CFE-CGC Orange
CFE-CGC Orange
feed-image
  • CFE-CGC Orange - Conditions de Travail et Santé

Conditions de Travail et Santé

Le procès des dirigeants de France Télécom pour harcèlement moral s'ouvre lundi 6 mai.

Dix ans après les suicides à France Télécom, l'entreprise et ses anciens dirigeants sont jugés à partir du lundi 6 mai pour harcèlement moral devant le tribunal correctionnel de Paris. 35 personnes ont mis fin à leurs jours. C'est la première fois qu'une entreprise de cette taille est poursuivie pour de tels faits.

Intervention de sebastien Crozier à 00.01.34

JT France 3 - Catherine Raymond - 5/05/2019

 

C'est la première fois qu'une entreprise du CAC 40, l'indice de la Bourse de Paris, est jugée pour "harcèlement moral": dix ans après la vague de suicides à France Télécom, le procès de ses ex-dirigeants, dont son ancien patron Didier Lombard, s'est ouvert devant le tribunal correctionnel de Paris, lundi 6 mai.

Extrait :  intervention de Sébasien Crozier :

Voir la vidéo sur You Tube/AFP - 06/05/2019

b9719493618z 1 20190506192322 000gc4dhq95f 2 0 copyPhoto: Reuters

Sept anciens dirigeants de France Télécom comparaissent pour harcèlement moral. Une vague de suicides s’était produite dans l’entreprise il y a une dizaine d’années.

Plus jamais ça ! », ont-ils écrit sur une banderole. Sur le parvis du tout nouveau palais de justice de Paris, des syndicalistes et des salariés d’Orange sont venus en nombre. « Ce procès devra être exemplaire. Pour que les responsables demandent pardon et qu’aucune autre affaire semblable ne puisse se reproduire », veut croire Sébastien Crozier, président du syndicat des cadres (CFC-CGC) dans l’entreprise de télécoms.
[...]

Lire l'article complet sur  Le soir Bruxelle (pour les abonnés) - Joëlle Meskens - 06/05/2019

000 1g74y3Photo: Lionel Bonaventure /AFP

Sept anciens dirigeants de France Télécom sont apparus devant la justice pour la première fois, lundi 6 mai. Ils sont poursuivis dans le cadre de la vague de suicides qui a touché l’entreprise entre 2007 et 2010.
[...]

Pour la première fois, ils ont fait face à la justice, ce lundi 6 mai. “Cinq hommes et deux femmes, soupçonnés d’avoir mis en place, entre 2007 et 2010, un management qui a conduit à trente-cinq suicides”, écrit le journal belge Le Soir. Ces anciens cadres de France Télécom sont poursuivis pour harcèlement moral ou complicité. “Une première pour une entreprise du Cac 40”, souligne le quotidien de Bruxelles.

[...]

Le Soirrappelle que l’entreprise avait été privatisée trois ans plus tôt, en 2004 : “Ses dirigeants voulaient la préparer à la révolution numérique dans un contexte de concurrence effrénée entre les opérateurs du téléphone mobile et l’internet.”Mais comme le proclame le syndicaliste Sébastien Crozier, “l’entreprise n’était pas du tout en crise, elle faisait même quatre milliards de profits !”
[...]

Lire l'article complet dans Courrier international -06/05/2019
 

richard lombard

Photo: Denis /REA

Lundi 6 mai s'ouvre devant le tribunal correctionnel de Paris le procès de l'affaire des suicides chez France Télécom. L'entreprise est poursuivie en tant que personne morale, ainsi que sept de ses anciens cadres. 42 audiences sont prévues jusqu'à la mi-juillet.

L’émotion ressurgit, intacte, chez les syndicalistes qui ont vécu ces terribles années chez France Télécom, devenu Orange. En 2008 et 2009, dans la foulée de la mise en œuvre du plan Next, qui visait la suppression de 22 000 postes, 35 salariés s’étaient suicidés, selon les syndicats et la direction.
[...]

Syndicats et associations de victimes attendent des condamnations "exemplaires" de "dirigeants qui ont utilisé la violence sociale comme outil de management", selon Sébastien Crozier, le président de la CFE-CGC d’Orange.

[...]

Lire l'article complet dans L'usine nouvelle (pour les abonnés) - Cécile Maillard - 06/05/2019

000 1g40v6

Photo: AFP

C'est la première fois qu'une entreprise du CAC 40 est jugée pour "harcèlement moral" : 10 ans après la vague de suicides à France Télécom, le procès de ses ex-dirigeants, dont son ancien patron Didier Lombard, s'ouvre ce lundi devant le tribunal correctionnel de Paris. Entre 2006 et 2008, l'ancien PDG Didier Lombard s'engage dans un vaste plan de restructuration, baptisé NEXT et visant à supprimer 22.000 postes. 39 victimes seront citées dans ce procès : 19 suicides, 12 tentatives de suicides et 12 victimes de dépression ou d'arrêt de travail. Un procès très attendu par les familles de victimes, par les salariés et les anciens salariés. Mathilde Choin de Sud Radio est allée à leur rencontre.

[...]

 Sébastien Crozier, le responsable du syndicat CFE-CGC Orange, dénonce la violence verbale employée par la direction.

Sébastien Crozier, le responsable du syndicat CFE-CGC Orange, raconte avoir assisté à l'agonie d'une de ses collègues qui a tenté de se suicider :

Lire l'article complet sur Sudradio - 06/05/2019

 

7793773924 didier lombard

Photo: François Guillot / AFP

À partir de ce lundi 6 mai, plusieurs anciens dirigeants du groupe sont jugés pour "harcèlement moral". Entre 2008 et 2009, pas moins de 35 salariés, poussés à bout, se sont donné la mort.

Les juges d'instruction évoquent un "harcèlement organisé à l'échelle de l'entreprise". Dix ans après la vague de suicides qui a touché France Télécom, plusieurs anciens dirigeants du groupe, dont l'ancien patron Didier Lombard vont être jugés à partir de ce lundi 6 mai pour "harcèlement moral". Un procès prévu pour durer jusqu'au 12 juillet. 

La souffrance au travail, dont France Télécom était devenue le symbole à la fin des années 2000, sera au coeur des débats. En 2008 et 2009, 35 salariés se sont donné la mort, pour certains sur leur lieu de travail. Mais au-delà de ces suicides qui avaient choqué l'opinion publique, le tribunal s'intéressera au fonctionnement de France Télécom entre 2007 et 2010. 

[...]

"J'attends qu'on nous dise: oui, on afait une erreur, on vous a démoli", Yves Minguy, ancien cadre informatique,partie civile au proces.
[...]

"le deal était : je tourne la page et je reçois une réparation financière" Claude, partie civile
[...]

"La dépression, je n'en suis toujours pas guéri", Francis le Bras, partie civile
[...]

Le destin de ces trois hommes* a été brisé par l'entreprise. Aujourd'hui, ils réclament justice au nom des "90% de salariés du groupe concernés par la crise sociale" il y a 10 ans, rappelle Sébastien Crozier, président de la CFE-CGC Orange. "Les suicides n'étaient que la partie émergée, et la plus tragique, de l'iceberg". 

*Lire leur tmoignages dans l'article (NDLR)

Lire l'article complet sur RTL- Léa Stassinet avec AFP - 06/05/019

 

%MCEPASTEBIN%

 

justice 2060093 640 copy

Photo: WilliamCho via Pixabay

JUSTICE - Dix ans après la vague de suicides au sein de France Telecom, l'entreprise et ses ex-dirigeants sont jugés lundi 6 mai pour "harcèlement moral", symbole de la souffrance au travail. 35 employés avaient alors mis fin à leurs jours.

L'entreprise France Telecom et ses anciens dirigeants sont jugés, lundi 6 mai, pour harcèlement moral. Le procès débute, dix ans après la vague de suicides au sein du groupe, devenue le symbole de la souffrance au travail. C'était il y a dix ans : France Télécom (devenu Orange en 2013) faisait la Une en raison des nombreux suicides parmi ses salariés. En 2008 et 2009, 35 employés ont mis fin à leur jour. En juillet 2009, un technicien marseillais de 51 ans se suicidait après avoir mis en cause dans une lettre le "management par la terreur". Deux mois plus tard, une salariée de 32 ans se jetait par la fenêtre de son bureau à  Paris, sous les yeux de ses collègues. Une première plainte était alors déposée par le syndicat Sud, suivie d'autres, et d'un rapport accablant de l'inspection du travail.
[...]

Le procès s'annonce "exemplaire", pour Sébastien Crozier, président du syndicat CFE-CGC Orange. "C'est le procès de dirigeants qui ont utilisé la violence sociale comme méthode de management". Pour Marie Pezé, docteur en psychologie, spécialisée dans la souffrance au travail, c'est "le procès du siècle" qui va s'ouvrir, avec en arrière-fond une question: "En 2019, face aux suicides des agriculteurs, des policiers, des  soignants (...) quel est le prix d'un être humain au travail ?"

Lire l'article complet sur LCI - Mélanie Faure - 06/05/2019

 

figaro2.jpg
Ecran de la vidéo disponible avec l'article

Dix ans après une vague de suicides, l’ex-France Télécom et son PDG comparaissent pour harcèlement moral.

Un procès historique sur fond de crise des «gilets jaunes» et de contestation sociale. Lundi, et jusqu’au 12 juillet, Orange - ex-France Télécom -, en tant que personne morale, ainsi que ses anciens dirigeants des années 2005-2011 seront sur le banc des accusés du tribunal correctionnel de Paris pour un procès-fleuve.
[...]
Didier Lombard «apparaît comme le principal responsable de la mise sous pression de l’entreprise». Il a mis en place «une politique d’entreprise visant à déstabiliser les salariés (…), à créer un climat professionnel anxiogène». Il lui est reproché d’avoir eu recours à «des réorganisations multiples et désordonnées», «des mobilités géographiques forcées» ou encore «des incitations répétées au départ». Pour Sébastien Crozier, président du syndicat CFE-CGC Orange, «c’est le procès de dirigeants qui ont utilisé la violence sociale comme méthode de management».

Lire l'article complet dans le Figaro- Paule Gonzalès - 06/05/2019

gavel 1017953 640
Photo: OpenRoadPR via Pixabay

Une première dans le monde des grandes entreprises:

  •  France Télécom et 7 ex-dirigeants en correctionnelle
  •  Des réductions d'effectifs au forceps pour dégager du cash flow
  •  Une gestion "pathogène", selon l'inspection du travail
[...]

Le procès est prévu pour durer près de deux mois. Didier Lombard, Olivier Barberot, l'ancien président d'Orange France Louis-Pierre Wenes et les quatre autres ex-dirigeants jugés encourent deux ans de prison et 30.000 euros d'amende.

"Nous souhaitons une condamnation exemplaire pour que les dirigeants d'entreprises tentés par ces méthodes de management sachent désormais qu'ils ne peuvent agir en toute impunité", déclaraient récemment les syndicats CFE-CGC Orange, CFTC, CGT et Sud, ainsi que deux associations d'aide aux victimes.

Au total, entre 2001 et 2008, l'effectif de France Télécom a été réduit de 30%, soit près de 45.000 personnes demoins.

Lire l'article complet - Emmanuel Jarry - Reuters (Edité par Yves Clarisse) - sur l'intranet

 

dandelion 2817950 640

Photo: Monsterkoi via Pixabay

Dix ans sont passés, la direction a évolué, le groupe a changé de nom et s'est internationalisé. Mais la vague de suicides reste très présente dans la mémoire collective d'Orange.

[...]
Direction comme syndicats sont extrêmement vigilants, la crainte étant de voir se rouvrir des blessures, principalement chez les salariés présents à l'époque. "Il y a une inquiétude d'une partie de la direction qui a peur de réveiller des choses", constate Sébastien Crozier, président de la CFE-CGC Orange.
[...]

"Il y a 10 ans, 90% des salariés ont été concernés par la crise sociale, les suicides n'étaient que la partie émergée,et la plus tragique, de l'iceberg", rappelle M. Crozier. "Aujourd'hui certains attendent réparation et reconnaissance de ce procès, d'autres veulent juste ne plus en entendre parler."
Début 2010, la direction avait décidé de réaliser une enquête pour mesurer l'état global des salariés et "identifier les difficultés".
[...]

De la part de l'ensemble des parties prenantes, il y a aujourd'hui une volonté de protéger le groupe et bien souligner que la crise des suicides fait désormais partie du passé."L'ensemble des organisations parle de France Télécom" et non Orange, relève ainsi Sébastien Crozier, "il y a comme une volonté commune de protéger notre outil de travail".
[...]

Lire l'article complet - AFP- 06/05/2019 - sur l'intranet

cupide
Photo: TheDigitalArtist via Pixabay

L’ordonnance de renvoi met au jour les objectifs de rentabilité démentiels prônés par l’ancien PDG Didier Lombard.

En 2006, Didier Lombard, PDG de France Télécom, réitère les objectifs de rentabilité du plan Next devant des cadres supérieurs : « Pourquoi 7 milliards d’euros de cash-flow (flux de trésorerie – NDLR) ? Nous portons sur notre dos la dette de plus de 40 milliards d’euros, et s’il y a le moindre charivari sur les taux, on devient extrêmement vulnérables. Donc il faut continuer à rembourser la dette. Parallèlement, si on veut que les actionnaires restent avec nous, il faut distribuer des dividendes au même niveau que nos concurrents.
[...]
Exit les « dinosaures » de fonctionnaires, comme certains les appelaient en interne, désormais la Bourse fait la loi. Effectivement, le jour de l’annonce du plan Next et ses 22 000 suppressions de postes devant les marchés financiers, le cours flambe. Pour la première fois, des stock-options vont être versées. « Rappelons qu’elles sont indexées en fonction de la hausse du cours. Les dirigeants en détenaient un certain nombre. Il y a aussi de la cupidité et de l’ego dans cette politique. Leur fortune personnelle était au bout. Tous les cadres étaient gavés de stock-options », explique Sébastien Crozier, président de la CFE-CGC.
[...]

Lire l'article complet dans l'Humanité - CR - 06/05/2019
Sur l'intranet

justice 626461 640
Photo : Morgan4uall via Pixabay

Entre 2008 et 2009, une vague de suicides a touché France Télécom. Les anciens dirigeants du groupe doivent s'expliquer à partir d'aujourd'hui devant le tribunal correctionnel de Paris sur leurs méthodes de management. Un moment très attendu par les familles des victimes.

[...]
Les syndicats évoquent la mise en place d'un système de harcèlement institutionnel. Sebastien Crozier, président de CFE-CGC Orange (ex-France Télécom) dénonce la violence verbale de la direction, qu'il juge insoutenable. Et de citer certaines phrases prononcées  par le management tels que faire sortir les salariés "par la porte ou la fenêtre" ou "le crash program", "la mode des suicides"…   En 2006, dans un discours devant les cadres, Didier Lombard donnait effectivement le ton: "Je ferai les départs d'une façon ou d'une autre, par la fenêtre ou par la porte". Le DRH de l'époque Olivier Barberot lançait lui le "crash program".

Lire l'article complet sur BFM TV - Coralie Cathelinais avec AFP - 06/05/2019

 

%MCEPASTEBIN%

parvis

Les trois ex-dirigeants, dont le PDG du géant des télécoms, comparaissent à partir d’aujourd’hui devant le tribunal correctionnel de Paris pour des faits de harcèlement moral ayant conduit à de multiples suicides entre 2007 et 2010.

Un sentiment de vertige. Plus de dix ans après les faits, les victimes et les familles percutées par la crise sociale inédite chez France Télécom voient enfin s’ouvrir aujourd’hui ce procès-fleuve et historique. Celui d’un épisode emblématique de la souffrance au travail. Entre 2007 et 2010, une soixantaine de suicides de salariés et d’agents avaient été recensés. De nombreuses personnes avaient tenté de mettre fin à leurs jours. Certains avaient sombré dans de graves dépressions. Une déflagration médiatique avait alors révélé la profondeur du malaise dans les murs de l’opérateur des télécoms. Derrière cette hécatombe, le plan de réduction du personnel Next incarne la transformation de France Télécom à marche forcée. Instauré en 2005, il prévoyait 22 000 suppressions de postes dans l’entreprise, 10 000 mobilités et 6 000 recrutements.
[...]

Comme l’explique maître Frédéric Benoist, avocat de la CFE-CGC et de parties civiles, « il est important de montrer qu’il n’y a pas d’impunité. Les ex-responsables sont toujours dans un processus d’autosatisfaction hallucinant. Ils étaient obnubilés par la réduction de la dette de France Télécom et l’augmentation du chiffre d’affaires ».
[...]
Pour Sébastien Crozier, président de la CFE-CGC, c’est aux dirigeants de payer. « S’il est condamné, Didier Lombard doit indemniser les victimes, comme il touche 350 000 euros de rente par an. Il a exercé la violence sociale dans un groupe qui allait bien. Et quand les suicides se sont accumulés, il a parlé de “la mode des suicides”, évoqué un complot syndicalo-médiatique. Dans les hautes sphères, le plan Next était rebaptisé en blaguant la nouvelle extermination. »
[...]
En 2007, avec le concours de syndicalistes de tous bords et de scientifiques, SUD et la CFE-CGC créent l’Observatoire du stress et des mobilités forcées pour recenser les cas de suicides et mener des enquêtes. Certaines catégories, les agents de plus de 50 ans, apparaissent comme très touchées par le plan Next.
[...]

Lire l'article complet dans l'Humanité ( pour les abonnés)- Cécile Rousseau - 06/05/2019
Sur l'intranet

 

 

 

didier lombard

Photo Jean-Pierre Clatot /AFP

 

Sept dirigeants de l’opérateur, dont son ancien PDG, Didier Lombard, et l’entreprise en tant que personne morale vont être jugés à partir de lundi 6 mai.
Ils sont accusés d’avoir mené « une politique visant à déstabiliser les salariés », qui serait à l’origine de plusieurs suicides.

[...]

Parmi la soixantaine de suicides recensés entre 2007 et 2009 par l’Observatoire du stress et des mobilités forcées de France Télécom, créé par les syndicats CFE-CGC et FO, dix-neuf cas ont été étudiés avec attention par les juges du fait de leurs liens « avérés » avec les conditions de travail. Selon l’instruction, le mode de management de France Télécom entre 2007 et 2010 serait à l’origine de ces drames humains.
[...]

Les syndicats (CFE-CGC, CGT, SUD, FO, CFTC) espèrent qu’une indemnisation sera décidée. Sans cette réparation, il sera difficile pour des victimes, souvent isolées, de « se projeter dans l’avenir ».

Plus qu’« une condamnation exemplaire » de France Télécom et de son ancienne équipe dirigeante, Sébastien Crozier, le président du syndicat CFE-CGC d’Orange souhaite, lui, que les 7 millions d’euros (350 000 € de rente annuelle) de retraite chapeau de Didier Lombard soient consacrés à l’alimentation d’un fonds d’indemnisation des victimes.
[...]

Lire l'article complet dans La Croix- Romane Ganneval -

 

 

 

challenge2Photo: Jean-Pierre Clatot / AFP

Dix ans après la vague de suicides qui a ébranlé le groupe, le procès-fleuve de sept ex-dirigeants et de France Télécom (aujourd'hui Orange) s’ouvre à Paris ce lundi pour harcèlement moral. Retour sur une crise sociale qui hante encore le groupe et ses salariés.

Clément Siebering a un temps hésité, mais finalement il ne se rendra pas au procès France Télécom, qui s'ouvre à Paris ce lundi 6 mai et se tient jusqu’au 12 juillet. "Trop de mauvais souvenirs", explique cet ex-ingénieur technico-commercial. Lui est l’une des victimes du plan de mobilités forcées mis en œuvre par l’opérateur dès 2006. Ce Clermontois de 57 ans a "craqué" le 21 avril 2009, quelques semaines avant la vague de suicides qui a submergé le groupe.[...]
C’est bien là l’enjeu du procès dans lequel sont mis en examen sept ex-dirigeants de France Télécom -dont le PDG de l’époque Didier Lombard, son bras droit Louis-Pierre Wenes et le DRH Olivier Barberot - mais aussi de l’opérateur (devenu Orange) en tant que personne morale. Ils comparaissent pour harcèlement moral ou complicité de harcèlement moral. Quatre ans d’enquête, quarante-deux audiences, 3.735 documents d’instruction, plus d’une centaine de parties civiles… L’envergure de ce procès-fleuve est à l’image de "l’affaire" elle-même hors norme, devenue symbole de la souffrance au travail, inspirant plusieurs livres et même un film – Corporate, en 2017
[...]

"Les suicides sont dramatiques mais ils sont la partie émergée de l’iceberg. Il y a eu une explosion d’arrêts maladie et de dépressions", affirme Sébastien Crozier, président de la CFE-CGC Orange.
[...]

Lire l'article complet dans Challenges (pour les abonnés) - Marion Perroud - 06/05/2019
Sur l'intranet

artePhoto AFP


La vague de suicides à France Télécom à la fin des années 2000 était devenue le symbole de la souffrance au travail. L'entreprise et ses ex-dirigeants dont le PDG Didier Lombard sont jugés à partir de lundi pour "harcèlement moral", un procès aux allures de première en France.

[...]
rance Télécom est la première grande entreprise à comparaître en France pour "harcèlement moral", défini par le code pénal comme "des agissements répétés ayant pour objet ou pour effet une dégradation des conditions de travail".
[...]
Le procès s'annonce "exemplaire", pour Sébastien Crozier, président du syndicat CFE-CGC Orange. "C'est le procès de dirigeants qui ont utilisé la violence sociale comme méthode de management".
[...]

Lire l'articlecomplet sur  Arte journal - Caroline TAIX et Sandra LACUT (AFP) -04/05/2019

depechePhoto: AFP


La vague de suicides à France Télécom à la fin des années 2000 était devenue le symbole de la souffrance au travail. L'entreprise et ses ex-dirigeants dont le PDG Didier Lombard sont jugés à partir de lundi pour "harcèlement moral", un procès aux allures de première.


[...]
Pendant l'enquête, les juges d'instruction ont examiné les cas de trente-neuf salariés : dix-neuf se sont suicidés, douze ont tenté de le faire, et huit ont subi un épisode de dépression ou un arrêt de travail. 
[...]
Le procès s'annonce "exemplaire", pour Sébastien Crozier, président du syndicat CFE-CGC Orange. "C'est le procès de dirigeants qui ont utilisé la violence sociale comme méthode de management".
[...]

Lire l'article complet sur La Dépêche - 04/05/2019

leparisien35 employés de France Télécom mis fin à leurs jours en 2008-2009. LP/Olivier Corsan

Dix ans après une série de suicides, France Télécom (devenue Orange), son ancien PDG Didier Lombard et six autres ex-responsables de l’entreprise sont jugés à partir de ce lundi pour «harcèlement moral». Une première.

C’est un procès fleuve et d’exception qui s’ouvre ce lundi et pour deux mois devant le tribunal correctionnel de Paris. Un procès où la question de la souffrance au travail sera au cœur des débats. Un procès dont l’issue sera scrutée par les milieux économiques et par les syndicats.
[...]
Pour Orange, où nombre de salariés ayant éprouvé cette époque travaillent toujours, ce procès rouvre une page douloureuse, que le groupe souhaite voir « tournée ». Pour les syndicats (Sud, CFE-CGC Orange, FO, CGT, CFTC) et les associations de victimes (ASD-Pro, Fnath), qui ont annoncé qu’une centaine de nouvelles parties civiles se constitueront à l’audience, ce procès « d’une politique de violence sociale » aux effets d’« un gigantesque accident du travail » devra servir d’exemple.

Lire l'article complet sur Le Parisien- Pascale Égré - 05/06/2019
Sur l'intranet