CFE-CGC Orange
CFE-CGC Orange

Conditions de Travail et Santé

aime boite 102018

Source : enquête J'aime ma boîte

Alors qu’il culminait à 79% il y a 10 ans, le pourcentage des Français affirmant aimer leur entreprise est tombé à 62%, selon l'enquête OpinionWay réalisée à l'occasion de la manifestation « J'aime ma boîte », qui se déroule aujourd’hui.

La difficulté pour les dirigeants et autres DRH va maintenant être de renverser cette tendance au désamour. Et, à en croire les salariés, cela ne va pas être facile ! L'étude montre que ni le fait qu'une entreprise soit soucieuse de l'environnement ni le fait qu'elle mène une politique de bien-être au travail ne renforcent l'attachement des salariés.

Plus d’informations dans Le Figaro – Corinne Caillaud – 18/10/2018

Notons que, dans les grandes entreprises, à peine plus d'1 salarié sur 2 déclare « aimer sa boîte ».

trajets 102018

Source : Les salariés et la mobilité

En moyenne, les salariés français passent quotidiennement près d’1h15 dans les transports, selon les résultats de l’enquête Les salariés et la mobilité, menée par BVA pour Salesforce et la presse régionale. 20 à 30% des interviewés estiment que ce temps de trajet a un impact négatif sur leur équilibre vie personnelle/vie professionnelle, ou sur leur concentration, leur productivité ou leur implication. La très grande majorité d’entre eux attendent que leurs entreprises s’engagent et leur proposent des solutions concrètes, et considèrent notamment d’un bon œil des initiatives comme un aménagement plus flexible de leur temps de travail ou encore un développement du télétravail.

Plus d’informations dans Forbes – Audrey Chabal – 17/10/2018

Des résultats susceptibles d’inciter des entreprises comme Orange, dont le Plan de Mobilité se contente du minimum légal, à prendre leurs responsabilités ?

transformation numerique 102018

Source : Baromètre Digital Workplace

Selon l’édition 2018 du baromètre Digital Workplace, réalisé par l’Ifop pour le cabinet Julhiet Sterwen, 2/3 des salariés des moyennes et grandes entreprises françaises vivent bien la « révolution digitale ». Mais, plus de la moitié d’entre eux déplorent un manque d’accompagnement.

Les collaborateurs pointent toujours le manque d’accompagnement dans la transformation digitale. Leurs besoins se précisent : ils souhaitent un accompagnement individualisé qui part de leur niveau de compétences en intégrant leurs spécificités métier, le tout avec des modalités sur-mesure et différenciantes.

Plus d’informations dans Courrier Cadres – Fabien Soyez – 16/10/2018

Alors que nous assistons à une transformation sans précédent des conditions de travail, il apparaît primordial que chaque entreprise veille et travaille à une appropriation du numérique par tous ses acteurs, chacun à leur niveau.

Avec AT Demain(Assistance Technique de Demain) et l’objectif de « passer du traitement d’un appel, au service d’un client »,  l’entreprise s’attaque enfin au traitement de la réitération des appels.

Ce projet s’inscrit dans la stratégie d’Orange de développer une « relation client incomparable », et en particulier de diviser par deux le nombre de clients insatisfaits car confrontés à un problème technique non résolu efficacement par Orange.
L’intention ainsi exprimée est louable, mais dans les faits, que donne la phase pilote et le début du déploiement ?

Télécharger l'intégralité du tract UAT ->       pdfAT Demain UAT T4_2018.pdf

patronat 102018

Photo : Jean-Francois Badias / AFP

Les trois organisations patronales (Medef, CPME et U2P) ont transmis hier aux organisations syndicales la réponse à leur proposition détaillée d'agenda social. Le patronat se dit prêt à ouvrir des discussions sur un certain nombre de sujets – certains, comme les discriminations ou la qualité de vie au travail, étant toutefois laissés sous silence. Cependant, les organisations patronales souhaitent privilégier les délibérations et les « réflexions partagées », qu’elles estiment plus souples et moins contraignantes que les négociations interprofessionnelles.

Plus d’informations dans actuEL RH – Florence Mehrez – 11/10/2018

ruralite 102018

Photo : Gérard Proust / Maxppp

La vie à la campagne est plébiscitée par les habitants des espaces ruraux (94%) et, plus largement par la grande majorité des Français (81%), révèle une enquête réalisée par l'Ifop pour Familles Rurales. Qualité de vie et environnement moins pollué, calme, contact avec la nature et moindre coût de la vie concourent à cette attractivité du monde rural. Mais le prix à payer est élevé pour les habitants du monde rural qui se sentent « abandonnés », et expriment un sentiment de dégradation, sur les dernières années, tant en matière d’accès aux services publics (58%), qu’aux services de santé (57%) ou aux commerces de proximité (59%), ou encore… à l’emploi (60%).

Plus d’informations dans France Info – 09/10/2018

Depuis plusieurs années, la CFE-CGC revendique l’installation ou la réinstallation de plus de services nationaux et de centres d’appels en région – innervant ainsi les espaces ruraux. Cela permettrait aux collaborateurs désireux de quitter la région parisienne d’accéder à une meilleure qualité de vie, aux personnels des régions de bénéficier de meilleures perspectives d’évolution de carrière dans des bassins d’emploi revivifiés, au groupe de mieux maîtriser ses coûts immobiliers, et aux clients de bénéficier d’un meilleur service de proximité.

Action Logement Services est depuis le 1er janvier 2018, le prestataire unique en charge des services aux salariés des entreprises. Ces prestations sont encadrées par un dispositif légal. Orange verse 18 millions d’Euros dévolus aux services d’Action Logement.

Les prêts :

L’enveloppe d’Orange est englobée dans l’enveloppe nationale de Prêts Accession & Travaux attribuée pour l’ensemble des entreprises soumises à la PEEC.(Participation des Employeurs à l’Effort de Construction)
  • Prêts à l’accession
Accordés soit pour l’achat de logements neufs, soit pour des logements anciens (sans travaux)
Sous conditions de ressources (Prêt Locatif Intermédiaire -PLI) et Normes de performance énergétique exigées.
  • Prêts pour travaux
Demande via Action Logement Services (et non plus la Mutuelle Générale)
Sous conditions de ressources (Prêt Locatif Intermédiaire -PLI)

Les aides : mobilité, recherche de logements locatifs, conseils...
  • Mobili Pass : Sous condition de ressources et de distance entre la nouvelle et l’ancienne résidence > 70 km
Subvention pour financer les frais d’accompagnement (à la recherche d’un logement dans le parc locatif)
Prêt en complément à la subvention (de 1 100 € à 1 300 € suivant zones géographiques)
  • CIL-Pass : Service d’accompagnement à la recherche de logement.

  • Conseil en financement : Service gratuit de courtier interne en capacité d’emprunt
  •  Spécial jeunes :
Mobili-Jeunes : aides au loyer pour les jeunes alternants
Résidences temporaires : alternants, stagiaires
Garantie Visale : service gratuit de cautionnement (jeunes et/ou situation précaire)

Logement Locatif :

  • Parc locatif social Action Logement
Demande à effectuer sur site Action Logement (login et mot de passe Orange sur Anoo)
  • Parc locatif privé (via partenaires)

Services gratuits : LocService, Muter Loger & Crédit Agricole Immobilier

 

+ de détails : Anoo Logement , Action Logement

bonheur travail 102018

Photo : rawpixel via Pixabay

Depuis quelques années, de nombreux articles consacrés au management prétendent nous fournir le vade-mecum du « bonheur au travail ». Dans de nombreuses entreprises, on a même créé des postes de responsables du bonheur, les fameux Chief Happiness Officers.

Deux ouvrages récemment parus analysent les tenants et les aboutissants de cette nouvelle injonction, qui intime aux travailleurs d’aller bien, plutôt que de chercher à comprendre pourquoi ils vont mal.Il s'agit de :

  • « La comédie (in)humaine », de la philosophe Julia de Funès et de l’essayiste Nicolas Bouzou (plus d’informations dans Courrier Cadres – Fabien Soyez – 05/10/2018)
  • « Happycratie » des universitaires Edgar Cabanas et Eva Illouz (plus d’information dans l’émission « Comme un bruit qui court » de France Inter – Giv Anquetil, Antoine Chao et Charlotte Perry – 06/10/2018).

bien etre 102018

Source : Observatoire Entreprise et santé

Depuis 2014, l’Observatoire Entreprise et Santé de Viavoice et Harmonie Mutuelle interroge salariés, dirigeants d’entreprises et travailleurs indépendants sur la thématique de la santé et du bien-être au travail.

L’édition 2018 explore tout particulièrement la notion de « bien-être » au travail, un enjeu central pour les entreprises, mais un indicateur difficile à définir et à quantifier précisément. L’étude montre cependant que le bien-être au travail semble davantage corrélé à un besoin de reconnaissance qu’à une recherche de « sens ». Au passage, elle n’oublie pas d’évoquer l’impact sur le bien-être au travail des nouveaux outils et technologies utilisés au quotidien dans l’entreprise.

La reconnaissance au travail, notamment, apparaît comme un enjeu de relations humaines, de quotidien et de proximité face auquel les nouveaux outils ne pourront être qu’un apport parmi d’autres. Autrement dit, l’entreprise et les métiers de demain nécessiteront des technologies, mais aussi (et surtout) un approfondissement des relations humaines, tant en termes de compétences que d’écoute et de prise en compte de l’autre.

Plus d’informations dans l’Observatoire Entreprise et Santé – Viavoice - Harmonie Mutuelle – 03/10/2018

Dans un contexte national de transformation en profondeur de ses Directions, Orange mène des projets de déménagement de grande envergure dont le fil conducteur est une réorganisation des espaces de travail inspirée des réflexions du programme NEO « Nouvel Espace de travail Orange ».
Tous les projets de réorganisation des espaces passent désormais par ce prisme. Citons, entre autres, Bridge (nouveau siège Orange sur Issy-Les-Moulineaux), Nouveau Village Arcueil, Lyon 2020 SKY56, Lille 2020, Marseille Sablier, New Nantes, Campus Montpellier, Campus Toulouse... D’ici 2020 une grande partie des salariés Orange seront impactés par ces nouveaux aménagements derrière lesquels se dessine aussi une réorganisation de leur travail.

En vrai,
ce que vise la direction…

Au-delà des sempiternels et vertueux enjeux « créer un lieu de vie et de bien-être, favoriser la transversalité et le travail collaboratif, développer les méthodes agiles dans la gestion de projet, accélérer la transformation digitale de l’entreprise » inscrits dans le socle des projets de déménagement, d’aménagement 2019-2020, c’est bien de diminution de coût qu’il s’agit, en favorisant des sites de grandes tailles :

Vos élus CFE-CGE étudient tous ces projets dans les différentes instances représentatives du personnel : Comités d’Etablissement (CE), Comités Hygiène Santé et Conditions de Travail (CHSCT)… et d’une façon unanime, les élus des CE concernés ont exigé que des études d’impact sur les salariés soient menées par des cabinets spécialisés en analyse d’ergonomie, des Risques Psycho-Sociaux (RPS.)

Espaces de travail flexible,
ces salariés qui trinquent

La Direction prévoit d’économiser les coûts en intégrant le télétravail, les déplacements, les congés… D’où les espaces flexibles avec moins de postes de travail que de salariés.

  • Conséquence, le salarié n’a plus de position attribuée, il s’installe à un poste de travail disponible dont le précédent utilisateur est censé avoir fait place nette (clean desk) ;
  • La priorité est mise sur les espaces de travail collaboratifs ;
  • Les places de parking sont également limitées.

Les espaces flexibles : réel progrès pour certains mais vraie régression pour beaucoup d’autres

  • Pour les salariés travaillant en mode projet, voire en méthode agile, souvent nomades ou avec une part de télétravail importante, cette solution a des attraits

    - développement d’espaces de travail collaboratifs modulaires de nouveaux espaces de convivialité, sport et de relaxation
    - des outils digitaux de communication
    - une facilitation de la vie d’équipe et des échanges…

  • Pour les salariés plus sédentaires avec peu ou pas de télétravail, beaucoup de réunions téléphone et travail sur dossiers, ils sont exposés à des risques non négligeables :
    - trouver une place disponible de travail/parking
    - être au milieu de collègues avec des métiers différents
    - perdre du temps tous les jours à réorganiser son poste de travail en rangeant ses dossiers, stylos ou objets personnels…

Oui au bien-être au travail.

Non à la rationalisation poussée à l’extrême !

 

Zoom sur le projet " nouveau village "

Évolution et péripéties autour du projet en 2018
Alors qu’il devait impacter plus de 3 000 salariés sur Orange Village, le projet a été revu à la baisse en avril : 700 salariés sont maintenant concernés directement ou indirectement, suite au déménagement du site de Bagneux.

Omis dans la présentation au CE d’avril,le fait que « nouveau village » ait vocation à faire évoluer les conditions de travail, on ne nous parle que du seul réaménagement des équipes suite à la réorganisation des directions nationales.

Écartée toute idée d’imposer un nouveau mode d’organisation du travail et tout concept décidé à l’avance d’espace flexible sans consulter les salariés, on nous promet une approche pragmatique et participative, mais…

d’une co-construction très orientée…

La méthodologie proposée est de faire participer les salariés concernés à une co-construction des nouveaux espaces de travail. À ce stade les membres de la commission CE « nouveau village » participent à la réflexion en bonne intelligence avec la direction de projet.
Mais tandis que les ateliers de co-construction se mettent en place avec très peu de communication préalable, pendant ce temps, le cadre se referme, quelques salariés sont invités à visiter des entreprises soigneusement sélectionnées car ayant toutes mis en place des espaces où les postes de travail individuels ont disparu au profit des espaces collectifs.

…au passage en force


Au cours des réunions accompagnées par le cabinet externe Majorelle, l’organisation du travail en espace dynamique est bientôt présentée comme LA règle à laquelle ne sont possibles que quelques dérogations.

Notre position, pas de pensée ni de modèle unique,
mais l’intérêt des salariés avant tout !

La commission CE diligentée sur le projet « nouveau village » a fait réaliser une expertise externe par le cabinet SECAFI, avec, au centre du rapport, un questionnaire de grande envergure (un nombre exceptionnel de 1 430 participants) auprès des salariés d’Orange Village et Bagneux. 70% des salariés ont exprimé vouloir conserver un meuble bureau dédié.

Retrouvez le rapport d’expertise

Les carences du projet

·  manque de communication vis-à-vis d’un nombre conséquent de collègues souvent très peu informés même avec Plazza et ses maquettes qui ne permettent pas de se projeter ;

·  flou et fluctuations dans les objectifs, avancée erratique du projet, avec un langage politiquement correct à l’usage des partenaires sociaux mais contredit dans son exécution quand les salariés ont le sentiment que l’on ne tient pas compte de leurs avis ;

·  insuffisance dans la prise en compte de populations hétérogènes avec des métiers et besoins spécifiques…

Tous ces éléments, résultats d’un échange approfondi avec les salariés, ont été unanimement rapportés auprès du chef de projet par les membres du groupe pluridisciplinaire de prévention (GPP) composé de préventeurs, RH, médecin du travail et représentants du personnel.

Bientôt des préconisations d’accompagnement…

L’instance de coordination des CHSCT a donc demandé une expertise externe complémentaire pour prendre en compte les risques psychosociaux, donner un avis argumenté et fournir des préconisations.

Cette expertise est en cours, et un certain nombre d’équipes et de salariés des sites d’Arcueil et de Bagneux seront consultés. Le projet sera présenté en CE pour le recueil des avis des élus autour de la fin de l’année 2018, dès que l’ICCHSCT aura pu donner ses conclusions. Tous les cas seront examinés et nous demanderons que chacun des salariés bénéficie d’un aménagement acceptable, adapté à ses besoins, sans régression.

Lexique

Flex desk ou flex office : principe selon lequel le salarié n’a pas de poste fixe affecté dans l’espace de travail ;

Clean desk : le salarié doit en fin de journée ou s’il quitte durablement son bureau retirer tous les objets quitte à les ranger dans un casier pour que ce dernier soit immédiatement utilisable par un collègue ;

Espace dynamique : tout espace de travail avec moins de postes de travail individuels que de salariés ;

NEO : Nouvel espace de travail Orange

pdftélécharger le document

bridge 102018

Photo : Pierre Manière

Hier, Orange a présenté à la presse le chantier de son futur siège social, « Bridge », à Issy-les-Moulineaux. A partir de fin 2020, cet énorme complexe de 56 000 m² devrait accueillir environ 3 000 collaborateurs aujourd’hui dispersés sur différents sites parisiens.

Une perspective qui inquiète certains syndicats, dont la CFE-CGC, et collaborateurs :

Reste que derrière les paillettes, l'initiative fait malgré tout grincer des dents. Elle suscite la crainte de certains collaborateurs et syndicats. Il y a plus d'un an, lorsque La Tribune (Pierre Manière – 05/05/2017) a dévoilé le projet, Sébastien Crozier, à la tête de la CFE-CGC d'Orange, jugeait que celui-ci visait d'abord - et surtout - à diminuer les coûts. « La direction financière compte économiser 4 millions d'euros de loyers par an », affirmait-il. Interrogé à ce sujet, Orange ne fait, aujourd'hui, « pas de commentaire ». En outre, le système de bureaux partagés ne fait pas l'unanimité. Certains syndicats estiment que cela pourrait nuire à la qualité du travail. Orange assure, de son côté, que des réunions ont régulièrement lieu avec les équipes concernées pour éviter cet écueil.

Plus d’informations dans La Tribune – Pierre Manière – 03/10/2018

Principaux thémes portés par vos délégués du personnel

  • Renouvellement du terminal 4G
  • Suppression des boites aux lettres
  • Restauration collective- dégradation de la qualité à Lens, retard de la revalorisation de la subvention
  • Equipement des véhicule de pool
  • Modalités horaires pour la fin d'année, planification isolée
  • Adaptation des horaires en cas de séminaire/sortie extérieure
  • Règles de priorité des congés , prise en compte de l'accord vie privée/vie professionnelle

           pdfcr_dp_sco_sept_2018.pdf

senior emploi 102018

Photo : DR

Alors que le gouvernement s’apprête à refondre les systèmes des retraites, en 2019, la question de l’emploi des seniors est « cruciale ». C’est ce que démontre le rapport d’Emmanuelle Prouet et de Julien Rousselon, chefs de projet au sein de France Stratégie, remis hier matin à Jean-Pierre Delevoye, haut commissaire pour la réforme des retraites. En proposant un diagnostic très complet sur la situation des seniors vis-à-vis de l’emploi, les deux auteurs indiquent que cette réforme devra s’accompagner d’une mobilisation des entreprises et de tous les acteurs pour « assurer à chacun une liberté effective dans le choix de sa fin de carrière professionnelle ». Ce choix d’interrompre sa carrière professionnelle est, certes, « multidimensionnel » ; il prend en compte la durée d’affiliation au régime de retraite, la charge des proches, la situation du conjoint, la scolarité des enfants ou encore les biens patrimoniaux, mais il repose également largement sur les conditions de travail.

A lire dans actuEL RH – Anne Bariet – 02/10/2018

En préalable de la séance, les élus CFE-CGC du CE ont interpellé la Direction sur le nécessaire accompagnement renforcé des nombreux projets de transformations et réorganisations en cours sur les Fonctions Supports, sur les difficultés pour les Salariés concernés par les projets de réorganisation à se repositionner, et plus généralement quant à la prise en compte insuffisante du bien-être des salariés… avec les risques que nous connaissons tous.

Voir la synthèse de notre alerte et des réponses de la Direction

Au sommaire de cette séance :

Travaux et nouveaux sites… Orléans, Bridge, Sky56

La direction reste inflexible sur le flex desk !

Politique sociale, emploi et conditions de travail

Focus sur l'alternance et le handicap...

Évolutions du pôle opération et de la direction de la stratégie d’OMEA

Les élus CFE-CGC restent circonspects face à ces mouvements de personnes, prémices d’une réorganisation en profondeur à venir de l’organisation d’Orange MEA.

Activités Sociales et Culturelles 

Reversement par le CCUES au CE FS&F de la quotepart de la réserve ASC...

pdfcr_ce_septembre_2018.pdf

Au sommaire du CE Juillet/Août 2018

  1. Déclaration préalable

  2. Bilan restauration 2017

  3. Restauration : Titres restaurants et télétravail

  4. Orientations formation OFS 2019

  5. Evolution d’organisation: Direction Divertissements et Nouveaux Usages

  6. Projet Campus Montpellier

  7. Salle de sport d’Orange Village

L'essentiel du CE dans son intégralité : télécharger le Compte-Rendu

N’hésitez pas à prendre contact avec vos représentants pour toutes questions

Cadres ou pas, vous pouvez compter sur nous !