CFE-CGC Orange
CFE-CGC Orange

code travail 032019

Photo : Loïc Venance / AFP

Après que plusieurs conseils prud'homaux ont refusé d'appliquer le barème mis en place pour encadrer les indemnités en cas de licenciement abusif, la Garde des Sceaux, Nicole Belloubet, a demandé aux tribunaux d’informer le ministère de la Justice des décisions rendues dans ce domaine. Pour mieux les recadrer ? La Ministre du Travail, Muriel Pénicaud s’en défend :

Les juges prud'homaux sont souverains, mais comme c'est une loi nouvelle, il faut être sûr que toute la connaissance, y compris juridique, détaillée sur le sujet au Conseil constitutionnel, au Conseil d'Etat soit connue par tous.

Plus d’informations dans Challenges – Caroline Pailliez et Yves Clarisse – 08/03/2019

Pas de tentative d'ingérence, donc ? C'est quand même très bien imité...

Protection Sociale

Imprimer

schiappa penicaud 032019

Photo : Charles Roberge / REA

La ministre du travail Muriel Pénicaud a présenté, en début de semaine, les premiers chiffres de son index de l'égalité hommes-femmes.

Parmi les 1400 entreprises de plus de 1000 employés obligées de publier leurs données, seules 831 (59%) l'ont fait dans les temps. Et parmi celles-ci, 118 (14%) sont déjà désignées comme étant en « alerte rouge », du fait d’une note en dessous de la moyenne de 75 points sur 100.

Plus d’informations dans Le Figaro – Jean Blaquière – 05/03/2019

Orange a publié sa note, qui est de 94 sur 100. Mais l’index ne fait pas tout (à lire dans Les Echos Executives – Valérie Landrieu – 05/03/2019), et il nous reste encore une belle marge de progression.

Egalité Professionnelle

Imprimer

engagement 032019

Photo : Getty Images

L’auteure de cette tribune remet en question la notion d’engagement des salariés, bâtie « sur une vision (…) définie au siècle dernier et qui en porte les stigmates ». Ses schémas « sont-ils adaptés à nos enjeux à venir et à la psychologie sociale des nouveaux entrants sur le marché du travail » ? Sa conclusion vient répondre par la négative.

Les anciens critères de perception de l’engagement demandent donc à être repensés, au regard des attentes des nouveaux venus sur le marché du travail, mais également en résonance avec une conjoncture très incertaine et l’arrivée de l’intelligence artificielle dans nos sphères de travail. Les éléments de mesure qui existent aujourd’hui font encore écho à un espace étriqué, dans lequel le salarié serait attaché. L’engagement devrait pouvoir rimer avec audace, imagination ou envie d’entreprendre. Car finalement ce sont les notions de plaisir et d’envie qui sont les grandes absentes de nos environnements de travail, quand bien même elles sont au cœur de la problématique.

Plus d'informations dans Harvard Business Review – Emmanuelle Joseph-Dailly – 28/02/2019

Emploi & Métiers

Imprimer

liberte expression 022019

Photo : Sergey Nivens / Shutterstock

Intimement liée à l’Etat de droit et faisant l’objet d’une consécration nationale et internationale, la liberté d’expression s’exerce sous toutes ses formes, et en conséquence à travers les réseaux sociaux numériques.

Les salariés jouissent de cette liberté au sein et en dehors de l’entreprise, et les opinions qu’ils émettent dans l’exercice du droit d’expression ne peuvent motiver une sanction ou un licenciement, le caractère fondamental de la liberté d’expression étant intégré dans le code du travail.

Toutefois, de nouvelles problématiques sont posées lorsqu’on envisage la liberté d’expression des salariés à travers les réseaux sociaux numériques au sein et en dehors de l’entreprise. En effet, la liberté d’expression des salariés peut comprendre des propos conduisant à des dommages pour l’entreprise en termes de réputation et d’image.

Plus d’informations dans The Conversation – Brigitte Pereira – 26/02/2019

Dans cette tribune, Brigitte Pereira, professeure de Droit à l'Ecole de Management de Normandie, s’attache à analyser les nouvelles questions d’équilibre entre libertés des salariés et réputation de l’entreprise qui se posent dans le cadre de l’usage des réseaux sociaux.

Emploi & Métiers Numérique

Imprimer

philippe penicaud 022019

Photo : Christophe Archambault / AFP

Quelques jours après l’échec des négociations entre les partenaires sociaux, le chef du gouvernement, Edouard Philippe, et la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, ont annoncé que les mesures prises par le gouvernement feraient l’objet d’un décret, susceptible d’être publié au Journal officiel durant le printemps. Elles devraient être mises en œuvre pendant l’été, le calendrier n’étant cependant pas encore précisément arrêté.

L’hypothèse du bonus-malus est clairement « sur la table ». Le niveau maximal de l’allocation-chômage pourrait également être remis en cause, un scénario de nature à pénaliser les demandeurs d’emplois qui avaient une rémunération importante, c’est-à-dire les cadres.

Plus d’informations dans Le Monde – Bertrand Bissuel – 26/02/2019

Protection Sociale

Imprimer

Nous avons mis à jour notre notre politique de gestion des données (RGPD). Nous vous invitons à la consulter.
Consulter le texte Ne plus afficher ce message