Coronavirus : quand les télécoms recourent au chômage partiel (mis à jour)

patrons telecoms 032020

Photo : Reuters

Dans la roue de SFR, qui a pris ses dispositions pour mettre la moitié de ses troupes au chômage partiel (plus d’informations dans Libération – Jérôme Lefilliâtre – 24/03/2020), Bouygues Telecom compte faire de même vis-à-vis d'au moins 900 collaborateurs (plus d’informations dans Le Figaro – Elsa Bembaron – 25/03/2020). Les postes de relation client sont tout particulièrement exposés.

Chez Orange, le numéro un français des télécoms, des mesures de chômage partiel sont aussi à l'étude. D'après nos informations, le sujet sera discuté vendredi lors d'une réunion entre la direction et les syndicats.

Plus d’informations dans La Tribune – Pierre Manière – 26/03/2020

Mise à jour : Free a, pour sa part, décidé « de ne pas déclencher le chômage partiel en mars et en avril et de ne pas faire appel à la solidarité nationale » (plus d'informations dans Le Figaro – Elsa Bembaron – 27/03/2020).

De fait, affirme avec justesse un représentant syndical de Bouygues Telecom, « Les clients ne résilient pas soudainement leurs abonnements. (…) Au contraire, la période montre que les connexions explosent, et les forfaits avec. »

Et de suggérer : « la direction devrait faire confiance aux salariés de la relation client et leur donner la possibilité de télétravailler. (…) Cela permettrait d'éviter de les exposer au coronavirus, tout en maintenant l'activité professionnelle. »

Une piste pour Orange afin de se démarquer de la concurrence et de se positionner en entreprise socialement responsable ?

 

Economie et Réglementation des Télécoms Protection Sociale Rémunération

Nos coordonnées

CFE-CGC Orange
10-12 rue Saint Amand
75015 Paris Cedex 15

   
nous contacter
01 46 79 28 74
01 40 45 51 57

Accès rédacteurs

Siège : CFE-CGC Orange - 104 rue Oberkampf, 75011 PARIS - SIRET 50803050900014 - 9420Z - Mentions Légales - Protection des données