France Telecom : 10 ans de révolution - Les Echos

L'ancien monopole du téléphone a imposé à ses salariés une mutation sans précédent.

France Telecom est devenu un "champion" de la convergence numérique grâce à un énorme effort d'adaptation de ses salariés fonctionnaires comme contractuels. Une" révolution humaine inédite pour une grande entreprise française, menée sans explosion sociale, non mais sans douleur.

Il y a un peu plus de dix ans l'opérateur historique entamait sa mue.. C'était le 1° janvier 1997. L'ancien monopole du téléphone, constitué 5 ans plus tôt en établissement public baptisé "Franc Telecom", devenait "une entreprise nationale". Héritier de la Direction générale des Postes et Télécommunications (DGPT), France Telecom employait à l'époque 165200 salariés, dont bien plus des trois-quarts étaient fonctionnaires. Nommé président de l'établissement public en septembre 1995, puis Pdg de France Telecom en janvier 1997, Michel Bon avait convaincu le premier ministre Alain Juppé de garantir ce statut, évitant ainsi explosion sociale, grèvesdures ou même "grand soir.

Quand il partira, en octobre 2002, accusé de tous les maux- déficit, surendettement, surreffectifs- politiques et journalistes omettront de mentionner qu'il avait réussi à faire d'une administration publique dépassée un "champion" multinationnal, opérateur mobile et fournisseur d'accès internet. D'ailleurs, le groupe sehissera par la suite au cinquième rang mondial des opérateurs télécoms.Au prix d'une véritable révolution humaine puisque, aujourd'hui, à peine plus du tiers de ses 190000 salariés sont fonctionnaires...

Un flot de "départs naturels"

...La direction a créé en outre onze "espaces développement" animés par 300 personnes : reclassements, reconversions, mutations et mobilités sont légions, orchestrés par le logiciel d'"auto-évaluation" Performance. "En dix ans, j'ai pratiquement changé de métier chaque année!"affirme une employée.

Non sans mal, chaque salarié a porté haut les couleurs d'Orange. Mais cela ne s'est pas fait à effectifs constants. En une décennie le nombre d'agents publics a été divisé par deux. Cette "privatisation" est surtout passée par des départs naturels, faiblement compensés par des recrutements.Le plan de congé de fin de carrière (CFC), qui s'est étalé de 1996 à fin 2006pour un coût élevé- près de 800 millions d'euros par an-, y a contribué avec 42000 départs en préretraite à 55 ans...

66% de salariés "stressés"

...Difficile d'obtenirdes témoignages sur le vécu des salariés de France Telecom. Parce que la direction de la communication tient à "suivre les interwiews".Et parce que, rappelle Pierre Gojat, coordinateur de l'Observatoire du stress et de la mobilité forcée mis en place par les syndicats CFE-CGC et SUD-PTT, "il est très pénible pour une personne  stressée de témoigner car cela la perturbe beaucoup". Si plus de 3200 personnes représentatives de l'ensemble des salariés ( 78% des fonctionnaires, 74% de quadras ou quinquas et 70% avec plus de qquinze ans d'ancienneté), ont répondu au questionnaire en ligne de cet observatoire, c'est que l'anonymat leur est garanti.

... 66,4% des salariés se disent en situation de "stress" et 15% de "détresse", tandis que 80% voient leur emploi "se dégrader" ou "menacé", et 45% se sentent "placardisés".

extrait Les Echos le 4 décembre 2007 par Charles de Laubier

Nos coordonnées

CFE-CGC Orange
10-12 rue Saint Amand
75015 Paris Cedex 15

   
nous contacter
01 46 79 28 74
01 40 45 51 57

Epargne

Formation

Siège : CFE-CGC Orange - 104 rue Oberkampf, 75011 PARIS - SIRET 50803050900022 - 9420Z
Mentions Légales - Protection des données - Accès rédacteur