CFE-CGC Orange
CFE-CGC Orange
  • Presse & Actu
  • Presse
  • Revue de Presse
  • Actionnariat salarié : mirage ou miracle ? - Libération

Actionnariat salarié : mirage ou miracle ? - Libération

1160866 deplacement du ministre de l economie et du redressement productif sur le site d alstom transport au

Photo Hamilton de Oliveira. Réa

Plébiscité en France, le dispositif, qui associe les salariés aux résultats de l’entreprise, va être favorisé par un article de la loi Pacte qui devait être voté jeudi soir à l’Assemblée. Problème : des gains pas toujours au rendez-vous et le risque d’une modération salariale en contrepartie.

[...]

Au sein du groupe Orange, qui a mis en place un dispositif d’actionnariat salarié dès 1997, lors de la privatisation de l’entreprise (à l’époque France Telecom), l’aventure n’a guère été plus reluisante. «Le cours d’introduction, à l’époque, était de 28 euros. Là, on tourne entre 14 et 15 euros», note Sébastien Crozier de la CFE-CGC. Conclusion : «Les salariés ne sont pas devenus milliardaires, mais personne n’a vraiment perdu de l’argent car, en parallèle, l’entreprise a tout de même offert des bonifications ou des actions gratuites… En fin de compte, cela équivaut à peu près à un placement sur un livret A.» Pas la fortune, donc.

[...]

Sébastien Crozier, pourtant favorable au dispositif, ne nie pas que chez Orange, son développement est allé de pair, un temps, avec une montée en puissance de la variabilisation des rémunérations. «Mais depuis les choses sont plus équilibrées», jure-t-il.

[...]

Mais la situation peut évoluer, veut croire Sébastien Crozier de la CFE-CGC. «Chez Orange, après un bras de fer terrible, on a fait sortir la direction du conseil de surveillance du fonds d’actions détenu par les salariés», raconte-t-il. Selon lui, les salariés actionnaires, qui détiennent 5,5 % du capital et presque 10 % des droits de vote, jouent «un rôle de bascule lorsqu’il y a des désaccords entre la direction et les investisseurs» et ont pu infléchir des décisions. En réclamant notamment une baisse des dividendes des actionnaires (eux compris donc) pour privilégier l’investissement.

Libération - Amandine Cailhol - 04/10/2018

 

Participation, Intéressement et Actionnariat

Imprimer