CFE-CGC Orange
CFE-CGC Orange

Orange France Siège

Alors que l’entreprise est engagée dans la transformation de son modèle avec la transformation digitale, le all IP, sur un marché en forte mutation et concurrentiel, pour la CFE-CGC le projet One Team est une opportunité d’accompagner ce changement.

Nous souhaitions vous alerter ce matin sur l’état de fatigue physique et psychologique des acteurs de la vente sur le marché Entreprise.

Plusieurs faisceaux convergent (issus de sondages terrain, de notre réseau métier national, d’enquêtes CHSCT) sur une dégradation des conditions de travail des acteurs de la Vente.

Aujourd’hui pour la CFE-CGC, la transformation de notre modèle doit s’appuyer sur un contexte, des conditions favorables, un climat de confiance et apaisé ce qui n’est pas le cas comme il ressort de cette synthèse sur les conditions de travail.

Vous trouverez ci-joint le courrier d'alerte que nous avons adressé à la Direction Entreprise France (DEF) :

pdfalerte_bilateral_def_24_mai_2017_copie.pdf

Suite aux graves dysfonctionnements constatés sur le SI COME, qui impacte l'activité commerciale des Agences Pro-PME et Entreprises, la CFE-CGC  :

  • Demande des bilatérales systématiques sur les périmètres concernés par les problèmes rencontrés, afin d'obtenir des engagements de la Direction sur des actions correctrices concrètes et rapides.
  • Formalise les engagements pris par la Direction par courrier, afin de tracer lesdits engagements et suivre leur mise en œuvre.
  • Au-delà de la résolution des difficultés immédiates, demande explicitement d'inflexion de la politique de sous-traitance de nos développements applicatifs lorsqu'ils impactent directement notre cœur de métier et que, d'évidence, il n'existe pas de solution adaptée via les progiciels disponibles sur le marché.

 
Télécharger copie du courrier adressé à la Direction : pdfcourrier_cfe-cgc_orange_come_vdef3_22mai2017.pdf

orange cfe cgc exe numérisation expérience incomparable 480


La CFE-CGC Orange n'a pas déposé de préavis de grève pour le 23 mai.

Cependant :

  • Tous les personnels qui souhaiteraient s'associer à ce mouvement sont couverts par le préavis déposé par les autres organisations syndicales.
  • La CFE-CGC Orange se réserve la possibilité d'appeler à la grève dans les prochaines semaines, notamment si les engagements pris par la Direction pour résoudre avant début juillet les problématiques détaillées dans notre courrier ne sont pas suivis d'effets probants.

Lors du Comité à l’emploi Territorial (CET) de juillet 2016, la Direction a présenté le bilan de l’emploi 2015 et ses prévisions triennales GPEC (Gestion Prévisionnelle de l’Emploi et des Compétences). Nous vous proposons notre vision de l’emploi intégrant les divisions nationales pour 2018 sur le territoire Est.

Téléchargez la carte en tract pdfLa gazette EST Emploi 2018.pdf

réorganisation

En 2012, Orange a lancé un plan de réorganisation du réseau de distribution physique, pour diminuer les coûts commerciaux via la fermeture de 150 boutiques à l’horizon 2015. Le rapport de la commission Orange France estime que les perspectives sont plutôt satisfaisantes pour les Smart Stores. La CFE-CGC les juge sombres en termes d’emploi et de présence dans les territoires. Résumé :

 

Télécharger le tract en pdf : pdfTract Réseau distribution 23aout2016.pdf

Au sein d’IMTW, la CFE-CGC s’efforce de vous donner quelques remèdes pour vous aider à vous organiser au mieux dans son nouvel immense site géographique, avec ses « Kits de survie à C5-Orange Gardens ». Après l’emménagement, puisque les 2845 personnels prévus initialement sur le site sont désormais arrivés, voici les actions à ne pas oublier de mener pour tenter d’améliorer votre vie quotidienne dans la cité C5-Orange Gardens.

 
Découvrir les indemnités à rapidement réclamer >> pdfcellule com IMTW kit de survie C5 Orange Gardens 3 2.pdf

Depuis que la Direction a définitivement perdu la procédure judiciaire qui l’opposait au CE de SCE concernant la reprise de la restauration, les rumeurs les plus folles circulent au sujet des ASC. Malentendus ? Manipulations d’une Direction affolée de se voir contrainte d’appliquer la Loi ? Pour sa part, la CFE-CGC propose aux CE de l’UES Orange la mise en place d’un inter-CE, permettant une redistribution plus favorable des ASC, notamment pour les personnels les moins bien rémunérés des DO.

 

Repartition 1 Mutualisation 520

Télécharger le tract en pdf : pdfTract ASC plus riches pour tous Vdef mars2016.pdf

 

 

La CFE-CGC accusée de vouloir la grosse part du gâteau
sans mettre la main à la pâte

Un petit décryptage pour comprendre le fond du dossier "demande de reprise de la restauration par le CE de SCE"

Télécharger le document pdf : pdfFlash special Restauration VersionLongue Février 2016.pdf

 

GrossePart Personnels 450

Le combat du CE de SCE est sur le feu depuis 2007

Le CE de SCE (piloté par des élus CFE-CGC) se bat depuis 2007 pour récupérer la gestion de la restauration. Pourquoi ?

En 2007, la CFE-CGC devient majoritaire au CE de SCE. L’analyse des comptes réalisée à cette occasion par les élus CE démontre que la Direction manipule les budgets à son profit, spoliant les personnels d’une partie de l’argent de la restauration. Le CE de SCE revendique la gestion de la restauration, qui appartient aux prérogatives du CE selon le Code du travail. La Direction refuse.

En mai 2009, le CE de SCE est contraint d’engager une procédure judiciaire pour faire valoir les droits des personnels.Le CE de SCE demande à reprendre la gestion de toutes Activités Sociales et Culturelles dévolues au CE, dont la restauration, à compter de juillet 2009. À partir de cette date, la Direction entreprend d’augmenter les dépenses affichées pour la restauration collective des personnels, notamment au travers de divers chantiers de rénovation des locaux dévolus à la restauration. Elle signifie également qu’elle entend conserver la gestion des restaurants, qui lui est déléguée par un accord d’entreprise de 2005 signé par les organisations syndicales après la mise en place des premières instances représentatives du personnel (et donc des CE) à France Télécom en 2004. Elle croit sans doute pouvoir ainsi démontrer sa bonne foi face aux Juges, et conserver la toque du chef pour faire sa tambouille dans les budgets de la restauration… mais ce n’est pas la bonne recette !

 

Est-on en danger dans un bureau ? A priori, pas particulièrement…Quoi que…Un salarié d’Orange en a fait l’expérience...

Il était en réunion quand la sirène s’est déclenchée.

Immédiatement, les salariés sont sortis. Un salarié formé à l’évacuation a guidé ses collègues vers la sortie. Un autre a vérifié les pièces et a fermé la marche. Alors, qu’a t-il bien pu se passer ? Pourquoi un salarié est-il resté dans les étages ?

Le salarié à mobilité réduite n’a pu prendre l’escalier sans chaise de secours, ni l’ascenseur, inutilisable en cas d’incendie. Il a donc été contraint de patienter.

La directrice a proposé d’attendre avec lui mais la sécurité lui a demandé de sortir.

En revanche, un salarié ne connaissant pas le bâtiment a été autorisé à rester à ses côtés.

Ils ont donc patienté à la demande de la sécurité.

Les minutes se sont écoulées. Interminables.

Et toujours personne.

Accès direct à l'article complet

 

C'est la première femme à diriger France Télévisions. Les huit sages du CSA ont rendu leur verdict hier, au terme d'une procédure très critiquée pour son opacité. Et c'est donc Delphine Ernotte, 48 ans, qui succède à Rémy Pflimlin à la tête du plus grand groupe audiovisuel français. L'ancienne directrice exécutive d'Orange prendra ses fonctions au mois d'août mais à peine élue, elle est déjà critiquée, notamment pour son manque d'expérience dans le milieu.

[...]

 

Du côté d'Orange, certains salariés disent que cette "grande professionnelle" sera regrettée. Ceux-là même s'insurgent de l'association du nom du nouveau PDG de France Télévisions aux heures les plus sombres du groupe. Même si elle faisait partie des dirigeants du groupe à cette époque, Sébastien Crozier, de la CFE-CGC d'Orange, assure que les pratiques managériales de Delphine Ernotte n'étaient pas en cause dans la crise des suicides, et préfère vanter ses qualités de leader.

 

Les 16 et 17 juin dernier, les militants CFE-CGC Orange organisaient une opération "ensemble sur le terrain" pour rencontrer les personnels travaillant sur Nancy et son agglomération.

Ils ont invité les élus locaux au point presse du lundi soir. Le Maire de Nancy a pris contact avec nous pour avoir davantage d'éléments, dans l'optique de prochains échanges avec des dirigeants d'Orange.

Nous avons ainsi pu mettre l'accent sur nos propositions de décentralisation de l'emploi au sein du Groupe Orange, afin de revivifier les bassins d'emplois régionaux, particulièrement affectés par les départs en retraite et en TPS.

Vous pouvez :

Même s'il s'agit d'un travail de longue haleine, la CFE-CGC Orange continue de sensibiliser les différents acteurs susceptibles de peser sur la mise en oeuvre de nos propositions. A suivre donc dans la durée pour en mesurer les effets...

Informations de la Direction
Come est à l'intersection de différents projets : simplification portefeuille d'offres - vendre simplement – ARC – Delivery
Come : retravaille l'ensemble du process du devis à la facturation, sur les offres convergentes et mobiles.
Permet de faire face au fait que la convergence devient l'élément primordial du marché, en rapport à un SI trop complexe empêchant de faire évoluer les offres rapidement.

Présentation de Laurent AUFILS, Emploi et Contrôle interne.

Présentation de la Direction :

Les effectifs du Groupe France Télécom sont globalement stables par rapport à l'année 2012. Il est à noter que la filiale Citivox ne fait pas partie des chiffres présentés mais qu'elle ne représente pas une proportion significative par rapport à l'ensemble du personnel (36 CDI).

Le groupe comportait un peu plus de 107 000 actifs à fin décembre 2012, CDI et CDD inclus. 7000 salariés sont sans activité, marquant une baisse de 12% par rapport à 2011, notamment du à la fin du dispositif Congé de Fin de Carrière. L'absentéisme est également en plus légère baisse.

Le recrutement externe a baissé en 2012 par rapport aux deux années précédentes mais l'objectif des 10 000 recrutements sur 3 ans a été atteint... à 30 près (9970 sur 3 ans).

En Equivalent Temps Plein (ETP), les effectifs baissent de 0,6% par rapport à 2011 avec 98 800 ETP. Les Intérimaires représentent 546 ETP, soit une baisse de 30,5% et la sous-traitance externe 25 880 ETP, en baisse de 1,6%.

Le groupe dispose de plus de 5100 contrats en alternance, en progression de 1%. 43% des contrats se terminant en 2012 ont donné lieu à des recrutements en CDD (21%) ou CDI (22%).

Le taux de féminisation des effectifs est de 36% et reste stable, malgré une légère croissance des recrutements féminins externes en 2012. Ce chiffre reste malgré tout insuffisant.

En matière de bassin d'emploi, on constate une baisse au niveau de la région parisienne, au profit des régions.

De manière générale, les baisses d'effectifs sont liées à des départs en retraite, partiellement remplacés par des recrutements. La pyramide des âges des effectifs globaux comporte un fort pic à 56 ans. En 2012, 900 départs en retraite ont eu lieu, en ligne avec les prévisions.

En 2013, 1200 recrutements externes sont prévus. Ils permettront notamment d'accomplir l'engagement triennal du Groupe qui est de recruter 4000 personnes sur la période 2013 à 2015. En parallèle, le Groupe prévoit un départ en retraite de 2600 personnes en 2013. En se projetant plus loin et compte-tenu des lois actuellement en vigueur, le Groupe s'attend à une moyenne de 3500 départs en retraite par an entre 2014 et 2016 et 5500 à 6000 départs par an entre 2017 et 2020.
Le Groupe prévoit cependant des besoins moins importants en volume sur les années à venir, mais un renforcement des besoins en termes d'expertise.

Réponses aux questions des RP :

La sous-traitance indiquée dans le rapport ne concerne que la demande effectuée à l'extérieur du Groupe. Elle n'inclut pas la sous-traitance effectuée entre filiales ou entre le Groupe et ses filiales. La sous-traitance interne et/ou externe sera employée ces prochaines années pour gérer la transition sur certaines activités en baisse, notamment celle des UI.
Le recours aux CDD et à l'intérim devrait baisser en 2013, dans la continuité de 2012. La durée moyenne des contrats devrait également baisser. De manière générale, le recours à l'intérim devra être privilégié pour les contrats courts.
Le turn-over constaté sur les Professional Services n'a rien d'inquiétant puisqu'il est traditionnellement plus élevé que les autres domaines.
Le taux de promotion affiché dans le rapport ne concerne que le Groupe, faute d'avoir pu faire remonter les chiffres des filiales.

Notre position :

Nous regrettons l'absence d'information concernant le taux de sous-traitance entre le Groupe et ses filiales et demandons à ce que ces chiffres nous soient communiqués dans la prochaine présentation. Le taux de promotion des filiales devra également nous être communiqué, afin d'avoir une vision d'ensemble satisfaisante.
Nous nous inquiétons également de la proportion importante de départ en retraite prévue ces 8 prochaines années. Même si le Groupe prévoit un besoin en baisse en ce qui concerne le volume, une généralisation des sous-effectifs peut rapidement conduire à une démotivation ou pour le moins, à une augmentation de la morosité ambiante.

 

« Rapport PEC : Bilan et perspectives »
Présentation de Laurent AUFILS, Emploi et Contrôle interne.

L'année 2013 est marquée par l'augmentation des départs en retraite. Si l'on compare les prévisions de départs par rapport aux besoins sur la France entière, entre 2013 et 2015, il y aura un manque d'environ 4500 postes à la fin de la période. L'engagement pris par le Groupe porte sur 4000 recrutements externes. Ils concerneront principalement les métiers qui font face au client. Une optimisation du mode de fonctionnement permettra également d'adapter les équipes actuelles à la demande future.

Sur le plan des télécommunications, l'arrivée du 4ème opérateur fut rude et a contribué à l'érosion de nos marges. Un autre domaine ayant contribué à la diminution des marges vient du domaine règlementaire, avec la décision d'accélérer le déploiement de la 4G sur le territoire.

Dans ce contexte, l'évolution des effectifs est prévue à la baisse, particulièrement sur le support, les domaines clients et réseaux. En plus de la baisse liée aux départs en retraite, le Groupe devra accompagner le changement des technologies et l'obsolescence de certains métiers par la formation des personnels concernés.

Réponses aux questions des RP :

Les métiers cibles sont les services aux entreprises, la sécurité des services, des systèmes et des réseaux, les services liés aux nouvelles technologies et ceux qui sont également face aux clients. Les passerelles qui permettront la mobilité de certains personnels vers un nouveau poste sont identifiées mais les outils qui permettront ces mouvements sont en cours d'éclaircissement.
Le point important est de donner la visibilité sur les tendances et les possibilités d'évolution afin que les salariés soient à même de se renseigner sur ces postes avec leur RH de proximité. La mise en œuvre se fera au niveau local. Il conviendra ensuite d'accompagner les salariés sur des activités pérennes, via des formations appropriées.
La sous-traitance augmentera peut-être sur certains domaines pour accompagner le changement mais ça ne sera pas uniforme.

Notre position :

La communication vers les salariés doit être prise avec attention afin d'éviter les risques psychosociaux lors des réorganisations qui se profilent de manière rapide. Il est important également de bien veiller à faire redescendre tous les outils et les passerelles identifiées au niveau des RH de proximité afin qu'ils soient à même de répondre rapidement aux inquiétudes des salariés.

Intervention CFE-CGC/UNSA :
Je souhaiterais tout d'abord rappeler l'accord du 09/07/12, signé par l'ensemble des Organisations Syndicales, sauf la CFE-CGC, accord qui devait apporter certaines garanties lors du transfert.
L'augmentation annuelle : elle devait être garantie, avec une date d'application au 1er janvier, comme ça l'était OFSA. Résultat : après explication de texte, seule l'augmentation individuelle est garantie au 1er janvier, et il n'y a plus d'augmentation individuelle dans les accords NAO. Dans le même temps, l'augmentation générale sera attribuée en deux temps conformément aux règles FTSA donc avant même d'entamer l'accord concerné, nous avons une perte réelle pour les salariés concernés.
Deuxième élément marquant : l'entreprise s'active à vider les centres – il y avait environ 3 200 salariés en juillet 2012, seulement 2 300 aujourd'hui, soit baisse des effectifs d'un tiers en 12 mois.
Avec, comme conséquence : tous les salariés ayant signé un contrat FTSA ont eu, soit, un solde de tout compte. Mais étant devenu personnel FTSA, ils ne bénéficient pas des conditions de transfert des personnels OFSA. Envolées, donc, les garanties sur leurs acquis. Ainsi, non application du paiement des congés, non application de la règle du 10éme pour CP prévu par le Code du Travail, perte du véhicule de fonction, changement d'horaires sans contrepartie, etc.
En fin de compte, ces salariés bénéficieront, au mieux, de la prime finale – et encore, si les DO et divisions acceptent.
Texte soumis à vote au CCUES
Nous souhaiterions tout d'abord avoir une précision. Il semblerait que l'idée aurait été soufflée aux négociateurs, le fait que le CCUES pourrait négocier...
La fin des négociations semblait même donner l'impression d'une certaine urgence urgentissime de finaliser l'accord, au détriment des salariés, et pour tenir en fait le délai de bascule en janvier 2014.
Cet accord préparatoire ne fait que lister les différences entre les deux entreprises, il ne prévoit en rien les compensations qui pourraient découler de ces différences.
Beaucoup de points constituant les éléments substantiels du contrat de travail n'ont pas été vus (garantie salaire, accord OARTT, PVV) et nous sommes renvoyés à la négociation du réel 122.12 (1231-4 du CT actuel) qui doit débuter en octobre 2013 et peut aller jusqu'en octobre 2014 pour une application au 1er janvier 2015.
Ainsi, les points importants sont :
PVV : Il existe au sein d'OFSA des parts variables non vendeurs, principalement dans les services back. Ce dispositif n'existe pas au sein de FTSA et nous demandons donc l'intégration d'une moyenne dans le SGB.
L'entreprise ne dit ni oui, ni non, ils nous expliquent tranquillement que ces primes resteront en place et qu'ensuite, chaque DO ou division verra si ces variables seront maintenues !!!! Tout simplement inadmissible.
OARTT : lors des négociations, les différences ont été identifiées, mais rien de plus, certains régimes n'existent pas côté FTSA, le dispositif d'heures supplémentaires est plus favorable côté OFSA, cependant nous devrons attendre octobre 2013 pour discuter ce sujet avec une forte tentation dans les centres de modifier d'ores et déjà les cycles horaires des OFSA ;
Ces modifications engendrent parfois une différence de salaire car les ex-FTMS, entrés avant 2004, bénéficient de garanties, à savoir que si ces derniers se retrouvent sur un cycle de 38heures au lieu de 35 actuellement, ils devraient bénéficier d'une augmentation de salaire relative à la quotité supplémentaire et de 17 RTT, mais la direction traine les pieds pour inscrire cette particularité qui s'applique cependant d'office aux premiers partis.
Les véhicules de fonction sont ramenés à des véhicules de service, la direction ne nous fait aucune proposition sérieuse, inadmissible aussi car perte du pouvoir d'achat pour les salariés impactés.
De façon plus globale, cette négociation est une mascarade. L'entreprise fait semblant de négocier, au rabais c'est certain, et sans loyauté car les négociateurs sont non stop renvoyés vers les entités prenantes, Nous n'avons eu aucune proposition sérieuse en négociation.
Et dernière précision : cette négo de transfert n'est pas seulement la volonté des organisations syndicales. C'est avant tout pour les salariés.
----------------------------------------
Quelques précisions :
1/baisse des effectifs d'un tiers en 12 mois ( tous ont eu un solde de tous comptes donc paiement des congés par exemple ne peut s'appliquer, non application règle du 10éme pour CP prévu par code du travail, perte du véhicule de fonction, changement d'horaires sans contrepartie,...).En fin de compte, ces salariés ne seront éligibles qu'à l'indemnité ( le terme de prime n'est pas à employer car non conforme) et encore si les do et division acceptent.
2/ perte de l'augmentation générale au 01/01/XX (un point fort négocié dans l'accord cadre) qui n'est toujours pas valorisé en terme d'indemnité individuelle (voir de salaire de base) on peut évaluer la perte pour un salaire de 30 K€ /an à 0.40% ou 0.50% par an sur 20 ans).Ceci est totalement inacceptable car c'est un retour sur les engagements de la direction.
3/ Une indemnité générale n'a pas de sens et ne saurait compenser la perte des plus hauts revenus
4/ PVV non vendeurs non incluse dans salaire et sans garantie de maintien
5/ aucune contrepartie pour les porteurs de mandats (accord 2003 OF SA sur dialogue social)
6/ aucune garantie sur le changement d'horaires (application des accords FTMS), sur les accords locaux,...
7/ aucun engagement sur les prises de CP (les salariés d'OF SA auront 30 à 50% de plus que les collègues de FT SA) en terme de priorisation sur la planification. Un doute sur l'application de l'arrondi à l'entier supérieur soit 13.25 CP = 14 CP).
8/ aucune valorisation en cas de perte du véhicule de fonction (volontairement cité comme véhicule de service).

Informations de la Direction :
Cette fusion permettra de :
- simplifier le parcours client, particulièrement pour les clients détenteurs d'offres convergentes
- répondre également aux attentes des managers quant à la simplification de la gestion des salariés (par exemple : gestion des congés / de la rémunération sur des outils différents)
- le marché Grand Public dans sa globalité a pris le virage des offres convergentes Internet + mobile ; le marché Entreprises en France reste assez fragmenté avec de nouveaux acteurs et des alliances (de nouveaux acteurs sur le Cloud : CloudWatt, Numergy et Bouygues Telecom qui s'allie avec Microsoft). SFR Business Team lance la « network alliance » avec Vodafone, Verizon, Tata Communications, Etisalat, Maroc Telecom
- la fusion des structures juridiques permettra de simplifier nos relations internes et externes
- les sociétés OF SA et FT SA travaillent ensemble à un objectif économique et commercial commun.
- l'existence de 2 entités juridiques entraîne néanmoins des contraintes pour nos partenaires (fournisseurs, clients,...) -> la fusion permettra de simplifier :
-le parcours client (à l'instar des opérateurs concurrents)
- la construction des offres de convergence et de leurs évolutions
- les relations avec nos fournisseurs
- les opérations comptables (avec la convergence des référentiels)
- la gestion des ressources humaines (outils différents, budgets séparés...) alors que les équipes travaillent ensemble
- vigilance extrême : il est important de veiller à ne perdre aucun client, aucun partenaire, et de conserver la performance du réseau
- complexité du projet : le projet doit être anticipé pour que les équipes puissent travailler de manière sereine
la fusion simplifiée :
-  La date d'effet comptable et fiscale est le 1er janvier 2013.
-  Il y aura une reprise dans les comptes de la société absorbante de toutes les opérations effectuées par la société absorbée pendant la période intercalaire entre 1er janvier et le 30 juin 2013 (date prévue)
-  Toutes les opérations actives et passives depuis le 1er janvier jusqu'au 30 juin 2013 seront considérées comme accomplies par la société absorbante (FT SA).
-  La date d'effet juridique de la fusion reste le 30 juin 2013.
Il n'y pas d'impact sur les salariés, qui deviennent salariés FT SA au 1er juillet 2013, tout en gardant leur statut collectif et usages OF SA tant que l'accord de substitution n'est pas mis en œuvre.


Notre position :
La fusion est certes simplifiée, mais le dossier est compliqué, puisque les impacts sur les salariés restent à préciser (rémunération, congés, avenant au contrat pour chaque salarié et à quelle date, carrières miroirs, ancienneté des DIF, forfaits téléphoniques, prévoyance,
Par ailleurs, nous avons soulevé une nouvelle fois le problème de l'absence de CE depuis novembre 2011, situation dans laquelle on est un peu limite du droit.
Nous avons également posé la question des brevets détenus par OFSA, du devenir des filiales d'OFSA, etc...
Enfin, nous avons réaffirmé la nécessité de fournir un poste à chaque salarié d'OFSA - situation par rapport à laquelle le dossier présenté manque de précisions et de choses concrètes...


Réponses de la Direction :
Pour FT, le principe de base est celui de la continuité
OFSA existe jusqu'au 30 juin 2013 ; donc : accord d'intéressement etc... pour les 6 premiers mois,
Filiales : il y a 6 ou 7 filiales  - le nouveau détenteur sera FTSA en lieu et place d'OFSA :
(GIE portabilité, Preventel, Sportever, DartyTelecom, orange réunion, orange distribution, orange promotion) ; la filiale changera de société mère = un point c'est tout.
CA : il n'y aura plus de CA d'OFSA - puisqu'il n'y aura plus de personnes morale ; on ne va pas rajouter des administrateurs.
Les brevets font partie de la transmission universelle de patrimoine. 

Domaine Grand public : rien ne change pour qu'il n'y ait aucun droit à résiliation. Partie entreprise : ProPME : rien ne change. Grands comptes : certaines clauses de contrats sont intuitu personae...
il faudra anticiper et faire la démarche sinon situation de défaut d droit.


Vote :
10 pour FO, CFDT, STC et CFTC,
14 abstentions CFE-CGC/UNSA, CGT et SUD

Depuis quelques années la Direction a décidé de faire la  « chasse » aux véhicules de fonction et de service. L’objectif est de mettre fin à ces avantages en nature à un moindre coût. Toutes les occasions sont bonnes pour forcer la main des personnels : réorganisations, mobilités, intégration ou fusion de filiales … Dans la majorité des cas, la Direction permet dans un premier temps au bénéficiaire de conserver son véhicule, mais ne renouvelle pas le contrat de location lorsqu’il arrive à terme (au bout de 3 ans), et propose des conditions de compensation inférieures à la valeur réelle de cet avantage.

Vous êtes nombreux à subir une forte pression pour renoncer à votre véhicule.
Comment préserver vos droits ?

Télécharger le tract en version pdf : pdfVehicules-de-service-ou-de-fonction T12013.pdf

FT lance le projet  COME parce qu'il y a des enjeux business significatifs  - avec une forte croissance du M to M; la dynamique mobiles est encore forte mais distorsion avec les offres convergentes qui se développent.
Aujourd'hui on a un SI et des process qui ne répondent à ces enjeux (Obsolescence des process  et du SI actuels).
L'application  DISE manque de flexibilité  - de fait, nous ne sommes pas meilleurs que les concurrents - au contraire : Factures erronées, offres longues à développer, etc...
Les grands opérateurs font appel à des solutions construites de bout en bout : choix d'Oracle, modèle retenu très intégré entre équipes informatiques et équipes métiers.