[DECODE] Orange : à part Djingo, tout va bien… Frenchweb

stephane richard orange djingo

Photo: Orange

Dans une décennie marquée par une guerre des prix sans précédent, l’arrivée de la 4G et de la fibre, et le début de l’ère des services, Orange a clôturé son exercice 2019 avec des revenus en légère hausse de 0,6%, à 42,2 milliards d’euros.

[...]
«Les deux plus gros marchés du groupe sont soumis à une pression extrêmement compétitive», admet Sébastien Crozier, président du syndicat CFE-CGC Orange, contacté par nos soins. Et d’ajouter : «Le marché espagnol a connu ce que le marché français connaît : une compétition accrue sur un marché encore plus petit que le marché français.»
[...]
«Dans la cybersécurité, nous avons une croissance qui est supérieure au marché», note Sébastien Crozier dans des propos qui rejoignent ceux de Stéphane Richard, estimant que les acquisitions de SecureData et SecureLink ont permis de faire d’Orange «un leader européen» dans ce secteur.
[...]

«Orange Bank est un actif immatériel»

Cependant, aux yeux de Sébastien Crozier (CFE-CGC Orange), il ne faut pas limiter la grille de lecture de projets comme Orange Bank aux résultats économiques. «Il ne faut pas voir Orange Bank comme un produit isolé, mais en tant que produit qui génère des externalités positives», explique-t-il. Avant de détailler ces externalités : «C’est un projet qui fédère l’ensemble des collaborateurs du groupe, crée du trafic en magasin pour permettre de faire des rebonds commerciaux et maintenir un bon réseau de distribution, et cela nourrit l’image d’une entreprise qui fait d’autres choses que les télécoms. Mais tout ça, cela n’apparaît pas dans les chiffres économiques.» Et d’enfoncer le clou : «Demain, personne ne sera surpris si l’on vend d’autres services. Dans ce contexte, Orange Bank est un actif immatériel pour créer un univers de marque qui s’étend.»
[...]
Face à des acteurs comme N26 et Revolut, qui ont des ambitions à l’échelle mondiale, Orange Bank est attendu au tournant. Cependant, l’exemple d’Orange Money incite Sébastien Crozier à l’optimisme. «Il a fallu 10 ans pour qu’Orange Money représente 8% du chiffre d’affaires en Afrique et 1% des revenus du groupe aujourd’hui. Pour Orange Bank, regardons ce que ça donne dans huit ans…», tempère-t-il. 
(...]
Toujours est-il qu’Orange est en pleine mutation et multiplie les projets pour se diversifier… comme les GAFA. «Ce que nous a montré l’émergence des GAFA, et en particulier Amazon, c’est qu’en réalité ils ont reconstruit des conglomérats multi-activités. On ne sait plus très bien dans leur écosystème quel est leur élément clé», note Sébastien Crozier. Et de conclure : «Ce qu’est en train de faire Orange, c’est de passer du statut d’opérateur télécoms à celui d’opérateur numérique.» [...]

Lire l'article complet sur Frenchweb - Maxence Fabrion - 14/02/2020

Economie et Réglementation des Télécoms

Nos coordonnées

CFE-CGC Orange
10-12 rue Saint Amand
75015 Paris Cedex 15

   
nous contacter
01 46 79 28 74
01 40 45 51 57

Accès rédacteurs

Siège : CFE-CGC Orange - 104 rue Oberkampf, 75011 PARIS - SIRET 50803050900014 - 9420Z - Mentions Légales - Protection des données