CFE-CGC Orange
CFE-CGC Orange

Seniors, Fin de carrières, Retraites

grandma 3628304 640

Photo: Nikon 2110 via Pixabay

La CFDT, la CGT et FO d’Orange ont signé l’accord intergénérationnel 2019-2021, conclu le 12 décembre.

[…]

La CFE-CGC non-signataire indique le 18 décembre, qu’elle craint 10 000 suppressions de postes en trois ans et souligne qu’Orange a perdu 40% de ses effectifs français en 20 ans. Elle considère que la direction s’est montrée « plus pressée de laisser partir les postulants à la retraite ou au TPS que de s’engager sur le recrutement et la montée en compétence de jeunes salariés susceptibles de prendre la relève »

Liaisons Sociales - 20/12/2018
Sur l'intranoo

the strategy 1080536 640

Photo: jarmoluk via Pixabay

Le projet d’accord de GPEC négocié à Orange n’a pas obtenu les signatures syndicales nécessaires à sa validation, fait savoir la CFE-CGC (non-signataire) dans un communiqué du 18/12/2018. 

[...]

Afin d’expliquer son refus de signer, la CFE-CGC écrit : « Alors que l’entreprise va faire face à un pic de départs en retraite sans précédent, les promesses d’embauches sont insuffisantes, tout comme l’accompagnement à la montée en compétences proposée aux personnels ». 

La CFE-CGC développe : « Les données communiquées par la direction pendant la négociation des deux accords [GPEC et intergénérationnel, NDLR] laissent prévoir au moins 10 000 suppressions supplémentaires sur la période 2018-2020 (-14 % en équivalents temps plein) ».

[...]

News Tank - (pour les abonnés)-  20/12/2018

L’accord Intergénérationnel est un accord d’entreprise à fort enjeu car il couvre Orange SA c’est à dire Orange France, les Divisions, OBS SA, Orange Banque, …. et regroupe 3 thèmes essentiels : l’engagement en faveur de la formation et de l’insertion des jeunes dans l’emploi, l’engagement en faveur de l’emploi des seniors dont le TPS et la transmission des savoirs et des compétences.

Au travers de cet accord s’exprime la solidarité entre les générations.
En conséquence, en tant qu’Institution Représentante du Personnel (IRP) nous avons le devoir de défendre l’intérêt collectif, de nous soucier de l’avenir du groupe, et de l’emploi des séniors et des jeunes.

Cet accord n’a pas fait l’objet d’une réelle volonté de négociation de la part de la Direction.

La CFE-CGC n’a pas cédé au chantage TPS comme certaines OS au détriment des jeunes et des actifs de l’entreprise. La Direction a pu donc passer son projet à minima.

C’est dans cet esprit que la CFE CGC a refusé la signature de l’accord Intergénérationnel.
En effet nous n’avons pas pu obtenir d’engagement de la direction sur les embauches au-delà de 2020.
Nous refusons de signer un chèque en blanc dont les générations futures devront payer l’addition.
Nous refusons la désertification de nos régions (suppression de site, Agences…) et le recours massif à la sous traitance.
Pour les Séniors il est dommage que la prime d’entrée ne soit pas renouvelée et que peu de nos revendications n’aient été prises en compte.
Notamment nos demandes sur l’harmonisation de la prime DG51 qui reste à la main du management local sans aucune garantie d’équité sur le territoire, et sur la mise en place d’un TPS 4 ans qui reste réaliste pour l’entreprise.
Au final, le TPS servira de variable d’ajustement pour les petits sites.

Cette non signature aurait pu être l’occasion de revenir à la table des négociations.
L’accord a été entériné avec la majorité exigée.
Il est cependant certain que la Direction n’a pu que noter que le dialogue social est au point mort.
Quant à nous, nous poursuivons nos actions dans un esprit de co construction afin d’assurer un avenir aux générations futures, et de permettre dans un même temps aux séniors de partir dignement pour un repos bien mérité, tout en assurant une réelle transmission.

zen stones 2774524 640

Photo : Kaz, via Pixabay

Deux accords d’entreprise étaient soumis à signature mardi 18 décembre : l’accord sur la Gestion Prévisionnelle de l’Emploi et des Compétences (GPEC), et l’accord Intergénérationnel.

La CFE-CGC Orange a émis le plus grand nombre de propositions structurées, dont une partie se retrouve dans le texte final des deux accords, mais ne les signe pas : alors que l’entreprise va faire face à un pic de départs en retraite sans précédent, les promesses d’embauches sont insuffisantes, tout comme l’accompagnement à la montée en compétences proposée aux personnels. La désertion des territoires hors Ile-de-France, qui concentre déjà plus du tiers des emplois pour moins de 20% de la population française, va s’accélérer, au détriment de la proximité clients et des conditions de travail de celles et ceux qui vont rester dans l’entreprise.

Au final, si l’accord intergénérationnel a, in extremis, recueilli suffisamment de signatures pour entrer en vigueur sans celle de la CFE-CGC Orange, l’accord GPEC n’est pas signé.

epargne 112018

Photo : nattanan23 / Pixabay

Lors d'un départ à la retraite, une fois que l'épargne salariale est soldée, il est indispensable de clôturer le plan d'épargne entreprise. Sinon, les prélèvements se poursuivent rappelle le médiateur de l'Autorité des marchés financiers qui demande une meilleure information des salariés.

A lire dans Boursorama – 09/11/2018

phone 1662578 640

Photo : Alexa Fotos via Pixabay

 Un accord intergénérationnel devrait être signé chez Orange d’ici à fin décembre.

Le dispositif créé sous le quinquennat de François Hollande ayant été abrogé en septembre 2017 sans avoir atteint son objectif, le groupe n’avait pas l’obligation de renégocier le texte précédent. A la demande insistante des syndicats, il l’a néanmoins remis sur le métier. […]

Un dernier round de négociation est prévu ce mois-ci, avant la remise d’un projet définitif par la direction. La CFE-CGC réclame « au moins deux séances supplémentaires », compte tenu de l’état d’avancement du dossier. Elle demande à la direction de porter à 5% la proportion d’alternants dans les effectifs globaux, et de réserver à ceux d’entre eux qui auront réussi leur parcours, au moins un tiers des postes pourvus par candidatures externes, soit 600 CDI.

Concernant les seniors, la CFE-CGC revendique l’amélioration des temps partiels, en particulier l’abondement du temps travaillé. […]

Gestion Sociale - pour les abonnés - 01/11/2018 - Sur Intranoo

A noter : cet article de presse ne reflète pas l'intégralité de nos propositions, que vous pouvez retrouver en rubriques Juniors& Seniors, et ne présume en rien de notre signature de l'accord tant que la négociation n'est pas terminée. La CFE-CGC Orange publiera un tract récapitulant les mesures à votre disposition une fois la négociation terminée.

agir seniors 102018

Source : guide AGIR pour l'emploi et le travail des seniors

Après le rapport de France Stratégie publié la semaine dernière, c’est au tour de Secafi de se pencher sur la problématique du travail des seniors :

Dans le cadre de sa collection des guides AGIR pour l’amélioration des conditions de travail, destinée à mieux appréhender les questions de santé et de qualité de vie au travail, Secafi publie un 14e opus qui se propose d’analyser la place des seniors dans l’entreprise et de présenter des pistes pour permettre à toutes les générations, au sein d’une même structure, de s’articuler efficacement.

Plus d’informations dans Miroir Social – 09/10/2018

Au Sommaire de l'essentiel de votre CE de Septembre 2018

  1. Présentation des comptes du CE

  2. Information emploi 2ème trimestre 2018

  3. Orientation formations 2019

  4. Bilan annuel 2017 : les heures supplémentaires, le temps partiel et l’alternance

  5. Projet regroupement des UI

  6. Point sur les ASC (activités sociales culturelles)


pdfessentiel_ce_dosud_sept_2018.pdf

 

N'hésitez pas à prendre contact avec vos représentantspour toutes questions.
Cadres ou pas, vous pouvez compter sur nous !

senior emploi 102018

Photo : DR

Alors que le gouvernement s’apprête à refondre les systèmes des retraites, en 2019, la question de l’emploi des seniors est « cruciale ». C’est ce que démontre le rapport d’Emmanuelle Prouet et de Julien Rousselon, chefs de projet au sein de France Stratégie, remis hier matin à Jean-Pierre Delevoye, haut commissaire pour la réforme des retraites. En proposant un diagnostic très complet sur la situation des seniors vis-à-vis de l’emploi, les deux auteurs indiquent que cette réforme devra s’accompagner d’une mobilisation des entreprises et de tous les acteurs pour « assurer à chacun une liberté effective dans le choix de sa fin de carrière professionnelle ». Ce choix d’interrompre sa carrière professionnelle est, certes, « multidimensionnel » ; il prend en compte la durée d’affiliation au régime de retraite, la charge des proches, la situation du conjoint, la scolarité des enfants ou encore les biens patrimoniaux, mais il repose également largement sur les conditions de travail.

A lire dans actuEL RH – Anne Bariet – 02/10/2018

Les thèmes portés par vos Délégués du personnel CSE SUD le 30 Août 2018 :

  • Relance de questions de Juillet sans réponse.
  • Come / Rétro migrations
  • Formation: Saison3 / Alternants et CPF
  • Congés / Effectifs / Recrutements
  • Restauration
  • Tous en 4G
  • Covoiturage
  • Impots à la source

Retrouvez l'intégralité des réponses : pdfessentiel_dp_cse_sud_08-2018vf.pdf

La prochaine réunion DP du CSE SUD est programmée le 20 Septembre 2018.
Vous avez des questions, des réclamations, des préoccupations.


Le code du travail permet à tous les Salariés de s'exprimer sur leur travail sans contrainte.
N’hésitez pas à contacter vos représentants CFE CGC.


Vos élus : Laurence Ourtiès, Antoine Roeser, Blandine Barthès, Mohamed Benyahia, Hélène Faus, Sandrine Frasca.

banniere rdp rentree2018
Crédit photo : vividsoup via Pixabay

La revue de presse d'août 2018 est à votre disposition.

Au sommaire : épargne & actionnariat salariés, gouvernance, numérique, emploi, régions, désengagement de l’Etat, intergénérationnel, procès pour harcèlement moral.

Pour la consulter : revue de presse août 2018

Pour vous abonner gratuitement : s'abonner

Vous pouvez lire les articles au fil de leur publication en rubrique Revue de presse, mais aussi en nous suivant sur Facebook, Twitter, et LinkedIn, où vous pouvez les commenter et les partager avec vos amis.

Bonne lecture !

 senior 3336451 640

Le groupe Orange va négocier avec les représentants du personnel un dispositif intergénérationnel en lieu et place du contrat de génération qui est abrogé. De fait, la direction des ressources humaines envisage de saucissonner l’arsenal existant.

Un nouvel accord porterait sur les fins de carrière, tandis que les volets insertion des jeunes et transfert des savoirs seraient discutés ultérieurement, probablement dans le cadre de la GPEC.

[…]

Le groupe prévoit ainsi de ne remplacer que deux salariés âgés sur trois. Ce projet suscite une levée de boucliers du côté syndical.

[…]

La CFE-CGC croit savoir que “la direction a choisi de répercuter une partie de la charge exceptionnelleoccasionnée soit plus de 3 fois le budget total alloué aux augmentations salariales, sur le personnel, au lieu de réduire le résultat”.

Gestion sociale(sur Intranoo) - 26 juillet 2018

 

Les thèmes portés par vos Délégués du personnel CSE SUD :
  • Mesures de Reconnaissances
  • Parcours qualifiants
  • Recrutements HDM/MDM/SPES
  • PDM / Covoiturage / Auto pool
  • Come
  • WhatsApp
  • Signature électronique
  • Seniors, Fin de carrière, Retraite
Retrouvez l'intégralité des questions réponses : pdfessentiel_dp_cse_sud_06-2018vf.pdf

La prochaine réunion DP du CSE SUD est programmée le 12 Juillet 2018.
Vous avez des questions, des réclamations, des préoccupations,
N’hésitez pas à contacter vos représentants CFE CGC.

Vos élus : Laurence Ourtiès, Antoine Roeser, Blandine Barthès, Mohamed Benyahia, Hélène Faus, Sandrine Frasca.

bandeau s12018 1

Rétribution : la loi du marché…

Fatima Hamadi et Valérie Chapuis

La rétribution n’est mobilisatrice que lorsqu’elle est perçue comme équitable par les personnels, c’est-à-dire quand ils et elles la considèrent juste au regard de leur contribution à la richesse de l’entreprise. Or, « l’Accord » Salarial 2018 traduit la vision tristement réductrice de la Direction, qui considère le personnel comme un centre de coût, et non comme le poumon du profit qu’il est en réalité !

Mais au fait, de quel accord s’agit-il ? Car si la négociation est bien obligatoire, le fait d’aboutir à un accord ne l’est absolument pas ! En réalité, cela conduit les organisations syndicales à contresigner une proposition unilatérale. C’est ce que certaines ont fait les dernières années, cautionnant la politique d’austérité salariale.

En 2018, une fois retraitée de l’inflation, la proposition de la Direction maintient à peine le pouvoir d’achat direct des personnels, alors que les effectifs baissent et que les résultats s’améliorent. Dans le même temps, intéressement, participation, abondements de l’entreprise, et avantages aux personnels stagnent ou diminuent. Quant aux filiales, elles restent dans la plupart des cas les parents pauvres de l’ensemble des dispositifs.

S’obstiner ainsi à ne pas partager la valeur ajoutée quand les résultats sont au rendez-vous est contraire au bon sens, et contredit l’affichage social de l’entreprise !

Au sommaire

Télécharger la version pdf :

pdfcomprendreagir_special_retribution_s1-2018_vdef.pdf

Bonne lecture !

 

epargne temps 1 580

Chez Orange SA et dans les filiales disposant d’un Compte Épargne Temps (CET) et adhérant au Plan d’Épargne pour la Retraite Collectif (Perco) d’Orange, vous pouvez transformer votre épargne temps en épargne financière pour la retraite.

Si le dispositif signé en février 2000 sur l’aménagement et la réduction du temps de travail était novateur en la matière, il est aujourd’hui très en retrait de que permet la loi Macron du 6 Août 2015.

80% des souscripteurs du Perco d’Orange sont âgés de plus de 45 ans. Les salariés plus jeunes boudent ce système d’épargne salariale, le jugeant trop figé ou trop loin de leurs préoccupations. Enrichir le dispositif de transfert de jours du CET vers le Perco permettrait d’en améliorer l’intérêt pour toutes et tous.

Dispositions actuelles Groupe Orange

Vous pouvez transférer jusqu’à 5 jours par année civile de votre CET vers le Perco, via un formulaire sur anoo.

La valorisation financière des jours transférés est basée sur :

  • votre Salaire Global de Base (SGB) pour les fonctionnaires, ou Salaire de Base pour les salariés de droit privé, à l’exclusion des parts variables, ce qui pénalise particulièrement les cadres ;
  • certaines indemnités, en lien avec votre résidence, votre situation familiale, votre situation professionnelle ;
  • une majoration de 5% ;
  • un abondement de 20% versé par l’entreprise ;
… dont se déduisent des cotisations sociales :

En revanche, les sommes transférées sont exonérées d’impôt sur le revenu, et l’opération n’est pas comptabilisée dans le plafond global des versements sur le PEG (Plan Épargne Groupe) et le Perco, limités à 25% de votre rémunération annuelle brute.

L’employeur, de son côté, est exonéré des cotisations habituellement versées sur les salaires au titre des assurances sociales et des allocations familiales.

Où va l’argent ?

Il est placé sur le Fonds Orange Perco Monétaire. A tout moment, vous pouvez le transférer sur un autre fonds du Perco, par un arbitrage via votre espace personnel Amundi.

En savoir +

Les revendications de la CFE-CGC Orange

Souhaitant favoriser les systèmes de retraite par capitalisation, les récents gouvernements ont promulgué des lois très favorables au Perco. La CFE-CGC défend prioritairement le principe solidaire des retraites par répartition. Cependant, l’économie globale du système est ajustée sur ce que permet la Loi : c’est pourquoi nous voulons permettre aux personnels du Groupe Orange de bénéficier pleinement des dispositions législatives, soit :

  •   la possibilité de transférer jusqu’à 10 jours / an du CET vers le Perco ;
  • une valorisation monétaire qui intègre les indemnités de congés payés (ICP) conformément à la réglementation, ainsi que les parts variables ;
  • l’extension de l’accord Perco à l’ensemble des filiales françaises, pour permettre à toutes et tous de bénéficier des mêmes dispositifs de préparation de la retraite et des abondements prévus pour les versements dans le Perco.

Les conditions de départ en fin de carrière évoluant régulièrement un point de situation est nécessaire: pour ceux qui approchent du départ, il est indispensable d’anticiper ! Cela vaut notamment pour le TPS 4(4 ans) qui prend fin en 2017,mais d’autres situations comme l’éligibilité aux Carrières Longues ou les négociations des primes de départ sont également à préparer. Nous vous aidons à y voir clair.

  • Focus TPS : ce qui change, ce qui reste :

Le Temps Partiel Seniors (TPS), transition entre vie active et retraite, se décline en plusieurs modalités : TPS 5 (proratisé 4 ans, cad 48 mois), TPS 3, TPSH ; ces formules existant également en formule mécénat…

Les TPS sont régies par des accords spécifiques, et couvrent des durées différentes. Si l’on veut entrer dans le cadre d’un TPS il faut avoir connaissance des étapes clé à ne pas rater, cela nécessite une préparation et prévoir d’y consacrer du temps.

 

  • Le TPS 4 (cad TPS 5 proratisé 48 mois) disparaitra au 1er Janvier 2018

Ce TPS 5 sur 48 mois, est en fait un TPS sur 4 ans.Ce TPS offre les modalités suivante : 60 % travaillé, 65% rémunéré et 30 mois libérés.

Il est accompagné d’une prime de départ [DDG443] de 2 mois.

Ce dispositif existe jusqu’à la fin 2017. Etape la plus urgente :contacter Orange Avenir et la CIT Seniors pour plus de précisions et préparer vos échanges avec RH et manager.

 

 

Le syndicat national de l'encadrement d'Orange a refusé, fin août, de signer la prolongation de la gestion prévisionnelle de l'emploi (GPEC).

Selon les chiffres dont dispose le syndicat de l'encadrement CFE-CGC d'orange, le groupe de télécommunication prévoit de réduire ses effectifs loirétains de 923 à moins de 750 en 2019. Notamment dans le service client téléphone, les interventions sur le réseau, l'état-major, les infrastructures et les fonctions support.

Sébastien Crozier, le président national du syndicat, était de retour à Orléans avant-hier, pour faire part de son désaccord et préparer des rencontres avec les députés.

.../...

"Il faudrait faire passer le centre d'appels de 140 à 240 personnes, doubler les 200 salariés du réseau, ajouter 100 à 150 emplois dans les services administratifs...", énumère Sébastien Crozier. Et pourquoi pas créer un nouveau centre d'appels pour Orange Bank, la toute nouvelle banque en ligne.

Source extrait : La République du Centre - Carole Tribout - 8 septembre 2017

Les conditions dans lesquelles les travailleurs handicapés peuvent bénéficier d’une retraite anticipée sont modifiées à partir du 1er septembre 2017.

 Les travailleurs handicapés présentant un taux d'incapacité permanente d'au moins 80 % et qui ne parviennent pas à justifier de leur handicap sur la durée d'assurance requise pour avoir droit à la retraite anticipée, vont pouvoir s’adresser à une commission pour obtenir, sur dossier médical, la validation des périodes manquantes (Code de la Sécurité sociale, art. L. 161-21-1).

liens :

- Legifrance : Décret sur la retraite anticipée du 11 mai 2017
- Handicap.gouv : Retraite anticipée des travailleurs handicapés

Si l’accord « handicap & discrimination » 2017-2019 a pour but annoncé d’aller au-delà de la loi, il n’en reste pas moins timide dans ses avancées. La CFE-CGC Orange regrette notamment la diminution du temps libéré pour le TPSH, et le peu de nouveautés concernant la lutte contre les discriminations. L’engagement en faveur des recrutements de personnes en situation de handicap et la meilleure prise en compte de la notion de compensation sont en revanche des éléments positifs.

24 04 2015 sourd

Télécharger le tract en version pdf : pdftract_accord_handicap_et_discrimination_2017_2019_10aout2017.pdf

Nous avons mis à jour notre notre politique de gestion des données (RGPD). Nous vous invitons à la consulter.
Consulter le texte Ne plus afficher ce message