CFE-CGC Orange
CFE-CGC Orange
feed-image
  • Thèmes
  • Argent
  • Activités Sociales et Culturelles

La restauration collective est un sujet complexe qui mérite beaucoup mieux que les propos démagogiques et les fausses informations diffusées ces dernières semaines et largement alimentées par la Direction elle-même.

Désintoxication élementaire et retour sur le combat que la CFE-CGC mène depuis 2007.

pdfRestauration Collective : intoxication à toutes les sauces !

Imprimer

Mise à jour du 8/11/2018 : Aides des comités d’entreprise : l’exécutif renonce à la taxation (Le Monde).
Voici donc une question réglée, pour cette fois au moins. Mais vous pourrez lire ci-dessous nos positions, réaffirmées à l'occasion de cet "égarement" parlementaire. Notons au passage que pour notre part, nous préférons le terme d'aide à celui de "cadeau", qui dans ce contexte a des connotations douteuses. 

Communiqué de la Confédération CFE-CGC

La CFE-CGC dénonce un processus législatif inutilement anxiogène.

La CFE-CGC a découvert avec grand étonnement le vote en première lecture à l’Assemblée nationale d’un amendement au PLFSS 2019 visant à plafonner les exonérations sociales sur les prestations des Activités Sociales et Culturelles (ASC) des Comités d’établissement ou d’entreprise (CE).

Présenté au prétexte de clarifier le régime social applicable aux prestations d’ASC, il induit l’application de cotisations sociales sur la plus grande partie des aides prises en charges par les CE pour les activités sociales (aide au départ en vacances, en colonies de vacances pour les enfants, à la pratique sportive…) et culturelles, conduisant mécaniquement à réduire fortement leur volume pour les salariés.

Accompagné d’aucune étude d’impact et discuté trop rapidement pour que les députés présents puissent en apprécier la portée, cet amendement de franc-tireur a généré une forte inquiétude et une grande incompréhension chez les salariés et leurs représentants en charge de la gestion des CE.

La CFE-CGC est fermement opposée à cette mesure : les ASC sont en effet un moyen de permettre aux salariés de pratiquer des activités qu’ils ne pourraient pas exercer sans cette aide et sont souvent le ciment de la cohésion sociale d’un établissement.

La CFE-CGC note que le projet sous-tendu par l’amendement repose sur la volonté de ne pas faire baisser les prestations d’ASC. Sa lecture juridique n’étant pas conforme à l’esprit affiché, la CFE-CGC demande que l’amendement soit annulé dès le début de la discussion du PLFSS au Sénat. Elle mobilisera ses réseaux et ses militants pour que les ASC soient préservées.

La CFE-CGC s’inquiète par ailleurs de la dégradation du processus législatif qui vise à voter des dispositions avant d’en comprendre la portée et d’en analyser les conséquences. Cela n’est clairement pas le signe d’un processus efficace. Nos concitoyens attendent un meilleur fonctionnement de nos institutions démocratiques.

assiette de cotisation 2

Note de la CFE-CGC Orange

Le Projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) 2019 prétend à l'amélioration de la protection et de la justice sociales. Les amendements introduisant un article 7 bis dans le projet de loi font l'inverse.

En effet, les Comités d'Entreprise, pilotés par des élus représentant les personnels, modulent les aides versées pour la pratique d'activités sociales et culturelles (ASC) en fonction des revenus : celles et ceux qui touchent les plus bas salaires reçoivent davantage d'aides. Pour certaines familles, seules les prestations ASC permettent de financer vacances, activités sportives ou culturelles, pour eux-mêmes ou pour leurs enfants. Les ASC constituent donc un rééquilibrage en faveur des familles aux revenus les plus modestes, particulièrement bienvenu dans une période marquée par une forte modération salariale, alors que l'inflation des dépenses repart à la hausse.

La CFE-CGC Orange est donc également totalement opposée aux amendements visant à soumettre les prestations ASC aux cotisations sociales. Réduire le montant de ces aides, ce serait tout simplement priver certaines familles de loisirs sportifs et culturels, ou encore de vacances pour leurs enfants.

 

Imprimer

On prend les mêmes, et on r'commence... bis, ter, etc.

Associations

montants

AFEH : aide et soutien aux parents d’enfants handicapés

861 839 €

AGEF Brive : Maison d’Accueil Spécialisée

112 115 €

AGEF Nuits St Georges : (ESAT, Atelier protégé)

260 387 €

Amitié La Poste Orange : prévention de l’alcoolisme

450 283 €

Don du Sang

487 158 €

APCLD : aide et soutien maladie handicap

729 962 €

ATHA : aide et soutien aux travailleurs handicapés

94 600 €

Foyer Cachan : gestion d’établissements scolaires

511 055 €

UNASS : secourisme

709 245 €

FNARH : musées…

261 507 €

LOGIPOSTEL : construction logements sociaux

12 650 €

Résiduel Logement

15 208 €

TOTAL

4 506 008 €

 

Analyse de la CFE-CGC

Avec les Activités sociales et culturelles déléguées auprès d’Orange SA... chaque année on prend les mêmes, et on recommence… Et cela dure depuis plus de 20 ans.

20 ans, la fin des années 90, l’arrivée d’un nouveau millénaire mais surtout une époque où l’aide à ces associations dites « historiques » pouvait avoir un sens…

Aujourd’hui qui connaît le nombre de salariés de l’UES Orange qui bénéficient encore et réellement des aides de ces associations que l’on finance par habitude ou par négligence ? Personne n’est en mesure de le dire ou ne veut le dire.

Que pourrait-on penser si on se rendait compte que ces 4,7 millions ne servaient qu’un nombre ridiculement faible de nos collègues et leurs familles. Ne serait-ce pas indécent voire indigne ? Cela pourrait éventuellement entacher l’image de ceux qui cautionnent cette dilapidation depuis maintenant 2 décennies.

Bientôt 20 ans que ça dure ! Et plus de 94 millions engloutis, soit l’équivalent du budget annuel des Activités Sociales et Culturelles de tous les CE de l’UES.

2017, une nouvelle année où les 12 associations qui ont eu la chance de figurer sur la photo à l’époque, ont pu bénéficier d’une enveloppe de 4,7 millions d’euros. Une nouvelle année où 3 associations (L’AFEH, UNASS et l’APCLD) à elles seules se répartissent une rente de quasiment la moitié de ce budget.

Bien que nous reconnaissions que l’activité des associations en gestion déléguée a un rôle important d’utilité publique, les élus doivent s’interroger et réfléchir à aider de nouvelles associations qui cherchent des moyens financiers pour se développer au service de nos collègues les plus fragiles et en priorité dans celles où sont investis à titre personnel ou bénévole des salariés de l’UES Orange.

La CFE-CGC demande donc, à nouveau :

  • la résiliation des conventions objectifs-moyens établies début 2005 et comme le prévoient celles-ci, moyennant un préavis de trois mois,
  • la remise à plat de la gestion des budgets de la gestion déléguée, §  que la délégation de gestion dévolue à la Direction depuis 2005 soit reprise par les différents CE de l’UES,
  • que les sommes non dépensées sur ces budgets, soient reversées à chaque CE.

Pour toutes ces raisons, les membres de la délégation CFE-CGC au CCUES ne peuvent cautionner cette dilapidation des fonds et rendent un avis défavorable sur ce point de l’ordre du jour.

 

CCUES

Imprimer

Et pour qu'il n'y ait plus qu'à cliquer, voici le lien pour aller faire votre simulation, et tout savoir sur le Tableau Magique : www.lemeilleurdesce.com

Imprimer

La Direction verse désormais 4,51% de la masse des salaires bruts aux différents CE pour les Activités Sociales et Culturelles (ASC). C’est environ 2 000 € par salarié-e et par an, qui incluent les ASC traditionnelles, mais aussi les subventions liées à la restauration. Sans raison autre qu’historique, ces deux budgets sont souvent séparés au sein d’Orange. Chaque fois que la CFE-CGC gère le budget restauration, son pilotage efficace lui permet de dégager des reliquats, qu'elle réaffecte aux ASC traditionnelles.

Elle peut ainsi distribuer un montant moyen supérieur à 1 000 € par salarié-e et par an, selon un système plus juste : le Tableau Magique ! Uniquement fondé sur la classification et le nombre d’enfants, il permet à 98% des personnels de bénéficier d’un montant annuel garanti, sans avance de fonds ni épargne préalable.

krys

Avec la CFE-CGC Orange, bénéficiez pleinement de vos Activités Sociales & Culturelles

Dans tous les CE où elle est majoritaire, la CFE-CGC Orange met en place le Tableau Magique et une gestion rigoureuse qui permet de redistribuer 98% des subventions allouées par l’entreprise. Selon votre classification et le nombre d’enfants inscrits sur votre livret de famille (même s’ils ne sont pas fiscalement à votre charge) :
  • vous savez à l’avance combien vous allez toucher ;
  • vous faites financer vos vacances ou vos activités sportives et culturelles sans avancer d’argent ;
  • vous commandez, en ligne et en toute liberté, vos chèques vacances, chèques culture, chèques cadeaux, billets de spectacle ou de cinéma ;
  • vous bénéficiez d’une dotation supplémentaire pour Noël et vos événements familiaux ;
  • le tout sans fournir votre feuille d’impôt, vos droits étant ouverts automatiquement et immédiatement.

Pour vos enfants :

Vous disposez, en plus du Tableau Magique, d’un financement supplémentaire, selon leur âge et votre classification, pour :
  • les faire garder (jusqu’à 600 € par enfant) ;
  • leur offrir des vacances (jusqu’à 1 000 € par enfant).

Comme vos collègues de SCE (Orange Business Services) depuis 2007, et d’Orange France Siège depuis 2014, optez pour la CFE-CGC et bénéficiez du Tableau Magique.

Et vous, combien pourriez-vous toucher ?
Cliquez, remplissez …et vous saurez !


En quoi le QF est-il injuste ?

Le système du QF (quotient familial) vous impose de fournir votre feuille d’impôt pour déterminer vos droits. Mais…

  • le calcul appliqué diffère du calcul fiscal ;
  • les célibataires et les parents divorcés qui n’ont pas la charge fiscale de leur(s) enfant(s) sont pénalisés.

Les personnes qui ont les moyens de défiscaliser touchent plus que les personnels aux revenus plus modestes, et celles & ceux qui connaissent bien les règles peuvent « optimiser » leur QF, par exemple en décidant (ou pas) de déclarer les revenus de leur concubin-e.

Pire, le calcul du QF est délégué à la Direction, qui dispose ainsi d’informations confidentielles, utilisables pour arbitrer l’organisation d’un éventuel plan social … ou le niveau des indemnités de départ octroyées (ou pas) à ceux qui partent en TPS. Un système complexe, coûteux à gérer, et tellement opaque qu’il ouvre la porte à l’erreur… voire à la fraude. Si vous étiez « grugé » par le calcul du QF, sauriez-vous le vérifier ?

 

Retrouvez les autres propositions de la CFE-CGC Orange
dans ses professions de foi pour les élections CE-DP-CA 2017

Imprimer

Nous avons mis à jour notre notre politique de gestion des données (RGPD). Nous vous invitons à la consulter.
Consulter le texte Ne plus afficher ce message