2020-2025: éléments généraux de la stratégie du Groupe Orange

[French version here/English version below]

Dans le cadre du Comité de Groupe Européen d'Orange des 5, 6, et 7 novembre 2019 à Bordeaux, la Direction du Groupe a inscrit un point à l'ordre du jour relatif à la Stratégie d’Orange, présenté par Stéphane Richard, Président Directeur Général.

A la date du 6 novembre, le plan stratégique 2020 – 2025  était en cours de finalisation. La communication officielle du plan, en particulier aux organisations syndicales, est organisée à compter du mois de décembre. Un Comité de Groupe Monde extraordinaire est à ce titre programmé le 22 janvier. Le Bureau du Comité de Groupe E envisage de demander à ce que les élus du CGE puissent également y participer.  

La présentation en Comité de Groupe Européen a donc porté sur les grandes orientations.

En premier lieu a été évoquée la définition de la « raison d’être » dont va se doter le Groupe.

Depuis l’entrée en vigueur de la loi PACTE au printemps dernier, les sociétés qui le souhaitent peuvent se reconnaitre une raison d’être. Selon la loi, elle est constituée «des principes dont la société se dote et pour lesquels elle entend affecter des moyens…».

Orange a décidé de se saisir de cette opportunité. La raison d’être sera dévoilée le 10 décembre.

Stéphane Richard a fait valoir le choix du Groupe d’une co-écriture de la raison d’être avec l’ensemble des salariés. Ils ont été invités, dans un premier temps, à faire des propositions de formulations et peuvent aujourd’hui donner leur avis sur celles qui ont été recueillies.

Les principaux axes déclinés par Stéphane Richard dans le cadre de sa communication aux membres du Comité de Groupe Européen ont été les suivants :

  • L’économie inclusive et l’économie du développement durable feront partie des missions de l’entreprise. Le plan fixera des objectifs sociétaux et environnementaux ambitieux
  • Le déploiement de la 5G, avec son ouverture en Roumanie la veille de la séance pleinière, est confirmé.
  • La poursuite du déploiement de la fibre dans les pays européens où Orange est opérateur de réseaux.
  • Le partage des réseaux tant dans le domaine du fixe que du mobile (selon le modèle des Tower Co) va se développer. Il constitue une réponse au morcellement du marché européen qui compte plus d’une centaine d’opérateurs.
  • Les relais de croissance que sont les services IT et d’Intégration aux entreprises portés par Orange Business Services.
  • L’IA avec la sortie confirmée de Djingo.

A l’international, Stéphane Richard a indiqué vouloir qu’Orange entre sur le marché Ethiopien

Dans ses échanges avec les membres du Comité de Groupe Européen, Stéphane Richard est revenu sur le fractionnement du marché en Europe à l’occasion d’une question posée sur une possible consolidation. Il s’est montré critique par rapport à la politique européenne où la concurrence a prévalu. Ainsi, nous a-t-il rappelé que la Chine ne comptera bientôt que 2 opérateurs quand la question d’un quatrième a été encore récemment débattue en Belgique. Les propos de Thierry Breton dans les Echos en juillet dernier sur une nécessaire véritable politique du numérique et une véritable politique industrielle au niveau européen sont-ils de nature à le rendre plus optimiste ?

Le Comité de Groupe Européen l'a interrogé sur la responsabilité environnementale de l’entreprise, et notamment son empreinte carbone. Le plan stratégique fixera des objectifs ambitieux de réduction des émissions CO2. Le Groupe ira-t-il jusqu’à « verdir » les salaires des dirigeants et/ou managers en liant la part variable de la rémunération aux progrès réalisés dans ce domaine?

Enfin, a été évoquée la question des salaires. Elle portait plus précisément pour ceux des salariés qui vivent dans les capitales européennes. Les membres du Comité de Groupe Européen ont fait valoir une dé-corrélation des augmentations salariales avec l’évolution du coût de la vie dans ces métropoles.  Au-delà de la situation des seules capitales l’assurance que les salaires permettent, sur toutes les géographies, à tous les employés du Groupe, de vivre dignement dans le contexte économique de leur pays respectif est un vrai sujet.

[English version]

As part of the Orange European Works Council held in Bordeaux on November 5th, 6th, and 7th 2019, the Group’s Management has included an item on the agenda related to Orange Group Strategy, presented by Stéphane Richard, Chief Executive Officer.

On November 6th, the 2020 - 2025 strategic plan was being finalized. The official communication of the plan, in particular to the trade unions, is organized as of December. An extraordinary World Works Council is scheduled on January 22nd, 2020.

The presentation focused on the main orientations.

Since the entry into force of the PACTE law last spring, the companies that wish it can define a “reason for being”. According to the law, it is constituted "of the principles of the company and for which it intends to allocate means ..."

Orange has decided to seize this opportunity.

Stéphane Richard spoke about the Group's choice of co-writing it with all employees. They were first invited to make proposals for formulations and can now give their opinion on those that have been collected.

Stéphane Richard's main themes in his communication to the European Works Council members were as follows :

  • The inclusive economy and the economy of sustainable development will be part of the company's mission. The plan will set ambitious societal and environmental goals.
  • The deployment of 5G, with its opening in Romania the day before the meeting, is confirmed.
  • Continued deployment of fiber in European countries where Orange is a network operator.
  • Network sharing in both fixed lines and mobile (Tower Co) will develop. It is a response to the fragmentation of the European market of more than a hundred operators.
  • The growth drivers that are the IT services and Integration to businesses carried by OBS.
  • The AI ​​with Djingo.

Stéphane Richard has indicated that he wants Orange to enter the Ethiopian market.

In his discussions with the European Works Council members, Stéphane Richard returned to the splitting of the market in Europe in the context of a question asked about a possible consolidation. He was critical of European politics where competition prevailed. Thus, he reminded us that China will soon have only 2 operators when the question of a fourth has been recently debated in Belgium. Are Thierry Breton's comments in Les Echos last July on the real need for a digital policy and a real industrial policy at the European level likely to make him more optimistic ?

The European Works Council questioned him about the company's environmental responsibility, including its carbon footprint. The strategic plan will set ambitious targets for reducing CO2 emissions. The Group will go so far as to "green" the salaries of leaders and/or managers by linking the variable part of the remuneration to the progress made in this area?

Finally, the question of wages was raised. It was more specifically for those employees who live in European capitals. The European Works Council members argued that wage increases were de-correlated with changes in the cost of living in these cities. Beyond the situation of the capitals only, the assurance that salaries allow, in all geographies, all employees of the Group to live with dignity in the economic context of their respective countries is a real subject.

Economie et Réglementation des Télécoms Europe et International Numérique CSEC UES Orange Comité Groupe Europe Comité Groupe France Comité Groupe Monde

Nos coordonnées

CFE-CGC Orange
10-12 rue Saint Amand
75015 Paris Cedex 15

   
nous contacter
01 46 79 28 74
01 40 45 51 57

Accès rédacteurs

Siège : CFE-CGC Orange - 104 rue Oberkampf, 75011 PARIS - SIRET 50803050900014 - 9420Z - Mentions Légales - Protection des données