CFE-CGC Orange
CFE-CGC Orange
feed-image
  • CFE-CGC Orange - Formation Professionnelle

Formation Professionnelle

Vos représentants CFE-CGC Orange, élus, militants, sympathisants et adhérents se sont réunis pour

le séminaire d’été du territoire Occitanie, ce jeudi 13 Juin 2019.

avec la présence d'Hélène Marcy, Vice-Présidente du Syndicat CFE-CGC Orange,

accompagnée de Fatima Hamadi, Kathleen Beaude, Christian Simon Bradesi Représentants OFS et DTSI, 

ainsi que Xavier Podevin Représentant CCUES et spécialiste des ASC.

A l’ordre du jour :

  • L’actualité du Groupe Orange
  • Les Campus Montpellier et Toulouse
  • Le Comité Social et Economique
  • L’accueil de nouveaux militants
  • Et de nombreux échanges lors du déjeuner partagé en toute convivialité.

seminaireterritoireocc130619

Vous avez des questions ? Vous avez envie de contribuer au changement ? Candidatez sur nos listes !

En novembre 2019, l’ensemble des personnels de l’Unité Economique et Sociale (UES) Orange seront appelés à voter pour renouveler leurs représentants, dans le cadre des nouveaux Comités Sociaux et Economiques (CSE).

Prenez votre destin en main en devenant représentant du personnel !

Devenir élu ou désigné de notre organisation syndicale permet de défendre concrètement l’intérêt collectif des personnels d’Orange.

La mise en place des CSE nécessite d’obtenir des scores électoraux plus significatifs pour peser dans les négociations nationales et locales, mais aussi, de renforcer nos équipes militantes, tant pour aller à la rencontre de nos collègues que pour intégrer leurs attentes dans les revendications et propositions que nous porterons. Toutes les candidatures sont donc les bienvenues, et tout le monde pourra trouver sa place pour contribuer à notre efficacité collective.

Envie d’en savoir plus ? CSE 2019 : présentation des mandats et missions

Pour candidater#CSE2019 : je candidate

Le Tour de France des HIS (Heure d'Information Syndicale) a fait étape à Nîmes et Montpellier le 04 Juin 2019.

De nombreux échanges sur l'actualité d'Orange mais aussi sur le Campus en cours pour les salariés de Montpellier ont permis à Laurence Dalboussière (Secrétaire Générale de la CFE-CGC Orange) et Thierry Chatelier (Secrétaire du CE SCE) de donner le point de vue de notre syndicat.

tdf040619

Le petit déjeuner à l’UI de Nîmes a réuni 15 salariés venus échanger sur les conditions de leur métier.

A Montpellier Apollo, l'heure syndicale s'est poursuivie par un déjeuner débat autour de l'accord sur la reconnaissance des compétences et des qualifications (ARCQ) avec pas moins de 40 salariés de l’AE, du CSE Sud et de Pro Pme.

Le café chouquettes sur le site de la Galéra, avec 20 salariés des divisions nationales a permis d’échanger sur le Campus Montpellier.

Toute l’équipe CFE-CGC Orange remercie les adhérents, et tous les salariés qui se sont déplacés pour échanger lors de ce Tour de France CFE-CGC Orange.

Pour recevoir les invitations des prochaines HIS de la CFE-CGC Orange, cliquez ici

 

Envie de contribuer au changement ? Candidatez sur nos listes !

En novembre 2019, l’ensemble des personnels de l’Unité Economique et Sociale (UES) Orange seront appelés à voter pour renouveler leurs représentants, dans le cadre des nouveaux Comités Sociaux et Economiques (CSE).

Prenez votre destin en main en devenant représentant du personnel !

Devenir élu ou désigné de notre organisation syndicale permet de défendre concrètement l’intérêt collectif des personnels d’Orange.

La mise en place des CSE nécessite d’obtenir des scores électoraux plus significatifs pour peser dans les négociations nationales et locales, mais aussi, de renforcer nos équipes militantes, tant pour aller à la rencontre de nos collègues que pour intégrer leurs attentes dans les revendications et propositions que nous porterons. Toutes les candidatures sont donc les bienvenues, et tout le monde pourra trouver sa place pour contribuer à notre efficacité collective.

Envie d’en savoir plus ? CSE 2019 : présentation des mandats et missions

Pour candidater #CSE2019 : je candidate

 

 

Le Tour de France des HIS (Heure d'Information Syndicale) s'est arrêté à Nîmes et Montpellier le 04 Juin 2019.

De nombreux échanges sur l'actualité d'Orange mais aussi sur le Campus en cours pour les salariés de Montpellier ont permis à Laurence Dalboussière (Secrétaire Générale de la CFE-CGC Orange) et Thierry Chatelier (Secrétaire du CE SCE) de donner le point de vue de notre syndicat.

tdf040619

Le petit déjeuner à l’UI de Nîmes a réuni 15 salariés venus échanger sur les conditions de leur métier.

A Montpellier Apollo, l'heure syndicale s'est poursuivie par un déjeuner débat autour de l'accord sur la reconnaissance des compétences et des qualifications (ARCQ) avec pas moins de 40 salariés de l’AE, du CSE Sud et de Pro Pme.

Le café chouquettes sur le site de la Galéra, avec 20 salariés des divisions nationales a permis d’échanger sur le Campus Montpellier.

Toute l’équipe CFE-CGC Orange remercie les adhérents, et tous les salariés qui se sont déplacés pour échanger lors de ce Tour de France CFE-CGC Orange.

Pour recevoir les invitations des prochaines HIS de la CFE-CGC Orange, cliquez ici

Envie de contribuer au changement ? Candidatez sur nos listes !

En novembre 2019, l’ensemble des personnels de l’Unité Economique et Sociale (UES) Orange seront appelés à voter pour renouveler leurs représentants, dans le cadre des nouveaux Comités Sociaux et Economiques (CSE).

Prenez votre destin en main en devenant représentant du personnel !

Devenir élu ou désigné de notre organisation syndicale permet de défendre concrètement l’intérêt collectif des personnels d’Orange.

La mise en place des CSE nécessite d’obtenir des scores électoraux plus significatifs pour peser dans les négociations nationales et locales, mais aussi, de renforcer nos équipes militantes, tant pour aller à la rencontre de nos collègues que pour intégrer leurs attentes dans les revendications et propositions que nous porterons. Toutes les candidatures sont donc les bienvenues, et tout le monde pourra trouver sa place pour contribuer à notre efficacité collective.

Envie d’en savoir plus ? CSE 2019 : présentation des mandats et missions

Pour candidater #CSE2019 : je candidate

 

 

[French version here/English version below]

Dans le cadre du Comité de Groupe Européen d'Orange des 4, 5 et 6 juin 2019 à Amsterdam, la Direction du Groupe a inscrit à l'ordre du jour un point relatif à la transformation du Groupe Orange, dossier présenté par Bénédicte Liénard, Directrice du Programme de Transformation Groupe.

Initié courant 2018 par le Comité Exécutif du Groupe, le programme de transformation du Groupe a été lancé au début de 2019, notamment via la constitution, au premier semestre, des groupes de chefs de projet. L'objectif consiste à poursuivre cette dynamique d'évolution et de transformation que le Groupe n'a cessé de mettre en oeuvre au fil des années, en se réinventant en continu et en capitalisant sur de nombreux atouts, tels que la puissance de la marque, des liens solides tissés avec ses clients, une réelle expertise dans le domaine de l'innovation et des réseaux reconnus à la pointe de la technologie. La Direction indique que le moment est opportun, puisque plusieurs entités auraient déjà fait évoluer leur mode de fonctionnement en le rendant plus en phase avec les enjeux d'opérateur international et multi-services du Groupe, et qu'il répondrait également à une attente des salariés.

La construction de ce programme de transformation du Groupe a été édifiée, dès l'origine, autour de trois principes articulés autour:

  • d'une implication de tous les membres du Comité Exécutif afin de s'assurer que le programme soit l'exact reflet de leurs priorités, et de maintenir l'adhésion sur l'intégralité de sa durée
  • de l'écoute des salariés via notamment 150 entretiens individuels menés avec des représentants des différents pays, selon des fonctions et de profils divers, afin d'alimenter la construction du programme et d'en éprouver constamment les fondamentaux.
  • de la co-construction, via l'organisation de six ateliers visant à nourir le débat du Comité Exécutif en identifiant des prioirtés et attentes de transformation des modes de fonctionnement. Plus d'une cinquantaine de participants ont ainsi participé directement à la structuration du programme. Par ailleurs, différents cercles de réflexion et d'échange se mettent en place au fil de l'eau, afin de fédérer des acteurs divers, tous niveaux et profils confondus.

Cinq thèmes majeurs ont donc été retenus par le Comité Exécutif du Groupe:

  1. Une prise de décision plus claire et orientée vers la création de valeur durable
  2. Une structure simple et légère au service des opérations et d'une mise en oeuvre plus rapide
  3. Une culture et des environnements de travail plus agiles
  4. Une priorisation stratégique de l'innovation centrée client et business
  5. Le renforcement de la diversification et de l'engagement sociétal du Groupe, en phase avec l'évolution des préoccupations de ses clients.
Ces cinq thèmes majeurs ont eux-mêmes été déclinés en dix projets prioritaires, à raison de deux par thème, chacun piloté directement par un membre du Comité Exécutif:
  • A1 - mode de fonctionnement du Comité Exécutif adapté à l'entreprise agile (Stéphane Richard, CEO du Groupe)
  • A2 - pratiques décisionnelles Groupe plus efficaces (Nicolas Guérin, Secrétaire Général du Groupe)
  • B1 - modèle de responsabilité central-local clarifié pour le Groupe (Laurent Paillassot, CEO d'Orange Espagne)
  • B2 - fonctions support et siège plus simples et agiles (Paul de Leusse, en charge des Services Financiers Mobiles)
  • C1 - culture adaptée à l'entreprise agile et partagée par tous (Fabienne Dulac, CEO d'Orange France)
  • C2 - environnements de travail facilitants et collaboratifs à tous niveaux (Helmut Reisinger, CEO Orange Business Services)
  • D1 - priorités stratégiques d'innovation et diversification partagées et pilotées (Hugues Foulon, Directeur de la Stratégie et des activités de cyber-sécurité)
  • D2 - innovation Groupe plus orientée pays et régions et focalisée sur les priorités du Groupe (Mari-Noëlle Jégo-Laveissière, Directrice en charge des technologies et de l'innovation globale)
  • E1 - profils et compétences plus diversifiés, des modèles de reconnaissance adaptés (Alioune Ndiaye, CEO d'Orange Afrique & Moyen-Orient)
  • E2 - engagement sociétal du Groupe reconnu et porté par tous (Christine Albanel, Directrice RSE, Diversité, Partenariats et Solidarité)

La Direction indique une durée estimés de 18 à 24 mois pour la plupart de ces projets, avec une revue à l'issue des 12 premiers mois afin d'effectuer des ajustements le cas échéant. Outre les dix projets précédemment listés, deux autres projets de transformation spécifiques à deux entités du Groupe viennent les compléter:

  • Kilimandjaro - Orange Afrique et Moyen-Orient, piloté par Alioune Ndiaye
  • Ancrage territorial - Orange France, piloté par Fabienne Dulac

Ces deux derniers projets sont menés et pilotés par les entités, tout en demeurant en étroite coordination avec les dix autres projets du programme. Enfin, la Direction indique que le programme n'assure pas le pilotage direct de toutes les démarches de transformation menées dans le Groupe, mais s'assure de leur visibilité, de leur cohérence et de leur partage, chaque entité demeurant autonome dans la définition de ses modes et rythme de mise en oeuvre, avec une réelle marge de manoeuvre dans la recherche des meilleurs équilibres et solutions.

Si le format de la présentation sous forme d'une simple note a pu surprendre, les membres du Comité de Groupe Européen expriment leur étonnement quant à l'absence d'éléments de construction du programme, notamment via la présentation des premiers leviers d'actions concrètes. Par ailleurs, une incompréhension demeure dans certaines entités, telles que l'innovation par exemple, où l'on ne comprend pas bien le modèle économique choisi par le Groupe ainsi que les priorités en termes d'investissement, le tout avec un risque bien réel de perte de sens. A ce titre, les membres du Comité de Groupe Européen expriment leur déception face à l'absence de point précis sur l'avancement des différents chantiers, avec un éclairage projet par projet. La Direction tente de rassurer en notant que, si l'impatience est légitime, il convient de prendre le temps de ne pas plaquer des intuitions ou des visions trop généralistes de ce qu'il conviendrait de faire, mais bien prendre le soin d'associer les équipes sujet par sujet, afin d'être le plus concret possible dans l'élaboration de ce qui sera proposé au Comité Exécutif du Groupe. Néanmoins, les membres du Comité de Groupe Européen expriment le souhait d'avoir des étapes de présentation intermédiaires, via son Bureau ou lors des prochaines sessions plénières.

[English version]

As part of the Orange European Works Council meeting in Amsterdam on 4th, 5th and 6th June 2019, the Group's Management included on the agenda an item relating to the Orange Group transformation, presented by Bénédicte Liénard, Director of the Group Transformation Program.

Initiated in 2018 by the Group's Executive Committee, the Group's transformation program was launched at the beginning of 2019, in particular by setting up groups of project managers in the first half of the year. The goal is to continue this dynamic of evolution and transformation that the Group has continued to implement over the years, reinventing itself continuously and capitalizing on many assets, such as the power of the brand, solid relationships with customers, real expertise in the field of innovation and recognized networks at the cutting edge of technology. The Management indicates that the timing is opportune, since several entities would have already changed their mode of operation by making it more in line with the issues of international operator and multi-services of the Group, and that it would also meet an expectation of employees.

The construction of this transformation program of the Group has been built, from the beginning, around three principles articulated around:

  • an involvement of all members of the Executive Committee to ensure that the program is a true reflection of their priorities, and to maintain membership over its entire duration
  • listening to employees via 150 individual interviews conducted with representatives of different countries, according to various functions and profiles, to fuel the construction of the program and to constantly test the fundamentals.
  • co-construction, through the organization of six workshops aimed at feeding the Executive Committee's debate by identifying priorities and expectations for the transformation of the operating modes. More than fifty participants took part directly in structuring the program. In addition, various circles of reflection and exchange are being set up along the water, to federate various actors, all levels and profiles combined.

Five major themes were therefore selected by the Group's Executive Committee:

  1. Clearer decision making and sustainable value creation
  2. A simple and light structure at the service of operations and a faster implementation
  3. A culture and more agile work environments
  4. A strategic prioritization of customer and business-centric innovation
  5. Strengthening the Group's diversification and societal commitment, in line with the changing concerns of its customers.

These five major themes have themselves been divided into ten priority projects, two of them by theme, each led directly by a member of the Executive Committee:

  • A1 - operating mode of the Executive Committee adapted to the agile company (Stéphane Richard, Group CEO)
  • A2 - more effective Group decision-making practices (Nicolas Guérin, Group Secretary General)
  • B1 - model of central-local responsibility clarified for the Group (Laurent Paillassot, Orange Spain CEO)
  • B2 - simpler and more agile support and seat functions (Paul de Leusse, in charge of Mobile Financial Services)
  • C1 - culture adapted to the agile enterprise and shared by all (Fabienne Dulac, Orange France CEO)
  • C2 - facilitating and collaborative working environments at all levels (Helmut Reisinger, Orange Business Services CEO)
  • D1 - strategic priorities for innovation and diversification shared and managed (Hugues Foulon, Director of Strategy and cyber security activities)
  • D2 - Group-oriented innovation focused more on countries and regions and focused on the Group's priorities (Mari-Noëlle Jégo-Laveissière, Director in charge of technology and global innovation)
  • E1 - more diversified profiles and skills, adapted recognition models (Alioune Ndiaye, Orange Middle East & Africa CEO)
  • E2 - societal commitment of the Group recognized and supported by all (Christine Albanel, CSR Director, Diversity, Partnerships and Solidarity)

The Management indicates an estimated duration of 18 to 24 months for most of these projects, with a review at the end of the first 12 months to make adjustments if necessary. In addition to the ten projects previously listed, two other transformation projects specific to two Group entities complete them:

  • Kilimanjaro - Orange Middle East & Africa, piloted by Alioune Ndiaye
  • Territorial anchorage - Orange France, piloted by Fabienne Dulac

These last two projects are led and managed by the entities, while remaining in close coordination with the other ten projects of the program. Finally, the Management indicates that the program does not ensure the direct management of all the transformation initiatives carried out in the Group, but ensures their visibility, coherence and sharing, each entity remaining autonomous in the definition of its modes and rhythm of implementation, with a real margin of maneuver in the search for the best balances and solutions.

If the format of the presentation in the form of a simple note was surprising, the members of the European Works Council express their astonishment about the lack of elements of the program's construction, notably through the presentation of the first levers of action concrete. Moreover, misunderstanding remains in some entities, such as innovation for example, where we do not understand the business model chosen by the Group as well as the investment priorities, all with a very real risk. loss of meaning. As such, the members of the European Works Council express their disappointment at the lack of a precise point on the progress of the various projects, with project-by-project lighting. The Management tries to reassure by noting that, if the impatience is legitimate, it is advisable to take the time not to plate intuition or too general vision of what should be done, but take care to associate the teams subject by subject, in order to be as concrete as possible in the elaboration of what will be proposed to the Executive Committee of the Group. Nevertheless, the members of the European Works Council express the wish to have intermediate presentation stages, via its Bureau or during the next plenary sessions.

 

Vos représentants CFE-CGC Orange ont fait la tournée des sites d’Alès et Mende à la rencontre des salariés UI et AD.

En UI, c’était l’occasion de rencontrer les CHAFFS et de leur soumettre un questionnaire CFE-CGC Orange afin de recueillir leur ressenti et attentes de leur activité. Vous êtes CHAFF, vous souhaitez vous exprimer, n’hésitez pas à contacter votre représentant syndical Olivier Berger 06 48 07 97 83 afin de recevoir le lien du questionnaire, ou échanger  avec lui.

Délégués Syndicaux UI : Florian Labadie 06 84 86 64 59 / Mohamed Fellah 07 89 08 33 49 / Adrien Graciannette 06 74 82 48 74

opeterrain alesmende olivier 0519

En AD, vos représentants ont échangés sur les dernières négociations AD  et les préoccupations des salariés de ces deux boutiques éloignées des grandes métropoles.

Pour suivre l’actualité AD  c’est ici : Essentiel DP AD / Négociations AD

Délégués Syndicaux AD SOM: Maryline REY 06 07 90 12 62 / Denis GAWLIK 06 79 72 99 52 / Emilie GALL 06 73 27 27 11

Les thèmes portés par vos Délégués du personnel AE OC :

  • Accord Reconnaissance des Compétences et Qualifications (ARCQ)
  • Parcours de Professionnalisation
  • Primes Intéressement et Participation

Retrouvez l'intégralité ici : pdfEssentiel DP AE OC Mai 2019

Un problème, une question ?

N’hésitez pas à solliciter un.e Délégués.es du Personnel (DP) de la CFE CGC !

Vos élus-es DP Périmètre MP : Aurélie Gawlik Éric Demont Stéphane Laurent Marty
Vos élus-es DP Périmètre LR : Valérie Vincent, Marc Barnaud, Christophe Prestat, Karim Arnaudin, Annie Alcovero, Marie-Christine Bousquet

Chiffres clefs

  • Progression du taux d’accès à la formation de + 3 points (79% en 2018), au-dessus de l’objectif de 75%
  • Faible taux de formation des managers à la formation managers 2020
  • Aucune formation n’a été refusée pour des raisons budgétaires

Analyse de la CFE-CGC

La Direction démontre une volonté de communiquer davantage auprès des salariés sur les dispositifs de formation, par exemple : en organisant un salon de la formation sur Orange Campus regroupant l’ensemble des acteurs de la formation.

Malheureusement les moyens ne sont pas mis pour réussir cet objectif :

  • Orange Learning doit encore évoluer en collaboration avec les salariés
  • L’évaluation à froid doit être encore plus développée
  • Communiquer sur le rôle du correspondant formation (très peu connu à ce jour).

[French version here/English version below]

Dans le cadre du Comité de Groupe Monde d'Orange des 14, 15 et 16 mai 2019 à Paris, la Direction du Groupe a inscrit à l'ordre du jour le point sur le programme Kilimandjaro, dossier présenté par Alioune Ndiaye, Directeur général exécutif d'Orange Afrique & Moyen-Orient, et François-Xavier Rey, Directeur du programme Kilimandjaro et Directeur adjoint des Ressources Humaines Afrique & Moyen-Orient.

Ce point "Kilimandjaro" fait suite au dossier "Opérations Afrique & Moyen-Orient et programme ANO (Africa Network Outsourcing)" présenté à ce même Comité de Groupe Monde, et la meilleure illustration en sera faite par Alioune Ndiaye en introduction, à savoir que Stéphane Richard veut par ce programme de transformation (suite logique de "Babel") se doter des moyens pour trouver un "gisement" équivalent à Orange Money.

Les objectfis de Kilimandjaro se concentrent sur une cible de position d'opérateur "multi-services", car en 2050, pas moins de 2.5 milliards d'habitants seront africains, soit 1 sur 4, avec un Produit Intérieur Brut (PIB) de 10% du PIB mondial, sans oublier qu'à ce jour la zone MEA participe déjà à plus de 50% de la croissance du Groupe Orange.

Autres chiffres à garder à l'esprit: 1 Africain sur 2 dispose d'un mobile, 660 millions de smartphones en 2020, +65% annuels de croissance du trafic data mobile, 30% de la population seulement utilise Internet en Afrique, versus 75% chez nous en Europe !

Trois phases sont à distinguer dans ce programme:

  1. Dès 2015 et 2016, le projet "Babel" s'attelle à regrouper les filiales et les participations Afrique & Moyen-Orient sous la holding Orange Afrique & Moyen-orient pour une meilleure lisibilité du Groupe en Afrique.
  2. Intervient ensuite le démarrage de la phase 1 de Kilimandjaro, et notre modèle opérationnel doit s'adapter en 2017 et 2018 au continent africain, et identifie 5 chantiers prioritaires sur la zone Afrique & Moyen-Orient.
  3. Enfin, la phase 2 de Kilimandjaro cible une transformation accélérée dès fin 2018 et doit aboutir au plus tard en 2025 à ce statut d'opérateur multi-services, grâce à un ancrage africain affirmé et reconnu de tous.

Plusieurs axes stratégiques doivent permettre à Kilimandjaro d'équilibrer objectifs et moyens. En termes d'objectifs, il apparaît impératif de déployer des modèles novateurs et adaptés aux enjeux du continent africain (partenariat avec des Etats, mais aussi avec les GAFA et les acteurs chinois majeurs).

Kilimandjaro et ses 5 chantiers principaux doivent confirmer la pertinence de cette orientation du Groupe Orange:

  1. Adapter notre modèle d'affaires aux enjeux du continent africain (CEO sponsor: Yasser Shaker - Egypte)
  2. Faire évoluer notre modèle d'innovation pour plus d'agilité et d'efficience (CEO sponsor: Thierry Millet - Tunisie)
  3. Attirer les talents et compétences issus des pays africains (CEO sponsor: Ben Cheik Haidara - Burkina Faso)
  4. Renforcer notre ancrage régional (CEO sponsor: G. Lokossou, République Démocratique du Congo - A. Kane, Sierra Leone)
  5. Adapter le fonctionnement et la gouvernance de la holding mixte vis-à-vis des filiales et du Groupe (CEO sponsor: Sékou Drame - Sénégal)

Dans ce contexte de transformation, pas moins de 30 actions déjà engagées sur ces chantiers et des premières réalisations sont déjà visibles. A ce titre, trois exemples sont donnés. Pour affirmer notre ancrage régional, Orange a déjà participé en novembre 2018 au salon africain majeur des télécommunications AfricaCom, équivalent à celui de Barcelone pour l'Europe. Sur le sujet d'adaptation des modes oéprationnels, un nouvel ERP (Enterprise Resource Planning) a été mis en place au sein d'Orange Sierra Leone, générant 3.7 Mds d'€ d'économie. Enfin, pour développer l'innovation locale en Afrique, les technocentres de la zone africaine sont rattachés à Orange Afrique & Moyen-Orient, et non plus à la division TGI (Technical & Global Innovation).

Enfin, la communication sur le programme Kilimandjaro précise que le projet doit réussir si tout le monde sait ce qu'est le projet et en parle de manière cohérente et partagée. A ce titre, Alioune Ndiaye respecte un "wording" unique, organise des interview radio et/ou vidéo avec un message simple et très clair (français & anglais).

Le siège africain d'Orange Afrique & Moyen-Orient est installé à Casablanca sur l'emplacement de l'ancien aéroport d'Anfa, une zone de 350 hectares, disposant d'une excellente connectivité pour les transports. Dans la tour CFC (Casablance Finance City), Orange Afrique & Moyen-Orient bénéficiera d'environ 900 m2 d'espaces aménageables en bureaux et salles de réunion. Alioune Ndiaye et ses équipes doivent s'y installer dans quelques mois.

Analyse des membres du Comité de Groupe Monde et de la CFE-CGC Orange:

Malgré ces échanges clairs et transparents avec Alioune Ndiaye, des inquiétudes persistent pour nos représentants africains, notamment en République Démocratique du Congo, au Sénégal, en Côte d'Ivoire et au Mali.

En effet, les membres du Comité demandent à ce que les mêmes évènements GNOC/ANO ne se reproduisent pas sur le projet Kilimandjaro. En réponse et à titre d'exemple, Alioune Ndiaye propose d'organiser un rendez-vous avec kles équipes techniques qui travaillent sur le projet GNOC/ANO, afin de détailler le bilan des performances, mais aussi le bilan des mobilités (RH) telles que traitées par le partenaire Huawei. Le Directeur général exécutif d'Orange Afrique & Moyen-Orient promet une forte transparence de sa part tout au long du projet Kilimandjaro.

Le Comité de Groupe Monde et ses membres suivront de près l'évolution de Kilimandjaro, parmi les autres dossiers récurrents et sensibles (GNOC/ANO entre autres) en Afrique.

 [English version]

As part of the Orange World Works Council meeting in Paris on May 14th, 15th and 16th, 2019, the Group's Management has included the item on the Kilimandjaro program on the agenda, presented by Alioune Ndiaye, Executive Director General of Orange Africa & Middle East, and François-Xavier Rey, Kilimanjaro Program Director and Deputy Director of Human Resources Africa & Middle East.

This "Kilimanjaro" item follows the "Africa & Middle East Operations and Africa Network Outsourcing" program presented to the same World Works Council, and the best illustration will be made by Alioune Ndiaye in the introduction, namely that Stéphane Richard wants by this program of transformation (logical continuation of "Babel") to equip himself to find a "deposit" equivalent to Orange Money.

Kilimanjaro's objections focus on a multi-service operator position target, because in 2050, no less than 2.5 billion people will be African, or 1 in 4, with a Gross Domestic Product (GDP) of 10 % of global GDP, not to mention that to date the MEA zone already accounts for more than 50% of Orange Group's growth.

Other figures to keep in mind: 1 in 2 Africans have a mobile, 660 million smartphones in 2020, + 65% annual growth of mobile data traffic, 30% of the population only uses the Internet in Africa, versus 75 % at home in Europe !

Three phases are to be distinguished in this program:

  1. As of 2015 and 2016, the "Babel" project is working to consolidate the subsidiaries and holdings in Africa & Middle East under the holding company Orange Africa & Middle East for better legibility of the Group in Africa.
  2. Then comes the start of phase 1 of Kilimanjaro, and our operational model must adapt in 2017 and 2018 to the African continent, and identifies 5 priority projects in the Africa & Middle East region.
  3. Finally, phase 2 of Kilimanjaro targets an accelerated transformation by the end of 2018 and must end in 2025 at the latest in this status of multi-service operator, thanks to an affirmed and recognized African anchorage of all.

Several strategic axes must allow Kilimanjaro to balance objectives and means. In terms of objectives, it seems imperative to deploy innovative models adapted to the challenges of the African continent (partnership with states, but also with GAFA and major Chinese actors).

Kilimanjaro and its five main projects must confirm the relevance of this orientation of the Orange Group:

  1. Adapt our business model to the challenges of the African continent (CEO sponsor: Yasser Shaker - Egypt)
  2. Develop our innovation model for greater agility and efficiency (CEO sponsor: Thierry Millet - Tunisia)
  3. Attract talents and skills from African countries (CEO sponsor: Ben Cheik Haidara - Burkina Faso)
  4. Strengthening our regional roots (CEO sponsor: G. Lokossou, Democratic Republic of Congo - A. Kane, Sierra Leone)
  5. Adpater le fonctionnement et la gouvernance de la holding mixte vis-à-vis des filiales et du Groupe (CEO sponsor: Sékou Drame - Senegal)

In this context of transformation, no less than 30 actions already undertaken on these sites and first achievements are already visible. As such, three examples are given. To affirm our regional roots, Orange has already participated in November 2018 at AfricaCom's major African telecommunication exhibition, equivalent to that of Barcelona for Europe. On the topic of adaptation of the oeprational modes, a new ERP (Enterprise Resource Planning) was set up within Orange Sierra Leone, generating € 3.7 billion in savings. Finally, to develop local innovation in Africa, the technocentres of the African zone are attached to Orange Africa & Middle East, and no longer to the TGI Division (Technical & Global Innovation).

Finally, the Kilimanjaro program communication states that the project must succeed if everyone knows what the project is and speaks about it in a coherent and shared way. As such, Alioune Ndiaye respects a unique "wording", organizes radio and / or video interviews with a simple and very clear message (French & English).

Orange Africa & Middle East's African headquarters are located in Casablanca on the site of the former Anfa airport, a 350-hectare zone, with excellent transport connectivity. In the CFC tower (Casablance Finance City), Orange Africa & Middle East will benefit from approximately 900 m2 of convertible space in offices and meeting rooms. Alioune Ndiaye and her teams have to settle there in a few months.

Analysis of the members of the World Group Committee and the CFE-CGC Orange:

Despite these clear and transparent exchanges with Alioune Ndiaye, concerns remain for our African representatives, particularly in the Democratic Republic of Congo, Senegal, Ivory Coast and Mali.

Indeed, the members of the Committee demand that the same GNOC / ANO events do not occur on the Kilimanjaro project. In response and as an example, Alioune Ndiaye proposes to organize an appointment with the technical teams working on the GNOC / ANO project, in order to detail the performance report, but also the record of the mobilities (HR) such than processed by the partner Huawei. The Executive Director General of Orange Africa & Middle East promises strong transparency throughout the Kilimanjaro project.

The World Works Council and its members will closely monitor the evolution of Kilimanjaro, among the other recurring and sensitive issues (GNOC / ANO among others) in Africa.

Le Mardi 7 mai, Olivier et Adrien sont allés à la rencontre des salariés de Narbonne.

Ca n'est pas moins d'une soixantaine de salarié-es avec qui ils ont échangés

sur l'actualité des DO Sud et DO Sud-Ouest, aujourd'hui DO Grand Sud-Ouest

dans les bâtiments des Tuileries (site de l'UI), de Kennedy (site du SCO) et Bonne source (site de l'UAT).

narbonnemai19

 

 Pour lire les dernière actualités du CE DO Sud et du CE DO Sud-Ouest c'est ici:

pdftract_ce_do_sud_avril_2019.pdf

pdftract_ce_doso_avril_2019.pdf

N'hésitez pas à prendre contact avec vos représentants pour toutes questions.
Cadres ou pas, vous pouvez compter sur nous !

 

[French version here/English version below]

Dans le cadre du Comité de Groupe Monde d'Orange des 14, 15 et 16 mai 2019 à Paris, la Direction du Groupe a inscrit à l'ordre du jour un point sur les opérations en Afrique et au Moyen-Orient, présenté par Alioune Ndiaye et Clotilde Boury, respectivement Directeur général exécutif et Directrice des Ressources Humaines et de la communication interne d'Orange Afrique & Moyen-Orient.

Si la connectivité reste un enjeu fort pour la zone Afrique & Moyen-Orient, le Groupe poursuit une stratégie d'évolution de ses métiers et de création de valeur en se développant autour de nouveaux usages et services. Sans ambiguité, Orange Afrique et Moyen-Orient a pour ambition de devenir l'opérateur multiservices préféré des populations africaines et conquérir le leadership sur sa zone en 2025, encouragé par les performances enregistrées en 2017 et 2018, permettant une compensation de l'érosion de la voix et le déclin de l'international par les relais de croissance que sont devenus la data mobile et Orange Money.

Quelques chiffres viennent matérialiser tout le potentiel de croissance que détient le continent africain pour le Groupe Orange:

  • 1 milliard d'Africains ne sont pas encore connectés à Internet
  • malgré le succès reconnu d'Orange Money, le taux de bancarisation en Afrique sub-saharienne demeure inférieur à 10%
  • le PIB du continent africain est en croissance de 4.1%, avec une projection à 5.3% en 2022
  • si 1 Africain sur 2 est équipé d'un mobile aujourd'hui, 680 millions de smartphones circuleront sur le continent en 2020
  • en 2018, seuls 14% des Africains sont utilisateurs actifs des réseaux sociaux, alors que ce chiffre dépasse les 42% dans le Monde

Les résultats enregistrés en 2018 constituent une performance solide et augurent d'une réelle capacité à tirer encore davantage cette croissance vers le haut. La zone Afrique & Moyen-Orient compte aujourd'hui plus de 120 millions de clients, dont 16.7 millions de clients 4G répartis dans 12 pays, et 39.2 millions de clients Orange Money. Fin décembre 2018, le chiffre d'affaires s'établissait à 5.2 Md€, en augmentation de 5.1% sur l'année, les investissements affichant une hausse de 0.9% à 1 Md€, l'EBITDA retraité de 5.2% à 1.7 Md€ et le Cash Flow organique à 0.2 Md€. Pour autant, le secteur demeure concurrentiel avec la présence de 4 acteurs majeurs sur le continent avec MTN, premier opérateur de la zone et présent dans 20 pays, Vodafone en seconde position dans 9 pays, Orange en troisième place avec une présence dans 19 pays, et enfin Bharti Airtel fermant la marche en quatrième position avec 14 pays et une joint-venture au Ghana. Cette position de numéro 3 du Groupe Orange s'explique par le fait que MTN et Vodafone occupent respectivement les première et seconde position en tirant, dans 3 ou 4 pays, une marge d'EBITDA supérieure à 40%, substantiellement au-dessus de nos propres performances.

La stratégie opérationnelle du Groupe Orange sur la zone Afrique & Moyen-Orient se décline autour de 5 objectifs majeurs:

  • maintenir la zone comme principal vecteur de croissance du Groupe
  • conforter le leadership du Groupe sur les réseaux fixes et mobiles
  • consolider la position du Groupe sur les services financiers, via un élargissement de l'offre à de nouveaux usages et en construisant une banque de l'UEMOA (Union Economique et Monétaire Ouest-Africaine)
  • accompagner la transformation digitale du continent via des partenariats stratégiques
  • devenir la filiale africaine d'un grand groupe international et une entité de plein exercice

En termes d'organisation, les implantations du management d'Orange Afrique & Moyen-Orient se répartissent entre Paris, Casablanca, Dakar et Abidjan pour le "corporate", la supervision du réseau s'effectuant depuis Dakar et Abidjan, les deux techocentres d'Amman et d'Abidjan se partageant respectivement la zone sub-saharienne de l'Afrique et la partie nord du continent avec le Moyen-Orient.

Si la Direction affiche une certaine sérénité s'agissant du développement des compétences, du suivi qualitatif des formations, ou encore du turnover, certaines inquiétudes ont été exprimées par les membres du Comité de Groupe Monde représentant certains pays de la zone Afrique, en particulier sur la qualité de service du réseau via le projet ANO (Africa Network Outsourcing), miroir du projet ENO (European Network Outsourcing) en Europe, et dont le pilotage a été confié à Huawei. Sur la pérennité de ce choix, la Direction demeure évasive sur l'avenir de ce partenariat, tant le dossier comporte une certaine dimension politique qui dépasse très largement les frontières de l'hexagone.

Par ailleurs, les membres du Comité de Groupe Monde ont manifesté leur vive inquiétude quant à la situation du Groupe au Niger. Avec une certaine franchise et sans langue de bois, Alioune Ndiaye a indiqué qu'Orange avait déjà quitté certains pays africains dans le passé (Kenya et Ouganda). Un accord entre le gouvernement du Niger et le Groupe avait été conclu, fixant les conditions dans lesquelles Orange pourrait avoir des perspectives de développement. Mais l'Etat nigérien est revenu sur les termes de l'accord. Les risques de faillite d'Orange Niger sont donc bien réelles, le Tribunal de Commerce local a été saisi, la relation de confiance avec l'Etat nigérien rompue. Si la piste de recherche d'un nouveau partenaire est en cours d'exploration, il convient pour autant de ne pas exclure une sortie du Niger...

 [English version]

As part of the Orange World Works Council meeting in Paris on May 14th, 15th and 16th, 2019, the Group's Management has included on the agenda an update on operations in Africa and Middle East area, presented by Alioune Ndiaye and Clotilde Boury, respectively Executive Vice President and Director of Human Resources and Internal Communications of Orange Africa & Middle East.

While connectivity remains a strong challenge for the Africa & Middle East zone, the Group is pursuing a strategy of changing its business lines and creating value by developing new uses and services. Without ambiguity, Orange Africa and Middle East aims to become the preferred multiservice operator of the African populations and to conquer the leadership on its zone in 2025, encouraged by the performances recorded in 2017 and 2018, allowing a compensation of the erosion of the voice and the decline of the international by the relays of growth that have become mobile data and Orange Money.

Some figures come to materialize all the growth potential that holds the African continent for the Orange Group:

  • 1 billion Africans are not yet connected to the Internet
  • despite the acknowledged success of Orange Money, the banking rate in sub-Saharan Africa remains below 10%
  • Africa's GDP grew by 4.1%, with a projection of 5.3% in 2022
  • if 1 in 2 Africans is equipped with a mobile today, 680 million smartphones will circulate on the continent in 2020
  • in 2018, only 14% of Africans are active users of social networks, while this figure exceeds 42% in the World

The results recorded in 2018 represent a solid performance and bode well for a real ability to further boost this growth upwards. The Africa & Middle East region now has more than 120 million customers, including 16.7 million 4G customers in 12 countries and 39.2 million Orange Money customers. At the end of December 2018, sales amounted to € 5.2 billion, an increase of 5.1% over the year, with investments up 0.9% to € 1 billion, restated EBITDA 5.2% to 1.7 billion. € and organic cash flow at € 0.2 billion. However, the sector remains competitive with the presence of four major players on the content with MTN, the largest operator in the region and present in 20 countries, Vodafone second in 9 countries, Orange in third place with a presence in 19 countries, and lastly, Bharti Airtel, which closed in fourth place with 14 countries and a joint venture in Ghana. This number 3 position of the Orange Group is explained by the fact that MTN and Vodafone occupy respectively the first and second position by pulling, in 3 or 4 countries, an EBITDA margin higher than 40%, substantially above our own performance.

The Orange Group's operational strategy in the Africa & Middle East region is based on five major objectives:

  • maintain the zone as the main growth vector for the Group
  • consolidate the Group's leadership in fixed and mobile networks
  • consolidate the Group's position on financial services, by broadening the offer to new uses and building a bank of WAEMU (West African Economic and Monetary Union)
  • accompany the digital transformation of the continent via strategic partnerships
  • become the African subsidiary of a large international group and a full-function entity

In terms of organization, the Orange Africa & Middle East management sites are divided between Paris, Casablanca, Dakar and Abidjan for the "corporate", the supervision of the network taking place from Dakar and Abidjan, the two technology centers. Amman and Abidjan, respectively sharing the sub-Saharan zone of Africa and the northern part of the continent with the Middle East.

If the Management shows a certain serenity with regard to skills development, qualitative training monitoring, or turnover, some concerns have been expressed by the members of the World Group Committee representing certain countries in the Africa zone, particularly on the quality of service of the network via the Africa Network Outsourcing (ANO) project, mirror of the European Network Outsourcing (ENO) project in Europe, and whose management was entrusted to Huawei. On the durability of this choice, the Management remains evasive about the future of this partnership, as the file includes a certain political dimension that goes far beyond the borders of France.

In addition, members of the World Works Council expressed their deep concern about the situation of the Group in Niger. With a certain frankness and without language, Alioune Ndiaye said that Orange had already left some African countries in the past (Kenya and Uganda). An agreement between the Niger government and the Group had been concluded, setting the conditions under which Orange could have development prospects. But the Nigerian state has returned to the terms of the agreement. The risks of bankruptcy of Orange Niger are therefore very real, the local Commercial Court has been seized, the relationship of trust with the Nigerian state broken. If the search track of a new partner is being explored, it should not exclude an exit from Niger...

Lundi 6 mai vos représentants CFE-CGC Orange sont allés à la rencontre des salariés sur les plateaux de Toulouse afin échanger avec eux et les informer des dernières actualités.

A cette occasion, de petites douceurs ont été offertes aux salariés.

Leur prochaine visite sur les plateaux Toulousains aura lieu le mardi 11 juin.

N’hésitez pas à aller à leur rencontre !

Pour lire les dernière actualité du CE DO SUD c'est ici: pdftract_ce_do_sud_avril_2019_copy.pdf

operation terrain toulouse mai 2019

Au Sommaire de l'essentiel de votre CE Avril 2019 :

  • Information sur le rapport annuel des médecins du travail pour l’année 2018
  • Information – Consultation sur le bilan du plan de formation de l’année 2018
  • Projet de fermeture boutiques Toulouse-Wilson et Sète : points d’étape

L’intégralité du compte rendu ici

N'hésitez pas à prendre contact avec vos représentants pour toutes questions.
Cadres ou pas, vous pouvez compter sur nous !

pdftract_ce_do_sud_avril_2019.pdf

cohesion 042019

Photo : Shutterstock

A l'heure des retours du grand débat, une majorité de Français ont exprimé leur insatisfaction à l'égard du niveau de leurs salaires, notamment dans le cadre d’un récent sondage Ifop.

Au-delà de cette thématique, le cabinet de conseil Oasys Consultants a interrogé dirigeants, partenaires sociaux, managers et salariés sur la thématique « Entreprise et cohésion sociale ».

L'échantillon prospecté par Oasys Consultants considère qu'afin d'augmenter l'engagement des salariés, les entreprises doivent en priorité associer régulièrement les salariés au projet de leur entreprise,  évoluer vers un management plus collaboratif et développer les compétences et l'employabilité par la formation. Il faut également offrir de vraies perspectives d'évolution, reconnaître davantage les contributions individuelles ou collectives, et favoriser la cohésion et la solidarité au sein des équipes.

Et d’un point de vue financier, l’actionnariat salarié est plébiscité.

Pour 90 % des personnes interrogées, il faut favoriser l'inclusion des salariés au capital de l'entreprise. L'actionnariat salarié, plus qu'un complément de salaire, est un moyen de cohésion et de partage des fruits comme des risques de l'entreprise. Enfin, 88 % des répondants sont d'accord pour systématiser l'accord d'intéressement pour toutes les entreprises, publiques comme privées.

A lire dans Les Echos Executives – Antoine Favier – 25/04/2019

Les thèmes portés par vos Délégués du personnel CSE SUD :

  • Amplitude horaire journalière d’un cadre et d’un non cadre / Heures supplémentaires non cadre
  • Recrutements
  • Communication des promos / Voeux du Directeur
  • Prélèvement à la source / Bulletin de paie : calcul assiette CSG non imposable et CSG-RDS non imposable
  • Délégation Valideur Onéo
  • Restauration / Titres Restaurant dématérialisés
  • Salles de réunion / Véhicules de pool
  • Données Skype, mails et données téléphone mobile pro (data, sms)
  • Accord handicap
  • Télétravail / Amélioration du processus
  • Accord Intergénérationnel
  • ARCQ

Retrouvez l'intégralité des réponses de Février : pdfessentiel_dp_cse_sud_02.2019.pdf

Retrouvez l'intégralité des réponses de Mars : pdfessentiel_dp_cse_sud_03.2019.pdf

En ouverture de la séance du 28 Mars 2019, vos délégués du personnel ont remis à la Direction une déclaration préalable concernant le dialogue social au CSE Sud : pdftract_declaration_prealable_dp_cse_sud_mars_2019.pdf

 

Vous avez des questions, des réclamations, des préoccupations, le code du travail permet à tous les Salariés de s'exprimer sur leur travail sans contrainte.

N’hésitez pas à contacter vos représentants CFE CGC.

Vos élus DP : Laurence Ourtiès, Antoine Roeser, Blandine Barthès, Mohamed Benyahia, Hélène Faus, Sandrine Frasca.

Le 19 Mars 2019vos représentants CFE-CGC Orange sont partis à la rencontre des salariés de l'UI Ocitanie

de Montpellier sur les sites Croix d'argent , Marché Gare et Rabelais 

afin de leur faire un retour des échanges avec la Direction de la dernière Multilatérale

et d'échanger sur leur préoccupations.

Veuillez trouver le tract des actualités de l'UI Mars 2019 pdftract_ui_mars_2019.pdf

N’hésitez pas à contacter vos correspondants :
Florian Labadie 06 84 86 64 59 - Adrien Graciannette 06 74 82 48 74 - Mohamed Fellah 07 89 08 33 49 

generateur de mosaiques ou photo unique v1.02

 

formation randstad 032019

Source : étude Randstad Workmonitor

Re.sources, laboratoire de réflexion sur l’emploi du groupe Randstad, a récemment dévoilé les résultats d’une étude mondiale menée dans 34 pays et consacrée aux enjeux de la montée en compétences numériques pour les travailleurs. Elle montre que :

  • seuls 2 salariés français sur 3 perçoivent l’impact du numérique comme une opportunité (contre 3/4 des salariés en moyenne sur les 34 pays de l’étude) ;
  • seul 1 français sur 3 ressent la nécessité de se former pour développer ses compétences numériques (contre près de la moitié en moyenne mondiale) ;
  • près de 9 Français sur 10 considèrent qu’il est de la responsabilité de leur employeur de les former au numérique (contre 3/4 des salariés en moyenne mondiale) ;
  • seul 1 Français sur 3 estime que leur employeur investit dans la formation au numérique (contre près de la moitié en moyenne mondiale.

Plus d’informations dansL’Usine Digitale – Christophe Bys – 14/03/2019

Clairement, le message portée par la réforme de la formation professionnelle voulue par la ministre du Travail, censée « redonner la main aux individus sur leur parcours professionnel », n'a pas vraiment été assimilé ! Faut-il s’en étonner au regard de la dévaluation du Compte Personnel de Formation qu’elle représente ?