CFE-CGC Orange
CFE-CGC Orange
feed-image
  • Presse & Evènements
  • Revue de Presse

7793773924 didier lombard copy

Entre 2006 et 2009, une trentaine de salariés se sont donné la mort dans un climat social très lourd, des décès dont France Télécom, désormais Orange, et son ex-PDG Didier Lombard devront répondre à l’occasion du procès qui s’ouvre lundi.

Dix ans sont passés, la direction a évolué, le groupe a changé de nom et s’est internationalisé. Mais la vague de suicides reste très présente dans la mémoire collective d’Orange.

[...]
« Il y a une inquiétude d’une partie de la direction qui a peur de réveiller des choses », constate Sébastien Crozier, président de la CFE-CGC Orange.
[...]

Lire l'article complet dans le Courrier picard - 06/05/2019

Conditions de Travail et Santé

Imprimer

870x489 maxnewsworldthree020657

Photo: Maxppp

Dix ans après la vague de suicides à France Télécom, l'ancien patron de l'opérateur, Didier Lombard, et six cadres de l'entreprise sont jugés à partir du lundi 6 mai à Paris pour "harcèlement moral". D'anciens salariés poitevins témoignent de ce "management par la terreur".
[...]

Ancien manageur de France Télécom, désormais DRH et représentant CFE-CGC pour la région Sud-Ouest, François Deschamps, affirme avoir "découvert une situation absolument épouvantable dans un centre d'appel où quatre salariés sur cinq avaient été mutés de force (...) J'en ai parlé à ma direction qui m'a renvoyé dans mes buts, une fois, deux fois, trois fois, ils me répondaient, - on ne t'a pas fait venir ici pour entendre ce genre de propos." [...]

"Lorsque l'ancien directeur des ressources humaines de France Télécom est parti à la retraite, je lui ai écrit une lettre dans laquelle je lui disais qu'il avait selon moi du sang sur les mains" (François Deschamps, délégué CFE-CGC)
[...]

"J'ai prévenu ma hiérarchie que la situation était explosive et de fait, six mois après, ça a explosé" (François Deschamps, CFE-CGC)
[...]

Lire l'article complet sur France Bleu Poitou - Jules Brelaz - 05/05/2019

%MCEPASTEBIN%

Conditions de Travail et Santé

Imprimer

des employes de france telecom defilent dans les rues de caen le 6 octobre 2009 apres une vague de suicide au sein de l entreprise

Photo: Mychele Daniau/AFP

Au terme de neuf ans de procédures, le plus gros procès pour "harcèlement moral" jamais organisé en France s’ouvre ce lundi à Paris. Cinq questions pour comprendre l’affaire.

France Télécom, devenue Orange, est la première entreprise du CAC 40 à avoir été mise en examen pour "harcèlement moral".
[...]

L’enquête confiée à des juges en avril 2010 a examiné les cas de trente-neuf salariés : dix-neuf se sont suicidés, douze ont tenté de le faire, et huit ont subi un épisode de dépression ou un arrêt de travail. La CFE-CGC d’Orange, qui en décembre 2009 avait lancé avec Sud une procédure contre l’entreprise et ses dirigeants, évoque aujourd’hui "des milliers de collaborateurs atteints de troubles liés à la dépression ou à l’anxiété dont ils ne se remettront peut-être jamais".

[...]

Lire l'article complet dans Sud Ouest - Cathy lafon - 04/05/2019

 

Conditions de Travail et Santé

Imprimer

arton1363

Un procès exceptionnel s’ouvre ce 6 mai : celui de trois anciens hauts dirigeants de la multinationale France Télécom, devenue Orange.

Ils sont accusés de harcèlement moral par une centaine de parties civiles. Les audiences vont durer deux mois. Entre 2007 et 2009, les personnels de France Télécom/Orange ont été soumis à des « réorganisations désordonnées », à des « incitations répétées au départ », à des « mobilités géographiques forcées » ou à des « manœuvres d’intimidations », ayant pour principal but de pousser vers la sortie 22 000 salariés. Ce « management par le stress » a eu pour effet de provoquer un profond mal-être social, se traduisant notamment par des dépressions et des suicides.
[...]

Les alertes n’ont pourtant pas manqué. Des dizaines de rapports alarmants de médecins du travail, d’expertises de CHSCT demandées par les représentants du personnels, de notes de l’inspection du travail et même des ordonnances de tribunaux remontent vers les directions. Pas suffisamment haut dans la hiérarchie semble-t-il. Lors de l’instruction, les trois hauts dirigeants ont déclaré ne pas avoir eu connaissance de la plupart de ces alertes.
[...]

En juin 2007, face à l’ampleur du malaise social, deux organisations syndicales, Sud et la CFE-CGC, créent un Observatoire du stress et des mobilités forcées, avec l’appui de chercheurs, d’experts en santé au travail et de médecins, pour tenter de comprendre ce qui se passe et documenter ce que vivent et ressentent les salariés.

Lire l'article complet sur l'Observatoire des multinationales - Ivan Du Roy -7/05/2019

%MCEPASTEBIN%

Conditions de Travail et Santé

Imprimer

2016 09 sebastien crozier medias 

INTERVIEW

« Nous attendons deux choses de ce procès de France Télécom :
• la condamnation d’un management par la violence afin de permettre aux victimes et à leurs familles de finir le processus de reconstruction ;
• l’exemplarité afin que plus jamais dans une entreprise on n’utilise la violence sociale comme une méthode de management », déclare Sébastien Crozier, président de la CFE-CGC Orange, le 06/05/2019 à News Tank. 
[...]

« L’entreprise souhaitait une réduction de 22 000 emplois en trois ans à la suite d’une crise sociale. En parallèle, elle faisait 4 Md€ de profit par an et versait jusqu'à 3,7 Md€ de dividendes par an. La concurrence était présente certes, mais uniquement sur le secteur de la téléphonie fixe. Or l’entreprise souhaitait quand même supprimer du personnel pour maximiser les profits », déclare Sébastien Crozier.


« Autour de cette restructuration, France Télécom met en place un langage verbal violent avec le plan NExT (Nouvelle expérience des télécommunications), le plan ACT (anticipation et compétences pour la transformation) ainsi que le “crash program” pour signifier la suppression de 22 000 emplois… “En 2007, je les ferai d’une façon ou d’une autre, par la fenêtre ou par la porte”, avait indiqué Didier Lombard au sujet de ces emplois à supprimer. Cela correspondait à un état d’esprit où il s’agissait de vouloir remplacer les gens par moins cher », ajoute le président de la CFE-CGC Orange. [...]
« Il faudrait des excuses pour les salariés qui sont partis, les victimes et les salariés qui sont encore chez Orange. Mais elles n’ont pas été faites », conclut Sébastien Crozier.[...]

Lire l'article complet sur News Tank RH (pour les abonnés) - 06/05/2019

Conditions de Travail et Santé

Imprimer