Dispositif d'aménagement des fins de carrière

L’accord sur le dispositif du CFC (Congés de Fin de Carrière), très décrié au temps de sa signatureen 96 par la CFE-CGC est terminé depuis le 31 décembre 2006 : 40 000 personnes en ont profité, 20 000 sont encore en CFC. Rappelons qu’il existe toujours pour les personnes en service actif, la possibilité de partir à 55 ans.

Il y a quelques semaines, la direction à ouvert les négociations pour parvenir à la création d’un autre dispositif d’accompagnement des fins de carrière, négociations qui ont vu la fourniture d’un texte unanimement désapprouvé par les organisations syndicales. Suite à ce désaccord, la direction a produit un texte de décision unilatérale, concernant le management des fins de carrière, texte relevant de la plus absolue provocation car ses dispositions étaient très en dessous de celles proposées par la direction au moment des négociations.En substance un mi-temps pendant deux ans payés à 70% au lieu de 80%)

Ces manoeuvres dans quel but ?

Pour signifier que quand il n’y a pas d’Organisation Syndicale suffisamment servile pour signer, la direction se réserve le droit d’imposer en décision unilatérale des dispositions encore plus désavantageuses pour les personnels?

Est-ce un signe adressé à l’organisation syndicale la plus habituellement docile vis-à-vis des diktats de la direction et qui pour une fois se rebellait?
Décodons: la direction, qui ne voulait pas de nouveau CFC, n’a rouvert les négociations que parce qu’elle savait les faire échouer et ainsi pouvoir imposer des décisions unilatérales de façon à provoquer un électrochoc dans l’esprit des personnels ; soit se résoudre à la mobilité vers la fonction publique, soit vivre l’enfer ;

Concluons : pour la direction, une mobilité dans la fonction publique économise autant que 4 CFC, avec dans le cas de la mobilité trois personnes qui restent productives.

De plus, les salaires des seniors étant bloqués de façon à rejoindre le niveau de la fonction publique (la moyenne d’âge de 49 ans annoncée chez France Télécom se situerait plutôt entre 50 et 55 ans, si on enlève les contrats en temps partiel) les seniors, poussés vers la sortie sans aucun accompagnement social, apparaissent désormais comme une variable privilégiée d’ajustement financier.

Nos coordonnées

CFE-CGC Orange
10-12 rue Saint Amand
75015 Paris Cedex 15

   
nous contacter
01 46 79 28 74
01 40 45 51 57

Accès rédacteurs

Siège : CFE-CGC Orange - 104 rue Oberkampf, 75011 PARIS - SIRET 50803050900014 - 9420Z - Mentions Légales - Protection des données