CFE-CGC Orange
CFE-CGC Orange
feed-image
  • Etablissements
  • Divisions de l'UES
  • SCE (Orange Business Service)

La revendication de la CFE-CGC Orange d’une prise de baux supplémentaires, demandée à Stéphane Richard en personne, a porté ses fruits. Au CE de février, la Direction nous a présenté une nouvelle prise à bail sur le bâtiment Energies C à Cesson Sévigné, répondant ainsi à la proposition que nous lui faisions depuis des mois. Au total, 7752 m2 répartis sur les trois ailes du bâtiment sont réservés par SCE.

Cette nouvelle prise à bail offre la possibilité de regrouper les salariés d’entités différentes sur un même campus alors qu’aujourd’hui, ces entités (CSO, OBS IT, OCD… ) sont réparties sur six sites différents ! L’acquisition de mètres carrés supplémentaires permettra également d’accueillir les nouvelles recrues nécessaires afin d’accompagner la forte croissance du business. Sa situation géographique proche de nos autres bâtiments cessonais favorisera le mode de travail plus collaboratif entre les salariés sur site et sur les bâtiments voisins. Enfin, l’acquisition de ce nouveau bâtiment moderne accentue la visibilité d’Orange S.A. sur le bassin rennais et valorise notre image chez nos clients et nos salariés. Le bâtiment Energie C sera un véritable « site vitrine » pour Orange S.A..

Et pour les 1200M² de plus ?

Au Comité d’Etablissement de février dernier où le dossier a été présenté, vos élus CFE-CGC ont regretté que la totalité du bâtiment Energies C n’ait pas été réservée pour sécuriser immédiatement les dernières surfaces de ce bâtiment. La Gestion Prévisionnelle de l’Emploi prévoit une courbe de croissance à la hausse jusqu’en 2020 et justifie donc pleinement cette anticipation. Le risque est qu’un locataire « lambda » investisse les lieux… Quelles seraient les conséquences d’une telle proximité avec des services « Cyberdéfense » stratégiques?

Vos élus regrettent cette politique des petits pas en matière de Gestion de l’immobilier et dénoncent l’amateurisme en matière de Gestion Prévisionnelle de l’Emploi qui a conduit à revoir par deux fois la croissance des effectifs et ajuster à trois reprises, in fine, le plan immobilier.

D’autant que les salariés ne bénéficient déjà que de 7M² de surface utile par poste de travail, comme nous vous l’expliquions dans notre précédent tract : Campus Orange à Rennes : ne "Cesson" pas d'y croire !

Cœur Défense est-il vraiment un modèle ?

La Direction de l’Immobilier a expliqué être partie de l’expérience de l’aménagement du bâtiment de Cœur Défense pour réaliser le projet d’aménagement d’Energie C. Vos élus du CE regrettent qu’un tel projet ait été initié sur un « copié/collé » du projet Cœur Défense alors qu’aucun bilan n’existe. Les positions de travail en « flex desk » sont désertées par les salariés et les plateaux restent vides. Ce qui n’est pas vraiment un gage de réussite dans l’aménagement et l’appropriation par les collaborateurs usagers de ce bâtiment. Réaliser un benchmark sur un projet terminé part d’une bonne intention. Il faut toutefois veiller à tirer les enseignements de ce qui a fonctionné, ou pas. Comment la direction immobilière peut-elle afficher sans scrupule être partie de l’expérience de l’aménagement de Cœur Défense sur laquelle on n’a aucun recul, sinon un constat négatif d’utilisation ?

amenagement mailjet

Vos élus CFE-CGC dénonce également un aménagement décevant et non respectueux de bonnes conditions de travail pour les salariés avec seulement 6, 44m2 par position de travail.  Un expert de la Caisse d’Assurance Retraite et de la Santé au Travail avait déjà alerté les représentants de notre entreprise lors d’un CHSCT fin 2018 sur le fait que les aménagements ne pouvaient compenser une surface insuffisante. Et que si 7m2 par poste constituaient la surface minimale, il était nécessaire de prendre en compte également les surfaces communes ou de passage et le taux de présence des salariés dans l’espace considéré.

Il est aussi regrettable que la conception générale et détaillée de l’aménagement de la première partie d’Energie C soit déjà ficelée alors qu’une nouvelle prise à bail pour la quasi-totalité du bâtiment vient d’être actée. Cette nouvelle prise à bail pourrait être l’occasion d’un réaménagement de la totalité du bâtiment. Encore une fois, la Direction immobilière conçoit ces projets au coup par coup, sans faire preuve d’aucune agilité.

Imprimer

Annoncée le 15 janvier 2018 par Thierry Bonhomme, l'intégration d'Equant dans Orange S.A. est effective depuis le 1er juillet 2018. Nous vous avions présenté les enjeux et conséquences de cette intégration dès la présentation de ce projet de simplification.

Depuis l’absorption d’Equant dans Orange S.A., le CE d’Equant a disparu. Suivant le processus légal, les biens du CE d’Equant ont fait l’objet d’un processus de dévolution vers le CE de SCE.

Au cours de l’été 2018, les équipes de liquidateur du CE d’Equant, assistées d’huissiers et des équipes du CE de SCE, ont procédé à un inventaire exhaustif des biens du CE d’Equant à Cesson, Sophia et sur les sites du Gallion et de Stadium. Votre CE a missionné son expert-comptable pour analyser également les comptes du CE d’Equant.

Cette mission a mis en évidence le sérieux de la gestion de l’équipe sortante. Le CE de SCE a donc accepté la dévolution des biens du CE d’Equant au Comité d'Etablissement du 21 février. Ces biens vont désormais pouvoir être transférés aux associations concernées sur les sites de Cesson et Sophia et les activités dépendantes de ces biens vont pouvoir redémarrer.

Imprimer

Selon la définition de Wikipédia, I’internet des Objets (Internet of Things – IoT) désigne l’interconnexion entre Internet et des objets, des lieux et des environnements physiques. Le nombre croissant d'objets connectés à Internet permet une communication entre les biens dits physiques et leurs existences numériques.

Pour Orange, le développement de l’IoT est un avantage comsurf mailjetpétitif supplémentaire ! Ce marché en forte croissance inclut des solutions innovantes pour proposer de nouveaux services de connectivité à nos clients.  Nous avons, par exemple, notre filiale Ocean qui vend des boitiers dans les véhicules pour administrer les flottes professionnelles.

Afin de profiter de l'essor de l'IoT, une nouvelle «Unité d’Affaire Stratégique IoT et mobilité connectée» vient d’être créée à partir d’une scission d’OAB et de l’Unité d’Affaire Mobile. Elle intègrera Smart Cities, Automotive et les services pour la partie IoT de notre filiale Ocean et de l’Industrie 4.0 (supervision du réseau électrique d’EDF par exemple). Ces trois grands secteurs seront gérés de manière verticale.

Aujourd’hui, les usages possibles sont encore à l’état d’innovation : la voiture connectée, les solutions de gestion des villes, les besoins industriels…En créant cette nouvelle Unité d’Affaire IoT, Orange Business Services se positionne dès à présent sur ce marché dont la maturité est attendue d’ici 2 à 5 ans. Avec cette nouvelle Unité, OBS s'inscrit pour devenir le partenaire favori des entreprises dans leur digitalisation et les services essentiels pour eux et leurs clients. Grâce à sa bonne pénétration sur la connectivité de ses clients, OBS souhaite créer, associer et administrer de nouveaux services pour monter en valeur. L’objectif est de doubler la croissance annuelle sur le marché de l’IoT, passant de 7% à 14% par an en moyenne sur les 4 ans à venir.

Vos élus plébiscitent le positionnement d’OBS sur le marché de l’IoT. Toutefois, ils ont interpellé la Direction, au Comité d'Etablissement SCE du 21 février, sur le fait que cette croissance ne pourrait se faire sans l’Innovation de l’ensemble des équipes du Groupe travaillant sur l’IoT, y compris sur le marché Grand Public. En effet, vos élus ont souligné que l’entrain pour l’Innovation est toujours moins vif sur le marché Entreprises. Même si la direction affirme que l’innovation du Groupe est à la hauteur des ambitions présentées, vos élus resteront vigilants et surveillerons tant les projets que l’évolution de la croissance, signe que notre puissance d’innovation est au rendez-vous ! Ils attendent des engagements afin de s’assurer que cette nouvelle Unité d’Affaires Stratégique se développe au maximum de ses capacités. Par exemple, le rôle d’intégrateur dans les projets mènera Orange Business Services à établir des partenariats divers afin que les clients puissent bénéficier des meilleurs services. Or ce volet n’a pu être présenté en détail par la Direction, pas encore assez avancé sur le sujet. 

D’un point de vue social

Les équipes continuent de déménager à Agora. La CFE-CGC Orange a demandé l’ouverture de négociations sur ces déménagements afin d’assurer à chaque salarié les mêmes avantages.

La direction maintient aujourd’hui les deux sites pour l’Unité d’Affaires Mobiles à Arcueil et celle de l’IoT à La Défense, elle assure qu'elle facilitera le rapprochement des équipes lorsque cela fera sens pour un projet.

Imprimer

A son arrivée, Helmut Reisinger, CEO d'OBS, a partagé quatre principes socles de sa stratégie. Un de ces principes,  «l'engagement des équipes et l’innovation» , se décline aujourd'hui pour faire de l’Innovation et de la digitalisation les éléments majeurs de la stratégie.

A cette fin, la création de l'entité CMI (Customer Marketing et Innovation) regroupe différents services existants dans les domaines du Marketing, Communication et Innovation, et renforce la politique en matière d’Innovation et les moyens attribués. L’objectif est de soutenir la croissance d'OBS pour "être le leader mondial de l’internet des entreprises avec le voyage de la donnée."

Cette nouvelle direction place le client au cœur de la transformation digitale et a pour vocation de simplifier son parcours. Au CE de janvier 2019, la Directrice de CMI est venue présenter son projet, avec l'annonce d'une trentaine de recrutement prévus en France. 

Cette nouvelle organisation est partagée par les collaborateurs qui sont bien partie prenante. Et c’est un point fort de cette démarche : il y a eu une co-construction ! Les collaborateurs ont été écoutés et tenus informés de l’évolution du chantier : visites de site, tables rondes entre les différents membres des équipes… Il y a eu volonté de communication descendante et aussi ascendante avec des restitutions de groupes d’expression de salariés, de groupes de managers… Création d’une nouvelle communauté sur Plazza « CMI Community » pour favoriser le partage des informations…

Pour la Directrice de CMI, le signe du succès sera la mise en musique des décisions prises par les acteurs impliqués !

L’analyse de la CFE CGC

Même co-construite, une nouvelle organisation génère du stress chez les personnes concernées. Aussi, vos élus CFE-CGC resteront vigilants à la mise en place de cette nouvelle direction. Ils veilleront à l’impact du changement sur les 71% des salariés de GMC et 33% de OBS IT qui vont changer de ligne managériale.

Imprimer

La vente à DGC fait sa mue !

C’est habituel à DGC, chaque année, une nouvelle tentative d’organisation de la vente pointe le bout de son nez… C’est comme pour le monde animal, après l’hibernation, il y a la période de mue !

  • Automne 2017 : La Direction de DGC présentait au CE le projet Momentum qui consistait en la réorganisation des forces avant-vente pour un meilleur adressage client.
  • Janvier 2019 : Au dernier CE, la Direction a présenté un nouveau projet d’animation transverse.

Comme il devient habituel que les projets d’organisation se suivent, cette nouvelle mue ne porte même pas de nom. Lors du dernier CE Janvier 2019, les porteurs de ce projet parlent de « pilote » pour l’animation transverse et la gouvernance client !

cannella reorganisation

La pérennisation de l’impermanence dans l’animation des ventes devient une constante ! Avec ce projet sans nom, il s’agit d’expérimenter un nouveau concept d’organisation des ventes pour adapter l’organisation de DGC aux attentes du client. Partant du principe que ces attentes ne consistent plus dans la commercialisation de solutions techniques mais dans l’accompagnement dans leur problématique d’organisation. Donc la spécialisation des BM mise en place il y a 2 ans maintenant devient caduque et va devoir se réadapter pour monter dans le train du « voyage de la donnée ».

Ce projet prévoit également une simplification de l’interface Client/DGC avec une responsabilisation des acteurs de toute la chaine DGC. Il a pour objectif d’étendre le pilotage avec une triple gouvernance : Key Account Director/Cutomer Contract Director/Cutomer Operation Director et permettre en fonction des situations de prendre le lead face au client, d’animer les revues de compte et une business revue mensuelle.

L’analyse de la CFE CGC

Tandis que les peintures de Momentum sèchent lentement au regard du climat froid et humide du contexte économique et social plus que morose, la direction s’apercevant de ses erreurs sur son organisation précédente tente de faire passer sous la forme d’un « pilote » une refonte en profondeur de l’adressage client : renforcement du rôle de l’AM qui devient « KAD » (Key Account Director), de l’ITC dont on reconnait maintenant le rôle clé dans l’aboutissement des affaires, et de l’ASM dont le rôle va être décomposé en 2 : Customer Contract Director et Customer Operation Director, pour lesquels le rôle avant-vente (clé de la faisabilité et du bon déroulement des offres) n’est pas encore déterminé. Que deviennent ces ASM qui vont devoir choisir dans ces rôles administratifs et se voir dépouiller de l’intérêt de la diversité de leur métier et des BM dont la spécialisation douloureuse décrétée par Momentum a fait long feu ? L’histoire ne le dit pas puisque nous sommes dans le cadre d’un pilote et c’est bien le problème. La CFE-CGC sera particulièrement vigilante quant aux modalités de mise en œuvre de ce projet qui n’ose pas dire son nom, échaudé par des projets dont on nous promettait qu’ils allaient enfin résoudre tous les problèmes.

Imprimer