CFE-CGC Orange
CFE-CGC Orange
feed-image
  • Thèmes
  • Santé
  • Conditions de Travail et Santé

Alerte sur les Fonctions Support

Par Mail du 10 septembre 2018 à la DRH, la CFE CGC a émis une alerte sur les Fonctions Supports :

Depuis plusieurs mois des salariés du siège vivent dans l’attente d’une réorganisation qui peine à sortir, entrainant un fort malaise, en particulier dans les équipes RH, Communication, Transformation.

Les passages successifs en CE qui ont tenté de démontrer que rien ne changeait pour les salariés sauf leur éventuel rattachement hiérarchique s’apparentant, pour la CFE-CGC, plus à un leurre qu'autre chose .

Dans la pratique, l’encadrement attend que les membres du COMEX renouvelé diffusent leurs organisations définitives en passant d’abord par le CE de FSF. Cette attente, trop longue, a pour conséquences, entre autres l'ajournement, voire l’arrêt de projets ; la sous-activité de certains salariés ; la non-prise de décisions ; l’absence de dynamique ; la démotivation des managers maintenus dans l’incertitude...

La CFE-CGC a souhaité que soient apportées des réponses à bon nombre de questions quant au partage avec les personnels sur les organisations définitives, les mesures de suivi du bien-être des salariés à mettre en place durant cette période d’incertitude, les moyens exceptionnels d’accompagnement vers d’autres métiers ou/et régions ?

Dans sa réponse du 13 septembre, la Direction a précisé, notamment sur le sujet spécifique de la transformation...

... que, comme il l’a été clairement été exprimé, des travaux sont engagés, avec l’appui dans un premier temps d’un grand cabinet spécialisé, qui se feront dans un esprit de concertation et d’échanges. « Il est prématuré à date de fixer un calendrier précis mais nous pensons qu’un nouveau  temps d’échange pourrait avoir lieu à l’automne sans augurer de ou des instances à ce stade qui pourraient être concernées. Nous sommes particulièrement attentifs à associer les salariés des fonctions supports et plus largement de notre entreprise pour réussir ensemble les enjeux de transformation qui sont devant nous, en veillant à l’accompagnement de nos équipes et à la qualité de notre dialogue social ».

Malheureusement peu convaincue par cette réponse, le fait d’éluder ses questions l’amenant à craindre un retour à certaines pratiques douloureuses du passé, la CFE-CGC a donc réitéré son alerte.

Elle assure les personnels de sa très grande vigilance sur le sujet et de son suivi, en permanence critique mais aussi constructif, des dossiers…

Fonctions Support et Finances

Imprimer

Projet Campus Montpellier

Information (enjeux et organisation)

Ce projet a pour objectif de faire déménager les salariés travaillant sur 5 sites de l’agglomération de Montpellier sur une nouvelle implantation située à l’est dans le quartier « Pompignane ». Les 5 sites existants étant abandonnés, cela permettrait d’accueillir à terme d’ici 2020-2021 environ 1200 salariés dont 49 sur le périmètre du CE OFS (majoritairement aujourd’hui sur le site d’Apollo).

En janvier 2018 vos élus ont déjà voté à l’unanimité un avis défavorable sur ce projet jugé peu documenté ainsi que sur le choix du site à la localisation contestée sans aucune consultation des salariés.

Retrouvez l’intégralité du dossier

Analyse de la CFE-CGC

Le choix du quartier de Pompignane avait été décrété par la direction sans consultation des salariés, laquelle aujourd’hui essaie de se dédouaner en présentant les prochaines étapes du projet où les salariés seront consultés sur leur aménagement futur.

Un certain nombre de questions soulèvent l’inquiétude de vos élus, comme pour tous les grand dossiers immobilier (nombre insuffisant de places en parking, aucune décision de déploiement de lignes de transport votée, surdensité prévisible de la zone avec en conséquence des probables difficultés d’accès…)

Les salariés seront-ils invités à rejoindre des espaces de travail flexibles sans position de travail individuelle ?
Vos élus CFE-CGC seront particulièrement vigilants sur ce type de projet ayant un impact direct sur les conditions de travail et resteront vigilants sur la prise en compte de vos besoins et tous les risques RPS prévisibles

Emploi & Métiers

Imprimer

Points clés

Le CE a suivi l’avis favorable de la commission et du CHSCT et a remis un avis positif à la majorité sur l’évolution d’organisation (mise en œuvre au 17/9) conformément au dossier présenté :

• la fusion des équipes TV/VOD/divertissement et Régie publicitaire semble correspondre à une nécessité stratégique et économique dans un univers très compétitif,

• la réorganisation a été expliquée à toutes les équipes tout au long du processus d’information/consultation,

• les salariés apprécient que le business déclinant de la Régie ne conduise pas à une fermeture de l’activité mais plutôt à une réorientation vers de nouvelles opportunités,

• la direction a finalement fourni les documents demandés à plusieurs reprises par la commission, à savoir.

La commission continue son travail et présentera aux élus du CE OFS un premier bilan au T1 2019 et un second bilan au T3 2019.

Analyse de la CFE-CGC

Tout au long du travail préparatoire avec la direction et avec les salariés, la commission (mandatée par vos élus CE) a pu contribuer à l’amélioration du dossier, en identifiant des sujets sous-estimés, comme la nécessité d’allouer des budgets pour pouvoir adapter le SI vieillissant de la régie ou un éventuel changement de site pour ceux qui rejoignent une nouvelle équipe.

La commission restera vigilante quant à l’implémentation de cette nouvelle organisation dans notamment les aspects communication aux salariés, formation, adaptation de la charge de travail, évolution de la fiche de poste, PVM du S2 suite aux changements d’activité et éventuels déménagements soumis à accord préalable des salariés.

Vos contacts au sein de la commission : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. , Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. et Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.. N’hésitez pas à les contacter

Vote unanime des élus 

Retrouvez l’intégralité du dossier

Emploi & Métiers

Imprimer

La loi Rebsamen introduit l’obligation de négocier sur la lutte contre les discriminations. L’accord pour l’emploi et l’insertion des personnes en situation de handicap et la lutte contre les discriminations introduit la lutte contre les discriminations dans le chapitre 8, depuis 2017.

Discriminations, de quoi parle-t-on ?

« En droit, une discrimination est un traitement défavorable qui doit généralement remplir deux conditions cumulatives :

  1. être fondé sur un critère défini par la loi (sexe, âge, handicap…)
  2. relever d'une situation visée par la loi (accès à un emploi, un service, un logement…). » Source Défenseur des Droits

Les discriminations sont définies selon 25 critères dont 9 relevant de la seule législation française (situation de famille, apparence physique, patronyme, mœurs, lieu de résidence, perte d'autonomie, particulière vulnérabilité résultant de la situation économique, capacité à s'exprimer dans une langue autre que le français et domiciliation bancaire).

Imprimer

Information

Conclusions des médecins du travail

Focus sur la dégradation des conditions de travail dans certaines boutiques… dont l’origine apparaît être l’augmentation insidieuse du contenu du travail prescrit.

Le conseiller commercial doit accueillir le client, le conseiller et effectuer les différentes étapes de la vente… Mais différentes actions lui sont prescrites :

  • soit qui ne sont pas directement en lien avec le processus de vente : accueil des livraisons ; rangement et inventaire dans le magasin ; …
  • soit qui relèvent de process divers et qui nécessitent du temps : enquêtes SAM ; Orange Bank ; Espace Client ; transferts de données ; objets connectés ; éligibles fibre, et depuis février 2018 modification des modes d’installation de la fibre ;…
  • et activités effectuées dans le passé par des chargés d’espace vente ou des conseillers techniques de moins en moins affectés dans les boutiques

Il en résulte que pour effectuer ce qui est prescrit, la durée moyenne de présence/accompagnement d’un client augmente, et de manière sensible.

Des cas de souffrance au travail sont constatés, qui sont la conséquence :

  • du décalage important entre le travail prescrit et le travail réel (avec les mesures d’adaptation que doit faire le salarié pour combler au mieux cet écart) ; d’une impossibilité de plus en plus fréquente pour le salarié de combler cet écart ;
  • d’un sentiment que les efforts qu’il accomplit, ne sont pas reconnus ; de la constatation, ou du sentiment, que ses demandes d’aides, de corrections, de régulation, ne sont pas suivies de mesures concrètes.

La ligne managériale est souvent elle-même impactée, constatant les difficultés et la souffrance au travail des collaborateurs, étant dans l’impossibilité d’en améliorer la situation, et ayant elle-même le sentiment de ne pas être écoutée et entendue par sa propre hiérarchie…

Les médecins du travail ayant en charge des boutiques, et dans toutes les Agences de Distribution de métropole, ont été interrogés. Ils estiment à 80% que la situation dans les boutiques s’est dégradée au cours de l’année 2017 et que sont signalés, systématiquement et souvent :

  • le sous-effectif dans les boutiques : 77,4%
  • la problématique de l’attente des clients : 71%
  • la problématique des plannings/horaires : 58%
  • un mal-être des conseillers : 61,3%

Le sous-effectif, corollaire de l’augmentation du travail prescrit et donc du temps passé par client, est en fait la source de la plupart des difficultés constatées :

  • stress des conseillers, et des responsables de boutiques et adjoint ; tensions entre les personnels (avec parfois tensions entre managers et management « inapproprié ») ;
  • augmentation du petit absentéisme ; modifications des horaires/plannings ;
  • réactions des clients consécutives au temps d’attente jugé excessif ;

La dégradation des conditions de travail en boutique impacte de plus en plus la santé des salariés concernés.

Analyse de la CFE-CGC

Face au constat, détaillé et argumenté par les contributeurs en deuxième partie de ce bilan, quels sont les actions concrètes qui sont prévues pour améliorer en 2018 et dans les années à venir la santé et la qualité de vie au travail pour l’ensemble de nos salariés ? Notre entreprise n’a-t-elle pas pour objectif d’être digitale ET humaine ?

CCUES AD Agence Distribution

Imprimer