CFE-CGC Orange
CFE-CGC Orange
feed-image
  • Presse & Actu
  • Presse
  • Revue de Presse

Le stress au travail, un sujet d'une grande actualité. Quel est celui des salariés de France Telecom? Des syndicats ont mené un sondage.

Face aux mutations qu'est en train de vivre France Telecom, les syndicats CFE-CGC et SUD ont décidé, en juin dernier, de lancé un sondage auprès des 108 000 salariés de l'entreprise, via internet. "Les salariés vont devoir faire face à  22 000 suppressions d'emplois sur trois années et 10 000 mobilités géographiques ou professionnelles sont programmées", d'où ce véritable observatoire du stress et de la mobilité forcée.

Un échantillon largement représentatif, ...quand aux salariés bretons, on note une forte participation à ce sondage...

C'est sans réelle surprise que les syndicats ont constaté " que 66% des personnes interrogées se déclarent en situation de stress et 15% le vivent en situation de détresse. Dans ce contexte de très forte inquiétude, les trois-quarts des salariés expriment une vive défiance vis-à-vis de leur hiérarchie directe ou indirecte.

...autres chiffres significatifs : 80% sentent leur emploi menacé, 45% se disent placardisés et 60% estiment que ce stress a des conséquences sur leur environnement familial...

Ouest France le 27 septembre 2007 par Samuel Nohra

Imprimer

Alors que 22000 emplois devraient disparaître d'ici à 2008 chez France Telecom et que 10 000 personnes seront amenées à changer de métier sur trois ans, la CFE-CGC et SUD ont rendus publics, hier les premiers résultats de leur "observatoire du stress et de la mobilité " mis en place en juin.

Sur les 3234 salariés ayant répondu au questionnaire, 66% se considèrent actuellement en situation de stress. En outre, 30% des sondés évoquent une "forte dégradation "de leur emploi et 28% parlent de "menace" sur leur emploi. Plus généralement, 76% des sondés s'attendent à de "fortes réductions" d'emplois dans l'entreprise.

Les Echos le 20 septembre 2007

Imprimer

Chez France Telecom, 66% des salariés se considèrent en situation de stress, selon les résultats d'une enquête de "l'Observatoire du stress et de la mobilité" lancée par SUD et la CFE-CGC, en juin et publiés mercredi 19 septembre.

La direction estime que ces chiffres "ne sont en rien représentatifs du climat social" dans le groupe.

Le Monde le 20 septembre 2007

Imprimer

Stress à France Telecom - France Soir

D'ici à 2008, le plan de restructuration de France Telecom devrait aboutir à la suppression de 22000 postes. D'où une certaine inquiétude chez les salariés. Celle-ci a pu être mesuré grâce une enquête menée par un "observatoire du stress et de la mobilité", lancée en juin par SUD et la CFE-CGC.

Résultat : 66% des salariés de France Telecom se disent actuellement "en situation de stress. Par ailleurs, l'enquête montre que 64% n'ont pas confiance en leur hiérarchie directe, et 90% en la direction générale.

France Soir le 20 septembre 2007

Imprimer

Souffrance au travail . D'après une enquête autogérée, l'observatoire du stress, lancé par SUD et la CFE-CGC, dénonce des niveaux de stress faramineux.

Malgré l'obstruction de la direction du groupe qui a coupé l'accès à son site internet depuis les postes de travail à l'intérieur de l'entreprise, l'observatoire du stress et des mobilités forcées à France Telecom, lancé à l'initiative de SUD et de la CFE-CGC, avec le concours de sociologues, de psychologues et d'ergonomes, vient de publier les premiers résultats de son enquête sur les pressions au travail, dans un contexte marqué par le plan de restructuration visant à supprimer sans plan social, 22 000 postes (sur 100 000 en France) d'ici à 2008.

Sur la base de 3250 réponses, "cette enquête est un bon miroir de la situation, car le profil des salariés ayant répondu au questionnaire correspond à l'image générale de la sociologie de l'entreprise" assure Pierre Morville, délégué central CFE-CGC, l'observatoire pointe une crise profonde, déjà manifesté lors des mobilisations sociales contre le plan de restructuration.

... Alors qu'il reste encore, selon les termes du plan de la direction, 11 000 "départs volontaires"à provoquer d'ici la fin 2008, que le dispositif de congé de fin de carrière avait permis jusqu'au 31 décembre 2006 à 7500 salariés de partir à partir de 55 ans, mais qu'il est désormais supprimé, et que

10 000 mobilités géographiques ou professionnelles sont programmées dans le même laps de temps, 37% des salariés interrogés pensent qu"ils vont être contraints de quitter France Telecom...

... De son côté, Pierre Morville interpelle l'Etat qui demeure encore l'actionnaire principal de France Telecom et qui désigne le président du conseil d'administration : " On n'est pas tout à fait une société privée comme les autres, et on ne peut pas comprendre que l'Etat fasse semblant de rien devant les niveaux de stress à France Telecom...".

L'Humanité le 20 septembre 2007 par T. Lemahieu

Imprimer

Nous avons mis à jour notre notre politique de gestion des données (RGPD). Nous vous invitons à la consulter.
Consulter le texte Ne plus afficher ce message