CFE-CGC Orange
CFE-CGC Orange
feed-image

bandeau essentiel du ce

Au sommaire :

  • Résonance à Bagneux : giboulées d’Agilité
  • Domaine SI : les nouvelles portées
  • Enjeux de la DERS : en avril, ne te découvre pas d’un fil
  • Réseaux et Services : nettoyage de printemps
  • À Nancy, Orange vide le nid
  • ASC 

Prochain CE les 17 et 18 Avril 2019

L'intégralité de notre essentiel : pdfce_dtsi_cfe_cgc_orange_essentiel_ce_mars_2019.pdf

Lire aussi notre déclaration préalable : pdfcedtsi_declarationprealable_cfecgc_20180327.pdf

 

Imprimer

La restauration collective est un sujet complexe qui mérite beaucoup mieux que les propos démagogiques et les fausses informations diffusées ces dernières semaines et largement alimentées par la Direction elle-même.

Désintoxication élementaire et retour sur le combat que la CFE-CGC mène depuis 2007.

pdfRestauration Collective : intoxication à toutes les sauces !

Imprimer

tetierelca restauration t32018

Restauration : mettons les pieds dans le plat !

Comment permettre à toutes et tous de bénéficier équitablement d’un budget passé de 500 à 1000 € par personne et par an depuis que la CFE-CGC Orange a soulevé le couvercle des marmites ? Mettons-nous à table !

Au menu :

 

Télécharger la lettre en pdf : pdfcomprendreagir_restauration_t32018_def.pdf

Activités Sociales et Culturelles Lettre Comprendre et Agir

Imprimer

sans legende

... la CFE-CGC Orange milite pour :

  • La reprise du pilotage des budgets de la restauration par tous les CE, garantissant transparence et efficacité, et un meilleur contrôle des RIE/RIA externes, pour que seuls les ayant-droit bénéficient de la subvention des repas.
  • Permettre à chacun et chacune de choisir sa manière de consommer son budget restauration, en modulant entre cantine, titres restaurant et mise à disposition dans le compte personnel des ASC basé sur le principe équitable du Tableau Magique.
  • Un SI RH plus performant et des titres restaurant dématérialisés, pour permettre leur extension aux télétravailleurs et télétravailleuses en toute légalité et dans la maîtrise budgétaire.
  • Que toutes les cantines Orange deviennent des RIE et acceptent les titres restaurant en paiement pour les externes.
  • Passer d’une logique « restauration pause méridienne » à une palette de services étendus (permettre aux personnels en horaires décalés de manger à la cantine, développer des formules « snacks » complémentaires…)

 

Extrait de la Lettre Comprendre & Agir "spécial restauration" - T3 2018

Activités Sociales et Culturelles

Imprimer

Scanner 500px

Un peu d’histoire…

En Angleterre, dès 1913, les entreprises doivent assurer à leur personnel la possibilité de prendre leurs repas dans des conditions satisfaisantes. En France, cette obligation est précisée en 1960 : lorsqu’au moins 25 salarié-e-s en font la demande, l’employeur doit installer un réfectoire dans l’entreprise. Dans les entreprises de moins de 25 salarié-e-s, il doit simplement mettre à disposition un local adapté à la prise des repas (rappelons que pour des raisons d’hygiène et de sécurité, il est interdit de manger dans les locaux où l’on travaille). Toutes les entreprises ne disposant pas des espaces nécessaires, le « Titre Restaurant » (TR) permet de proposer une compensation aux salarié-e-s.

L’ordonnance n° 67.830 du 27 septembre 1967 et ses décrets d’application confèrent au titre restaurant le caractère d’un avantage auquel sont associées des exonérations sociales et fiscales bénéficiant tant aux salarié-e-s qu’aux employeurs, et font du titre restaurant un véritable titre de paiement.

Depuis mars 2014, les titres restaurants peuvent être dématérialisés (carte à puce, application mobile avec paiement sans contact), ce qui facilite la gestion pour tous les acteurs, tout en limitant la fraude. Cette dématérialisation sera obligatoire en 2020.

Que dit la loi ?

Activités Sociales et Culturelles

Imprimer