CSEC novembre décembre 2021 : environnements de travail dynamiques dans l’immobilier d’Orange

Information / Consultation sur l’évolution des choix d’aménagement des espaces de travail tertiaires Orange

Le patrimoine immobilier tertiaire d’Orange reste structurellement sous occupé (de nombreuses surfaces vacantes et 60% d’occupation en moyenne avant la crise sanitaire).

Il convient de s’assurer du meilleur usage possible de nos m² tertiaires, en cohérence avec l’évolution des besoins des équipes et des modes de travail, l’évolution des effectifs, l’équation économique du Groupe et les ambitions RSE :

  • Estimation de 35.000 télétravailleurs réguliers fin 2021
  • Evolution des effectifs (CDI et CDD) de -19% depuis 2016 / estimation de - 14%/ - 15% sur la période 2021-2023.

Un parc immobilier éclectique et sous occupé :

  • 2 millions de m² tertiaires sur un total de 5,2 millions de m² de surfaces immobilières et 248.000 m² de surfaces tertiaires vacantes
  • 170 M€ : estimation du coût de la sous occupation (sur la base des surfaces vacantes et d’une occupation moyenne de 60% des espaces de travail)

La transformation du parc immobilier se focalise sur les espaces non rénovés et/ou espaces sous occupés

  • Rénovation des immeubles définis comme pérennes pour les adapter aux nouveaux modes de travail
  • Libération des autres pour que les occupants rejoignent des immeubles rénovés
  • Réduction des surfaces tertiaires envisagée sur la période 2020 2023 : 15%

Nouvelles attentes salariés liées au télétravail :

  • Prise en compte de l’alternance entre le mode présentiel et distanciel (travail hybride)
  • Diversité d’espaces pour permettre à la fois d’échanger, se réunir, retrouver ses collègues (souhait de retrouver le collectif quand on vient sur site) mais également de se concentrer

Nouvelle approche du « bureau » : mieux travailler ensemble

  • 67% des salaries souhaitent une plus grande diversité des espaces de travail au bureau (espaces calmes, collectifs, informels)
  • 74% des salariés en travail à distance sont prêts à partager leur espace de travail lorsqu’ils sont absents

Recherche d’un nouvel équilibre vie privée/ vie professionnelle : temps de trajet

  • Plus de la moitié des télétravailleurs font plus d’une heure de trajet par jour (domicile travail) Un taux qui s’élève à trois quarts auprès des franciliens
  • « Nearworking » : 46 % des salariés souhaitent des sites plus facilement ouverts à l’accueil de collègues en situation de nomadisme ou des collègues en télétravail résidant près de leur site
  • 15% des salariés souhaiteraient télétravailler dans un site Orange autre que celui du rattachement principal

L’environnement dynamique Orange s’articule autour de 4 principes :

  • Environnement de travail partagé autour de positions de travail en espace ouvert ainsi que d’espaces complémentaires pour se concentrer, se réunir, échanger, s’isoler ou se ressourcer
  • Partage des positions de travail pouvant être occupées de quelques heures à la journée, et laissées libres d’usage en fin de journée
  • Lieu d’ancrage pour chaque équipe : zone préférentielle identifiée (ou « quartier »)
  • Possibilité d’identifier au sein des environnements dynamiques des positions fixes pour des situations ou besoins spécifiques

Données économiques : les aménagements dynamiques permettent une baisse de l’ordre de 25 à 30% des coûts (par rapport à un aménagement « classique ») à travers une réduction des besoins en m² tertiaire

Position de la CFE-CGC Orange

La CFE-CGC Orange tient une nouvelle fois à réitérer ses inquiétudes ainsi que celles des salariés. Ce changement de modèle va être générateur de risques pour les salariés et les managers. Ils vont perdre des repères importants qui peuvent les déstabiliser et générer des situations individuelles ou collectives pathogènes que le management devra réguler.

Quel que soit le modèle retenu la Direction devra tenir compte des remontées des salariés exprimées dans le cadre du questionnaire CNPS.

De fait, la CFE-CGC rappelle les points de vigilance liés à l’introduction des dispositifs et modalités de travail sans bureau fixe, avec leurs dimensions sociales et symboliques.

L’absence de bureau ou de position de travail peut être interprétée par les salariés comme précurseur d’un départ de l’entreprise (licenciement, départ à la retraite). Les déménagements répétitifs sont facteur de stress élevé, qui augmentent le niveau de stress.

Le recours au bureau tournant prive les salariés de la proximité, de l’entraide et du soutien qui sont accessibles dans les open-spaces.

Le télétravail voulu ou « imposé lors de la crise sanitaire » éloigne physiquement les salariés de leurs collègues. Il ne doit pas être le motif invoqué pour forcer ces mêmes salariés, lorsqu’ils sont au bureau à avoir des contacts (non-virtuels) uniquement avec des collègues qu’ils ne connaissent pas ou avec qui ils n’ont pas d’affinités. Pour travailler de manière cohérente dans un groupe, plus on est télétravailleur, plus on a besoin de rattachement à un collectif pérenne et identifié…

CSEC UES Orange

Nos coordonnées

CFE-CGC Orange
10-12 rue Saint Amand
75015 Paris Cedex 15

   
nous contacter
01 46 79 28 74
01 40 45 51 57

Epargne

Formation

Siège : CFE-CGC Orange - 104 rue Oberkampf, 75011 PARIS - SIRET 50803050900022 - 9420Z
Mentions Légales - Protection des données - Accès rédacteur