Opérations d'Orange en Afrique et au Moyen-Orient

Dans le cadre du Comité Groupe Monde des 7, 8 et 9 Mars 2017 à Paris, la Direction du Groupe a inscrit à l'ordre du jour un point relatif aux opérations d'Orange en Afrique et au Moyen-Orient, dossier présenté par Bruno Mettling, Directeur Général Adjoint Afrique et Moyen-Orient (MEA).
Nous ne reviendrons pas sur l’importance de la croissance sur cette zone et sa part dans le chiffre d’affaire du Groupe, éléments évoqués lors de la présentation des résultats financiers 2016 du Groupe.

Le chiffre d’affaires sur la zone Afrique/Moyen-Orient en 2016 s'élève à 5,2 milliards d’euros (soit une contribution de + de 12% au chiffre d'affaires du Groupe, pour environ 20000 salariés), en hausse de +2,6%, avec une stabilité de l’EBITDA à 1,7 milliards d’euros.

Outre les acquisitions récentes en République Démocratique du Congo, au Libéria, au Burkina Faso et en Sierra Leone, trois nouvelles filiales feront l’objet d’un rebranding en 2017. Orange a procédé à des acquisitions de fréquences en Pologne, en Espagne, mais également en Egypte, en Jordanie, au Sénégal et en Côte d’Ivoire. Enfin, trois rebrandings Orange ont également été clôturés avec succès en 2016 en Egypte, au Maroc et en Belgique.

Tout en affirmant en préambule que l’Afrique demeure un continent de croissance, Bruno Mettling annonce la fin du "business model" des années passées sur l’Afrique et le Moyen-Orient. Du fait de la fin d’un taux élevé de pénétration de l’activité mobile et du trafic en roaming dans beaucoup de pays en Afrique, un rééquilibrage des revenus issus de la voix vers ceux de la data est devenu impératif. Ces nouvelles orientations seront centrées sur les services financiers tels que Orange Money, la digitalisation des entreprises , les relais de croissance que représentent l’e-énergie et l’e-commerce, l’e-santé et l’e-éducation, avec Jumia, Engie, Facebook, Amazon entre autres.

En fin de présentation, Bruno Mettling réalise un rapide bilan sur le projet ANO (AMEA Network Optimization), projet d’outsourcing du réseau d’accès radio et de sa supervision, afin de faire un état des lieux en termes de qualité de service, tout en évoquant également les aspects techniques et sociaux. En se voulant très positif en mettant en évidence 140 créations d’emplois ainsi que 150 transferts négociés entre Orange et Huawei, ce bilan masque en réalité des manques d’accompagnement en profondeur sur tous les aspects sociaux. Les élus ont renouvelé leurs craintes déjà exprimées en 2015 sur ces mêmes sujets : perte du cœur de métier Orange et dépendance accrue vis-à-vis de Huawei, certains éléments révélés dans pdfl'édition du Canard Enchaîné du 8 mars 2017 n'étant pas de nature à les rassurer.

En dépit d'un timing mal optimisé dû à la densité de l'agenda et de la présentation, laissant très peu de place aux questions et à l'interactivité avec le Comité, le représentant du Sénégal (via la Sonatel) a soulevé les principales lacunes du projet tant en termes de qualité de service que de gestion des ressources humaines. En effet, une panne importante de 48 heures du réseau mobile au Sénégal n’a trouvé sa résolution que grâce au concours des experts Sonatel, et non ceux de Huawei dont l’expertise était largement insuffisante. Autant de sujets délicats sur lesquels les réponses de Bruno Mettling sont restées très superficielles…

 

Economie et Réglementation des Télécoms Comité Groupe Monde

Nos coordonnées

CFE-CGC Orange
10-12 rue Saint Amand
75015 Paris Cedex 15

   
nous contacter
01 46 79 28 74
01 40 45 51 57

Accès rédacteurs

Siège : CFE-CGC Orange - 104 rue Oberkampf, 75011 PARIS - SIRET 50803050900014 - 9420Z - Mentions Légales - Protection des données