L’emploi en 2020 et perspectives : une somme d’informations, mais pas de vision stratégique !

[French version here/English version below]

Dans le cadre de la session commune du Comité de Groupe Européen et du Comité de Groupe Monde d'Orange des 9 et 10 novembre 2021 organisée à distance et en séance extraordinaire, la Direction du Groupe a inscrit à l'ordre du jour le sujet de l’emploi dans le Groupe présenté par Ignacio De Orue Sabau, Deputy Chief People Officer en charge de l'international, Stéphan Buschi, Senior Vice President Europe Human Resources, et Clotilde Boury, Directrice des Ressources Humaines de Orange Middle-East & Africa.

Cette session commune du Comité de Groupe Eruopéen et Comité de Groupe Monde consacrée à l’emploi dans le Groupe avait été sollicitée par les Bureaux respectifs des deux instances suite à l’annonce de la suppression en Espagne de près de 500 emplois au premier semestre de l’année. D’autres situations, en République Démocratique du Congo ainsi qu’en Pologne, sans oublier le Royaume-Uni, ont également assombri la période et suscitent beaucoup d’inquiétude chez les salariés. C’est donc dans ce contexte qu’est intervenue cette session commune.

La présentation de données chiffrées très fournies pour l’année 2020 et leur évolution par rapport à 2019 a davantage consisté en une photographie certes précise, mais froide et comptable, de la situation présente et du passé récent, que d’une véritable réflexion sur les tendances et les évolutions à venir.

Les élus ont regretté que le support et la présentation orale déclinée par grandes divisions - France , Europe hors France, zone Middle-East & Africa et Orange Business Services, quoique riches, manquent substantiellement de contenu en matière de perspectives, et ont regretté de ne pas y trouver de projections à court et moyen termes. Ne s’est pas non plus dégagée une véritable politique de l’emploi dans le Groupe, la Direction du Groupe affirmant ne pas s’immiscer en la matière dans les responsabilités des pays qui ont l’entière charge de la gestion des emplois.

La conviction des élus est toutefois que ce sont les résultats financiers qui dictent les objectifs en matière d’emplois, et que le plan d’économies Scale Up, notamment, prévaut sur toutes considérations.

Appelant à plus de transparence et un dialogue social plus riche, les élus ont unanimement souhaité pouvoir débattre d’une stratégie suite au constat des évolutions majeures telles que :  

  • le transfert d’emplois de la maison mère vers les filiales ( -5,6 % des effectifs en France en 2020 ,-7,7% à Orange France), les salariés transférés ne bénéficiant plus des mêmes accords.
  • le recours croissant à la sous-traitance moins-disante en matière de droits sociaux
  • la politique de formation avec un bilan complet des compétences
  • la gestion des carrières pour retenir les experts dans les domaines qui constituent les relais de croissance du Groupe, en particulier au sein d’Orange Business Services.

Le ressenti des élus quant à l’avenir proche est très majoritairement pessimiste dans le contexte anxiogène des situations évoquées sur de nombreuses géographies.

Deux sujets notables de satisfaction ont toutefois été accueillis de manière positive :

Gervais Pellissier, favorable à la poursuite du dialogue social sur le thème de l’emploi, a proposé que cette réunion ne soit qu’une première étape et que d’autres échanges entre la Direction et les élus des deux Comités soient programmées aux fins d’enrichir le point de vue de la Direction.

Sur la question plus précise de l’externalisation des emplois qui préoccupent au premier chef les élus, la Direction a reconnu que le Groupe était peut-être allé trop loin dans cette voie et qu’il fallait réfléchir aux risques de perte de compétences.

Les élus ont souhaité que les deux Bureaux se réunissent au plus vite afin d’élaborer des propositions quant au format et au contenu que pourraient avoir ces prochaines réunions ainsi que pour définir un agenda avant les changements à venir au niveau de la Direction Générale du Groupe.

[English version]

Employment in 2020 and outlook: a lot of information but a lack of projection!

As part of the joint session of the Orange European Works Council and the World Works Council on November 9th and 10th 2021, organized remotely in an extraordinary meeting, the Group Management included on the agenda the subject of job policy in the Group presented by Ignacio De Orue Sabau Deputy Chief People Officer in charge of International, Stéphan Buschi, Senior Vice President Europe Human Resources, and Clotilde Boury, Human Resources Director of Orange Middle-East & Africa.

This joint session of the European Works Council and World Works Council devoted to employment in the Group was requested by the respective Councils following the announcement of the cut in Spain of nearly 500 jobs in the first half of the year. Other situations, in the Democratic Republic of Congo as well as in Poland, not to mention the United Kingdom, have also darkened the period and cause great concern among employees. It is therefore in this context that this joint session took place.

The presentation of very comprehensive figures for the year 2020 and their evolution compared to 2019 consisted more of a photograph, admittedly precise, but cold and accountable, of the present situation and of the recent past than of a real reflection on trends and future developments.

The elected officials regretted that the support and the oral presentation declined by major divisions - France, Europe excluding France, Middle-East & Africa and Orange Business Services zone, although rich, substantially lacking content in terms of perspectives and regretted not finding short projections. and medium term. Neither has a real employment policy emerged in the Group, with Group management claiming not to interfere in this matter with the responsibilities of the countries which are fully responsible for managing jobs.

Calling for more transparency and a richer social dialogue, elected officials unanimously wished to be able to debate a strategy following the observation of major developments such as :

- transfer of jobs from the parent company to the subsidiaries (-5.6% of the workforce in France in 2020, -7.7% at Orange France), the transferred employees no longer benefiting from the same agreements,

- increasing use of lower-priced subcontracting in terms of social rights

- training policy with a real assessment of skills

- career management to retain experts in the fields that constitute the Group's growth drivers, in particular within Orange Business Services.

The feelings of elected officials about the near future are overwhelmingly pessimistic in the anxiety-provoking context of the situations mentioned in many geographies. Two notable subjects of satisfaction were however received positively.

Gervais Pellissier, agreeing to extend the social dialogue on the theme of employment, proposed that this meeting be only a first step and that other exchanges between Management and elected members of the two Committees be scheduled.

On the more specific issue of the outsourcing of jobs, which is of primary concern to elected members, Management acknowledged that the Group had perhaps gone too far in this direction and that it was necessary to think about the risks of loss of skills.

The members wanted the two Council Secretaries to meet as soon as possible in order to develop proposals as to the format and content that these next meetings could have as well as to define an agenda before the changes to come at the level of the Group's General Management.

Emploi & Métiers Europe et International Formation Professionnelle Comité Groupe Europe Comité Groupe Monde OBS SA (UES OBS)

Nos coordonnées

CFE-CGC Orange
10-12 rue Saint Amand
75015 Paris Cedex 15

   
nous contacter
01 46 79 28 74
01 40 45 51 57

Epargne

Formation

Siège : CFE-CGC Orange - 104 rue Oberkampf, 75011 PARIS - SIRET 50803050900022 - 9420Z
Mentions Légales - Protection des données - Accès rédacteur