CFE-CGC Orange
CFE-CGC Orange
feed-image

qosi 012019

Source : Etude de la qualité d’expérience des opérateurs mobiles opérateurs mobiles en France Métropolitaine - 2018

Comme l’an dernier, le rapport de Qosi, spécialiste de la mesure de la qualité de service des opérateurs mobiles, consacre la qualité du réseau mobile d’Orange, qui arrive en tête sur la qualité totalité des protocoles de test mis en place.

On note cependant une forte disparité des résultats obtenus en termes de débit descendant, en fonction de la densité de population des zones considérées : si le débit moyen proposé par l’opérateur historique est de 36,8 Mbit/s, il y a un monde entre les 54,7 Mbit/s observés dans les grandes agglomérations et les 17,5 Mbit/s des zones rurales (où Orange arrive seulement en 3ème position).

Plus d’informations dans 01net – Amélie Charnay – 21/01/2019

Economie et Réglementation des Télécoms

Imprimer

orange 012019

Photo : Yves Herman

De nouveau épinglé par l’Arcep, qui lui demande d’améliorer rapidement la qualité de services de certaines offres à destination des entreprises (plus d’informations dans La Tribune – 17/01/2019), Orange affirme que les investissements du groupe en ressources humaines et financières porteront bientôt leurs fruits.

Plus d’informations dans La Tribune – Pierre Manière – 17/01/2019

Economie et Réglementation des Télécoms

Imprimer

5g 012019

Photo : iStock

Face à l'activisme des États-Unis et de la Chine pour déployer au plus vite la 5G, annoncée comme un facteur de compétitivité majeur pour l'économie du futur, les observateurs se montrent inquiets quant aux prises de retard de l'Europe, et notamment de la France, dans ce domaine.

(…) l'enjeu pour la France et l'Europe est justement d'éviter que l'histoire se répète en ratant le coche de la 5G. Dans l'Hexagone, certains estiment que le pays a pris un retard préoccupant. En témoigne une étude publiée début octobre par l'institut Xerfi. Celui-ci souligne, en premier lieu, que les fréquences 5G, qui sont indispensables aux opérateurs pour proposer leurs services, n'ont toujours pas été attribuées. « Même si la vente aux enchères des fréquences 5G pourrait avoir lieu à la mi-2019, la France est en retard par rapport à ses voisins européens, affirme l'étude. Au Royaume-Uni, la vente des fréquences 5G a eu lieu en avril 2018. La Suisse et l'Italie avaient également finalisé leur processus d'appel d'offres en septembre 2018. » En second lieu, le « plus préoccupant », juge Xerfi, est que « les entreprises françaises ne semblent pas s'approprier la 5G ».

Plus d’informations dans La Tribune – Pierre Manière – 17/01/2019

« Etre en retard sur la 5G n’est pas une option », affirmait le président de l'Arcep, en juillet dernier, lors de la présentation de la feuille de route du gouvernement. Depuis, la France est toujours dans les starting-blocks...

Economie et Réglementation des Télécoms Europe et International

Imprimer

 michael trabbia 012019

Photo : DR

Michaël Trabbia, le patron de la filiale belge du géant français des télécoms, estime que la question de la pérennité du groupe dans le plat pays se pose. Et ce, dans un contexte où le gouvernement a donné son feu vert, cet été, à l’arrivée d’un quatrième opérateur mobile.

A lire dans La Tribune – Pierre Manière – 14/01/2019

Une prise de position qui intervient quelques jours après l’annonce, faite par l’opérateur historique Proximus, de la suppression à venir de 1900 emplois, soit 15% de ses effectifs, du fait des « conditions de marché agressives » en Belgique…

Economie et Réglementation des Télécoms Europe et International

Imprimer

vodafone proximus 012019

L’opérateur historique belge Proximus envisage de supprimer 1 900 emplois, soit 15% de ses effectifs, dans le cadre d’un plan de restructuration qui lui permettrait de réduire ses coûts de 240 millions d’euros d’ici à 2022.

Plus d’informations dans La Tribune – Pierre Manière – 10/01/2019

De son côté, la filiale espagnole du groupe britannique Vodafone souhaite supprimer jusqu'à 1 200 emplois, soit près de 25% de ses effectifs, également dans le cadre d’un plan de réduction de ses dépenses.

Plus d’informations dans Le Monde – Zeliha Chaffin – 10/01/2019

Une recette, toujours la même, déjà éprouvée en France : mettez un nombre d’opérateurs mobiles (3 aujourd'hui, et bientôt 4 en Belgique, et 4 en Espagne) trop important pour se partager de façon rentable un gâteau qui ne grossit plus que de façon marginale, et vous obtenez des conditions de marché hyper-concurrentielles, qui se traduisent par des politiques de prix hyper-agressives et des revenus en baisse. Et comme il faut bien dégager suffisamment de profit pour rémunérer les actionnaires, ce sont bien sûr les salariés qui trinquent.

Economie et Réglementation des Télécoms Europe et International

Imprimer

Nous avons mis à jour notre notre politique de gestion des données (RGPD). Nous vous invitons à la consulter.
Consulter le texte Ne plus afficher ce message