CFE-CGC Orange
CFE-CGC Orange
feed-image
  • Presse & Actu
  • Actualités

cse 012019

Source : étude « Les élus du personnel et la mise en place du CSE dans les entreprises »

Syndex, cabinet d’expertise spécialisé dans la représentation des salariés, et l’Ifop viennent de dévoiler une étude, réalisée auprès de représentants du personnel concernant la mise en place dans leurs entreprises de la nouvelle instance de représentants des salariés, le comité social et économique (CSE).

Quand ils évoquent le CSE, les représentants du personnel sont avant tout inquiets, craignant, entre autres, un affaiblissement de leur poids face à celui de leurs directions, une diminution des moyens financiers qui leur seront alloués, mais aussi du temps qu’ils auront pour accompagner les salariés. Anticipant une dégradation du dialogue social, ils estiment que les directions seront les seules gagnantes de cette réforme, tandis que les perdants seront multiples, des salariés aux représentants du personnel, en passant par les organisations syndicales.

Plus d’informations dans Miroir Social – Joséphine Delorme – 17/01/2019

Conditions de Travail et Santé Protection Sociale

Imprimer

orange 012019

Photo : Yves Herman

De nouveau épinglé par l’Arcep, qui lui demande d’améliorer rapidement la qualité de services de certaines offres à destination des entreprises (plus d’informations dans La Tribune – 17/01/2019), Orange affirme que les investissements du groupe en ressources humaines et financières porteront bientôt leurs fruits.

Plus d’informations dans La Tribune – Pierre Manière – 17/01/2019

Economie et Réglementation des Télécoms

Imprimer

fracture numerique 012019

Source : rapport « Dématérialisation et inégalités d’accès aux services publics »

Le Défenseur des droits vient de publier un rapport pointant du doigt les risques d’inégalités d’accès aux services publics dans le cadre de la dématérialisation des procédures administratives. Y sont notamment mises en lumière les fractures territoriales, sociales et culturelles qui, ajoutées aux dysfonctionnements des outils déjà mis en œuvre, ne vont « pas dans le sens de l’amélioration des droits, pour tous et pour toutes ».

Face à ces fractures, ces loupés, ces dérives, la première recommandation du Défenseur des droits est simple : « Qu’aucune démarche administrative ne soit accessible uniquement par voie dématérialisée. » Il plaide, par ailleurs, pour que soient repérées et accompagnées les personnes en difficulté avec le numérique, jugeant les dispositifs existants – comme les maisons de services au public, les « points numériques » dans les préfectures, ou la distribution de chèque pour des heures de formation – intéressants, mais insuffisants. Il préconise de « redéployer une partie des économies procurées par la dématérialisation des services publics vers la mise en place de dispositifs pérennes d’accompagnement des usagers ».

Plus d’informations dans Le Monde – Aline Leclerc – 17/01/2019

Numérique

Imprimer

5g 012019

Photo : iStock

Face à l'activisme des États-Unis et de la Chine pour déployer au plus vite la 5G, annoncée comme un facteur de compétitivité majeur pour l'économie du futur, les observateurs se montrent inquiets quant aux prises de retard de l'Europe, et notamment de la France, dans ce domaine.

(…) l'enjeu pour la France et l'Europe est justement d'éviter que l'histoire se répète en ratant le coche de la 5G. Dans l'Hexagone, certains estiment que le pays a pris un retard préoccupant. En témoigne une étude publiée début octobre par l'institut Xerfi. Celui-ci souligne, en premier lieu, que les fréquences 5G, qui sont indispensables aux opérateurs pour proposer leurs services, n'ont toujours pas été attribuées. « Même si la vente aux enchères des fréquences 5G pourrait avoir lieu à la mi-2019, la France est en retard par rapport à ses voisins européens, affirme l'étude. Au Royaume-Uni, la vente des fréquences 5G a eu lieu en avril 2018. La Suisse et l'Italie avaient également finalisé leur processus d'appel d'offres en septembre 2018. » En second lieu, le « plus préoccupant », juge Xerfi, est que « les entreprises françaises ne semblent pas s'approprier la 5G ».

Plus d’informations dans La Tribune – Pierre Manière – 17/01/2019

« Etre en retard sur la 5G n’est pas une option », affirmait le président de l'Arcep, en juillet dernier, lors de la présentation de la feuille de route du gouvernement. Depuis, la France est toujours dans les starting-blocks...

Economie et Réglementation des Télécoms Europe et International

Imprimer

 michael trabbia 012019

Photo : DR

Michaël Trabbia, le patron de la filiale belge du géant français des télécoms, estime que la question de la pérennité du groupe dans le plat pays se pose. Et ce, dans un contexte où le gouvernement a donné son feu vert, cet été, à l’arrivée d’un quatrième opérateur mobile.

A lire dans La Tribune – Pierre Manière – 14/01/2019

Une prise de position qui intervient quelques jours après l’annonce, faite par l’opérateur historique Proximus, de la suppression à venir de 1900 emplois, soit 15% de ses effectifs, du fait des « conditions de marché agressives » en Belgique…

Economie et Réglementation des Télécoms Europe et International

Imprimer

Nous avons mis à jour notre notre politique de gestion des données (RGPD). Nous vous invitons à la consulter.
Consulter le texte Ne plus afficher ce message