CFE-CGC Orange
CFE-CGC Orange
feed-image
  • Thèmes
  • Argent

Le 1er juin 2017, la CFE-CGC Orange et l'ADEAS avaient invité leurs adhérents à un déjeuner convivial, dont Arnaud Montebourg, ancien Ministre du redressement productif et du numérique, était l'invité d'honneur.

Nous vous offrons un florilège de son intervention.

A cette occasion, Monsieur Montebourg a constaté avec plaisir et intérêt que nos organisations s'étaient immédiatement saisies de sa Loi Florange afin que les personnels actionnaires d'Orange bénéficient des droits de vote double en AG des actionnaires. Ils se sont appliqués dès l'AG 2016, les personnels représentant ainsi près de 9% des droits de vote et jusqu'à 11% des suffrages exprimés en AG, pour 5,4% du capital détenu.

La CFE-CGC Orange continue de revendiquer des Offres Réservées aux Personnels (ORP) plus fréquentes et plus généreuses, afin que les personnels détiennent 10% du capital et 20% des droits de vote. Cela permettrait aux personnels de maîtriser leur destin, notamment en cas d'OPA hostile, alors que l'Etat français envisage toujours de se délester d'une partie de ses titres Orange.

Pour la CFE-CGC,
Orange est une entreprise stratégique,
Orange, c'est la France !

Pour les élections au Conseil d'Administration d'Orange,
j'adopte des candidats offensifs et responsables
#jevoteCFECGCOrange

Imprimer

GrossePart Personnels 450

…un intéressement et une participation plus conséquents

La dégradation progressive de la rémunération variable collective renforce nos convictions et nos revendications en faveur du salaire fixe. Dès qu'on introduit une rétribution variable, elle peut être instrumentalisée afin d'afficher des résultats plus attractifs pour les marchés financiers. Faute de mieux, depuis la mise en place des accords d’entreprise sur l’intéressement et la participation, la CFE-CGC Orange s’investit dans la négociation de formules d’attribution plus favorables aux personnels d’Orange. Pour l’intéressement qui sera versé au titre des résultats 2017, la CFE-CGC Orange l'a emporté concernant la neutralisation des indicateurs défavorables aux personnels, et l’abaissement du seuil de déclenchement du montant maximum d’intéressement. Nous revendiquons un accord Groupe pour que tous les personnels touchent le même intéressement.

…des abondements plus généreux

En 2016, nous avons obtenu un abondement équivalent pour les placements réalisés dans le PEG et dans le Perco, soit 2 x 500 € par an. La CFE-CGC Orange demande que les abondements, très en dessous des plafonds légaux (jusqu’à 5 021 € pour le PEG et 6 276 € pour le Perco) soient relevés, et que les personnels aient le choix : le montant total des abondements doit pouvoir être cumulé librement, quelle que soit la destination du placement.

Nous plaidons également pour la mise en œuvre de verse-ments automatiques dans le Perco : légalement, l’entreprise peut offrir, sans épargne des personnels, jusqu’à 784 € par an. Cela permettrait à tous ceux qui n’ont pas les moyens de le faire par ailleurs, de se constituer progressivement un capital pour la retraite ou l’acquisition de son logement.

… un actionnariat salarié-e-s plus puissant

Il devient chaque jour plus probable que l’État poursuivra son désengagement du capital d’Orange. Le poids des personnels actionnaires devient dès lors de plus en plus déterminant, pour peser lors de l’Assemblée Générale (AG) des actionnaires, sur des décisions aussi importantes que le choix de notre PDG, ou l’entrée au capital d’un nouvel actionnaire de référence.

Dès l’AG 2016, grâce à la CFE-CGC et à l’ADEAS, les personnels actionnaires d’Orange ont bénéficié des droits de vote doubles permis par la Loi Florange, détenant ainsi près de 11% des suffrages exprimés en AG. La CFE-CGC Orange souhaite aller plus loin, pour sécuriser notre sort commun, et revendique des offres réservées aux personnels (ORP) plus fréquentes et plus généreuses.

 

Retrouvez les autres propositions et revendications de la CFE-CGC Orange
dans ses professions de foi pour les élections CE-DP-CA 2017

Imprimer

sana

Depuis 2011, la CFE-CGC refuse de cautionner, par sa signature, la décision unilatérale de la Direction qui se prétend accord annuel sur les salaires. Chaque année, l’augmentation moyenne annoncée par la Direction ne bénéficie qu’à une minorité, celle qui a déjà les salaires les plus confortables, tandis que la majorité d’entre nous peine à maintenir son pouvoir d’achat.

En 2017, peu de collaborateurs ont bénéficié des 2,3% annoncés. La plupart ont dû se contenter de la mesure collective de 1,1%, que la Direction aurait supprimée si la CFE-CGC Orange ne l’avait âprement défendue. Le reste du budget, dédié à la promotion et au rattrapage des inégalités, n’est en effet quasiment jamais entièrement dépensé ! La CFE-CGC Orange revendique la distribution intégrale du budget alloué aux augmentations.

Depuis 2013, la masse salariale du Groupe Orange baisse, sous l’effet conjugué des suppressions de postes, et de la modération salariale imposée. L’économie réalisée sur la baisse des effectifs français ne profite pas aux personnels, qui continuent d’assurer 50% du chiffre d’affaires.

Retrouvez les autres propositions et revendications de la CFE-CGC Orange
dans ses professions de foi pour les élections CE-DP-CA 2017

Imprimer

Depuis 2005, les organisations syndicales - sauf la CFE-CGC, et donc tous les CE sauf SCE - ont fait le choix de déléguer la restauration à la Direction. Après 8 ans de bataille judiciaire pour récupérer le budget dédié à la restauration collective comme le prévoit la Loi, les élus CFE-CGC du CE de SCE en pilotent désormais la gestion.

Résultat : subvention majorée pour tous (+1 € par repas par rapport à la subvention simple pratiquée dans les autres CE). Les restaurants des bâtiments SCE continuent d’être ouverts à tous et les salariés de SCE peuvent déjeuner partout.

béatrice

La restauration collective est une activité sociale et culturelle comme les autres. La Loi prévoit donc qu’elle soit gérée par les CE. Chez Orange, certaines organisations syndicales ont choisi d’en remettre la gestion à la Direction. Lorsque la CFE-CGC a obtenu la majorité au CE de SCE (Orange Business Services) en 2007, elle a constaté que le budget confié à la Direction n’était pas entièrement redistribué aux personnels. Les élus CFE-CGC du CE de SCE ont donc demandé à en reprendre la gestion. Les démarches amiables étant restées sans effet, ils ont recouru à la justice. Résultat ? Le budget global des ASC a été réévalué par le Juge, passant d’environ 1 600 € à 2 000 € par personne et par an, entre 2011 et 2013.

Seuls les personnels de SCE en ont vraiment bénéficié !

  • Les élus CFE-CGC ont été les seuls à réclamer la gestion du budget et le versement des reliquats. Hors SCE, les CE ont laissé les reliquats à la Direction.
  • Depuis début 2017, tous les collègues de SCE bénéficient de la subvention majorée (+1 € par repas par rapport à la subvention simple pratiquée dans les autres CE), inscrite dans leur carte multiservice, tandis que ceux qui disposaient déjà de la subvention majorée perçoivent les surplus budgétaires dans le Tableau Magique.

Les 2 prochains chantiers de la CFE-CGC :

  • amélioration de la qualité demandée aux prestataires ;
  • accès plus large aux Tickets Restaurants, y/c pour le télétravail

 

Retrouvez les autres propositions de la CFE-CGC Orange
dans ses professions de foi pour les élections CE-DP-CA 2017

Imprimer

La Direction verse désormais 4,51% de la masse des salaires bruts aux différents CE pour les Activités Sociales et Culturelles (ASC). C’est environ 2 000 € par salarié-e et par an, qui incluent les ASC traditionnelles, mais aussi les subventions liées à la restauration. Sans raison autre qu’historique, ces deux budgets sont souvent séparés au sein d’Orange. Chaque fois que la CFE-CGC gère le budget restauration, son pilotage efficace lui permet de dégager des reliquats, qu'elle réaffecte aux ASC traditionnelles.

Elle peut ainsi distribuer un montant moyen supérieur à 1 000 € par salarié-e et par an, selon un système plus juste : le Tableau Magique ! Uniquement fondé sur la classification et le nombre d’enfants, il permet à 98% des personnels de bénéficier d’un montant annuel garanti, sans avance de fonds ni épargne préalable.

krys

Avec la CFE-CGC Orange, bénéficiez pleinement de vos Activités Sociales & Culturelles

Dans tous les CE où elle est majoritaire, la CFE-CGC Orange met en place le Tableau Magique et une gestion rigoureuse qui permet de redistribuer 98% des subventions allouées par l’entreprise. Selon votre classification et le nombre d’enfants inscrits sur votre livret de famille (même s’ils ne sont pas fiscalement à votre charge) :
  • vous savez à l’avance combien vous allez toucher ;
  • vous faites financer vos vacances ou vos activités sportives et culturelles sans avancer d’argent ;
  • vous commandez, en ligne et en toute liberté, vos chèques vacances, chèques culture, chèques cadeaux, billets de spectacle ou de cinéma ;
  • vous bénéficiez d’une dotation supplémentaire pour Noël et vos événements familiaux ;
  • le tout sans fournir votre feuille d’impôt, vos droits étant ouverts automatiquement et immédiatement.

Pour vos enfants :

Vous disposez, en plus du Tableau Magique, d’un financement supplémentaire, selon leur âge et votre classification, pour :
  • les faire garder (jusqu’à 600 € par enfant) ;
  • leur offrir des vacances (jusqu’à 1 000 € par enfant).

Comme vos collègues de SCE (Orange Business Services) depuis 2007, et d’Orange France Siège depuis 2014, optez pour la CFE-CGC et bénéficiez du Tableau Magique.

Et vous, combien pourriez-vous toucher ?
Cliquez, remplissez …et vous saurez !


En quoi le QF est-il injuste ?

Le système du QF (quotient familial) vous impose de fournir votre feuille d’impôt pour déterminer vos droits. Mais…

  • le calcul appliqué diffère du calcul fiscal ;
  • les célibataires et les parents divorcés qui n’ont pas la charge fiscale de leur(s) enfant(s) sont pénalisés.

Les personnes qui ont les moyens de défiscaliser touchent plus que les personnels aux revenus plus modestes, et celles & ceux qui connaissent bien les règles peuvent « optimiser » leur QF, par exemple en décidant (ou pas) de déclarer les revenus de leur concubin-e.

Pire, le calcul du QF est délégué à la Direction, qui dispose ainsi d’informations confidentielles, utilisables pour arbitrer l’organisation d’un éventuel plan social … ou le niveau des indemnités de départ octroyées (ou pas) à ceux qui partent en TPS. Un système complexe, coûteux à gérer, et tellement opaque qu’il ouvre la porte à l’erreur… voire à la fraude. Si vous étiez « grugé » par le calcul du QF, sauriez-vous le vérifier ?

 

Retrouvez les autres propositions de la CFE-CGC Orange
dans ses professions de foi pour les élections CE-DP-CA 2017

Imprimer