CFE-CGC Orange
CFE-CGC Orange
feed-image
  • Thèmes
  • Intergénérationnel

intergenerationnel

source : Pixabay

Chez Orange, la négociation de l’accord intergénérationnel revêt une importance toute particulière, liée à l’histoire de notre entreprise comme aux difficultés actuelles de recrutement sur les métiers en tension. Il importe à la fois de permettre à nos seniors d’organiser au mieux leur fin de carrière, d’être suffisamment attractifs pour les jeunes salariés qui démarrent leur vie professionnelle, et de favoriser l’engagement de l’ensemble des personnels, tant dans leurs activités opérationnelles que dans le transfert des savoirs nécessaires au maintien et au développement des compétences clefs dans notre entreprise.

Dans un tel contexte, l’accord intergénérationnel revêt donc une importance stratégique… qui ne se reflète malheureusement pas dans la manière dont les négociations sont menées :

- les informations partagées avec les représentants du personnel ne permettent pas une négociation transparente et loyale

- les nombreuses propositions faites par notre organisation, ne semblent pas avoir fait l’objet d’un examen sérieux, et sont, pour la plupart, simplement évacuées du débat.

Téléchargez l'intégralité du courrier envoyé à Mme Valérie Le Boulanger DRH Groupe
pdf2018_10_23 courrier_CFE-CGC orange à la DRH Groupe_négociation_accord_interge.pdf 

Consultez les revendications portées par la CFE-CGC Orange

pdfnegociation intergenerationnel volet juniors - propositions cfe-cgc.pdf

pdfnegociation_intergenerationnel volet_seniors - propositions_cfe-cgc.pdf

Imprimer

Pour faciliter votre intégration chez Orange, la CFE-CGC Orange a rassemblé quelques points de repère dans ce livret d'accueil, dont vous pourrez vous procurer un exemplaire papier auprès de vos correspondants locaux CFE-CGC.

livretAlternants2018

Télécharger la version pdf : pdflivretaccueilalternants_octobre2018_vdef.pdf

Lire en html

Imprimer

A partir du 1er janvier 2019, la réforme des retraites complémentaires votée en 2015 entrera en vigueur.

Ce système de bonus-malus prévoit que les salariés de droit privé nés après 1956 qui remplissent les conditions de durée d’assurance pour ouvrir droit à la retraite de base à taux plein, y compris pour les retraites anticipées pour carrière longue,
pourront :

  • Prendre leur retraite dès la date du taux plein : ils seront alors impactés d’un malus de 10% pendant 3 ans et ce jusqu’à 67 ans au maximum

Reporter la date de liquidation des retraites après la date du taux plein et bénéficier :

  • De l’annulation du malus sur les retraites complémentaires (0% de bonus), s’ils reportent leur départ d’un an
  • D’un bonus de 10% sur les retraites complémentaires pendant 12 mois, s’ils reportent leur départ de deux ans
  • Du bonus de 20% sur les retraites complémentaires pendant 12 mois, s’ils reportent leur départ de trois ans
  • D’un bonus de 30% sur les retraites complémentaires pendant 12 mois, s’ils reportent leur départ de quatre an

L’ Objectif : inciter les personnes nées à partir de 1957 à travailler plus longtemps.

Le malus n’est pas appliqué aux retraités handicapés, aux retraités au titre de l'inaptitude, à ceux qui ont élevé un enfant handicapé, aux retraites des aidants familiaux, ainsi qu'aux retraités exonérés de CSG.

Quel est l’impact sur les TPS ?

Les salariés de droit privé ayant commencé leur TPS avant le 2 janvier 2016 et partant à la retraite dès l’obtention de tous leurs trimestres, verront leur retraite complémentaire amputée de 10 % de son montant sur une durée pouvant atteindre 3 ans.

Cependant la Décision N°35 du 12 septembre 2016 relative au paiement d'une prime aux salariés de droit privé impactés par l'application du coefficient de solidarité permet aux salariés de droit privé de percevoir une prime au moment du départ à la retraite. 
Elle correspond au montant du malus appliqué et cumulé sur le nombre d’années considérées.
 Le salarié devra présenter les justificatifs de l’application du malus.

Les fonctionnaires poly-pensionnés n’entrent pas dans le champ de la décision 35.

Rémunération Fiches pratiques

Imprimer

Opcalia propose aux alternants, sous contrat de travail avec Orange,
  • d’accéder à des cours d’anglais afin d’obtenir une certification Bulats (Business Language Testing Service)
  • de préparer le code et la conduite en vue de l’obtention du permis de conduire B

Pour être éligible, il faudra avoir été couvert par un contrat de travail (Orange ou non Orange) sur l’année 2017 ou antérieur afin d’alimenter le compteur CPF.

 Chaque pack est accessible sur l’ensemble du territoire français (référencement en cours pour la Martinique).

Qui peut bénéficier du dispositif ?

  • Les alternants en contrat de professionnalisation et contrat d’apprentissage 
  • Sont exclus les salariés en CDI, CDD et les stagiaires

Le CPF : Compte Personnel de Formation

  • C’est un compte qui permet aux salariés de se former.
  • Il est crédité de 24h/an pour un travail à temps plein et au prorata pour un temps partiel ou CDD 

2 packs de formations sont proposées par Opcalia : à réaliser en dehors du temps de travail

 Le pack cours d’anglais et certification Bulats :

  •  Accès à un forfait de 4 mois aux services du Wall Street English ou Learnship.
  • Obtention de la certification Bulats à l’issue des 4 mois : Financé à 100% par le CPF

 Le pack permis de conduire tout compris :
  • Préparation au code en e-learning pendant 6 mois maxi avec 2 présentations maxi au code
  • 20h à 30h de conduite + présentation à l’examen.: Financé à 100% par le CPF
 Abondement des heures de CPF par Opcalia :
  •  A partir d’1h obtenue dans le CPF, un abondement est possible pour atteindre le nombre d’heures nécessaires à la formation.souhitée.

Plus de détails : Les clés de mon emploi

https://portailrh.sso.infra.ftgroup/web/ij_accueil/actus/succes-cle-de-mon-emploi

Un numéro vert : 0 800 730 035

 

Fiches pratiques

Imprimer

Le TPS a pour double vocation d’organiser une forme de réparation pour les personnels ayant souffert pendant la crise sociale, et de lisser plus rapidement la pyramide des âges.

Son coût est contrasté : faible pour les TPS mécénat et handicap, important pour les TPS classiques (ex. : 50% de temps travaillé payé 65%, avec des frais fixes de gestion maintenus, et la nécessité de faire appel au mieux à des recrutements supplémentaires, ou au pire et plus habituellement à la sous-traitance).

Suite à la signature du dernier accord (2015), 1,8 Md € ont été provisionnés. Cette année, près de 1 200 personnes de plus que prévu sont parties en TPS. La Direction a choisi de répercuter une partie de la charge exceptionnelle occasionnée (près de 300 M €, soit plus de 3 fois le budget total alloué aux augmentations salariales) sur les personnels en activité, plutôt que de réduire les bénéfices.

L’origine de cet engouement réside principalement dans l’incapacité de la Direction à rendre notre entreprise attractive pour les collègues en fin de carrière : multiplication des déménagements, nouveaux espaces de travail inadaptés, non remplacements en local, désertification des sites… Autant de raisons qui incitent à la prise du TPS, chaque nouveau départ incitant celles et ceux qui restent à envisager le leur, pour ne pas supporter l’accroissement de la charge de travail induite.

Un remède serait d’améliorer les conditions de travail, grâce à des sites bien localisés et confortables, et à une véritable ambition sur l’emploi en région, portée par un véritable schéma directeur de l’immobilier. Redonner le goût à nos seniors de rester, dégagerait au final de l’argent, qui pourrait être redistribué à l’ensemble des personnels.

Imprimer