CFE-CGC Orange
CFE-CGC Orange
feed-image

A l’origine, les ouvriers apportaient leur repas sur leur lieu de travail (sous forme de gamelle) ou déjeunaient chez eux. Cependant la pression poussant à rationaliser la production industrielle a positionné la nourriture dans les débats sur les rapports entre la santé de la main-d’œuvre et sa productivité. D’où l’intérêt d’une évolution des normes sanitaires et nutritionnelles avec leurs effets sur les dispositifs alimentaires collectifs. Le problème de la chronologie des temps de manger et de repos au-delà des rythmes quotidiens était posé.

Les cantines naissent après la guerre, le titre restaurant en 1964.

Activités Sociales et Culturelles SCE

Imprimer

La rate au court-bouillon

La fin des Restaurants Privés Conventionnés

La restauration chez France Télécom revêt plusieurs formes : les restaurants collectifs (FT, administratifs ou interentreprises), les titres restaurant et les Restaurants Privés Conventionnés (RPC).

Les RPC sont des restaurants de quartier, cafétérias et autres petits commerces qui ont une convention avec France Télécom. Ils ont été mis en place en l’absence de possibilité de restauration collective de proximité.

Activités Sociales et Culturelles SCE

Imprimer

Le 12 février 2009, en séance plénière, le CE de SCE a voté à la majorité des voix, une résolution revendiquant la gestion de la restauration.

Pour rappel, le budget restauration est un budget ASC et il relève de la prérogative des CE. Lors de la mise en place des IRP en janvier 2005, les syndicats ont signé avec la direction de France Télécom un accord de gestion déléguant la gestion de la restauration à l’entreprise pour le compte des comités d’établissement.

Cette dernière procède à une gestion « particulière » du budget restauration en empochant tous les ans entre 5 et 7 M€ et se dérobant à son obligation de fournir des comptes à chaque CE. Compte tenu de la position de mutisme dans laquelle la direction se complait, le CE de SCE a décidé de réagir en demandant la reprise de la gestion de la restauration sur son périmètre.

L’objectif est de reprendre l’activité au 1 juillet 2009.

Evidemment, la direction devra fournir à la commission restauration du CE avant Avril 2009, le budget au prorata du périmètre du CE ainsi que tous les éléments nécessaires à cette reprise.

L’objectif de la CFE-CGC/UNSA est que la restauration soit un droit pour tous sans exclusions.

Coïncidence ou Conséquence ?

Le 19 février 2009 : Rencontre nationale entre la direction et les organisations syndicales. Pour la première fois, la direction a proposé d’associer les organisations syndicales à un certains chantiers sur l’évolution de la restauration.

Craindrait-elle que d’autres CE emboîtent le pas d’SCE ?

Activités Sociales et Culturelles SCE

Imprimer

Restauration : rendez l'argent !

La Restauration est traditionnellement une activité sous le contrôle des Comités d’Entreprise. En 2005, compte tenu de la mise en place des Comités d’Établissements, l’ensemble des organisations syndicales a signé un accord délégant la gestion de la restauration à la Direction de l’entreprise.

A France Télécom - Orange, le budget Restauration (qui constitue une obligation légale) est de 62 millions d’euros soit plus de 600 € par personne. Dans les faits, les premiers comptes laissent apparaître que la Direction, en ne réactualisant pas le niveau des subventions, en encourageant la dégradation des prestations fournies pour diminuer le nombre de repas pris, en comptabilisant des repas fictifs, en surfacturant des frais internes, a en 4 ans, soustrait près de 50 millions d’euros de la poche des salariés (soit 500 € par personne, l’équivalent de l’intéressement exceptionnel)....

La CFE-CGC/UNSA est la seule organisation à vouloir reprendre en direct la gestion de la Restauration. Les autres OS le refusent. Étant donné leur désastreuse gestion du CCUES, c’est de leur part faire preuve d’une grande, bien que très étonnante lucidité ! La CFE-CGC/UNSA a fait porter le dossier devant les tribunaux pour essayer de récupérer cet argent dont les salariés ont été spoliés.

Les revendications de la CFE-CGC/UNSA : permettre à ceux qui travaillent en horaires décalés d’accéder à la Restauration (CCOR, AVSC, HNO...), laisser chaque salarié choisir la restauration collective ou les Titres Restaurants, utiliser l’intégralité du budget Restauration pour augmenter la subvention Restauration d’au moins 1€ / repas, exiger des prestataires une amélioration de la qualité de leur prestation...

Imprimer

Les salariés qui travaillent en horaires décalés (centres d'appel, brigades, commerciaux...) se voient fréquemment refuser l'accès aux restaurants collectifs qui ferment leurs portes à l'heure où ces personnels prennent leur pause déjeuner.

La Direction pourrait leur fournir des titres restaurant mais elle s'y refuse et les salariés sont obligés de se rabattre sur la restauration rapide (sandwichs ou autres expédients). Qui a les moyens de se payer un restaurant tous les midis ?

En refusant de mettre en place une solution de restauration, la Direction se met dans la poche le montant de la subvention. Chaque salarié a droit en effet à plus de 600 € / an pour la restauration (c'est un budget ASC de 62 millions d'euros qui est versé chaque année). Ces "petites" économies contribuent à l'"évaporation" de près de 50 millions d'euros depuis 3 ans

La CFE-CGC revendique une restauration pour TOUS et la restitution aux salariés des sommes non dépensées.

Imprimer