La retraite ça se prépare

La retraite quel placement

La retraite ? Une perspective lointaine pour certains, une échéance qui fait peur pour d'autres, une nouvelle liberté pour d'autres encore.

Il n'y a pas une, mais des retraites. Leur qualité dépend pour l'essentiel du montant des ressources dont dispose le nouveau retraité et de son état de santé. Mais l'état d'esprit avec lequel on aborde cette nouvelle phase de la vie importe aussi : on peut partir à la retraite en ayant surtout l'impression de commencer quelque chose de nouveau ou, au contraire, de tourner définitivement une page avec un sentiment d'inutilité.

Beaucoup de jeunes retraités disent qu'ils ont mis plusieurs mois à trouver le rythme. D'un individu à l'autre, le ressenti est différent et il tient aussi à la manière dont la fin de la vie active a été vécue, valorisée ou dévalorisée. Préparer la retraite sera aussi un défi pour les entreprises. Elles doivent changer leur regard envers cette catégorie de population. Il faut qu'elles parviennent à garder les seniors au travail. Ce que ni la majorité d'entre eux ni les entreprises elles-mêmes qui n'ont encore réussi à faire.

La transition entre travail et retraite doit être améliorée.

Outre l'aspect psychologique de ce cap, la retraite se traduit aussi concrètement par une chute du niveau de vie. La seule solution pour minimiser la baisse des revenus consiste à mettre en place en amont une épargne en vue de la retraite. Bien sûr, celle-ci ne prendra pas la place de la retraite par répartition, qui fait que les actifs cotisent pour les pensions de leurs aînés. La réforme en cours est faite pour consolider les régimes par répartition, pas pour créer un régime de capitalisation (basé sur l'épargne). Il n'empêche. Derrière la réforme en cours se profile un autre défi, celui d'inciter les Français à épargner en vue de leur retraite. Et mieux vaut qu'ils le fassent le plus en amont possible : plus on s'y prend tôt, plus l'effort d'épargne est allégé. Ces Français, n'ont pas encore de produit financier à la hauteur de l'enjeu. Aussi utilisent-ils aujourd'hui massivement l'assurance-vie pour préparer leur retraite. Spécificité française, l'assurance- vie est en quelque sorte devenue le produit à tout faire de la panoplie française de l'épargne (constitution d'un capital, transmission d'un patrimoine...). Avec une difficulté pour ceux, et ils sont nombreux, qui comptent sur elle pour arrondir leurs fins de mois quand ils seront à la retraite : comment être sûr que la compagnie sera toujours là dans vingt ou trente ans ?

Comment choisir un contrat qui reste performant dans la durée ? L'immobilier est l'autre grande voie traditionnellement utilisée par les épargnants pour préparer leur retraite. La pierre rassure les investisseurs Rassurés par la pierre, qui a mieux résisté ces dix dernières années que les placements en actions, les Français profitent à plein des avantages fiscaux qui leur sont offerts, notamment par la loi Scellier. Ceux qui s'endettent aujourd'hui à des taux bas pour acheter de la pierre devraient, de plus, faire une bonne affaire si l'inflation repart. Ceux qui investissent à long terme en vue de la retraite doivent prendre en compte ce risque d'inflation, qui ne touche pas tous les placements de la même manière.

D'autres formules existent au sein de l'entreprise, notamment le très attractif Perco, le plan d'épargne retraite collectif, plus souple que le Perp, le plan d'épargne retraite populaire et dans lequel l'entreprise verse aussi une obole (l'abondement), mais auquel de nombreux salariés n'ont malheureusement pas accès.

Ces initiatives montrent bien que l'idée d'inciter les Français à épargner pour leurs vieux jours n'est pas nouvelle. Pourtant, aujourd'hui, l'épargne retraite n'a pas encore trouvé son véhicule, celui qui, comme l'assurance-vie, saurait faire l'unanimité. Et c'est dommage, car les épargnants sont prêts à se mobiliser pour leur retraite. Et ils ne sont pas les seuls inégalitaire.»

L'épargne retraite idéale reste à inventer

Denise ARSIVAUD-CHOUQUAIS CFE-CGC/UNSA France Télécom-Orange Présidente de la CIT Fin de Carrière, Retraites et CFC.
mobile : + 33 (0)6 81 64 46 13

Nos coordonnées

CFE-CGC Orange
10-12 rue Saint Amand
75015 Paris Cedex 15

   
nous contacter
01 46 79 28 74
01 40 45 51 57

Accès rédacteurs

Siège : CFE-CGC Orange - 104 rue Oberkampf, 75011 PARIS - SIRET 50803050900014 - 9420Z - Mentions Légales - Protection des données