CFE-CGC Orange
CFE-CGC Orange

DO NOC

Ordre du jour :

Information sur le maillage des Boutiques Normandie Centre et Perspective

Marche des Affaires : Focus sur le marché entreprise

Bilan sur l’action Logement 2016

Consultations sur les RI des différentes unités de la DO NC

pdfcr_ce_oct_2017_do_nc_f2.pdf

 

 

Le syndicat national de l'encadrement d'Orange a refusé, fin août, de signer la prolongation de la gestion prévisionnelle de l'emploi (GPEC).

Selon les chiffres dont dispose le syndicat de l'encadrement CFE-CGC d'orange, le groupe de télécommunication prévoit de réduire ses effectifs loirétains de 923 à moins de 750 en 2019. Notamment dans le service client téléphone, les interventions sur le réseau, l'état-major, les infrastructures et les fonctions support.

Sébastien Crozier, le président national du syndicat, était de retour à Orléans avant-hier, pour faire part de son désaccord et préparer des rencontres avec les députés.

.../...

"Il faudrait faire passer le centre d'appels de 140 à 240 personnes, doubler les 200 salariés du réseau, ajouter 100 à 150 emplois dans les services administratifs...", énumère Sébastien Crozier. Et pourquoi pas créer un nouveau centre d'appels pour Orange Bank, la toute nouvelle banque en ligne.

Source extrait : La République du Centre - Carole Tribout - 8 septembre 2017

Information sur la valorisation du barème de subvention de la restauration

Consultations : Transfert de la boutique de Coutances, Pithiviers et Chateauroux...Information sur la valorisation du barème de subvention de la restauration

Rapport PEC : Perspectives 2017 / 2019

Information sur la mise en oeuvre chez Orange des évolutions législatives et réglementaires du SST

 

pdfcr_ce_juin_2017_do_nc.pdf

 

 

 

Sébastien Crozier a donné une conférence de presse à Orléans dans les locaux de l'Union Départementale du Loiret CFE-CGC, en marge des Heures d'Informations Syndicales organisées sur les sites d'Orléans et de Fleury les Aubrais.

 

2017 06 06 conferenece de presse ud45 1 copie

 

 

Sébastien Crozier a, entre autres, abordé le sujet de la relocalisation de l'emploi en région.

 

Les médias présents :


ORLEANS -  Sébastien Crozier,  Président de la CFE CGC Orange et Christophe Schweyer, Président de l'UD du Loiret CFE CGC

Ils réclament 800 emplois pour Orléans.

Au sein du groupe Orange, le syndicat CFE-CGC se bat notamment « pour la relocalisation de l'emploi en région ».

Afin de faire connaître les propositions qu'elle formule en ce sens, l'organisation réalise actuellement un « tour de France des grandes métropoles » pour interpeller, notamment, les collectivités.

Ainsi, le président du syndicat CFE-CGC pour la société Orange, Sébastien Crozier, était, mardi, à Orléans. En substance, son syndicat réclame la création de 700 à 800 emplois dans le bassin orléanais.

Le responsable de la " première organisation syndicale en Ile-de-France" a d'abord rappelé le contexte. "Orange c'est environ 100 000 collaborateurs en France. L'introduction du quatrième opérateur a créé un choc dans le secteur. Les petits consommateurs n'y ont pas forcément gagné..."

Importante vague de départs à la retraite :

Selon les chiffres du syndicat, fin  2015, Orange comptait 1035 CDI dans le Loiret, l'essentiel étant employé sur l'agglomération ; en 2016 il y a eu 107 départs ; d'ici 2018, plus de 240 emplois pourraient être perdus.

.../...

Le président a précisé : " Il n'y a pas de casse sociale chez nous, mais des départs à la retraite qui ne sont pas remplacés."

.../...

Le syndicaliste a insisté : "Nous voulons 800 emplois localement pour stabiliser l'emploi à Orléans et ne pas en faire une super banlieue de Paris. "

.../...

Le représentant est convaincu que nombre de salariés seront prêts à choisir une mutation en région "si on leur offre des garanties sur dix ans".

 

Source extrait : La République du Centre -  Blandine Lamorisse - 8 juin 2017

accès à l'article

La CFE-CGC Orange et son Président Sébastien Crozier à Orléans le 6 juin 2017

Le mardi 6 juin 2017, le syndicat CFE-CGC et Sébastien Crozier, son Président seront présents à Orléans pour échanger avec vous lors du Tour de France avec la CFE-CGC

Le programme des animations ouvertes à tous les personnels :

Mardi 6 juin 2017

• 10h30 à 11h30 : Accueil café/boissons + Heure d’Informations Syndicale avec Sébastien Crozier sur le site de Orléans Turbat , salle Loiret Bâtiment St Marceau (52 rue Eugène Turbat, Orléans)

• 14h00 à 15h00 : Accueil café/boissons + Heure d’Informations Syndicale avec Sébastien Crozier sur le site de Fleury les Aubrais, salle C1105-07-09 (380 rue Marcellin Berthelot, Fleury )

• 20h00 : AFTERWORK au restaurant l’Entracte by Paul situé 81 Bd Alexandre Martin à Orléans...

Si vous souhaitez des informations, vous pouvez joindre : Martial Lageon au 06 86 13 62 61

Les sujets qui seront abordés sont les suivants :

L’emploi local et les conditions de travail

Reconnaissance des compétences et des qualifications

Actionnariat Salariés : Participation, intéressement et abondements

Activités Sociales et Culturelles et la restauration

Bien cordialement,

L'équipe CFE-CGC Normandie-Centre.

baisse effectifs univers freebox

La recentralisation fait des siennes. Alors que la CGT a appelé les salariés d’Orange à faire grève le 31 décembre dernier contre la fermeture de magasins, c’est maintenant le syndicat CFE-CGC qui s’alarme de la baisse d’effectifs, notamment dans le secteur Normandie Centre.

Selon les lignes de Normandie-Actu, une baisse d’effectifs totale est survenue entre 2014 et 2015 chez Orange dans le secteur Normandie Centre, soit une perte de 196 emplois qui devrait enfler à l’horizon 2018.

Interrogé par le site d’information, Sébastien Crozier, président national de la CFE-CGC Orange tente de donner des explications tangibles à cette hémorragie. D’abord en affirmant que l’Arcep « impose à Orange de louer des infrastructures à ses concurrents, ce qui risque de conduire l’entreprise à ne plus investir".

.../...


La CFE-CGC va même encore plus loin dans un communiqué, annonçant à partir de ses calculs, une perte de 28% d’effectifs entre 2015 et 2018 toujours en Normandie Centre et ce malgré le plan de recrutement visant 102 et 170 personnes en externe ou en mutation interne prévu par le groupe dans cette zone.

.../...

Sébastien Crozier n’en est pas à sa première sortie dans les médias. En effet, en mars dernier, le syndicaliste s’était entretenu dans La Dépêche, notamment sur la baisse d’effectifs chez Orange dans le Bassin toulousain. A ses dires : " L’hyperconcurrence et l’arrivée de Free ont conduit à une baisse drastique du prix des forfaits, ce qui rend les actions en boutique beaucoup moins rentables. Ce que le consommateur gagne, c’est le citoyen qui le perd en possibilités d’emploi et en aménagement du territoire."

Source extrait : Univers Freebox - 19 janvier 2017 - Maxime Raby

baisse effectifs paris normandie

Télécommunications. Le syndicat CFE-CGC d’Orange alerte sur la baisse croissante des effectifs chez l’opérateur en Normandie, la fermeture d’agences qui crée, selon lui, une fracture numérique plutôt malvenue.

La CFE-CGC met en exergue Rouen et son agglomération pour illustrer son propos sur le « désinvestissement » d’Orange. « Si, en effet, la direction prévoit de remplacer environ un emploi sur trois - pour des départs à la retraite principalement -, plus de 200 emplois seront perdus au final d’ici 2018, avec un impact évident sur la détérioration des conditions de travail, sur l’économie de la région par ailleurs », soutient Sébastien Crozier, président national du syndicat CFE-CGC Orange.

.../...

Ainsi, liste le syndicat, l’agence Le Havre Grand Cap a fermé, les six salariés œuvrent à l’agence de Montivilliers ou Le Havre centre commercial Coty. À Rouen, la boutique Saint-Sever a fermé, tout comme celle d’Elbeuf. Les salariés (12 et 8 respectivement) ont eu le choix entre les agences de Tourville la Rivière ou de Rouen Espace du palais (Smart store).

À Rouen toujours, la grande agence de la rue du Gros Horloge a fermé, les 18 salariés étant transférés à l’Espace du palais. Enfin, les agences Orange de la filiale Général de téléphone (GDT), qui se situaient rue Jeanne d’Arc, à Rouen, et dans le centre commercial Bois-Cany Grand-Quevilly ont également fermé.

.../...

Comment l’opérateur en est-il arrivé là ? Le syndicaliste évoque un secteur des télécommunications « à maturité mais hyper concurrentiel avec une baisse des prix constante, des investissements sur la fibre essentiellement réalisés par Orange alors que les autres opérateurs veulent en profiter, louant les infrastructures mais n’investissant guère (SFR a pris beaucoup de retard), ou n’investissant pas du tout (Free et Bouygues) ».

Face à cette situation, l’organisation syndicale propose de « revivifier les régions et de reprendre les métiers en main », dénonçant au passage le « centralisme parisien, avec sur 100 000 collaborateurs Orange près de 35 000 qui travaillent maintenant en Ile-de-France ». La CFE-CGC préconise d’installer ou de réinstaller en région des services nationaux déconcentrés, y compris les centres d’appels dédiés aux services clients, de limiter la sous-traitance du management des infrastructures de réseaux...

Source extrait : Paris Normandie - Marc Braun - 18 janvier 2017

baisse effectifs normandie actu

Normandie actu


Dans un contexte difficile pour le secteur des télécommunications, le syndicat CFE-CGC d'Orange déplore une baisse d'effectifs ces dernières années et veut y remédier. Précisions.


3,2%. C’est la baisse d’effectifs totale constatée entre 2014 et 2015 chez Orange pour le secteur Normandie Centre. Une perte de 196 emplois qui inquiète le syndicat CFE-CGC.

Un contexte difficile

Interrogé par Normandie-actu, Sébastien Crozier, président national de la CFE-CGC Orange, avance plusieurs explications à cette baisse d’effectifs.

.../...


“En moyenne, Orange perd 7 000 personnes par an, et la majorité de ces départs nets se situe en province.”

Une perte d’effectifs estimée à 28% en Normandie Centre

Les effets de cette politique de « recentralisation » seraient déjà visibles en Normandie, à Rouen (Seine-Maritime) notamment.

“Nous avons des plateaux de service clients, d’assistance technique ou un centre de comptabilité qui sont en baisse d’effectifs, note Sébastien Crozier.”

Dans un dossier de presse, la CFE-CGC dresse un calcul sur le département de Seine-Maritime : « Fin 2015, on comptait 1 143 Équivalents temps plein CDI (ETPCDI) [...].

.../...

Autre illustration du malaise chez Orange, la baisse progressive du nombre de boutiques. « Fin 2016, Orange disposait de 25 boutiques propriétaires sur la Normandie, mais les fermetures continuent », indique le communiqué de la CFE-CGC. Au cœur de la stratégie d’Orange, la « rationalisation maximale » en incitant les clients à se tourner au maximum vers les transactions en ligne et en mutualisant ses boutiques et services dans les « Smart stores ».

Ainsi, plusieurs boutiques du Havre ou de la rive-gauche de Rouen ont fermé pour laisser place aux « Smart stores » de Montivilliers et de l’Espace du palais.

Faire pression sur les collectivités

La CFE-CGC entend donc faire pression sur les collectivités pour préserver les emplois en région.

“Nous faisons le tour des régions pour dire aux collectivités : « Battez-vous pour maintenir les emplois et les services », explique Sébastien Crozier. Les députés peuvent voter des lois en faveur de cette sauvegarde de l’emploi. Les collectivités ont les moyens, via les appels d’offres et les financement d’exiger des clauses locales. Il faut qu’elles soient conscientes de l’enjeu.”

En déplacement à Rouen, mardi 17 janvier 2017, le président national de la CFE-CGC Orange a notamment pu rencontrer Luce Pane, députée de Seine-Maritime, pour évoquer tous ces sujets.

 

Source extrait : Normandie actu 17/01/2017 - Julien Bouteiller

Consultation sur le transfert partenaire de la boutique de Granville

Point d’information sur la situation de nos boutiques

 

pdfCR CE Aout 2016.pdf

Télécharger le document pdf : pdfLexperimentation des TR dematerialises tourne au vinaigre.pdf

 

Le titre restaurant dématérialisé a vu le jour en Avril 2014.

Une mesure qui pouvait sembler alléchante si elle ne remettait pas en cause les usages du titre papier.

Qu'est ce que le titre restaurant dématérialisé ?

C’est d’abord une carte, type carte de crédit, que les commerçants peuvent utiliser pour encaisser à partir du moment où ils disposent d’un terminal qui accepte les cartes bancaires.

Cette carte est nominative et peut être utilisée par les salariés sur les jours, créneaux horaires et zones géographique définis par l’employeur. Elle est rechargeable mensuellement en fonction des droits du personnel aux tickets restaurants.

Son plafond d’utilisation est de 19€/jour et le paiement est fractionnable au centime près.

L’expérimentation d’Orange

Chez Orange, un peu plus de 32 000 salariés sont bénéficiaires de titres-restaurant.

Afin de réduire les coûts et les charges de personnels liés à l’utilisation du titre papier, l’entreprise a décidé de lancer une expérimentation sur un panel de 1 500 salariés de l’AD (Agence Distribution) et l’AE (Agence Entreprise) de la DO NOC (Normandie Centre).

 

chequedejeuner

La RMN AE vous propose de réliser un sondage dés que possible avec une conclusion si possible pour le 10 décembre.

Nous devons anticiper l'évolutiondes métiers de la vente et du modéle en tenant compte des difficultés actuelles rencontrées par les vendeurs et leurs managers.

Pour ce faire nous mettons à votre disposition des outils:

  • le sondage rédigé
  • un exemple de tract
  • un exemple de résultats sous forme slides

Ce sondage a déjà été rélisé sur les AE ISE et NC.

pdfSondage Vente AE Nov. 2015 V2.pdf

pdfTract resultats sondage AE ISE mars 2015.pdf

pdfCFECGC Bilan vente AENC 03 2015 V4.pdf

 

voir l'article

 

 

La CFE-CGC a déposé une plainte au pénal auprès du procureur de la République de Paris concernant la retraite chapeau versée à l'ancien P-DG de France Télécom Didier Lombard.

Le syndicat dit avoir conclu « au caractère illégitime, voire illégal, de la retraite chapeau perçue par l'ex-PDG de France Télécom-Orange depuis 2011, pour un montant annuel de 346.715 euros ».

Il s'étonne notamment du fait que le contrat de cette retraite supplémentaire ait été voté après son départ. 

....

 

Source : Le Télégramme - 18 novembre 2014

 


accès direct à l'article

 

La valeur d'entreprise de Bouygues s'élèverait à « au moins 6 milliards d'euros », croit savoir le journal, selon les discussions en cours.

 

L'opérateur Orange, dont l'Etat détient 27%, est en discussion avec Bouygues Télécom en vue d'un rachat de ce dernier. Une information confirmée de source proche du dossier

.

Le groupe Bouygues et son partenaire JCDecaux, qui détient 10% de Bouygues Telecom pourraient se faire payer en actions la vente de cet actif et monter au capital d'Orange.

 

.../...

 

Le ministre a confirmé sur BFM des discussions favorables entre Orange et Bouygues Telecom. Il a aussi déclaré que le gouvernement était favorable au retour à trois opérateurs de téléphonie.

Sauver les emplois menacés

Dans une lettre ouverte au ministre, le syndicat CFE-CGC d'Orange a plaidé lui aussi pour un mariage entre les deux opérateurs.

« Dans le contexte actuel, rapprocher Bouygues et Orange permettrait non seulement de sauver les emplois immédiatement menacés chez Bouygues Telecom, mais aurait également du sens en termes de synergie industrielle », soulignent les responsables syndicaux signataires de la lettre.

« On évalue nos options mais personne ne m'a demandé du côté de l'Etat d'étudier le rachat de Bouygues Télécom », a déclaré Stéphane Richard cité par Les Echos.

Interrogé en marge de l'annonce des résultats trimestriels, le directeur financier de Bouygues Philippe Marien, n'a ni confirmé ni infirmé l'information, se bornant a indiquer que le groupe diversifié restait « attentif aux évolutions du secteur », et que « tous les scénarios étaient sur la table ».

 

Source extrait : Ouest-France  - 16 mai 2014

 

.