché, notamment pour le déploiement du Très Haut Débit.

Pour Orange qui affiche des objectifs ambitieux en matière de Responsabilité Sociale d'Entreprise, deux voies paraissent envisageables pour se démarquer par un mieux-disant social :

-       Prévoir un dispositif contractuel qui limite, voire pénalise, le recours au travail détaché par ses sous-traitants

-       Imposer, par anticipation, le principe selon lequel, sur le territoire de l’Union Européenne, tout travailleur détaché doit percevoir, hors charges sociales, la même rémunération qu’un salarié local équivalent.

Or, si le code de gestion des fournisseurs d’Orange France exige bien que ses sous-traitants se conforment aux dispositions légales en matière de rémunération, le texte  ne prévoit aucune contrainte plus vertueuse visant à promouvoir, pour un travailleur détaché, les mêmes salaires et primes que pour son équivalent local.

De quels moyens et outils le Groupe Orange entend-il donc se doter afin que, sur le territoire de l’Union Européenne, tant dans la passation de ses contrats de sous-traitance que dans le contrôle de leur exécution, il puisse atteindre l’exemplarité en matière de travail détaché ?  

Orange France en faits et chiffres

Au sommaire de cette présentation :

Précisions sur le chiffre d’affaires : CA Mobile ; CA Fixe ; ARPU fixe HD, Accès et Contenus, perspectives TV…

Marge sur coûts directs et distribution

Charges indirectes : principales variations de charges indirectes et centres de profits (OWF et DEF) et de coûts (DCRCGP, DI) ; Variation des charges indirectes sur DT hors UI…

Charges, ordre de grandeur, coûts immobiliers et transformations : contributions des entités opérationnelles aux principaux postes de charges ; coûts immobiliers et énergétiques DTSI et transformation Réseaux ; AD : une petite hausse des coûts immobiliers, une grande transformation de la Distribution

UI et Relations Clients, évolution des activités, de la sous-traitance et des effectifs

CAPEX hors DSI : CAPEX DMGP home, DCRCGP et DIF ; CAPEX Réseaux

Réseaux et activités SI : les CAPEX SI, contraintes SI+, COME/Post COME ; activités SI et sous-traitance ; Orange France sous-traitance SI et autres sous-traitances sur 2016

La politique de Recherche et d’Innovation du Groupe.

Analyse de la CFE-CGC

La CFE-CGC regrette de ne pouvoir que se répéter : si la situation de l’Entreprise s’améliore, cette amélioration (qui reste néanmoins fragile) se fait pour beaucoup, et trop, au détriment des conditions de travail de nos salariés et au bénéfice de nos sous-traitants…

Orientations formations et perspectives PEC : décroissance des effectifs et centralisation

Outre qu’il met en évidence la décroissance des effectifs, comme choix stratégique et partie intégrante de la politique globale de l’entreprise, avec une élaboration de la GPEC « à l’envers » qui part du résultat attendu (l’estimation des besoins prend en compte l’objectif d’économies du plan 2020), le rapport pointe une stratégie de centralisation porteuse de risques pour les personnels comme pour l’entreprise…

  • les écarts de taux de remplacement entre bassins d’emplois contribuent au déséquilibre entre territoire avec un renforcement de la prépondérance de l’Ile de France ;
  • dans le même temps, l’entreprise tend à centraliser une part de ses activités, en particulier la distribution avec la réorganisation de son réseau de boutiques, ce qui limite les perspectives d’évolution de carrière des salariés des petites villes ;
  • cette stratégie qui favorise les clients des grands centres urbains, apparait en contradiction avec le besoin de plus de proximité.
  • en délaissant la clientèle rurale et celle de petites villes, Orange déroge à sa tradition historique d’d’acteur accompagnant le dynamisme des territoires ;
  • le service au client comme avantage différenciant est constamment mis en avant, mais l’absence de service de proximité va à l’encontre de cet objectif…

Analyse de la CFE-CGC

Le plan essentiels 2020 ne semble pas avoir entraîné d’inflexion de la politique prévisionnelle malgré les ambitions affichées.

L’entreprise persévère dans la même tendance que nous dénonçons avec force : la force au travail interne ne cesse de diminuer au profit de la force au travail externe, avec une baisse très importante des effectifs actifs CDI (exprimé en ETP CDI cela ne fait plus que 76 800 fin 2016 pour l’UES, soit encore une baisse de 5,2%) qui force à augmenter dangereusement la sous-traitance.

De même, la CFE CGC dénonce une fois de plus comme particulièrement nuisible pour l’avenir de notre entreprise et pour l’efficacité de nos services aux clients le déséquilibre géographique croissant. Aucune rationalité ne justifie aujourd’hui la concentration actuelle de près d’un salarié sur 3 en Ile de France.

Le syndicat national de l'encadrement d'Orange a refusé, fin août, de signer la prolongation de la gestion prévisionnelle de l'emploi (GPEC).

Selon les chiffres dont dispose le syndicat de l'encadrement CFE-CGC d'orange, le groupe de télécommunication prévoit de réduire ses effectifs loirétains de 923 à moins de 750 en 2019. Notamment dans le service client téléphone, les interventions sur le réseau, l'état-major, les infrastructures et les fonctions support.

Sébastien Crozier, le président national du syndicat, était de retour à Orléans avant-hier, pour faire part de son désaccord et préparer des rencontres avec les députés.

.../...

"Il faudrait faire passer le centre d'appels de 140 à 240 personnes, doubler les 200 salariés du réseau, ajouter 100 à 150 emplois dans les services administratifs...", énumère Sébastien Crozier. Et pourquoi pas créer un nouveau centre d'appels pour Orange Bank, la toute nouvelle banque en ligne.

Source extrait : La République du Centre - Carole Tribout - 8 septembre 2017

 Découvrez la restitution du CE de la DOSE des mois de Juillet et Août avec au sommaire :

  • Le Social, l'Emploi et les Conditions de travail.
  • Règlements intérieurs.
  • Formation 2018.

 

Si vous voulez en savoir plus, cliquez sur le lien suivant :

pdftractcedose-juilaout17-v1.pdf