CSEC 7 mai 2020 : déconfinement et reprise de la restauration d'entreprise

Détail du PRA de la Restauration collective :

Les 116 restaurants situés dans locaux Orange sont fermés depuis le 16 mars midi.

Scénario proposé pour la réouverture des restaurants Orange :

  • rouvrir (sauf exception) le restaurant aux salariés Orange dès lors que le site est rouvert ; autoriser l’accès éventuel des sous-traitants et entreprises extérieures s’ils sont habilités à intervenir sur le site,
  • ne pas laisser accéder les « hébergés » et les extérieurs non habilités à intervenir sur le site,
  • autoriser les sociétés de restauration à proposer une offre à consommer sur place adaptée à la fréquentation et aux difficultés d’approvisionnement, par exemple choix entre un plat et une offre de grillade, la reconquête des convives nécessitant de promouvoir une offre qualitative,
  • mettre en place les mesures spécifiques d’hygiène et de distanciation,
  • ne pas rouvrir les cafétérias, et par défaut, envisager une offre à emporter en cas d’impossibilité de rouvrir un restaurant. Il n’est pas autorisé à un salarié d’amener son repas et de le consommer dans un restaurant d’entreprise.

Restaurants inter-entreprises RIE RIA auxquels les salariés Orange accèdent par le biais d’une convention d’adhésion :

  • permettre aux salariés Orange d’accéder s’ils le souhaitent lorsque ces restaurants seront ouverts.

Cas particuliers de certains restaurants, gérés par la restauration mutualisée Orange, implantés dans des immeubles sans salariés dans l’immeuble et qui peuvent être assimilés à des restaurants inter-entreprises : rouvrir ces restaurants à l’ensemble des convives Orange et hébergés si la situation sanitaire le permet lors de la deuxième étape du déconfinement (début juin).

Analyse de la CFE-CGC Orange

pilotage à vue dans le brouillard avec l’idéologie pour seule boussole

Titres restaurant…

Le 16 avril dernier les télétravailleurs sous convention ont reçu un mail signé de la DDR (Direction Déléguée à la Restauration ) indiquant que la distribution des titres restaurant pour la période postérieure au 16 mars 2020 était suspendue sine die, malgré le maintien des droits à titres restaurant des personnels télétravaillant à domicile et ayant signé un protocole ou une convention.

Comment expliquer une telle décision qui réduit directement le pouvoir d’achat des personnels impactés et contrevient aux conventions et à l’accord Télétravail signés, alors que parallèlement, dans le contexte de crise sanitaire, le Gouvernement prend une mesure de déplafonnement des dépenses pour faciliter l’usage des titres restaurant.

Cette suspension sine die est tout simplement incompréhensible… et incomprise par les personnels sous convention de télétravail avec l’entreprise.

… et restaurants d’entreprise,

Seule organisation syndicale à ne pas avoir signé l’accord de restauration, la CFE-CGC Orange n’a pas été surprise des réponses louvoyantes et embarrassées apportées par la Commission Technique Nationale de Restauration (CTNR composée de représentants de la Direction et des OS gestionnaires de la restauration collective déléguée) à ses nombreuses questions.

Le nouvel accord de 2019 dissocie la gestion technique de la restauration collective, assurée par la Direction Déléguée à la Restauration, de la politique de restauration et son modèle économique, confiés au Comité National de Restauration (CNR) composé des OS signataires de l’accord et des représentants des CSEE délégants. Cette dissociation permet à la Direction de se défausser, pour chaque question un peu épineuse, sur des partenaires sociaux guidés par une vision passéiste du sujet.

La CFE-CGC a questionné les acteurs de la restauration collective sur leur volonté de la relancer à tout prix alors que les plans de reprise annoncés par la direction d’Orange montrent clairement que seule une infime partie des personnels pourra en bénéficier tant que la crise COVID ne sera pas jugulée.
La réflexion des « acteurs » de la restauration exclut donc purement et simplement plus de 50% des personnels du groupe de toute subvention restauration. Aucune projection n’a été faite sur le nombre de personnes qui pourront effectivement déjeuner dans les restaurants collectifs, ni sur l’augmentation des coûts que les mesures sanitaires vont engendrer. L’important pour la DDR semble plus être de préserver l’emploi chez Sodexo et ses concurrents que de préserver le pouvoir d’achat de nos collègues.

Les OS réclament le versement d’une prime de 1 000€ (peut-être justifiée) au titre de la crise, mais cela ne les dérange pas de gaspiller le budget restauration qui représente annuellement, pour chaque salarié du Groupe, une somme équivalente.

Pour la CFE-CGC Orange, qui gère par elle-même la politique de restauration sur les périmètres OFS et SCE, le seul système de restauration collectif équitable est celui qui permet à chaque salarié de recevoir une subvention de restauration par jour travaillé que ce soit dans les bâtiments de l’entreprise ou en télétravail, et cela le jour où il doit manger (pas 3 mois après). Il serait plus que temps d’arrêter les débats idéologiques stériles qui prennent les salariés en otage en raison d’enjeux qui ne les concernent pas.

La CFE-CGC Orange réclame donc une réforme urgente de l’accord restauration pour mettre en place une gouvernance capable de prendre des décisions dans l’intérêt de tous les personnels, la distribution de Titres restaurants à tous les collègues exclus de la restauration pour la période du confinement, et la mise en place d’un système de restauration collective adapté aux conditions de travail jusqu’à la fin de la crise COVID, et au-delà, pour tous les personnels de l’entreprise.

Activités Sociales et Culturelles CSEC UES Orange

Nos coordonnées

CFE-CGC Orange
10-12 rue Saint Amand
75015 Paris Cedex 15

   
nous contacter
01 46 79 28 74
01 40 45 51 57

Epargne

Formation

Siège : CFE-CGC Orange - 104 rue Oberkampf, 75011 PARIS - SIRET 50803050900022 - 9420Z
Mentions Légales - Protection des données - Accès rédacteur