CFE-CGC Orange
CFE-CGC Orange

Emploi & Métiers

 Découvrez la restitution du CE de la DOSE des mois de Juillet et Août avec au sommaire :

  • Le Social, l'Emploi et les Conditions de travail.
  • Règlements intérieurs.
  • Formation 2018.

 

Si vous voulez en savoir plus, cliquez sur le lien suivant :

pdftractcedose-juilaout17-v1.pdf

 

 




Le syndicat national de l'encadrement d'Orange (siège à Paris/75 - opérateur télécom et internet - effectif groupe estimé : 155000 - .../... a refusé de signer une prolongation de la gestion prévisionnelle de l'emploi (GPEC) à la fin du mois d'août.

 

D'après lui, le groupe de télécommunication envisagerait de ne remplacer qu'un départ sur deux en Île de France, et un seul sur quatre en province. En terre loirétaine, Orange prévoit par exemple de passer de 923 collaborateurs à moins de 750, et ce dès 2019.

Sébastien Crozier, le président national du syndicat, prône quant à lui un renforcement des effectifs sur place avec, pourquoi pas, la création d'un centre d'appel pour Orange Bank (nouvelle banque en ligne du groupe).

 

Extrait : Zoom actu . 12/09/2017

banque populaire lyon copy 1

L’intelligence artificielle (IA) est synonyme de progrès. Dans le milieu bancaire, elle effraie. Patrons et salariés tirent la sonnette d’alarme. Les assistants virtuels sont devenus la tendance. En 2016, le CIC-Crédit Mutuel ouvre la voie, développe puis utilise le logiciel Watson d’IBM.   Les tablettes en agence et les prises de rendez-vous en ligne amorcent ce mouvement.  Le groupe LCL a été le premier à supprimer les chargé(e)s d’accueil.

[...]

Autre syndicat à prendre la mesure de l’impact possible de ces évolutions technologiques : le SNB/CFE-CGC (Syndicat National de la Banque et du crédit CFE-CGC).

Son Président National, Régis Dos Santos, qui répond aux questions d’EcomNews, n’hésite plus désormais à faire un parallèle avec la situation dramatique que connut voilà quelques décennies le monde de la sidérurgie. Il estime que sans anticipation et adaptation, l’emploi dans le secteur bancaire pourrait connaitre de graves difficultés dans les années à venir.

Pour lui, « si la profession bancaire est toujours trèsdynamique en matière de recrutement, elle n’est plus créatrice net d’emplois depuis 2011 ».

[...]

Pour lui, « si l’objectif est exclusivement de transformer les gains de temps en économie de masse salariale, les conséquences pourraient rapidement être désastreuses en terme d’emplois ».

Extrait de Ecomnews- Charles Dos Santos - 28/07/2017

Découvrez l’essentiel de votre CE Normandie Centre de juin 2017 avec à l'ordre du jour :

  • Information sur la valorisation du barème de subvention de la restauration
  • Rapport PEC : Perspectives 2017 / 2019
  • Information sur la mise en oeuvre chez Orange des évolutions législatives et réglementaires du Service de Santé au Travail
  • Transfert de la boutique de Coutances (Consultations)

pdfcr_ce_juin_2017_do_nc.pdf

Découvrez la restitution du CE d'Orange France Siège du mois de Juin 2017 avec au sommaire :

  • Déclaration préalable restauration : le tour de passe passe de la Direction
  • PRO / PME : Projet de création d’une Direction métiers (poursuite de l'information)
  • Plan Schéma Directeur immobilier 2017
  • Rapport Trimestriel d’activité OFS du T1-2017
  • Rapport Trimestriel emploi OFS du T1-2017
  • CE Extra : Rapport d’activité et de Gestion 2016 du CE


pdfL'essentiel du CE Orange France Siège de juin 2017

bannic3a8re dans20les20mc3a9dias juin2017

La revue de presse de juin 2017 est à votre disposition.

Au sommaire : Orange Bank, emplois en région, AG des actionnaires, acquisitions, numérique, droit du travail, diversité, paroles d'experts

Pour la consulter : revue de presse juin 2017

Pour vous abonner gratuitement : s'abonner

Bonne lecture et bel été.

Nous vous donnons rendez-vous en septembre pour la prochaine revue de presse. Dans l'intervalle, vous pouvez suivre les publications au fil de l'eau en rubrique Revue de presse.

Le jeu du Monopoly...

Découvrez la restitution du CE de la DOSE du mois de Juin 2017 avec au sommaire :

  • Nos investissements immobiliers.
  • Nos Projets immobiliers.
  • Nos résultats (Fibre, Adsl, Satisfaction clients..).
  • Nos ASC...

 

Si vous voulez en savoir plus, cliquez sur le lien suivant :

pdftract-cedose-juin-17-v2.pdf

 

Suite à l’accord Reconnaissance des Compétences signé en février 2017, la CFE-CGC continue à travailler sur la revalorisation du métier de Chargé d’Affaires (CHAFF) en Unité d’Intervention (UI) dans le cadre du Comité Technique du 22 Juin 2017.
Nous avons été la seule Organisation Syndicale à avoir rencontré la Direction à plusieurs reprise afin que ce métier fasse partie des priorités de cet accord.

Notre travail de longue haleine sur ces deux dernières années  a permis de faire reconnaître la spécificité du métier de CHAFF.Découvrez dans le détail ce que la CFE-CGC a obtenu pour vous lors de la réunion du 22 juin 2017 :

pdftract_chaff.pdf

La CFE-CGC Orange et l'ensemble des organisations syndicales ont signé le nouvel accord pour l’emploi et l’insertion des personnes en situation de handicap et la lutte contre les discrimination – Période 2017 – 2019.

Les principaux points de ce nouvel accord sont les suivants :

au sommaire de cette séance :

Politique de rotation des acheteurs

consultation

Il s'agit de préconisations pour limiter l’exposition au risque de corruption au sein de la filière Achats, dans le cadre du projet professionnel de chacun, pour lesquelles notre analyse n’a pas changé quant à cette politique qui n’impacte qu’une partie de la filière achat, les prescripteurs n’étant toujours pas embarqués…Quant aux indispensables lanceurs d’alerte, leur protection n’est toujours pas avérée !

Vote des élus : contre à l'unanimité

Point de suivi sur l’évolution de la DRH Groupe

point d'étape

information sur l'accompagnement de la mise en place de la nouvelle organisation

Opportunité de lancement du projet Bridge

consultation

La CFE-CGC est plus que réservée sur ce projet

dans l'attente d'informations complémentaires, les élus ont refusé de rendre un avis...

Rapport Emploi et Compétences : bilan 2016 et perspectives 2017 - 2019

information en vue d'une consultation

-5,4% pour les Equivalents Temps Plein CDI !

Transfert de l’activité Comptabilité de Sofrecom SA au CSPCF

information en vue d'une consultation

Opération prévue au S2 2017

La CFE-CGC a également souhaité faire une mise au point quant aux résolutions ASC votées en CE cf. le flash info ci dessous

pdfflash_infos_asc.pdf

Le CR intégral est à lire ici : pdfcr_ce_fsf_juin_2017.pdf

Nice : Non-assistance à site en danger

Quelle est l’instance qui mène la réflexion sur l’avenir du site de Sophia ?

C’est la question que nous avons adressée à la Direction lors de la réunion plénière des DP du 23 mars 2017.

A travers cette question nous souhaitions obtenir un éclairage sur la déclinaison de la GPEC sur le site de Sophia et par la même occasion, obtenir des gages sur l’avenir du site.

La Direction qui nous recevait en intersyndicale DP s’est voulue rassurante quant à la pérennité du site sans toutefois nous convaincre. Cela, d’autant que notre proposition de travailler de concert avec elle sur l’articulation de la GPEC au niveau du site n’a pas trouvé d’écho favorable.

Pourquoi se poser autant de questions sur l’avenir du site ?

Tout simplement parce que l’évolution des effectifs est inquiétante. La Direction semble se satisfaire d’une soit disant stabilité des effectifs depuis 10 ans. Or, cela ne permet en aucun cas de s’affranchir du fait que l’âge moyen du site augmente inexorablement année après année pour atteindre aujourd’hui presque 50 ans. Selon le rapport GPEC Orange ,bassin d’emploi Sud-Est, de 2015 à 2020 Orange va subir une érosion « naturelle » (retraites + TPS) d’un tiers du personnel. Le bilan social chez Equant met en évidence cette tendance à l’érosion des effectifs due à la fois à l’âge et à la mobilité interne, en solde défavorable chez Equant. Les mobilités vers le Groupe constituent à elles seules 42,56% des départs.

Cette situation nous emmène à tirer la sonnette d’alarme car à moyen terme, d’ici à 2020, la situation des effectifs si elle continue sur cette trajectoire fera d’Equant à Sophia Antipolis une coquille vide destinée à la liquidation. En effet, ne rien faire entrainerait un passage de 260 à 150 salariés à moyen terme. A partir de 150 personnes, le site devient évidemment moins

attractif à tous les niveaux. Rendu à ce point critique nous aurons sans doute perdu une grande part de notre capacité d’actions pour la pérennisation des activités du site. Il y a urgence.

Bien entendu, la GPEC est là pour mettre en évidence et alerter sur ces risques. Elle devrait permettre dans le même temps, d’élaborer les solutions pour y remédier.

Un accord de GPEC est défini au niveau d’Orange Groupe. Des rapports PEC sont définis sur 3 ans (2016-2018) au niveau du bassin d’emploi Sud-Est. Ceci pour toutes les entités Orange et filiales, avec une partie bilan et une seconde partie prospectives. Il est aussi établi un rapport PEC Equant France. L’accord GPEC définit un cadre de travail permettant d’établir les bilans et prospectives et de décliner cela au niveau des bassins d’emploi. Le bassin GPEC pour le site OBS de Sophia est Cannes-Sophia.

Cet accord défini aussi le rôle de chacun. Il y est clairement établi que les organisations syndicales négocient le cadre de la GPEC avec la direction. Il y est stipulé : «Les organisations syndicales négocient avec la direction les modalités d’information/consultation des IRP sur la stratégie du groupe, son impact prévisible, ainsi que les mesures d’accompagnement concourant à en anticiper les effets ».

Aujourd’hui nous sommes loin de cette réalité en terme de collaboration concernant la GPEC entre la Direction et les IRP. Celle-ci devrait pourtant être un élément essentiel de la mise en œuvre de la stratégie de construction de notre avenir.

La Direction du site de Sophia n’a pas répondu à nos attentes par rapport à la visibilité demandée sur la déclinaison locale de la GPEC et aussi notre désir de contribuer à la mise en place d’actions.

Or, il est clairement exposé dans le rapport PEC Sud-Est sur la prospective à 2018 une recommandation pour des embauches en interne et en externe pour tenir tient compte de la diminution des effectifs due à la courbe des âges. .

connaissance de l’environnement international et une grande volonté d’être des acteurs au sein de leur entreprise. Il faut espérer que la Direction entende cet appel et prenne les mesures qui conviennent pour assurer la pérennité du site et le redynamiser.

Pour conclure, souhaitons que la Direction s’engage à garder des effectifs au minimum constants sur les cinq prochaines années. Pour ce faire:

§  des actions doivent être mises en place rapidement pour faire face à l’érosion naturelle des effectifs, ainsi qu’à la mobilité sortante intra-groupe,

§  une meilleure articulation entre la GPEC Orange et PEC de notre bassin d’emploi doit être mise en œuvre ; ce qui permettra de définir des actions concrètes pour la sauvegarde et l’évolution de nos compétences.

Les représentants locaux de la CFE-CGC sont ouverts à toute collaboration allant dans ce sens avec la Direction ainsi que toutes les Organisations syndicales

Ensemble, Agissons!

Rapprochez-vous au plus tôt de votre contact syndical CFE-CGC

La CFE-CGC Equant sera attentive

  * A la pérennité de notre entreprise

  * A l’impact des réorganisations sur notre environnement de travail

  * A la rétribution de notre travail et l’amélioration de notre pouvoir d’achat

  * A la qualité et la santé au travail

Vos correspondants CFE-CGC

Jean-Yves Faure (Nice)
Jordi Ramallo (Nice)
Nathalie Delsaux (Rennes)
Themyre Charabie (Idf)
Philippe Savadogo (Idf)
Hervé Karp (Nice)
Philippe Cazeaux (Idf)
Jerome Bastide (Idf)

Email:Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

pdftract_equant_juin_-_nice_2017.pdf1.88 Mo13/06/2017, 08:12

Dans le cadre du Comité de Groupe Européen d'Orange des 29, 30, 31 mai et 1er juin 2017 à Dublin en Irlande, la Direction du Groupe a inscrit un point à l'ordre du jour relatif aux services financiers mobiles d’Orange présenté par Jean-Bernard MATEU Directeur des Services Financiers Mobiles Europe et France.

Si l’essentiel de la présentation portait sur le projet de banque mobile d’Orange avec Orange Bank ainsi que les accords passés avec MBank dans certains pays d’Europe Centrale, la Direction a commencé par présenter aux membres du Comité de Groupe Européen les autres services financiers mobiles proposés par le Groupe en Europe, à savoir :

-        Orange Money qui consiste en un porte-monnaie électronique

-        le paiement sans contact (NFC).

Les services bancaires n’étaient jusqu’à présent proposés qu’en Europe centrale, principalement en Pologne, grâce au partenariat de distribution des produits bancaires conclu avec Mbank.

La stratégie plus ambitieuse d’Orange en matière de services financiers mobiles en Europe de l’Ouest repose sur l’acquisition qui a été faite par Orange d’une licence bancaire complète (Groupama) afin d’intervenir sur tous les métiers de la banque commerciale.

Le moment a été jugé opportun par la Direction pour entrer sur le marché des services bancaires en raison du retard pris par la France en matière de banque directe et de l’entrée en vigueur de la loi Macron qui favorise la concurrence.

Orange entend se différencier, d’une part, par ses tarifs (gratuité de la plupart des services de base, notamment la carte bancaire de paiement) et, d’autre part, par la qualité et la convivialité de son application sur Smartphone avec l’objectif de recruter en nombre les générations qui utilisent un Smartphone.

Orange mise en effet sur son application qui permettra au client d’accéder à une information en temps réel de ses opérations. Il a bien été précisé que le mode de contact entre le client et Orange Bank sera bien l’application pour mobile bien que quelques opérations, comme l’ouverture d’un compte, puissent s’effectuer en boutique.

Si la gratuité des services de base est censée assurer le recrutement des clients les services de prêts ou d’assurance seront des services payants assurant à terme la rentabilité d’Orange Bank qui est envisagée dans un délai de 5 à 7 ans. 

Orange Bank sera donc au cœur de la stratégie d’Orange dans les services financiers mobiles en France, en Espagne et en Belgique, bien que seule la date de début de commercialisation ne soit précisée que pour la France : 6 juillet 2017.

Les élus du Comité de groupe européen se sont exprimés favorablement sur la création d’Orange Bank  comme axe de diversification du Groupe. La principale interrogation a porté sur la rentabilité et les effets sur l’emploi.

En France, les produits financiers d’Orange Bank seront vendus dans les 3000 agences de Groupama par les salariés de cette entité. En complément des équipes ont été formées dans 140 boutiques Orange.  

Le représentant de la filiale espagnole a interrogé le JB Mateu sur les recrutements en Espagne. La réponse a été qu’une équipe d’Orange Bank allait bien être constituée en Espagne qui sera séparée des équipes d’Orange Espagne. Quelques salariés d’Orange Espagne seront recrutés dans cette structure mais pour l’essentiel le recrutement concernera des banquiers.

En fin, sans en dévoiler la teneur JB Mateu s’est montré favorable à des offres pour les salariés du Groupe. La réduction sera nécessairement limitée à 30% du prix public , ce qui correspond à la contrainte règlementaire.

En direct de la Croisette...

Découvrez la restitution du CE de la DOSE du mois de Mai  2017 avec au sommaire :

  • Bilan social : emplois et conditions de travail.
  • Boutique Orange : des fermetures...
  • Les ASC : Budget.

Si vous voulez en savoir plus, cliquez sur le lien suivant :

 pdftract-cedose-maibis-17-v2b.pdf

 

agence credit agricole

Les changements d'organisation, comme la mise en place d'un "accueil partagé" en agence, avec une borne d'identification du client, ne ferait "que des mécontents" estime le président du syndicat SNB/CFE-CGC, Régis Dos Santos. (Crédits : DR)

Une enquête nationale sur les risques psychosociaux réalisée par des universitaires pour le syndicat SNB/CFE-CGC révèle que 37% des employés sondés estiment la sécurité de leur emploi menacée, dans un secteur autrefois protégé. La dématérialisation accroît les contraintes et le stress des personnels en agence.

« Les robots vont-ils remplacer les banquiers ? » s'interrogeait dans son numéro de décembre dernier la Revue Banque, qui a pour actionnaire principal la Fédération bancaire française (FBF), le lobby du secteur. Passage accéléré au numérique, fermetures d'agences et introduction de l'intelligence artificielle (Watson d'IBM chez Crédit Mutuel et Orange Bank par exemple) font naître des inquiétudes dans ce secteur, pendant des décennies recruteur net, qui ne l'est plus depuis quatre ans. C'est le constat le plus frappant qui ressort d'une enquête nationale sur les risques psycho-sociaux, le stress et la souffrance au travail, réalisée par des universitaires lillois pour le syndicat SNB/CFE-CGC, à laquelle ont répondu plus de 6.700 personnes.

[...]

« C'est évidemment lié à la montée en puissance du digital », selon Régis Dos Santos, le président du SNB/CFE-CGC, devenu majoritaire dans le secteur, hors banques coopératives. « C'est une peur très rationnelle. Les salariés de la banque n'ont pas envie de connaître le même sort que les taxis avec Uber ou les hôteliers avec Airbnb », fait-il valoir.

« La montée des doutes sur les compétences renforce notre exigence d'un plan Marshall de la formation professionnelle dans la banque, en complément des investissements. »

[...]

L'universitaire dresse un constat très critique du passage au numérique :

« La relation client dans la banque est en train de se reconfigurer complètement, au détriment du client. On dématérialise le client dans des process qui ne sont pas les siens, mais ceux de la banque. Même s'il n'a rien demandé. On ne veut plus que le client aille en agence », estime Xénophon Vaxevanoglou.

Il se demande même s'il y aura encore besoin d'agences demain, alors qu'on demande au client de tout faire tout seul.

« Le gestionnaire de patrimoine n'a pas trop de souci à se faire, mais le conseiller d'agence non spécialiste, qui connaît 70 ou 80 produits, sait qu'il peut se faire remplacer par un smartphone », constate le président du SNB/CFE-CGC. « Il y a un avenir pour la banque de détail, avec moins d'agences, mais seulement s'il y a un fort investissement de formation » martèle-t-il.

[...]

Extrait de La Tribune - Delphine Cuny - 7 juin 2017

Découvrez la restitution du CE de la DOSE du mois d'Avril 2107 avec au sommaire :

  • Assistantes sociales : de plus en plus sollicitées.
  • Evolution du pilotage de production en UI
  • Les ASC : inscrivez-vous!

Si vous voulez en savoir plus, cliquez sur le lien suivant :

tract-cedose-avril_17-v1.pdf

 

fhommeril cfe cgc afp

Francois Hommeril, président de la Confédération française de l'encadrement-Confédération générale des cadres, le 23 mai 2017. (STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)

Le président de la CFE-CGC, François Hommeril, estime qu'il ne faut pas "aller plus loin dans la précarisation des conditions de travail des salariés".

[...]

Il devrait y avoir une cinquantaine de réunions bilatérales avec les partenaires sociaux pour les associer à la réforme. Croyez-vous en la sincérité du gouvernement ?

Bien sûr que j'y crois, mais je suis comme tout le monde, je lis la presse. Je vois qu'il y a des fuites qui jettent le doute sur la qualité de cette écoute, la réalité, la conformité du résultat par rapport à la négociation. Dès le départ, nous avons dit que nous étions très peu certains qu'il y ait un lien entre la réforme du Code du travail et l'impact sur l'emploi. Nous pensons que s'il y a des problèmes de chômage ce n'est pas parce que le Code du travail est complexe. C'est quelque chose qu'on met dans la tête des gens et qui n'est pas vérifié. S'il se révélait que le sujet, c'est d'aller plus loin dans la précarisation des conditions de travail des salariés, effectivement nous ne serions pas d'accord du tout.

Sur les trois grandes thématiques que sont le plafonnement des indemnités aux prud'hommes, la fusion des instances représentatives du personnel et la nouvelle articulation entre l'accord de branche et l'accord d'entreprise, quelles sont les lignes rouges à ne pas franchir ?

Sur les prud'hommes, c'est déjà une ligne rouge franchie. Nous pensons que ce dispositif est inefficace et, en plus, moralement assez inacceptable. Sur la question de la fusion des instances, nous pensons qu'il y a une réflexion à mener sur l'évolution des instances et, peut-être, la création d'une instance nouvelle mieux adaptée aux enjeux économiques du XXIe siècle. Si on prend le sujet sous l'angle de la simple fusion pour simplification, alors on le prend sous le mauvais angle.

[...]

Extrait de France Info - 7 juin 2017

 

 

Découvrez la restitution du CE de la DOSE du mois de Février 2017 avec au sommaire :

  • La vie de la DOSE : la vie en rose?
  • Fermetures de boutiques : quelle cohérence?
  • Fermeture du 118 712 : les syndicats imposent un CE extraordinaire
  • Les ASC : votez CFE-CGC...

Si vous voulez en savoir plus cliquez sur le lien suivant :

pdftract-cedose-fev17-v2.pdf