CFE-CGC Orange
CFE-CGC Orange

Numérique

2199074 etats unis la fin de la neutralite du net portee devant les juges web tete 0302141212656 1000x533

Outre-Atlantique, les défenseurs de la « neutralité du Net » ont du souffle. Malgré l'entrée en vigueur le 11 juin dernier de la décision de la Federal Communications Commission (FCC) mettant fin à  ce principe fondateur d'Internet , ils ne désarment pas et portent le combat sur le terrain judiciaire.

Lundi soir, les procureurs généraux de 23 états américains ont déposé une plainte contre la FCC devant les cours d'appel du pays. Ils jugent que sa décision d'autoriser les fournisseurs d'accès à Internet à privilégier certaines données et sites par rapport à d'autres, viole la loi fédérale.

A lire dans Les Echos du 21/08/2018

application internet donnees personnelles

À l'instar de la Chine, le gouvernement indien plancherait sur un projet de loi pour obliger les sociétés étrangères à stocker les données personnelles des utilisateurs sur son territoire. Le but : reprendre le contrôle des données de ses citoyens et favoriser l'écosystème local pour faire émerger ses propres mastodontes du numérique.

Lire la suite dans La Tribune du 14/08/2018

Et en Europe, qu'est-ce qu'on attend ?

guideagirsecafi

Dans le cadre de sa collection de Guides AGIR destinés à mieux appréhender les questions de santé et de qualité de vie au travail, Secafi publie une 13ème édition à l’attention, entre autres, des représentants du personnel pour repérer le plus tôt possible des situations à risques ou difficiles et pour contribuer à mettre en place des actions susceptibles de préserver la santé et la sécurité des salariés.
Ce guide porte une attention plus particulière à la dépendance numérique, une addiction de plus en plus insidieuse dans les entreprises.

Il est téléchargeable sur le site de Secafi.

Vous pouvez aussi retrouver une ITW de Christophe Gauthier sur Miroir Social.

 

gillesbabinet franceinter

Gilles Babinet, Responsable des enjeux de l'économie numérique auprès de la Commission Européenne et vice-président du Conseil National du Numérique, n'est pas un pessimiste, encore moins un catastrophiste du numérique. Vous pourrez notamment le constater en revoyant son intervention lors de l'Université d'été de la CFE-CGC Orange en 2015.

Dans cet entretien du 14 août sur France Inter, il n'en souligne pas moins la difficulté actuelle à réguler les acteurs mondiaux du numérique, en matière de fiscalité ou de domination économique notamment.

tutolemonde

Contrairement à ce qu’on pourrait croire, désactiver l’historique de géolocalisation sur les applications Google (comme Google Maps) ne permet pas de se déplacer sans laisser de traces. C’est ce qu’affirme une enquête d’Associated Press parue le 13 août, qui montre que la firme américaine continue de conserver des coordonnées géographiques de l’utilisateur. Un problème qui peut concerner les deux milliards de propriétaires d’appareils fonctionnant sous Android, et les centaines de millions de personnes qui utilisent des applications Google sur iPhone. Pour y remédier, il faut désactiver une très discrète option nommée « Activité sur le Web et les applications ».

Un tutoriel vidéo proposé par Le Monde vous montre comment faire

 

file 20180724 194149 gdjxnk

On a longtemps cru que l’emprise des acteurs numériques resterait cantonnée au logiciel, aux contenus dématérialisés et à l’information. Il est clair à présent qu’ils se servent de leur maîtrise dans ces domaines pour prendre des positions sur des marchés non numériques. Qu’il s’agisse du transport, de la gestion d’infrastructure ou de la banque, les annonces et réalisations se succèdent à un rythme hebdomadaire.

Google ne construira peut-être pas de villes mais, directement ou via ses investissements, il joue déjà un rôle d’organisateur de la mobilité tandis qu’IBM participe à la gestion des infrastructures de distribution d’eau de plusieurs villes. Avec la connexion des infrastructures et des objets, l’organisation des flux physiques passe par la maîtrise des flux d’information. Les données massives sont au cœur de ce mouvement qui remet en cause les positions des acteurs historiques de ces marchés.

Partage de valeur, nouveaux territoires concurrentiels et nouveaux positionnements, les données redistribuent les cartes.

Lire la suite : The Conversation - Louis-David Benyayer & Romain Zerbib - 27/07/2018

Si les jeux ne sont pas faits, l'importance croissante des données oblige tous les acteurs à bouger.

facebooketdonneesbancaires

D'après des révélations du Wall Street Journal, Facebook aurait approché de grandes banques américaines pour récupérer les données de ses utilisateurs. Une affaire qui soulève de nouvelles inquiétudes quant à la protection des données, alors que le plus grand réseau social au monde suscite depuis deux ans des polémiques à ce sujet.

Malgré tous les efforts de communication mis en oeuvre par Facebook autour de la sécurité des données de ses utilisateurs, il semblerait que le géant américain n'est toujours pas disposé à se montrer réellement irréprochable. Le Wall Street Journal a révélé que le plus grand réseau social au monde - utilisé par 2,23 milliards d'utilisateurs - avait contacté de grandes banques américaines, parmi lesquelles Chase, la banque de détail de JPMorgan, Citi de Citigroup, Wells Fargo ou encore US Bancorp., pour obtenir les données bancaires de leurs clients. Facebook souhaiterait se procurer des informations sur les transactions effectuées par carte bancaire ainsi que connaître les soldes des comptes courants de ses utilisateurs.

Lire la suite : La Tribune - Gabrielle Thin

La soif des GAFA dans la course aux données pour maîtriser (manipuler ?) la vie de leurs utilisateurs semble inextinguible...

sondageharrisinteractive cisco

La principale conclusion du sondage réalisé par Harris Interactive pour Cisco en juillet 2018, c'est que les Français souhaitent, de plus en plus, accéder à Internet, même en vacances.

Le développement de l'usage des smartphones, qui sont devenus de véritables "compagnons du quotidien" pour beaucoup de nos concitoyens, font certainement partie des facteurs explicatifs, le terminal perdant beaucoup de son intérêt si l'accès à Internet ne fonctionne pas.

Mais les actifs sont également près de 60% (et 73% chez les cadres) à souhaiter pouvoir consulter régulièrement leur messagerie professionnelle pendant les vacances, essentiellement pour "garder un oeil sur leurs dossiers".

Le résumé de l'enquête est disponible sur le site d'Harris Interactive, où l'on peut également télécharger le rapport complet.

bourse 072017

Le cours de l'action de la firme de Menlo Park a subi une chute de 20% ce jeudi à l'ouverture du Nasdaq, suite à l'annonce de résultats jugés décevants par les investisseurs : affichant « seulement » une progression de 42% de son chiffre d'affaires (!) et un bond de 31% de ses bénéfices (re!) au 2ème trimestre 2018, Facebook a par ailleurs annoncé tabler, pour les mois à venir, sur un ralentissement de sa croissance et une baisse de sa rentabilité, due aux nécessaires investissements à prévoir en matière de sécurité, scandales et RGPD obligent. Il n’en fallait pas plus pour rendre fou un marché décidément très volatil : le cours de l’action Facebook avait progressé de 43% depuis son plancher historique atteint fin mars suite au scandale Cambridge Analytica

Source : Facebook perd 114 milliards de dollars en Bourse

Les thèmes portés par vos Délégués du personnel CSE SUD le 12 Juillet 2018 :

·        Formations e-learning  

·        Journée découverte  

·        Parking Apollo  

·        Questions métiers  

·        Plazza  

·        ARCQ* Accord Reconnaissance des Compétences et Qualifications  

·        Obligations légales / Consignes aux vendeurs 

Retrouvez l'intégralité des réponses : pdfessentiel_dp_cse_sud_07-2018.pdf

 

N’hésitez pas à revenir vers nous si nécessaire et à nous solliciter pour la prochaine réunion programmée au 30 Aout 2018.

Nous vous souhaitons un bel été !

 

Vos élus : Laurence Ourtiès, Antoine Roeser, Blandine Barthès, Mohamed Benyahia, Hélène Faus, Sandrine Frasca.

 

observatoire usages digital 072017

Orange et Opinion Way viennent de publier une étude intitulée « l'Observatoire des usages du digital », qui analyse l'utilisation des outils numériques en France, avec une comparaison avec les principaux pays européens et les Etats-Unis.

Des chiffres très intéressants à parcourir et à garder en tête. Notons que les internautes français sont encore réticents à recourir aux outils numériques pour « travailler, se former et éduquer » (22% d’utilisateurs, contre 28% au Royaume-Uni, 32% aux Etats-Unis et 35% en Espagne).

satellite 201707

Ayant à peu près atteint les limites de son potentiel dans les pays développés, la firme de Mark Zuckerberg entend bien aller chercher la croissance là où elle se trouve, c’est-à-dire dans les pays émergents. Pour cela, Facebook s’évertue, à l’instar de Google et de son projet Loon, à tenter d'apporter une connexion Internet dans les régions les plus isolées du monde, misant pour sa part sur le satellite, avec un lancement prévu en 2019.

Source : Facebook (re)lancerait un satellite en 2019

Avec la montée en puissance des GAFA, les opérateurs télécoms sont confrontés à une double menace d’une « commoditisation » qui les réduirait au simple rôle de « fournisseurs de tuyaux », et d’une « désintermédiation » qui les verrait perdre la relation directe avec leurs clients au profit des géants du Net.

Fabienne Dulac, P-DG d’Orange France, explique comment l’opérateur historique s’organise pour ne pas se faire damer le pion.

Source : Comment Orange combat les géants du Net

loon 072017

En 2019, Alphabet, la maison-mère de Google, devrait déployer au Kenya ses ballons-transmetteurs d'Internet, destinés à fournir de la connexion dans les régions les plus isolées. Il s'agira du premier déploiement commercial pour le projet Loon, réalisé en collaboration avec l'opérateur Telkom Kenya.

Au-delà de la portée « humanitaire » affichée par ce projet, Google y trouve évidemment son compte avec une diffusion toujours plus grande de des services, faisant par ailleurs un pas supplémentaire dans sa stratégie de contournement des infrastructures des opérateurs télécoms.

Source : Alphabet/Google va déployer ses ballons-transmetteurs d’Internet au Kenya

constitution 072017

A défaut d’un projet plus complet de « charte du numérique », rejeté par la majorité des députés à l’issue d’un vif débat, la seule protection des données personnelles est inscrite dans la Constitution française.

Si cette mesure revêt un caractère symbolique pour les défenseurs des droits numériques, nombre d’observateurs estiment qu’elle n’apportera rien de plus à l’arsenal législatif existant.

Source : L'Assemblée inscrit la protection des données personnelles dans la Constitution

accord ue japon 072017

L’accord de libre-échange signé en début de semaine par l’Union européenne et le Japon inclut un volet consacré à l’échange de données personnelles. C’est dans ce cadre qu’ils ont entériné un accord bilatéral pour encadrer les transferts de données entre les deux blocs économiques.

Espérons que ce bouclier sera moins troué que le Privacy Shield dont il s’inspire.

Source : L’Union européenne et le Japon concluent un accord de libre-échange historique

google cable 072017

La firme de Mountain View multiplie les investissements dans les infrastructures du Net : le câble Dunant, qui devrait relier les Etats-Unis à la France d’ici à 2020, constitue son 13ème projet d’infrastructure sous-marine. Mais, au lieu de s’associer à un consortium, Google casse sa tirelire pour disposer seul de ce câble privé qui viendra soutenir son activité de cloud.

Une tendance, désormais bien établie, de privatisation des infrastructures collectives, qui pose tout de même un certain nombre de questions…

Source : Google se paye un second câble sous-marin privé

android 072017

Un an après avoir été sanctionnée d’une amende de 2,4 milliards d’euros pour des pratiques déloyales sur le marché des moteurs de recherche, Google se voit cette fois infliger une amende record de 4,34 milliards d’euros pour des « pratiques illégales » autour de son écosystème mobile Android « en vue de renforcer la position dominante de son moteur de recherche ». La Commission européenne lui donne 90 jours pour mettre fin à ces pratiques.

Bien évidemment, la firme de Mountain View conteste et va faire appel.

Source : Google condamné à une amende de 4,34 milliards d’euros : que lui reproche la Commission européenne ?

[French version here/English version below]

Dans le cadre du Comité de Groupe Européen d'Orange des 28, 29 et 30 mai 2018 à Stockholm, la Direction du Groupe a inscrit un point à l'ordre du jour relatif au plan Explore 2020 présenté par Geoffroy De Buchet, Secrétaire Général Adjoint d’Orange.

Le plan Explore 2020 est présenté comme la réponse à l’un des objectifs fondamentaux d’Orange aux fins de son développement futur, qui est de défendre sa compétitivité. Orange évolue dans un environnement concurrentiel qui l’incite, pour ne pas dire la contraint, à l’efficacité opérationnelle. Pour continuer à se développer dans cet environnement qui nous pousse à de constantes adaptations, la Direction estime que l’entreprise doit investir fortement, et transformer l’entreprise d’un « opérateur de tuyaux » en un « opérateur de tuyaux et multiservices ». Explore 2020 s’inscrit dans ce contexte, sur la période 2015 à 2020, comme la suite du précédent plan dénommé Chrysalide (2011-2014) qui correspondait à la première vague de transformation. L’objectif chiffré concerne aussi bien les CAPEX que les OPEX puisqu’il est désormais complété par Lean Capex. L’ambition de dégager 3 Mds € sur 4 années devrait être dépassée d’ici la fin 2018.

Dans le futur, Explore 2020 se concentrera sur les améliorations en terme d’OPEX. Le nouveau programme Lean Capex concernera les optimisations de CAPEX. Aujourd’hui le cycle des investissements d’Orange atteint un pic avec un ratio CAPEX/revenu proche de 18%. Le dispositif est géré par 4 personnes de l’équipe centrale qui s’appuient sur les pays et avalisent des opérations transverses qui répondent au double objectif de transformation et d’efficacité opérationnelle. Les axes de réduction des coûts sont structurés par domaines :

  • le domaine clients avec un objectif d'1 Md€ à échéance 2020
  • les réseaux: 1.5 Md€
  • frais généraux, frais indirects: 0.5 Md€

A titre d’exemple, dans le domaine clients, la digitalisation constitue le principal vecteur de la réduction des coûts car elle rend le client autonome. Il s’agit aussi d’essayer de supprimer toutes causes d’insatisfaction : prévenir les pannes, réduire les contestations de factures, simplifier les process. Le dispositif vise aussi par exemple toute la politique de commissionnement dans le domaine de la distribution et celui de la gestion des licences. Une autre piste consiste à basculer des données d’archive sur le Cloud. On injecte enfin de l’intelligence artificielle et du big data dans nos process. Concrètement, désormais et davantage encore à l’avenir encore, les plans de déploiement des réseaux se construisent grâce à des algorithmes qui brassent les données démographiques, celles de l’activité économique, etc. Ces nouveaux outils induisent un gain de temps considérable pour les équipes opérationnelles.

Les élus ont apprécié la présentation claire, pédagogue et concrète de Geoffroy de Buchet. Cette présentation faisait d’ailleurs écho à celle de Pascal Marchand, relative aux résultats financiers. Ils redoutent toutefois que le plan, qui répond à une recherche d’efficacité, ne consiste en un plan de réduction des coûts « pur et dur » et favorise un recours sans cesse accru à la sous-traitance. Ils s’interrogent sur la capacité des 4 personnes qui au niveau national pilotent le dispositif sur la totalité du périmètre du Groupe.

Interrogée sur la sécurité des données personnelles qui pourrait être touchée par un objectif strictement financier, la Direction a assuré que les actions de transformation du Groupe devaient impérativement prendre en compte la réputation d’Orange en matière de sécurité des données, réputation qui constitue un élément de différenciation en faveur d’Orange. Enfin, sollicitée sur la politique environnementale, la Direction a assuré inclure dans son plan l’ambition de contenir strictement ses coûts d’énergie. Orange devrait être plus verte !

[English version]

As part of the Orange European Works Council meeting in Stockholm on May 28th, 29th and 30th 2018, the Group's management has included an item on the agenda relating to the Explore 2020 plan presented by Geoffroy De Buchet, Deputy Secretary General Orange.

The Explore 2020 plan is presented as the answer to one of Orange's fundamental objectives for its future development, which is to defend its competitiveness. Orange operates in a challenging and rivalling environment that encourages us, not to say constrains us, to operational efficiency. To continue to grow in this environment that drives us to constant adaptations Management believes that the company must invest heavily and turn the company from a "pipe operator" into a "pipe operator” and a multiservice company. Explore 2020 fits in this context, over the period 2015 to 2020, as the continuation of the previous plan called Chrysalide (2011-2014) which corresponded to the first wave of transformation. The quantified target concerns both CAPEX and OPEX since it is now completed by Lean Capex. The ambition to release 3 billion euros over 4 years should be exceeded by the end of 2018.

In the future, Explore 2020 will focus on Opex enhancements. The new Lean Capex program will focus on CAPEX optimizations. Today the investment cycle of Orange reaches a peak with a CAPEX/income ratio close to 18%. The plan is managed by 4 people from the central team who rely on the current Orange operating countries and these support the transversal operations that meet the dual objective of transformation and operational efficiency:

  • the customer sector with a target of €1 billion maturing in 2020
  • networks: €1.5 billion
  • overhead costs, indirect costs: €0.5 billion
For example, in the customer domain, digitization is the main driver of cost reduction because it makes the customer autonomous. It is also about trying to eliminate any cause of dissatisfaction: prevent breakdowns, reduce invoice disputes and simplify processes. The device also targets for example all the commissioning policy in the field of distribution and the management of licenses. Another way is to switch archive data to the cloud. We are finally injecting artificial intelligence and big data into our processes. Concretely, from now on, and even more in the future, network deployment plans have been built thanks to algorithms that mix up demographic data, economic activity data, and so on. These new tools will lead to considerable time savings for the operational teams.

The elected representatives appreciated the clear, educational and concrete presentation of Geoffroy de Buchet. This presentation also echoed that of Pascal Marchand, relating to the financial results. They fear, however, that the plan, that responds to a search for efficiency, may just consist to reduce costs and encourage an increasing reliance on outsourcing.They question the capacity of 4 people who at the national level pilot the plan on the entire perimeter of the Group.

When asked about the security of personal data that could be affected by a strictly financial objective, the Management has ensured that the transformation actions of the Group must imperatively take into account Orange's reputation for data security. These reputation is an essential element of differentiation in favor of Orange. Lastly, when asked about the environmental policy, the Management ensured that its plan included the ambition to strictly contain its energy costs. Orange should be more green oriented !