CFE-CGC Orange
CFE-CGC Orange
feed-image
  • Presse & Evènements
  • Revue de Presse

Semaine à haut risque dans le conflit des "40 d'Alès" . Les salariés n'ont pas travaillé hier matin. Ils ont établi un campement place des Martyrs. Mutations autoritaires en vue.

Ce qui peut faire évoluer la situation à France Telecom ? La poursuite de la mobilisation des salariés, d'abord. A Alès, mais aussi à Montpellier, Castres, Saint-Gaudens, Martigues, Valenciennes, Morlaix, Saint-Malo...liste non exhaustive. C'est que partout, les mêmes causes produisent les mêmes effets.

Mais la justice va également avoir son mot à dire. Aujourd'ui le tribunal de Toulouse se réunit en référé : les syndicats demandent aux juges de constater que les dossiers fournis aux représentants du personnel lors de réunions statutaires étaient lacunaires, et ne leur permettaient pas de se prononcer valablement. Le 24 octobre, une autre audience judiciaire aura lieu à Paris : les syndicats demandent à la justice d'imposer à France Telecom la discussion sur son projet global de restructuration dans le pays, éléments auxquels les repésentants du personnel n'ont jamais eu accès...

Les "40 d'Alès" avaient jusqu'au 3 octobre pour faire part de leurs souhaits de nouvelle affectation. Ils ne l'ont pas fait. L'objet de la commission est donc de définir des mutations autoritaires....

La Marseillaise le 9 octobre 2007 par M.P.

Imprimer

..."Appels au départ, mises à l'écart, mobilités forçées.... les pressions individuelles se multiplient. Tout concourt à générer l'instabilité, l'inquiétude est palpable. " décrit Pierre Morville, délégué syndical central CFE-CGC...

...43% des salariés se disent placardisés. Ils se déclarent à 66% en situation de stress, à 15% en situation de détresse ; 60% ressentent des conséquences défavorables sur leur vie familiale. Les trois-quarts se méfient de l'encadrement....

Santé et Travail en octobre 2007

Imprimer

Le stress au travail, un sujet d'une grande actualité. Quel est celui des salariés de France Telecom? Des syndicats ont mené un sondage.

Face aux mutations qu'est en train de vivre France Telecom, les syndicats CFE-CGC et SUD ont décidé, en juin dernier, de lancé un sondage auprès des 108 000 salariés de l'entreprise, via internet. "Les salariés vont devoir faire face à  22 000 suppressions d'emplois sur trois années et 10 000 mobilités géographiques ou professionnelles sont programmées", d'où ce véritable observatoire du stress et de la mobilité forcée.

Un échantillon largement représentatif, ...quand aux salariés bretons, on note une forte participation à ce sondage...

C'est sans réelle surprise que les syndicats ont constaté " que 66% des personnes interrogées se déclarent en situation de stress et 15% le vivent en situation de détresse. Dans ce contexte de très forte inquiétude, les trois-quarts des salariés expriment une vive défiance vis-à-vis de leur hiérarchie directe ou indirecte.

...autres chiffres significatifs : 80% sentent leur emploi menacé, 45% se disent placardisés et 60% estiment que ce stress a des conséquences sur leur environnement familial...

Ouest France le 27 septembre 2007 par Samuel Nohra

Imprimer

Alors que 22000 emplois devraient disparaître d'ici à 2008 chez France Telecom et que 10 000 personnes seront amenées à changer de métier sur trois ans, la CFE-CGC et SUD ont rendus publics, hier les premiers résultats de leur "observatoire du stress et de la mobilité " mis en place en juin.

Sur les 3234 salariés ayant répondu au questionnaire, 66% se considèrent actuellement en situation de stress. En outre, 30% des sondés évoquent une "forte dégradation "de leur emploi et 28% parlent de "menace" sur leur emploi. Plus généralement, 76% des sondés s'attendent à de "fortes réductions" d'emplois dans l'entreprise.

Les Echos le 20 septembre 2007

Imprimer

Chez France Telecom, 66% des salariés se considèrent en situation de stress, selon les résultats d'une enquête de "l'Observatoire du stress et de la mobilité" lancée par SUD et la CFE-CGC, en juin et publiés mercredi 19 septembre.

La direction estime que ces chiffres "ne sont en rien représentatifs du climat social" dans le groupe.

Le Monde le 20 septembre 2007

Imprimer