CFE-CGC Orange
CFE-CGC Orange
feed-image
  • CFE-CGC Orange - Numérique

Numérique

Presque un an après l’entrée en vigueur du RGPD et quelques jours après l’amende record infligée par la CNIL à Google pour non-respect des dispositions de ce règlement, voici un débat autour de la capacité des Etats européens à imposer leur volonté aux GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft).

Autour des micros de France Culture, Anne Bellon, politiste, spécialiste des politiques numériques et de la régulation d’Internet, Arthur Messaud, juriste à la Quadrature du Net, et Mathias Moulin, directeur de la protection des droits et des sanctions de la CNIL.

2242926 cette botte secrete qui dope les revenus de twitter web tete 060655516861

Photo : Shutterstock

Très rentable, l'activité de « data licensing » a généré plus de 400 millions de dollars de revenus en 2018.

Si vous vous êtes toujours demandé comment Twitter rentabilise son activité, vous saurez tout (ou presque) dans Les Echos - 07/02/2019

La 3e édition des "Grands Débats de la CFE-CGC Orange" a eu pour thème "Quelle politique étrangère pour la France ? " avec Hubert Védrine, ministre des Affaires étrangères de 1997 à 2002, le 23 janvier 2019 au Siège du Conseil Economique, Social et Environnemental. Etaient présents Carole Couvert, Vice-présidente du CESE, Jean-Pierre Chevènement, Jean-Luc Benhamias et Sébastien Crozier. Un débat permettant également d’évoquer le numérique et son influence sur les politiques étrangères des pays.

securedata 022019

Source : site web SecureData

SecureData compte 200 salariés, pour un chiffre d'affaires de 50 millions d'euros. Tout en gardant son autonomie à côté d'Orange Cyberdéfense, la société britannique viendra renforcer l’emprise de l’opérateur sur ce marché stratégique, en lui donnant « l'opportunité d'accroître ses capacités en Europe » et en lui apportant « une nouvelle source de compétences et de technologies innovantes ».

Plus d’informations dans Le Figaro – 01/02/2019

gafa 012019

Photo : Damien Meyer / AFP

L'OCDE pourrait sortir de l'impasse de ces dernières années dans sa quête d'un accord international sur la taxation des géants du numérique. Ainsi, en fin de semaine dernière, 127 Etats, dont les Etats-Unis, se sont engagés à « travailler de manière multilatérale afin de trouver une solution de long terme fondée sur le consensus d'ici 2020 ».

Plus d’informations dans Challenges – 29/01/2019

A suivre...

mark zuckerberg 012019

Photo Marcio Jose Sanchez / AP

Sous le feu nourri des critiques en 2018, Mark Zuckerberg a souhaité « clarifier la manière dont Facebook fonctionne », via une tribune libre, publiée simultanément dans le Wall Street Journal (24/01/2019) et dans plusieurs titres de presse européens, dont Le Monde (25/01/2019, malheureusement via un article réservé aux abonnés). Le patron de Facebook y répète notamment que sa société « ne vend pas les données personnelles » de ses utilisateurs.

Tout ce qu’il dit est vrai, mais un article (à lire dans Numerama – Julien Cadot – 25/01/2019) nous rappelle ce qu’il ne dit pas :

(…) quand il est question de vendre des données pour la publicité, il est évident que Facebook ne les vend pas : il n’a aucun intérêt, en tant qu’entreprise, à faire sortir ce précieux trésor de son enclave. Si Facebook vendait vos données à une marque, pourquoi paierait-elle Facebook la fois d’après, pour vendre ses produits ? Et pourtant, une fois cette tournure exclue, on se rappelle que Facebook vend un droit d’utilisation de ces profils publicitaires ciblés. Ce qui, pour l’utilisateur, est exactement la même chose en termes d’expérience : il va être pressé par la publicité ciblée.

gafa 092018

Photo : DR

Au lendemain de l’annonce faite par Bruno le Maire d’un projet de loi, présenté très prochainement, sur la taxation des revenus des services des géants du numérique, voici un article qui analyse les enjeux et les impacts potentiels d’une telle mesure.

Par son impact limité sur les recettes de l'Etat et les effets de seuils, l'annonce d'une taxe sur les géants du numérique est surtout symbolique. C'est un message politique à double portée. Le premier répond à la pression populaire des Gilets jaunes en s'attaquant aux entreprises qui dominent l'économie. Le deuxième vise à peser davantage sur les discussions au niveau européen.

Plus d’informations dans La Tribune – Sylvain Rolland – 22/01/2019

google 092018

Photo : Thomas Peter

Suite aux plaintes déposées par des associations comme La Quadrature du Net lors de l’entrée en vigueur, au printemps dernier, du Règlement général sur la protection des données (RGPD), le géant américain vient de se voir condamné à une amende record par le gendarme français de la vie privée. Accusé de « manque de transparence, information insatisfaisante et absence de consentement valable pour personnalisation de la publicité », Google a deux mois pour faire appel devant le Conseil d'Etat.

Plus d’informations dans Numerama – Julien Lausson – 21/01/2019

La Cnil met ainsi le doigt sur des pratiques opaques qui ne sont pas l’apanage du seul Google, mais concernent une grande partie de l'industrie du numérique.

Plus d’informations dans ZDNet – Guillaume Serries – 21/01/2019

Se félicitant de cette sanction, la Quadrature du Net déplore cependant le montant encore limité de l’amende infligée au géant du Net.

(…) la CNIL explique notamment le montant de sa sanction, très faible en comparaison du chiffre d’affaire annuel de près de 110 milliards de dollars de Google, du fait que le périmètre de son contrôle s’est limité aux « traitements couverts par la politique de confidentialité présentée à l’utilisateur lors de la création de son compte à l’occasion de la configuration de son téléphone mobile sous Android » (…). Nous attendons donc de la CNIL qu’elle réponde rapidement au reste de notre plainte, au sujet de Youtube, Gmail et Google Search, en imposant cette fois-ci une sanction d’un montant proportionné à cette entreprise ainsi qu’à l’ampleur et à la durée de la violation de nos droits (le montant maximal possible, que nous espérons, est de plus de 4 milliards d’euros, 4% du chiffre d’affaire mondial).

A lire sur La Quadrature du Net – 21/01/2019

lemaire 012019

Photo : Lewis Joly, pour le JDD

Le ministre de l’Economie et des Finances, Bruno Le Maire, a confirmé ce week-end que, faute d’accord au niveau européen, la France comptait bien appliquer, dès 2019, une taxation des revenus des services des géants du numérique. Ce « projet de loi spécifique » sera présenté « en conseil des ministres d’ici à la fin février », avant d’être « rapidement soumis au vote du Parlement », pour une application rétroactive à partir du 1er janvier.

Plus d’informations dans Le Journal du Dimanche – Bruna Basini, Rémy Dessarts et Christine Ollivier – 19/01/2018

3 principes, 5 thèmes, 10 projets... pour une transformation, (encore) une !

Information

Objectif : être collectivement plus efficaces et réactifs

Cette transformation doit être :

  • humaine – les personnes, salariés et clients sont au cœur de cette transformation et en seront les acteurs écoutés.

  • harmonieuse – en répondant aux besoins exprimés par les équipes pour aider le collectif à mieux atteindre les objectifs stratégiques.

  • inclusive – en donnant à chacun la possibilité d’y participer, de l’influencer et de se l’approprier en étant accompagné dans ces évolutions.

Trois principes :

  • implication au plus haut niveau – tous les membres du Comex impliqués en personne dès le départ.

  • écoute – près de 150 interviews individuelles menées avec des représentants des différents pays, fonctions et profils.

  • co-construction – six ateliers organisés durant la structuration du programme, avec au total une cinquantaine de participants divers pour alimenter le débat du Comex.

Création de différents « cercles » de réflexion, débat, test d’engagement à la rentrée.

Priorités transverses : cinq thèmes majeurs

  • forte priorisation des initiatives, prise de décision plus claire et orientée vers la création de valeur durable.

  • structure simple et légère au service des opérations et d’une exécution plus rapide.

  • culture de la confiance et plus agile, centrée sur le client et l’engagement salarié.

  • innovation toujours plus centrée client et business.

  • diversification et engagement sociétal renforcé en phase avec l’évolution des préoccupations de nos clients.

Contenu du Programme : dix projets prioritairesdirectement piloté par un membre du Comex (noms des projets sont en cours de finalisation) :

  • projet A1 directement piloté par Stéphane Richard : renforcer l’efficacité des décisions prises au niveau du Comex du Groupe - préciser les typologies de décisions nécessaires à ce niveau de gouvernance, tout en clarifiant le principe de subsidiarité entre le Comex et les autres instances, et définir les modalités d’instruction, de formalisation et de communication des décisions prises pour en améliorer l’exécution.

  • projet A2 piloté par Nicolas Guérin : restituer toute leur efficacité aux processus de décision collective au sein du Groupe, au-delà même du périmètre du Comex. Simplifier et accélérer la prise des décisions et leur mise en œuvre, en ligne avec le principe de subsidiarité.

  • projet B1 piloté par Laurent Paillassot : clarifier le partage des rôles et responsabilités entre les entités « centrales » ou transverses du Groupe et les entités « locales » ou Divisions/Pays de manière à rendre notre modèle opérationnel plus lisible par tous.

  • projet B2 piloté par Paul de Leusse s’appuie sur les travaux menés dans le cadre du projet B1 : simplifier les processus et interfaces entre fonctions et opérations pour une coopération plus fluide à tous niveaux.

  • projet C1 piloté par Fabienne Dulac : accélérer le partage d’une culture commune Orange et de pratiques du « travailler ensemble », favorisant la collaboration et les prises d’initiatives individuelles et collectives.

  • projet C2 piloté par Helmut Reisinger : accélérer l’évolution des environnements physiques et digitaux de travail et à offrir des services et outils adaptés aux besoins de chacun afin de renforcer la fluidité de la collaboration.

  • projet D1 piloté par Hugues Foulon : faire évoluer le modèle de définition des priorités d’innovation et de diversification transverses du Groupe. Proposer la gouvernance de choix, mise en œuvre et gestion de ces priorités pour garantir une sélection plus transparente et partagée, un meilleur alignement transverse, une validation au niveau adéquat et une focalisation du groupe sur un nombre réduit de priorités.

  • projet D2 (« Vanille ») piloté par Mari-Noëlle Jégo-Laveissière : faire évoluer les rôles, les modes de fonctionnement et les interfaces de la division Technology & Global Innovation (TGI) avec les autres entités du Groupe (pays/ régions/ Business Units) pour contribuer à la création de valeur, en cohérence avec les priorités stratégiques du Groupe.

  • projet E1 piloté par Alioune N’Diaye : renforcer la diversité des profils et compétences au sein du groupe. Fluidifier les parcours des individus, capter les talents sur les métiers de demain et adapter nos modèles de reconnaissance à ces priorités.

  • projet E2 piloté par Christine Albanel imagine les priorités de l’engagement sociétal du Groupe pour le futur afin de les traduire dans nos fonctionnements quotidiens, pour résonner avec sincérité à l’intérieur et à l’extérieur, auprès des équipes, clients et candidats de demain.

Durée estimée de la plupart des projets : 18 à 24 mois (avec une revue après les premiers 12 mois pour de potentiels ajustements).

Chaque projet, sauf A1 et D2, sera porté par un chef de projet rattaché à l’entité Transformation (directement au DGD) et animé au quotidien par la directrice adjointe pour le Programme, Bénédicte Liénard.

Deux projets de transformation spécifiques à deux entités du Groupe viennent compléter les dix projets :

  • Kilimandjaro – OMEA, piloté par Alioune Ndiaye

  • Ancrage territorial – Orange France, piloté par Fabienne Dulac

Analyse de la CFE-CGC

De nombreuses demandes de précision, entre autres :
  • S’il fallait résumer en une phrase ou deux ce à quoi devrait ressembler Orange à l’issue de l’exécution de ces projets de transformation, quelle serait la physionomie cible du Groupe à 3 ou 5 ans, voire au-delà ?
  • Comment s’articule le programme de transformation et le plan stratégique Vision 2025 en cours d’élaboration, dont il convient d’ailleurs de rappeler le calendrier ?
  • La méthodologie de travail mise en œuvre pour la définition du programme de Transformation (150 interviews, ateliers, co-construction…), les profils et les positions dans l’entreprise des participants, doivent être détaillés. Dans les participants aux ateliers et/ou aux ateliers, y-a-t-il eu des représentants des personnels, d’autres parties prenantes que le management ?
Concernant les 10 Projets :
Sans préjuger d’une priorisation de l’importance relative de chacun de ces 10 projets de transformation, peut-être
y-a-t-il néanmoins une priorité d’urgence quant aux premières décisions de mise en œuvre ? (entre autre le projet E1 porté par Monsieur Alioune N’Diaye.). Certains sont-ils plus urgents que d’autres ? Dit autrement, sur lesquels sont attendus des « quick wins » potentiellement mis en œuvre dans l’année ?
  • Le projet A1 vise à renforcer l’efficacité des décisions prises par le COMEX. Cela sous-entend que jusqu’à présent il y a de la perte en ligne ou de la latence dans l’exécution des décisions !
  • Le projet A2 vise à restituer toute leur efficacité aux processus de décision collective. Pouvez-vous nous expliciter ce point, ainsi que le principe de subsidiarité ?
  • Le projet B1 vise à clarifier le partage des rôles et responsabilités entre CENTRAL/LOCAL. Sur ce point y-t-il d’ores et déjà une doctrine qui se dégage ? Basée par exemple sur des premiers retours d’expérience ?
  • Le projet C1 vise à accélérer le partage d’une culture commune Orange et de pratiques du « travailler ensemble », favorisant la collaboration et les prises d’initiatives individuelles et collectives, basés sur la confiance, la responsabilité et le droit à erreur. C’est-à-dire ?
  • Le projet C2 vise à accélérer l’évolution des environnements physiques et digitaux de travail. Avez-vous d’ores et déjà identifié les projets ou initiatives dans le groupe qui seront généralisées (Nouvel Environnement Orange, bureaux dynamiques, télétravail…) ?
  • Le projet E1 vise un renforcement de la diversité des profils et compétences au sein du groupe. Quel est le calendrier des attendus de ce projet ?
  • Le projet E2 imagine les priorités de l’engagement sociétal du Groupe pour le futur. Y-a-t-il sur ces points des changements majeurs d’ores et déjà envisagés ?
Enfin, comment sont associés les représentants des personnels à ce Programme de Transformation ?

fracture numerique 012019

Source : rapport « Dématérialisation et inégalités d’accès aux services publics »

Le Défenseur des droits vient de publier un rapport pointant du doigt les risques d’inégalités d’accès aux services publics dans le cadre de la dématérialisation des procédures administratives. Y sont notamment mises en lumière les fractures territoriales, sociales et culturelles qui, ajoutées aux dysfonctionnements des outils déjà mis en œuvre, ne vont « pas dans le sens de l’amélioration des droits, pour tous et pour toutes ».

Face à ces fractures, ces loupés, ces dérives, la première recommandation du Défenseur des droits est simple : « Qu’aucune démarche administrative ne soit accessible uniquement par voie dématérialisée. » Il plaide, par ailleurs, pour que soient repérées et accompagnées les personnes en difficulté avec le numérique, jugeant les dispositifs existants – comme les maisons de services au public, les « points numériques » dans les préfectures, ou la distribution de chèque pour des heures de formation – intéressants, mais insuffisants. Il préconise de « redéployer une partie des économies procurées par la dématérialisation des services publics vers la mise en place de dispositifs pérennes d’accompagnement des usagers ».

Plus d’informations dans Le Monde – Aline Leclerc – 17/01/2019

adopte digital 012019

Illustration : Adopte le digital

Dans le cadre de l'initiative « Adopte le digital », un bus va sillonner la France pour former gratuitement les TPE/PME aux nouveaux outils numériques.

La première tournée d’« Adopte le digital » se déroule dans la région Auvergne-Rhône-Alpes du 15 au 25 janvier, avec neuf dates de formation prévues. Une centaine d'entrepreneurs se sont déjà inscrits, mais l'initiative souhaite toucher 300 dirigeants au total. Les tournées devraient ensuite se répliquer dans toute la France courant 2019.

Plus d'informations dans La Tribune – Anaïs Cherif – 14/01/2019

Une initiative intéressante, tant sur le fond que sur la forme, dans laquelle Orange aurait peut-être pu avoir sa place…

entrepot 012019

Photo : Lucas Jackson / Reuters

Une enquête diffusée hier soir sur M6 dans l’émission « Capital » a montré que le géant américain du e-commerce organisait la destruction de millions de produits invendus.

Amazon a, en effet, mis en place un système de facturation du stockage tel (26 euros/m3 au départ, 500 euros/m3 après six mois, 1 000 euros/m3 après un an) qu’il dissuade la quasi-totalité des vendeurs, implantés à une écrasante majorité en Chine, de rapatrier leur marchandise. D’un simple clic et pour un coût dérisoire, ils ordonnent donc en masse à Amazon de la détruire. Ce qui permet à Amazon de récuser toute responsabilité dans ce gâchis.

Plus d’informations dans Le Monde – Catherine Pacary – 11/01/2019

Présente sur le plateau, la secrétaire d’Etat auprès du ministre de la transition écologique, Brune Poirson, s’est dite « choquée » par ces pratiques, et a annoncé une loi à venir pour les interdire.

Plus d’informations dans Le Monde – 14/01/2019

La France a décidé de mettre en place la taxe sur les GAFA dès le 1er janvier. Cette taxe devrait s'élever à 3% et portera sur le chiffre d'affaire réalisé en France.

Une telle approche sera-t-elle efficace ? Avons-nous raison de nous lancer seuls à l’assaut de ces multinationales ? Faut-il se réjouir de ce nouveau régime fiscal ?

Mounir Mahjoubi, Secrétaire d'État chargé du Numérique, Benoît Thieulin, membre et ancien président du Conseil National du Numérique et fondateur de l’agence d’innovation numérique La Netscouade, et Dominique Plihon, universitaire, économiste et porte-parole d'Attac France, en débattent sur France Culture.

Un bon sujet de réflexion, même si on espère que le gouvernement s'est déjà posé ces questions en amont.

uberland 122018

Dans Uberland : comment les algorithmes réécrivent les règles du travail (2018, Presse universitaire de Californie, non traduit), la chercheuse Alex Rosenblat a synthétisé quatre années de recherche ethnographique avec les conducteurs d’Uber. Un livre où transparaît une vision dystopique du travail, où des millions de conducteurs sont gérés par un système technique qui combine à la fois l’autoritarisme du management scientifique à la Frederick Taylor et le leadership cynique d’un Michael Scott, le personnage incarné par Steve Carell dans la série The Office.

A lire dans InternetActu.net – Hubert Guillaud – 18/12/2018

facebook 122018

Photo : Dado Ruvic / Reuters

Une longue enquête (à lire dans le New York Times – Gabriel J.X. Dance, Michael LaForgia et Nicholas Confessore – 18/12/2018) vient de lever le voile sur les contrats passés entre le réseau social et des entreprises telles qu’Amazon, Spotify, Microsoft ou Netflix, qui ont eu accès, depuis des années, à nos informations de contacts, aux noms de nos amis, ou à nos messages privés.

Plus d’informations dans Numerama – Perrine Signoret – 19/12/2018

Venant après le déluge de révélations de cette année concernant les pratiques de la firme de Mark Zuckerberg, cette information n’est même pas surprenante. Et c’est sans doute ça le plus grave.

bruno lemaire 122018

Photo : Bertrand Guay / AFP

Si la proposition de taxe européenne sur les géants du numérique est « toujours sur la table », selon le commissaire européen Pierre Moscovici (plus d’informations dans Challenges – 18/12/2018), la France a décidé de ne plus attendre : à la recherche de recettes pour financer les mesures sociales annoncées la semaine dernière par Emmanuel Macron, le gouvernement français taxera les GAFA dès le 1er janvier prochain.

Plus d’informations dans Challenges – 17/12/2008

Une annonce qu’il faut saluer, même si les contours et la mise en œuvre de cette taxe restent encore à préciser.

salwa toko 122018

Photo : Agence Appa

Prendre le temps de la concertation, privilégier le dialogue à la coercition, éviter de bricoler des lois maintenant pour les détricoter dans deux ans, redoubler de pédagogie. Présidente du Conseil national du numérique, Salwa Toko adopte un positionnement rare dans l'univers de la tech où tout va très vite, mais qu'elle assume.

A lire dans La Tribune – Mikaël Lozano – 10/12/2018

Un intéressant portrait de la présidente du CNNum

Un intéressant débat entre Isabelle Falque-Pierrotin, présidente de la Cnil, Pierre-André de Chalendar, P-DG de Saint-Gobain, et l'économiste Philippe Aghion, lors du 5ème Sommet de l'économie Challenges. Est notamment mis en avant le rôle majeur d’accompagnement que doit tenir l’Etat dans le cadre de la transformation numérique des entreprises.

barometre numerique 122018

Source : Baromètre du Numérique 2018

Réalisée par le Credoc, la 18ème édition du Baromètre du numérique, qui analyse l’évolution des taux d'équipement et des usages des outils et services numériques en France, a été dévoilée la semaine dernière.

Plus d’informations dans La Tribune – Sylvain Rolland – 04/12/2018

Parmi les points saillants de cette étude, on note la persistance d’un certain nombre de fractures, notamment autour des usages.

Ainsi, 36% des Français sont toujours inquiets à l'idée d'effectuer leurs démarches administratives en ligne, alors que le gouvernement ambitionne de tout dématérialiser avant la fin du quinquennat

Or 10% des Français n’utilisent jamais d’outils numériques, et 8% abandonnent lorsqu’ils sont confrontés à des difficultés. Parmi les personnes en difficultés, 6 sur 10 sont rétives à toute idée de formation, et parmi ceux qui se disent prêts à se former, plus du quart ne savent pas à qui s’adresser…

Bref, en matière d’inclusion numérique, il y a encore beaucoup de pain sur la planche.

Nous avons mis à jour notre notre politique de gestion des données (RGPD). Nous vous invitons à la consulter.
Consulter le texte Ne plus afficher ce message