CFE-CGC Orange
CFE-CGC Orange
feed-image
  • Presse & Actu
  • Actualités

À quoi ressemblera le travail en 2030 ?

travail demain 122018

Photo : DR

Le travail se transforme et avec lui toute la société. Les débats sur son futur ont été particulièrement vifs ces trois dernières années, (re)lancés par les discussions autour du digital, du travail indépendant, des pluri-actifs (slashers), du revenu universel, ou encore de questions sur les nouvelles formes de management, de solidarité et de gouvernance.

Centrés tantôt sur l’emploi, le travail ou encore les pratiques de management, ces débats ont eu un mérite : rendre visible la multiplicité des avenirs possibles du travail.

Dans le cadre de sa dernière note de recherche intitulée « Le futur du travail en 2030 : quatre atmosphères ? », le réseau international et think tank RGCS propose à son tour une vision plurielle des futurs du travail.

A lire dans The Conversation – François-Xavier de Vaujany, Amélie Bohas, Sabine Carton, Julie Fabbri et Aurélie Leclercq-Vandelannoitte – 05/12/2018

Un intéressant exercice prospectif qui met en tension divers facteurs qui viendront impacter le travail de demain.

Emploi & Métiers

Imprimer

pole emploi 122018

Photo : Sipa

Lors de la quatrième séance de négociation sur l’assurance-chômage, la délégation formée par les trois organisations d’employeurs (CPME, Medef, U2P) a proposé une série de mesures qui réduisent les droits des demandeurs d’emploi et engendrent des économies… supérieures à celles réclamées par l’exécutif. Des propositions qui ont évidemment eu le don d’irriter les centrales syndicales…

Plus d’informations dans Capital – Samuel Chalom – 05/12/2018

Protection Sociale

Imprimer

Taxe : les GAFA ont encore gagné !

lemaire scholz 122018

Photo : DR

Comme attendu, la présidence autrichienne de l'Union européenne n'est pas parvenue à obtenir une décision unanime du Conseil européen sur l'établissement d'une taxe sur les géants du numérique.

Et si Bruno Le Maire et Olaf Scholz, son homologue allemand, se sont mis d'accord sur une éventuelle taxation du chiffre d'affaires des géants du numérique, celle-ci est suspendue aux travaux de l’OCDE et n’entrera en vigueur qu’en 2021… sous réserve que le couple franco-allemand réussisse à convaincre ses partenaires européens en mars 2019.

Plus d’informations dans Le Point – Emmanuel Berretta – 04/12/2018

Pendant que l’Europe tergiverse, les GAFA gagnent encore du temps, et donc de l’argent. Et Bruno le Maire a l’air tellement persuadé d’arriver à convaincre les nombreux Etats récalcitrants qu’il évoque déjà l’éventualité de taxer les géants du numérique au niveau national… (Plus d’informations dans Challenges – Myriam Rivet et Yves Clarisse – 06/12/2018)

Europe et International Numérique

Imprimer

discriminations 122018

Source : Baromètre national de perception de l’égalité des chances

Le Medef a présenté, en fin de semaine dernière, la 7ème édition de son Baromètre de perception de l’égalité des chances en entreprise, réalisé par Kantar TNS. Si les entreprises semblent enfin s'emparer de ce sujet, l’âge et le sexe restent les facteurs les plus discriminants aux yeux des salariés.

Plus d’informations dans Challenges – Thuy-Diep Nguyen – 30/11/2018

Egalité Professionnelle

Imprimer

sebastien soriano

Photo : Reuters

Pas question de relâcher la pression. Ce jeudi, l'Arcep a profité de la publication de son enquête trimestrielle sur le déploiement et l'adoption de la fibre pour appeler les opérateurs à ne pas se relâcher, et à donner un coup de fouet à leurs investissements.

A lire dans La Tribune - Pierre Manière - 6/12/2018

Monsieur Soriano n'a que la menace à la bouche, brandissant ultimatums et sanctions à longueur de communication. Hier sur le Service Universel, aujourd'hui sur la Fibre, demain sans doute sur les déploiements mobiles liés au "New Deal" des télécoms.

Ce qu'oublie Monsieur Soriano, c'est que pour déployer vite et partout les nouveaux réseaux à très haut débit tout en maintenant une qualité optimale sur le réseau de cuivre, c'est qu'en plus des moyens financiers pour investir, il faut des bras, des hommes et des femmes, autrement dit des emplois. La loi le fait garant, conjointement avec l'Etat, non seulement de la préservation, mais du développement de l'emploi dans le secteur des télécoms (Code des Postes et communications électroniques, Article L32-1, II.2Article L32-1, II.2).

Or, que constatons-nous, dans les statistiques mêmes fournies par l'Arcep ? Une destruction vertigineuse des emplois chez les opérateurs français (-17 000 en 5 ans, et ce n'est pas fini), en lien direct avec l'hyperconcurrence prônée par le même acteur, qui conduit à une guerre des prix faisant baisser le revenu global des opérateurs pendant que les investissements explosent. Les salariés deviennent dès lors, et fatalement, la variable d'ajustement.

Les personnels des opérateurs n'en peuvent plus de se sentir sans cesse pointés du doigt et mis sous la pression constante de ces menaces de sanctions qui, si elles se transforment en amendes, génèreront de nouvelles mesures de suppression de postes ou de compression de leur rétribution.

Monsieur Soriano use-t-il de ses prérogatives, par exemple pour intégrer des contraintes sur le niveau d'emplois directs en France lors des attributions de fréquences mobiles ? Défend-il le développement de l'emploi dans ses nombreuses interventions dans les médias ? Remplit-il correctement les missions qui lui sont dévolues par la loi ? Jamais !

Qui sanctionnera les sanctionneurs ?

 

Imprimer