• Accueil
  • Etablissements
  • Divisions Orange
  • TGI
  • Multilatérale DATA-IA du 11 décembre 2020 : présenter n’est pas consulter

Multilatérale DATA-IA du 11 décembre 2020 : présenter n’est pas consulter

artificial intelligence 3382507 640

Image Gerd Altmann via Pixabay

Vous avez dit dialogue social ?

Après la présentation faite au CSEE de juillet dernier sur les différentes réorganisations en cours au sein de TGI, les élus du CSEE ont voté une résolution demandant que la mise en place de l’entité DATA-IA fasse l’objet d’une information-consultation, permettant notamment de disposer d’une matrice de transfert des équipes vers cette entité et de suivre la qualité de l’accompagnement associé. Cependant, en dépit de la « qualité du dialogue social » régulièrement revendiquée par la Direction d’Orange jusque dans les médias, les demandes des représentants du personnel sont régulièrement évacuées : cette fois encore, au motif que, selon la Direction, moins de 15 personnes étaient concernées, l’information-consultation formelle du CSEE n’était pas nécessaire, et une présentation du suivi en multilatérale suffisait largement.  Notons que le document de présentation ne nous a pas été envoyé préalablement à la réunion du 11 décembre : difficile dans ces conditions de préparer des questions pertinentes et de vérifier la réalité des éléments qui nous sont présentés.

Data & IA chez Orange : quel business ?

Il s’agit d’utiliser les données dont nous disposons, notamment les données réseaux, dans toutes les entités et pays, comme « un bien commun à partager pour développer et améliorer les services à nos clients » - dixit Steve Jarett, directeur DATA & IA - par une implémentation qui apporte du ROI (retour sur investissement) avec une gouvernance centrée sur la qualité et la sécurité des données, à exploiter de façon éthique. Comme de nombreuses activités au sein de TGI, elle est tournée vers les pays, mais aussi OBS (Orange Business Services), pour permettre le développement de nouveaux services, notamment sur le cloud.

Pour le Groupe lui-même, il s’agit d’optimiser la gestion des réseaux grâce à l’IA (maintenance prédictive, outils de planning capacitaire…), mais aussi par exemple la relation client, avec le développement de la reconnaissance vocale en français pour le 3900, qui « améliore l’efficacité du service, en simplifie l’accès pour les clients, et diminue les coûts pour Orange » (sera déployé en 2021).

En parallèle du développement de services rapidement opérationnels, 51 personnes travaillent en R&D (part de la recherche / le delivery = 1/3 des effectifs et du budget).

Objectif business pour l’année 2020 : 4M€ de commandes (1M€ pour MEA, 1,5 M€ pour Orange France, 1 M€ pour OBS, le reste sur autres pays Europe), qui devrait être atteint.

Data & IA chez Orange : 3 objectifs à court terme

Un fort besoin d’acquisition de compétences : 60 recrutements en 2020, 27 en 2021

L’entité DATA-IA comptera, au 31/12/2020 et d’après les diapositives de la Direction, 157 personnes en CDI. La répartition par sites géographiques en mentionne 159 (???), réparties sur Lannion (39), Cesson (31), Chatillon (62), Belfort (24) et Meylan (3), dont 60 nouveaux recrutements réalisés en 2020, 27 en interne, largement issus de TGI, et 33 en externe. 27 recrutements sont encore en cours ou à réaliser sur 2021.  On compte globalement 28% de femmes dans ces recrutements, et seulement 18% pour les recrutements externes. Alors qu’il est désormais démontré que l’intelligence artificielle et les algorithmes sont susceptibles de reproduire les biais de genre, la parité des équipes constitue un enjeu clef pour cette entité. La Direction met en avant des difficultés à trouver des candidates, et promet ses meilleurs efforts pour y remédier.

À noter : la mise en place d’une plateforme de cooptation qui fait gagner une prime au collaborateur ou à la collaboratrice qui a fait recruter quelqu’un. Il est également question d’un travail en cours avec l’école de management de Grenoble pour envisager le recrutement  de personnes atteintes du syndrome d’Asperger.

Une IA inclusive, sans discrimination ni biais de genre

Orange revendique le développement d’une IA inclusive, sans discrimination ni biais de genre, pour les équipes comme pour les utilisateurs, et la transparence, sur le fonctionnement et les finalités de l’IA utilisée dans nos systèmes, pour les salariés et les clients. Une charte Orange est en cours d’élaboration, sur la base d’une co-construction incluant des collaborations externes à l’entreprise, et un correspondant « éthique » sera présent dans chaque entité (comme pour l’application du Règlement Général sur la Protection des Données Personnelles, RGPD). Un Conseil d’éthique rapportant au COMEX sera également constitué.

La formation : une urgence

Les compétences en matière de DATA & IA sont rares. Orange a décidé d’investir dans la formation, et permet aux collaborateurs qui le souhaitent de changer de métier pour rejoindre les équipes DATA & IA : c’est assez rare dans le Groupe pour qu’on  le salue. Plusieurs initiatives sont menées de front :

  • Négociation par BuyIn d’un partenariat avec Coursera, considéré par Steve Jarett comme les meilleures formations en la matière. Le cours « IA for everyone », avec une traduction française réalisée par Orange, est accessible à toutes et tous gratuitement si on ne demande pas la certification (https://www.coursera.org/learn/ai-for-everyone). Sans doute une bonne démarche pour acculturer un maximum de collègues sur des sujets nouveaux, complexes et porteurs d’enjeux sensibles.
  • Travail en cours avec les équipes et Orange Campus pour tester les formations et identifier les besoins complémentaires pour aboutir à un catalogue complet d’ici fin 2021, avec des plans de formation adaptés aux différentes spécialités : data science, data analysts, data ingenieur, cloud, permettant upskilling et reskilling (montées en compétences et reconversions).

Transparence sur les projets…

Un groupe Plazza dédié à l’entité permet à tous les personnels d’Orange de s’informer sur les objectifs, les projets et les KPI mis en œuvre, ce qui constitue un bon point concernant des technologies sensibles nécessitant une utilisation éthique : chaque collaborateur d’Orange doit pouvoir vérifier ce que nous en faisons.

… mais une dépendance à Google potentiellement dangereuse

Un partenariat est en cours de négociation pour travailler sur 3 axes :

  • transformation interne Data & IA
  • edge-computing
  • BtoB avec OBS

Le travail se fait à la fois en termes de formation des équipes, d’exploration conjointe sur le EDGE computing, l’intégration de services (Google cloud, Google docs, Google mail) et la gestion du cloud hybride (public + installations Orange) permettant de respecter le RGPD tout en assurant une gestion fluide des services.

Les représentants de la CFE-CGC Orange ont interrogé sur les risques d’une coopération aussi étroite, susceptible de profiter en priorité à l’acteur le plus puissant (Google), et sur l’horizon temporel auquel Orange envisage de devenir autonome en matière de DATA & IA.

Selon Steve Jarett, nous ne pourrons jamais l’être : Google, Amazon et Microsoft sont les leaders du cloud public (et d’après lui Google est le meilleur), et nous ne pourrons jamais les rattraper sur ce plan. L’enjeu pour Orange est seulement de devenir meilleur que les autres telcos pour implémenter leurs solutions auprès des entreprises, et d’utiliser leur savoir-faire pour tirer parti de la montagne de données dont nous disposons. Selon lui, il n’y a d’une part aucun problème concernant la sécurité des données (les nôtres et celles de nos clients), cela a été vérifié par la DSEC (Jean-Marie Mele), d’autre part aucun risque que Google nous fasse concurrence sur le métier de telco « pas assez rentable pour que Google s’y intéresse ».

Un optimisme que nous se sommes pas sûrs de partager, sachant que les GAFAM ont, parmi leurs enjeux clefs, la pérennisation de leur position dominante sur l’accumulation et l’utilisation des données, et la baisse des coûts de transport des dites données, qu’ils considèrent aujourd’hui trop onéreux. Les premières tentatives de déploiements de réseaux en propre (câbles sous-marins notamment) n’ayant pas forcément été concluants, nul doute qu’ils utiliseront tous les moyens possibles pour faire baisser les prix des activités actuellement assurées par les opérateurs de télécommunications. Entrer dans la forteresse permet certainement d’identifier les failles sur lesquelles ils pourront jouer. Rappelons qu’ils captent l’essentiel de la valeur du secteur numérique, et que la crise sanitaire leur a permis de se renforcer sur ce plan… bien que nos réseaux aient été essentiels au maintien des activités économiques comme du lien social.

Si vous travaillez dans cette entité, les représentants de la CFE-CGC Orange restent à votre écoute et à votre disposition pour faire remonter vos questions et attentes, et pour vous accompagner si nécessaire : n’hésitez pas à revenir vers nous.

Pour les adhérents et militants de la CFE-CGC Orange : les slides présentés et nos notes de réunion sont disponibles dans Alfresco.

Numérique

Nos coordonnées

CFE-CGC Orange
10-12 rue Saint Amand
75015 Paris Cedex 15

   
nous contacter
01 46 79 28 74
01 40 45 51 57

Epargne

Formation

Siège : CFE-CGC Orange - 104 rue Oberkampf, 75011 PARIS - SIRET 50803050900022 - 9420Z
Mentions Légales - Protection des données - Accès rédacteur