CFE-CGC Orange
CFE-CGC Orange

Emploi & Métiers

Au sommaire de cette séance

ASC : la CFE-CGC a réaffirmé que, sous couvert de solidarité, les organisations syndicales occultent notre obligation de demander puis recevoir des comptes auprès du CCUES… Tout cela au détriment des salariés de notre périmètre.

L’organisation de la Prévention Qualité de Vie au Travail : un dossier qui présente un fonctionnement qui se veut efficace, une culture de la prévention qui se développe, un guide des bonnes pratiques en préparation… C’est bien ! Pour autant, des questions se posent... trop !

Architecture CHSCT :par rapport à l’évolution des effectifs, la baisse est moins forte que prévue, du fait que les CHSCT sont désormais homogènes par métiers (CSCRH, CSPCF, G2A et SC regroupés). 

Réorganisation Supply Chain Réseaux : un projet d’évolution qui présente encore beaucoup d’interrogations, raisons pour lesquelles les Élus CFE-CGC ont voté contre ce projet, et pour une résolution demandant un suivi régulier sur la mise en œuvre du projet à chaque réunion CHSCT et un point de restitution lors d’une prochaine séance du comité d’établissement.

Document Économique Initial : Il expose de façon détaillée l’organisation des entités de l’établissement Fonctions Support & Finances. Ces structures, de missions et responsabilités distinctes, ont l’intérêt de présenter des activités homogènes. Il conviendrait, et c’est un combat constant de la CFE-CGC, qu’elles soient considérées comme STRUCTURES D’ACTIVITE au sens de la maquette GPEC, le regroupement par grandes structures, notamment sous étiquette globale, SG, GPSC, Fin&stratégie, DRH/DSP… agglomérant des activités hétérogènes, et masquant, de fait, les besoins par activité.

Espace de travail Orange Village,la CFE-CGC revendique :
  • La transparence sur les effectifs impactés et une analyse économique du projet.
  • Un planning clair et partagé.
  • Un véritable travail de co-construction avec les salariés et les élus.
  • Une étude des impacts sur les méthodes de travail.
  • La mise en œuvre d’un réel plan d’action sur la qualité de vie au travail.

pdfcr_ce_fevrier_2018_2.pdf

Au sommaire de ces 13 et 14 février :

Traitement de la réitération des contacts en UAT : bilan du pilote

Pour rappel, loin d’être hostile, la posture de la CFE-CGC encourage bien évidemment tout effort consistant en la ré-internalisation d’activités, qui plus est, à valeur ajoutée non négligeable !
ATD est de ces projets a priori positifs ! Il ne faudrait cependant pas que l’Entreprise et ses clients en ressortent seuls gagnants au risque que les salariés ne s'identifient, eux, au quart monde d'un autre ATD !    

Intervention : orientations du domaine et modèle d’organisation des UI

Pour un projet d’une telle envergure, la CFE-CGC s’interroge sur mise en oeuvre d’une démarche qui, à la place de conduite de changement, consiste à « foncer bille en tête » en espérant que chacun puisse, entre le chamboule-tout et le mikado, « tirer son épingle du jeu ».   

Fusion - absorption d’Equant France SA dans orange SA 

La CFE CGC Orange demande la sécurisation des emplois et un traitement social identique pour tous les salariés...  

Accord reconnaissance des compétences et qualifications : déploiement

La CFE-CGC réitère sa proposition de grille intelligente, qui, à l’instar du tableau magique pour le domaine des ASC, permet une gestion simple des promotions et de l’évolution des personnels.  

pdfcr_de_ccues_02_2018.pdf

Au sommaire du dernier CE de Orange France Siège :

  • DDMGP : Direction Digitale – Modification de l’organisation
  • Direction Nouveaux Usages : Réflexion sur l’organisation
  • Pro-PME : Direction Métier et Marché bilan à 3 mois
  • Projet immobilier « Campus Montpellier »
  • Projet « Campus Toulouse Est »
  • Rapport Trimestriel Activité du T3 2017

Téléchargez l'intégralite du compte rendu : pdfL'essentiel du CE OFS de Janvier 2018

En Juillet 2017, la Direction nous a annoncé le lancement d’un ambitieux projet de réaménagement d’Orange Village : 
« La redistribution des espaces de travail des équipes des Directions Nationales d’Orange France sur le site d’Orange Village ».

Initialement baptisé « Tetris », et quand on connait le but du jeu, on ne peut que relever l’ironie du nom de code, ce projet avait pour ambition de « réorganiser les espaces de travail et de rapprocher les collectifs » mais surtout de rapatrier les activités et les salariés du site de Bagneux sur Orange Village.

Les enjeux affichés sont nombreux : regrouper des équipes qui travaillent sur les mêmes sujets, offrir plus de flexibilité, repenser les méthodes de travail … et bien d’autres, peut-être moins avouables !

Dans le cadre de ce projet, les élus du CE Orange France Siège (OFS) ont pris la décision de travailler conjointement avec le CE DTSI pour effectuer une expertise commune commandée au cabinet SECAFI et nous accompagner sur toute la durée du projet. Au-delà de notre rôle de vigilance, nous serons partie prenante.

télécharger l'intégralité de notre tract : pdfLe nouveau village Orange : ça vous parle ?

Cher(e) Collègue et Ami(e),

La CFE-CGC Orange vous prie de bien vouloir trouver ci-joint le CR du CE de janvier 2018 concernant Orange Caraïbe.

  Au sommaire :

- Déclaration préalable CFE-CGC

- Désignation des Présidences des commissions facultatives

- Effectifs mis à disposition sortants et entrants d’OCA

- Organigramme de la direction Juridique

- Activités sous-traitées par le prestataire EURO-RCM

pdfcr_de_ce_orange_caraibe_janvier.pdf

Découvrez la restitution du CE de la DOSE du mois de Janvier avec au sommaire :

  • Les commissions du CE
  • Plan schéma directeur des boutiques
  • les ASC
  • Analyse de la CFE-CGC
Si vous voulez en savoir plus, cliquez sur le lien suivant :

 

pdftract_ce_janvier_2018.pdf

 

 

Cette séance du CE DTSI a été révélatrice de la posture des autres organisations syndicales et de leur acrimonie à notre égard suite au constat électoral de novembre nous donnant 1 élu titulaire et 1 suppléant supplémentaire.

Pour cette mandature, comme pour la précédente, la CFE-CGC ne participera pas au bureau du CE. En effet, le bureau du CE a la responsabilité directe de la politique de mise en place des activités sociales et culturelles (ASC). Aussi, afin d’être cohérent avec les propositions ASC que nous avons formulées lors de la campagne électorale restons-nous sur notre position de ne pas participer au bureau. Afin de nous « punir » de la cohérence entre nos actes et nos promesses, la seule réaction de toutes les autres organisations syndicales a été de rejeter tous les candidat(e)s  CFE-CGC aux présidences des commissions du CE.

Nous regrettons que cette instance choisisse de priver les salariés de défenseurs impliqués et compétents pour des motifs de basse politique ! Les autres organisations syndicales porteront, ensemble, l’entière responsabilité de gestion dans cette nouvelle mandature ! Vous pourrez ainsi juger sur pièce…

Lors de cette instance de décembre 2017, plusieurs dossiers importants étaient présentés par la Direction:

Le Schéma Directeur d’Implantation Territorial (SDIT) DTSI,
La déclinaison du SDIT ORANGE présenté en CCUES en septembre 2017,
Le bilan de l’étape 1 de DESI2020 préalable à la présentation de l’étape 2 à venir
Une consultation sur l’évolution des Règlements Intérieurs des établissements secondaires afin de les mettre en conformité avec la législation.

Vous trouverez ci-aprés une synthèse des principaux dossiers présentés ainsi que les positions et l'analyse de vos élus CFE-CGC

pdfLettre CE DTSI Dec 2017

[French version here/English version below]

Présenté initialement lors du Comité de Groupe Européen de juillet 2013 à Varsovie, puis suivi lors de la session de novembre 2014 de ce même Comité, le projet ENO/GNOC fait l'objet d'un nouveau point d'étape à l'ordre du jour du Comité de Groupe Européen de novembre 2017 à Bruxelles.

En 2013, GNOC/ENO est présenté comme partie intégrante d'un vaste programme baptisé Sirius, et dont l'objectif est de rechercher les meilleurs moyens d'exploiter des avantages d'échelle, dans le but d'améliorer l'efficacité fonctionnelle du Groupe Orange en Europe. Lors de la première vague du projet en 2014, 24 salariés(es) localisés en Belgique et au Luxembourg avaient perdu leur poste au profit d'un transfert de leur activité vers la Pologne et la Roumanie. La CFE-CGC s'était déjà insurgée contre l'absence de volet social dans la présentation du dossier, et avait réclamé qu'une procédure d'information/consultation soit mise en oeuvre sur ce dossier dans le strict respect des termes de la Directive 2009/38 de la Commission Européenne. A terme, il était alors précisé que 150 à 200 salariés(es) seraient concernés par ces transferts d'activité, lesquels généreraient des économies de l'ordre de 2.5 millions d'euros par an. En outre, l'externalisation des activités de pilotage du réseau européen vers un fournisseur tiers (Ericsson) ne garantissaient en rien que les droits des salariés(es) soient maintenus, conformément là encore aux dispositions de la Directive 2001/23 de la Commision Européenne.

En novembre 2014, la Direction avait enfin inscrit le dossier en information/consultation dans l'ordre du jour du Comité de Groupe Européen, mais n'avait pas pour autant apporté des éléments de réponse aux principales questions des élus(es), en l'occurence sur la pérennisation des emplois en Roumanie et en Pologne, ainsi que sur les conditions de réinsertion des salariés(es) d'Orange Slovaquie. Le manque de transparence et l'absence de visibilité sur la structure du projet ainsi que sur ses véritables objectifs avaient conduit les élus du Comité de Groupe Européen à émettre successivement deux avis négatifs s'agissant des phases pdf1 et pdf2 de mise en oeuvre du projet.

Trois ans plus tard, la Direction revient devant l'instance du Comité de Groupe Européen et se décerne un satisfecit s'agissant du bilan du projet, estimant que "les services partagés dans le domaine de la technologie ont été mis en oeuvre avec succès en Europe à partir de 2009", arguant que "d'autres opérateurs ont choisi des modèles similaires à celui adopté par le Groupe". En particulier, les travaux en cours permettront à terme d'augmenter l'efficacité et la rapidité en élimlinant les flux décisionnels complexes, amélioreront l'expérience client et aligneront les politiques de recrutement et de formation sur l'ensemble des pays concernés.

Une fois de plus, les élus du Comité de Groupe Européen, auxquels s'associent les représentants CFE-CGC de l'instance européenne, déplorent l'absence d'éléments concrets permettant de mesurer les impacts d'un tel projet sur les conditions de travail et la vie privée des salariés(es). Les chiffres projetés en séance ne concernent souvent que ceux des derniers mois d'activité, et ne donnent en aucun cas une idée précise sur l'évolution de la qualité de service depuis 2013, pas plus qu'ils n'abordent les conséquences humaines du dossier, compte tenu du fait que, dans certains domaines, des compétences seront définitivement perdues, les ressources étant transférées ou licenciées.

Orange, employeur réellement humain, ou d'affichage ?

[English version]

Initially presented at the July 2013 European Group Committee in Warsaw, followed by the November 2014 session of the same Committee, the ENO/GNOC project is the subject of a new progress report during the November 2017 European Group Committee in Brussels.

In 2013, ENO/GNOC was presented as part of a larger program called Sirius, which aims to find the best ways to exploit scale advantages, with the aim of improving the functional efficiency of the Orange Group in Europe. During the first wave of the project in 2014, 24 employees located in Belgium and Luxembourg had lost their jobs in favor of a transfer of their activity to Poland and Romania. CFE-CGC had already instigated against the absence of social component in the presentation of the topic, and had requested that an information / consultation procedure should be implemented on this subject in the strict respect of the terms of the Directive 2009/38 of the European Commission. Over time, it was specified that 150 to 200 employees would be affected by these transfers of activity, which would generate savings of around 2.5 million euros per year. In addition, the outsourcing of the European network's management activities to a third-party supplier (Ericsson) did not guarantee in any way that employees' rights would be maintained, again in accordance with the terms of Directive 2001/23 of the European Commission.

In November 2014, the Top Management had finally put the topic in an information / consultation procedure on the agenda of the European Works Council, but had not yet provided elements of answer to the main questions of the elected representatives, especially regarding permanent jobs long term reliability in Romania and Poland, as well as the conditions of reintegration of Orange Slovakia employees. The lack of transparency and the lack of visibility on the project structure as well as on its real objectives led the elected representatives of the European Works Council to issue two negative opinions in the first and second phases of project implementation.

Three years later, the Management comes back to the European Works Council and is satisfied with the project's assessment, saying that "the shared services in the field of technology have been successfully implemented in Europe from 2009 ", arguing that "other operators have chosen similar models to the one adopted by the Group ". In particular, ongoing work will ultimately enhance efficiency and speed by eliminating complex decision-making flows, improve the customer experience and align recruitment and training policies across all countries.

Once again, the elected members of the European Works Council, to which the CFE-CGC representatives associate themselves, deplore the absence of concrete elements allowing to measure the impacts of such a project on the conditions of work and the private life of employees. The figures projected in the meeting often relate only to those of the last months of activity, and do not give in any case a precise idea on the evolution of the quality of service since 2013, any more than they do not address the human consequences of the project, this is because, in some areas, skills will be permanently lost as resources are transferred or fired.

Is Orange really a human employer, or just pretending ?

banniere dans les medias oct2017

La revue de presse d'octobre 2017 est à votre disposition.

Au sommaire : Orange Bank, emploi en région, résultats, actionnariat (ORP et actions gratuites), marché entreprise et gouvernance.

Pour la consulter : revue de presse octobre 2017

Pour vous abonner gratuitement : s'abonner

Vous pouvez lire les articles au fil de leur publication en rubrique Revue de presse, mais aussi en nous suivant sur Facebook, Twitter, et LinkedIn, où vous pouvez les partager avec vos amis.

Bonne lecture !

cartecreditorangebank

En Auvergne-Rhône-Alpes l'opérateur télécoms a formé une centaine de ses salariés à ce nouveau service. Le syndicat CFE CGC qui voit d'un très bon oeil la transformation de l'opérateur télecoms en opérateur numérique craint une surchauffe d'activités dans les agences, en cette fin d'année, et demande une anticipation des embauches prévues en 2018.

[...]

A ce propos et au niveau de la région Auvergne Rhône-Alpes, Valérie Thérond, assure que le recours aux CDD et intérimaires est ajusté en fonction des besoins et des périodes commerciales pour renforcer "les 600 salariés dont 420 conseillers clients du réseau de distribution". Ce que demande la centrale syndicale c'est une anticipation des embauches prévues en 2018.

La CFE CGC réclame au total la création de 1500 emplois dans la région "pour combler les besoins de services de proximité, diminuer le recours à la sous-traitance dans les activités de coeur de métier, et redéployer localement des fonction support d'intérêt national". Et elle en appelle aux élus locaux pour éviter que Centre-Est devienne un "désert Orange" à l'exception de l'agglomération lyonnaise.

Extrait de La Tribune Lyon / Acteurs de l'Economie - Marie-Annick Depagneux - 03/11/2017

orangepaiementmobile 684x513

Orange ouvre sa banque aujourd’hui. Gratuite, ouverte à tous et équipée de technologies cognitive pour accompagner les utilisateurs, cette offre 100% mobile s’inscrit comme un concurrent de poids sur le secteur bancaire.

Cette fois, c’est la bonne. Après le lancement repoussé à la dernière minute en juillet dernier, Orange ouvre officiellement sa banque mobile ce jeudi 2 novembre. A l’époque, Stéphane Richard avait justifié ce report par de nécessaires ajustements pour offrir un produit abouti, sans toutefois entrer dans les détails.

Dans une lettre envoyée au PDG, la CFE-CGC, nous apprend que les « retards successifs liés à l’acquisition (de Groupama Banque, NDLR), puis à l’obtention des autorisations règlementaires et enfin aux problèmes de SI (parcours digital) et intégration au SI de notre réseau de distribution, ont conduit la Direction à faire le choix d’un lancement au 2 novembre ». Le syndicat s’inquiète par ailleurs de la capacité des équipes à faire face à la demande alors que s’annonce la période tendue des fêtes mêlée au lancement de l’iPhone X demain, vendredi 3 novembre. 500 recrutements sont attendus en 2018. Insuffisants selon l’organe syndical.

[...]

Extrait de Silicon.fr - Christophe Lagane - 2/11/2017