CFE-CGC Orange
CFE-CGC Orange
feed-image
  • Métiers
  • UI Unité d'Intervention

Un renforcement, disent-ils...

Information / consultation (fin de la consultation débutée en séance du CCUES du 14 juin)

Ce dossier s’inscrit dans le cadre des « Orientations du domaine intervention » présentées en CCUES le 13 décembre 2016, fait suite aux points d’avancement présentés lors du CCUES des 15 mars et 13 / 14 juin 2017, et apporte des précisions supplémentaires / réponses aux questions posées par les élus.

Analyse de la CFE-CGC

La plupart des questions posées lors du dernier CCUES ont tourné autour des thèmes de la sous-traitance et de la centralisation. Tout au long de l’intervention de juin, que la CFE-CGC a attentivement relue, il a été à plusieurs reprises répondu que ce dossier ne consistait « ni à sous-traiter (plus) ni à centraliser l'activité, mais visait uniquement à donner une bouffée d'oxygène aux UI qui sont en difficulté, en s'appuyant sur ceux qui ont un peu de bande passante sans perdre de ressources ».

De fait, il s’agit bien d’un projet de renforcement du niveau de maille nationale pour pallier la fonte des effectifs dans les services et le non remplacement des départs…

La création d’équipe pôle vérifiant que la régulation se fasse bien afin que tous les UI ou DO soient servis de façon homogène, n’apparait donc que comme un pis-aller, une solution transitoire vers plus encore de concentration, à l’œuvre par exemple sur Paris.

La CFE-CGC maintient donc sa position de juin : il s’agit bien d’une centralisation, même si les personnels restent où ils sont, avec de surcroit un double rattachement hiérarchique… ce qui n’est jamais une situation ni très saine ni très claire.

S’agissant des baisses d’activité calculées par le marketing, erronées en 2015 et 2016, laquelle erreur de trajectoire n’est pas restée sans conséquence au niveau des conditions de travail de nos collègues des UI, il semble qu’en 2017, les prévisions soient justes : tant mieux pour les personnels et tant pis pour le réseau.

Une question pour conclure : en quoi cette réorganisation permettra-t-elle d’améliorer la transition vers la fibre qui amène un certain nombre de nos collègues à passer d’une compétence Cuivre à une compétence Cuivre/Fibre ?

Vote des élus : contre à l’unanimité

Imprimer

Suite à l’accord Reconnaissance des Compétences signé en février 2017, la CFE-CGC continue à travailler sur la revalorisation du métier de Chargé d’Affaires (CHAFF) en Unité d’Intervention (UI) dans le cadre du Comité Technique du 22 Juin 2017.
Nous avons été la seule Organisation Syndicale à avoir rencontré la Direction à plusieurs reprise afin que ce métier fasse partie des priorités de cet accord.

Notre travail de longue haleine sur ces deux dernières années  a permis de faire reconnaître la spécificité du métier de CHAFF. Découvrez dans le détail ce que la CFE-CGC a obtenu pour vous lors de la réunion du 22 juin 2017 :

pdftract_chaff.pdf

Imprimer

Renforcement des activités d’appui de l’intervention

Information en vue d’une consultation

Le dossier fait suite au point d’avancement du 15 / 3 / 2017, où a été annoncée le possible renforcement, à un niveau de maille nationale, des activités d’appui de l’intervention : mutualisation de métiers spécialisés, autour de 4 réseaux d’appuis nationaux animés par 4 « pôles » nationaux. cf. notre compte rendu de mars

Principes du projet :

  • absence de mobilité géographique pour les salariés
  • maintien du rattachement hiérarchique à son Unité d’Intervention actuelle
  • priorité au traitement des dossiers territoriaux

Méthode du projet :

  • information régulière des acteurs :
  • fonctionnement en boucles d’amélioration :
  • capitalisation sur les enseignements des mises en réseau / mutualisations déjà effectuées à la maille DO ou à la maille nationale.

Calendrier prévisionnel

Objectif : mise en œuvre du projet à compter de septembre 2017 pour l’adéquation activités / ressources.

Étapes :

1. nomination des directeurs de pôle et constitution des équipes : septembre 2017.

2. en parallèle, consolidation par les équipes pôle et avec l’aide de la Direction de l’Intervention du planning détaillé par DO d’entrée dans les réseaux.

3. activation progressive des 4 réseaux par les équipes pôles (entrée graduelle des équipes en UI). Premières activations, au-delà des tests déjà lancés : à partir d’octobre 2017.

4. fin du déploiement du projet et bilan : avril 2018.

Analyse de la CFE-CGC

Un dossier bien alambiqué qui au lieu d’apporter de la simplicité à un niveau d’organisation déjà complexe, ne fait que rajouter le sentiment qu’il y a presque autant d’organisations qu’il y a d’UI ou de DO.

Les fusions d'UI engagées aux portes de Paris et dans les hauts de France pourraient bien préfigurer une généralisation nationale, alors qu’un peu partout, chacun s'inquiète d'une qualité de service dégradée, des concentrations, de la systématisation de la sous-traitance, de l'inadaptation du SI, des départs massifs en TPS non remplacés, d’une dégradation de l’emploi notamment dans les activités dites de « back-office », d’un niveau d’activité plus important que prévu…

Les difficultés qu’affrontent les UI prennent de l’ampleur, et ce n’est certes pas cette centralisation annoncée qui va solutionner leurs problèmes et répondre à toutes leurs interrogations.

Imprimer

Orientation du domaine intervention

point à date

Poursuite des réflexions DO/UI/DI sur la simplification des organisations du travail : homogénéiser davantage les pratiques (processus, utilisation d’automates, …) ; mise en réseau ou mutualisation des back-offices.

4 niveaux de maille pour les activités d’intervention :

  • « adhérence terrain clients et réseaux » 
  • « management et pilotage des activités d’intervention » 
  • « gestion d’un parc clients et d’un parc réseau » 
  • « maille nationale d’appui de l’intervention » par la mutualisation/mise en réseau de métiers spécialisés.

Création de 4 réseaux nationaux d’appuis :

  • appui technique à chaud : activités de Soutien aux Techniciens GP, FTTH ou E et activités de mutations et de changements de débit,
  • affectation des ressources : activités réalisées par les GTC, les études en ligne, l’accueil technique,
  • gestion des ressources réseaux : activités de gestion des ressources réseaux et de qualité des bases de données,
  • détection boucle locale : activités réalisées par les deux pôles QS BL nationaux, pôle Poteaux, et pôles dommages.

Analyse de la CFE-CGC

Pour les non spécialistes du domaine de l’intervention, le dossier est assez difficile à appréhender, et il faut s’y reprendre à plusieurs fois pour comprendre où l’Entreprise souhaite en venir, à savoir vers une centralisation ou une fusion des UI.

La CFE-CGC réitère sa demande s’agissant du coût de la sous-traitance de chiffres exacts qui permettent de comparer le coût d’un ETP interne chargé à celui d’un ETP sous-traitance.

Imprimer

L’expertise Réseau

L’expertise Réseau

Présentation par le cabinet Sécafi

État des lieux de la Boucle Locale Cuivre (BLC), politique de maintenance préventive / état du réseau, et constats économiques.

Quelques observations :

  • Si la BLC s’est améliorée depuis 2015, un défaut de maintenance persistant entraînerait une dégradation exponentielle de l’état du réseau. À noter cependant que la probabilité de rupture de service a plus que doublé si l’on considère le long terme (années 90).
  • Les experts de la BLC sont de moins en moins nombreux dans les UI (la compétence s’est généralement formée lors de la construction réseau).
  • Pour mettre à niveau la BLC partout où cela serait nécessaire au regard des mesures de QBL, ce sont les CAPEX maintenance préventive qui devraient être augmentés, et de manière différenciée selon les UI.
  • Outre la limite budgétaire, un frein réside dans la capacité des UI à gérer cette maintenance.
  • Les ressources limitées en pilotage et en exécution des travaux constituent un frein à la mise à niveau optimum de la maintenance préventive.
  • Les contraintes budgétaires sont déterminantes dans les choix de maintenance des UI
  • Il n’y a pas d’analyse comparative objective du coût d'une intervention assurée par la fat interne et celui de la sous-traitance.
  • Pour remédier au manque de maitrise en production et SAV pour la fibre, quasi-complètement sous-traités, orange a décidé d'accroitre la part de la Force Au Travail (FAT) interne dans la fat globale à 20%
  • La décrue des effectifs de l'intervention rend nécessaire le renforcement quantitatif de la FAT interne ainsi que la polyvalence de ses compétences pour pouvoir retrouver de la maitrise dans la relation client et dans le déploiement et l'exploitation du réseau.

Enjeux et pistes d’étude

Deux points dans l’organisation de la BLC suggèrent des améliorations :

Outils et métiers

  • Il existe un travail continu de développement d’outils et de compétences, comme par exemple l’arrivée de nouveaux robots pour une boucle locale cuivre menacée d’extinction progressive il y a peu. Même limités, ces investissements concourent à l’amélioration de la QS, sans qu’il soit possible de la mesurer directement autrement que par le biais des signalisations
  • L’articulation curatif-préventif ne fait pas l’objet de définitions de meilleures pratiques ou de standards communs. D’où des situations de « maîtrise de la BLC » qui restent hétérogènes d’une DO à l’autre.

Concertation, cohérence :

  • Pour certains des interlocuteurs, l’arrivée du ftth développe d’autres pratiques, sans concertation apparente avec les équipes cuivre des UI, alors que les parties Fibre et Cuivre sont de plus en plus imbriquées dans la Boucle Locale.
  • Dans l’organisation de la transition du cuivre vers la fibre, il manque une vision donnant une cohérence à l’ensemble des UI, au moins en termes d’homogénéisation des pratiques.

Imprimer