Séance plénière annuelle 2016 du Comité de Groupe Monde d'Orange - New Delhi, Inde

Pour son unique réunion annuelle prévue dans le cadre de son accord constitutif de 2010, le Comité de Groupe Monde s'est réuni du 7 au 10 mars 2016 à New Delhi en Inde.

A l'exception de la Colombie, nouvelle entrante dans le Comité de Groupe Monde au titre de la récente opération du Groupe Orange sur l'opérateur espagnol Jazztel, de l'Argentine et du Cameroun, un total de 21 pays sur 24 sont représentés parmi lesquels la Belgique, le Congo, la Côte d'Ivoire, l'Egypte, l'Espagne, les USA, la France, la Grande-Bretagne, l'Inde, la Jordanie, le Kenya (pour la dernière fois compte tenu de la sortie du Groupe Orange de ce pays), Madagascar, le Mali, le Niger, la Pologne, la Roumanie, le Sénégal, la Slovaquie, la Moldavie, la Russie et le Maroc (nouvel entrant également au titre des 49% détenus par Le Groupe Orange dans Méditel).

A l'ordre du jour de cette réunion du Comité de Groupe Monde:

- Présentation des résultats financiers 2015

- Point sur les opérations en Afrique et au Moyen-Orient

- Mise en oeuvre de l'accord Santé-Sécurité Groupe Monde

- Ambitions 2016

- Présentation du baromètre social international

[English]

For its only annual meeting scheduled within the framework of its 2010 constituent agreement, the Orange Group World Works Council met from March 7-10, 2016 in New Delhi, India.

With the exception of Colombia, a new member of the World Works Council following the recent operation of the Orange Group with the Spanish operator Jazztel, Argentina and Cameroon, a total of 21 out of 24 countries were represented at this March meeting. They included the following countries: Belgium, Congo, Ivory Coast, Egypt, Spain, USA, France, Great Britain, India, Jordan, Kenya (for the last time given Orange Group's withdrawal from this country), Madagascar, Mali, Niger, Pland, Romania, Senegal, Moldova, Russia and Morocco (also a new member thanks to the 49% share held by the Orange Groupe in Meditel).

Items on this meeting's agenda of the World Works Council included:

- Presentation of 2015 financial results

- Update on operations in both Africa and the Middle East

- Implementation of the World Group Health & Safety agreement

- 2016 goals

- Presentation of the international social barometer

 

Présentations des résultats financiers 2015

Ce point à l'ordre du jour est strictement identique à celui évoqué lors de la session du Comité de Groupe Européen du 24 février 2016 à Paris.

Sur la situation sociale liée à l'OPA amicale du Groupe sur Jazztel en Espagne, la Direction informe les membres du Comité de Groupe Monde que les négociations menées ont positivement abouti, s'agissant des conditions d'accompagnement liées au plan de départ volontaire.

Sur les Contenus, après être sortis d'une politique d'exclusivité il y a quelques années (2010), la stratégie n'a pas varié et entend maintenir le Groupe dans une position d'agrégateur de contenus. Localement, en Espagne notamment, il y a une place intermédiaire qu'il est important d'occuper, entre celle qui consiste à ne pas proposer de contenus dans le cadre d'une offre convergente avec la TV, et celle qui positionnait le Groupe comme producteur de contenus.

Interrogée sur le provisionnement lié aux divers litiges en cours et aux risques associés, la Direction déclare, non sans un certain humour, qu'elle apprécierait que les régulateurs, tous pays confondus, soient aussi vigilants sur les pratiques des opérateurs historiques sur leur marché d'origine que sur les autres territoires où les mêmes ont une position d'opérateurs alternatifs.

En Europe, le Groupe affirme à nouveau sa volonté d'accroître sa position sur les services bancaires. La digitalisation de ces services est attendue par les jeunes générations, et Orange est particulièrement légitime sur cette question pour construire une offre crédible, pas seulement en France, mais également en Espagne et en Belgique. Il convient d'en faire un élément fort de diversification, afin d'aller vers des offres de type "quintuple play".

S'agissant des licences enfin, elles constituent les matières premières de notre métier. Le Groupe a besoin de ces licences afin de faire face aux hausses de trafic prévisibles, sans pour autant accepter n'importe quel prix et n'importes quelles conditions.

D'une manière générale, il convient, selon la Direction, de maintenir un bon équilibre dans les divers rôles assumés par le Groupe sur un marché en pleine évolution, sans perdre de vue une consolidation à terme du secteur.

[English]

Presentation of 2015 financial results

The item on the agenda is identical to the one already previously discussed at the session of the European Works Council held on February 24, 2016 in Paris.

Concerning the social situation related to the friendly takeover of the Jazztel Group in Spain, the Directorate informed the members of the World Works Council that negotiations carried out were succesful as regards the accompanying conditions related to the voluntary redundancy plan.

Concerning the Content aspect, after having abandoned a policy of exclusivity a few years ago (2010), the strategy has not changed and the Group will remain in a content aggregator position. Locally, notably in Spain, there is an intermediate content position which is important to maintain: between one position, which is not to offer content through a convergent offer with TV, and another one that positions the Grouip as a content producer.

Asked about provisioning related to various on-going litigation and the associated risks, management stated, not without certain humor, that it would appreciate that regulators in all countries, be as vigilant about practices by the incumbents in their native markets as in other territories where the same incumbents hold the position of alternative operators.

In Europe, the Group reaffirmed its willingness to increase its position in the banking sector. Digitization of such financial services is expected by the younger generation, and Orange is particularly legitimate on this issue to bulid a credible offer, not only in France, but also in Spain and Belgium. It is necessary to make this a strong element of diversification in order to move towards deals such as "quintuple play".

Regarding licenses, these are the raw materials of our profession. The Group needs these licenses to meet foreseeable traffic increases, without being forced to accept simply any price or whatever conditions imposed.

In general, according to management, it is vital to maintain a good balance in the various roles played by the Group within an evolving market, without losing sight of an eventual industry consolidation in the end.

 

Point sur les opérations en Afrique et au Moyen-Orient

En préambule, le nouveau Directeur exécutif en charge de la zone AME (Afrique/Moyen-Orient), Bruno Mettling, rend hommage à son prédecesseur Marc Rennard.

En quelques chiffres, l'activité du Groupe sur cette zone concerne 116 millions de clients, fédère 22000 salariés autour de divers projets et a généré en 2015 6.4 Md€ de chiffre d'affaires. On observe par ailleurs sur la période une croissance des revenus de 4.2% et d'un taux d'EBITDA s'établissant à 33.6%. Le niveau d'investissement est par ailleurs maintenu à un niveau élevé à 1.2 Md€.

La couverture d'Orange sur la zone englobe désormais un total de 20 pays, dont 6 bénéficiant d'une couverture 4G. La base de clients mobiles enregistre une croissance de 5 millions de clients, principalement grâce à la Côte d'Ivoire, à la République Démocratique du Congo et à la Guinée. La stratégie du Groupe sur la zone demeure en ligne avec le plan stratégique Essentiels 2020, en maintenant l'expérience client en son coeur, tout en se mettant progressivement en situation de faire des services financiers un relais de croissance majeur. Les priorités 2016 de l'action du Groupe sur le secteur MEA sont articulées autour de:

  • l'expérience client, avec l'objectif d'être le leader en Net Promoter Score (NPS), taux de recommandation par nos clients, objectif déjà réalisé au 2ème semestre 2015 en République Démocratique du Congo, en Guinée et en Côté d'Ivoire.
  • la création d'une nouvelle expérience de la marque
  • l'amélioration de la qualité de service via le projet ANO (Africa Network Optimisation), jumeau du projet ENO (European Network Optimisation) déjà décliné sur le périmètre européen
  • l'accélération du processus de digitalisation, tant en interne que vis-à-vis de nos clients
  • la définition d'offres et d'un parcours client dédiés pour les professionnels et les PME
  • l'ambition d'être leader, dans tous les pays de la zone, en s'appuyant sur Orange Money
  • un renforcement de la sécurité au niveau du système d'informations.

Pour autant, la réalisation de cette ambition est liée à un contexte sécuritaire toujours difficle, avec notamment une instabilité politique toujours présente dans certains pays, ainsi que des attentats récents. Un tel contexte fait de la sécurité une priorité au quotidien, tant pour les salariés locaux, que pour les expatriés et les missionnaires. A cette fin, des équipes sécurité ont été déployées, tant dans les pays qu'au niveau "corporate" du Groupe, notamment à travers la mise en place d'un dispositif global, de plans de prévention, de séminaires "corporate" et la présence d'officiers de sécurité locaux. En outre, d'autres menaces pèsent sur ces ambitions, telle la hausse de la pression fiscale réglementaire, via l'accumulation des taxes spécifiques sur le secteur, fragilisant la croissance économique dans certains pays, ou encore l'activité exponentielle des OTT (Over-The-Top) engendrant des baisses de revenus substantiels dans certains pays.

S'agissant des opérations de cessions/acquisitions, 4 procédures de rachat sont en cours (Airtel au Burkina Faso et au Sierra Leone, Cellcom au Libéria, Tigo en République Démocratique du Congo), tandis que le Groupe cède Telkom Kenya. Sur cette dernière opération, la Direction précise qu'aucune stratégie n'était envisageable face à un opérateur historique soutenu par le Gouvernement local, ajouté au fait qu'Orange assume les conséquences sociales de la cession à la demande du repreneur.

La Direction apporte enfin quelques éléments de visibilité sur les avancées du projet ANO sur les périmètres RAN (Radio Access Network) et GNOC (Global Network Optimisation Center): 5 pays ont d'ores et déjà transféré l'exploitation du réseau d'accès radio (Cameroun, Guinée, Guinée Bissau, Mali et République Centrafricaine), et 3 autres sont planifiés d'ici avril 2016 (Côte d'Ivoire, République Démocratique du Congo et Niger). Selon la DIrection, Ericsson et Huawei ont bien maîtrisé l'étape de la reprise de l'exploitation du RAN et sont parvenus d'une part à maintenir la qualité de service, et ont, d'autre part, déjà contribué à son amélioration.. Enfin, la mutualisation de l'exploitation des coeurs de réseau et des plateformes de services au GNOC sera mise en oeuvre progressivement dans le courant du 1er semestre 2016.

La Direction se veut rassurante sur le volet Ressources Humaines du projet en confirmant que les dispositions légales en vigueur dans chaque pays ont été appliquées et qu'en outre des primes d'accompagnement ont été négociées et finalisées dans tous les pats, à l'exception du Niger où des négociations de licences sont en cours. Par ailleurs, 70 salariés (hors Sénégal et Côte d'Ivoire) ont exprimé le souhait de rejoindre l'un des deux sites via une mobilité internationale, dont les contrats sont en cours de finalisation. Parallèlement, Huawei s'est adapté en termes d'organisation et de postes pour proposer à chacun des 34 candidats aux postes de managers un poste à minima équivalent à son poste actuel. Enfin, sur les postes d'adjoints au manager, en complément des accords initiaux fixés avec Huawei, les deux postes sur les sites de Dakar et d'Abidjan demeureront liés au Groupe Orange.

Malgré toutes ces assurances, une réelle inquiétude se fait jour s'agissant des conditions de mises en oeuvre concrètes de ce projet. Le représentant du Niger indique, en particulier, qu'il avait expressément fait la demande que le projet ANO soit construit en collaboration étroite et directe avec les travailleurs locaux. Selon lui, l'engagement avait été pris par Marc Rennard, mais les actions de communication demeurent largement insuffisantes. En outre, en termes de contenu, on ignore totalement la nature du contrat qui sera proposé par Huawei à certains salariés, en particulier le package d'accompagnement qui est de l'ordre d'un mois par année d'ancienneté. Sur le GNOC, les familles ne sont pas prises en compte, seul le salarié d'Orange l'est, indépendamment de sa situation familiale. Le Sénégal manifeste une vive opposition à un projet qu'il qualifie de destructeur d'emploi, de perte de compétence sur le coeur de métier d'Orange, et d'atteinte à l'identité de Sonatel.

La Direction affirme qu'elle est à la recherche permanente de conditions équitables et cohérentes entre les pays, ce qui rend difficile la négociation pays par pays, afin de ne pas entrer dans le rapport de forces. Un projet alternatif pour la Sonatel est en discussion avec les salariés du Sénégal. En tout état de cause, une clause de retour est prévue pour les salariés qui le souhaiteraient, une fois l'échéance des 5 ans (maximum) atteinte.

Pour le Kenya, le Groupe Orange a été présent pendant 7 ans, mais cela ne correspondait pas à la stratégie du Groupe qui n'a pris que très récemment conscience des attentes des kenyans. Les syndicalistes n'ont pas été associés au processus de sortie du Groupe, et 500 salariés vont perdre leur emploi. Pour le représentant du Kenya, il faut une couverture adaptée pour ne pas laisser les kenyans et leur famille dans une situation inconfortable. Des détails ainsi que des modalités plus claires sont vivement attendues.

La Direction rappelle une nouvelle fois qu'il n'y avait aucune perspective de business équilibré au Kenya, c'est-à-dire aucune rentabilité possible par rapport aux investissements attendus). Par ailleurs, elle précise qu'une très grosse responsabilité incombe à la régulation qui a été mise en place dans ce pays.

[English]

Update on  operations in Africa and the Middle East

As a preamble, the new Executive Director for the MEA region (Africa/Middle East), Bruno Mettling, paid tribute to his predecessor Marc Rennard.

In just a few figures, the Group's activity in this area involves 116 millions customers, brings together 22,000 employees arouind various projects in 2015 and generated 6.4 billions € in revenue. Moreover, a 4.2% revenue growth and an EBITDA margin stood at 33.6% was observed over this period. The level of investment was also maintained at a high level at 1.2 billion €.

Orange coverage over the area remains in line with the strategic plan "Essential 2020" by maintaining an intimate customer experience, all the while gradually positioning the Group to make financial services a major growth driver. The 2016 priorities for Group Actions in the MEA sector are articulated around the following:

  • the customer experience, with the goal of becoming the leader in terms of Net Promoter Score (NPS), recommendation rate by our customers, a goal already achieved int he 2nd half of 2015 in the Democratic Republic of Congo, in Guinea and in the Ivory Coast.
  • the creation of a new brand experience
  • improving quality of service through the draft ANO (Africa Network Optimization), twin of the ENO project (European Network Optimization) already rolled out int he European zone.
  • acceleration of the digitization process, both internally and towards our customers.
  • the definition of offers and a customer experience targeted at professionals and SMEs.
  • aim to be the leader in all countries within the zone, based on Orange Money
  • strenghtening security at the information system level

However, the achievement of the ambition is linked to a security context which is still quite challenging, including political instability still present in some countries, as well as recent terrorist attacks. This context makes safety a daily priority for both local employees, as well as for expatriates and employees on short-term missions or meetings.

To meet these challenges, security teams were deployed in both countries as the "corporate" Groupe level, particularly through the establishment of a global system, prevention plans, "corporate" seminars and by the presence of local security officers. In addition, other threats are challenging these ambitions, such as the increase in regulatory tax burden, through the accumulation of specific taxes on the sector, weakening economic growth in some countries, or the exponential activity of OTT (Over-The-Top) generating substantial revenue declines in some countries.

Regarding acqusitions/sales operations, four redemption procedures are underway (Airtel Burkina Faso and Sierra Leone, Liberia Cellcom, Tigo Democratic Republic of Congo), while the Group sells off Telkom Kenya. Regarding this last operation, the Directorate states that no strategy was possible to face an incumbent backed by the local government, in addition to the fact that Orange assumed the social consequences of the transfer at the request of the buyer.

Management finally brought some elements of visibility as concerns the progress of the project ANO on RAN (Radio Access Network) and GNOC (Global Network Optimization Center) areas: 5 countries have already transferred the operation of their radio access networks (Cameroon, Guinea, Guinea Bissau, Mali and Central African Republic), and 3 others are planned for April, 2016 (Ivory Coast, the Democratic Republic of Congo and Niger).

According to management, both Ericsson and Huawei have mastered the stage of the resumption of operations of the RAN and have managed, on the one hand, to maintain the quality of service, and, on the other hand, already contributed to its improvement. Finally, the pooling core network operations and service platforms to GNOC will be gradually implemented over the course of the first semester of 2016.

Management wants to be reassuring as per the HR components by confirming that the legal provisions in force in each country have been applied and furthermore accompanying bonuses were negotiated and finalized in all the countries, except in Niger where licensing negotiations are still on-going. In addition, 70 employees (excluding Senegal and Ivory Coast) have expressed the desire to join one of the two sites via international mobility, and their contracts are being finalized.

Meanwhile, Huawei has adapted in terms of organization and positions to offer each of the 34 candidates for managerial positions, a job which is at minimum equivalent to his/her current position. Finally, concerning the positions of Assistant Managers, in addition to initial agreements set out with Huawei, the two positions in Dakar and Abidjan will remain affiliated with the Orange Group.

Despite all these assurances, a real concern has merged as regards the practical conditions of implementation of this project. Niger's reprentative said in particular that he had specifically requested that the ANO project be done in close and direct collaboration with local workers. According to him, a commitment was made by Marc Rennard, but communication activities remain largely insufficient. Furthermore, in terms of content, the nature of the contract to be proposed by Huawei is totally unknown to certain employees, especially the accompanying package that is approximately one month per year of service. As for the GNOC, the families of employees have not been taken in account, only Orange employees, regardless of their family situation. Senegal showed strong opposition to a project that it described as being destructive for jobs, creating a loss of skills for Orange's core business, and damaging to Sonatel's overall identity.

Management asserts that it is constantly seeking out both fair and consistent conditions between countries, which makes country-by-country negotiations difficult, in order to avoid getting tangled up in the balance of power. An alternative project for Sonatel is in discussion with employees of Senegal. In any case, a return-to-country clause is provided for employees who wish to come back, once the 5 year (maximum) term has been reached.

For Kenya, the Orange Group has been present in the country for 7 years, but this does not reflect the Group's strategy, which only recently became aware of the expectations of Kenyans. Unionists wre not involved with the Group's exit process, and 500 employees will lose their jobs. For the Kenyan representative, suitable coverage is required to avoid leaving Kenyans and their families stuck in an uncomfortable situation. Details and clearer arrangements are strongly expected.

Management reiterated that there was no prospect of balanced business in Kenya, which means, no possible retrun from expected investments. It also stated the major responsibility imposed due to the regulation that was put in place in the country.

 

Mise en oeuvre de l'accord Santé-Sécurité Groupe Monde

La Direction du Groupe présente un focus sur l'accord Santé-Sécurité-Qualité de Vie au Travail du 21 novembre 2014, ainsi que quelques indicateurs s'agissant de sa mise en oeuvre concrète dans les pays.

Au sein du Groupe, un médecin du travail a été spécifiquement affecté à la déclinaison de cet accord, capitalisant sur son expertise passée autour du virus Ebola. Localisé en France, le médecin dispose d'une infirmière et d'une assistante dans son équipe.

L'état des lieux ainsi que les chiffres ont été organisés et compulsés par le Cabinet Deloitte Conseil, pour une couverture totale de 14 pays, et articulée dans 3 domaines distincts: la couverture maternité, la couverture hospitalisation et la couverture consultations.

Les membres du Comité de Groupe Monde ont demandé une cartographie précise des interlocuteurs dans chaque pays, ainsi qu'une meilleure transparence sur les sondages effectués, autour de chaque fiche santé par pays.

[English]

Implementation of the Health and Safety World Group Agreement

Group management focused on the November 21st, 2014 Life Health, Safety and Quality at Work agreement as well as on some indicators in terms of its practical implementation in various countries.

Within the Group, a specific medical officer has been assigned to the implementation of the agreement, building on its past expertise concerning the Ebola virus. Located in France, the specific doctor has both a nurse and an assistant at her disposal.

The inventory and the figures were organized and overviewed by the Deloitte Board for a total coverage of 14 countries, broken down into three distinct areas: maternity coverage, hospitalization coverage and medical consultation coverage.

Members of the World Works Council requested precise mapping out of stakeholders in each country and greater transparency on surveys conducted concerning each health record by country.

 

Ambitions 2016

Les conditions de cette Offre Réservée au Personnel ont déjà été présentées à de multiples reprises en Comité Central, en Comité de Groupe France et, plus récemment, lors du dernier Comité de Groupe Européen du 24 février 2016 à Paris.

Cette année, bien qu'elle comporte 30% de titres en moins par rapport à celle de 2014 (Cap Orange), l'offre devient accessible, outre la France, à 28 autres pays et propose un abondement sur la 1ère tranche plus généreux pour les pays qui n'avaient pas été inclus dans l'opération précédente.

Les membres du Comité de Groupe Monde s'interrogent toutefois sur l'équité entre les pays, compte tenu du fait que les modalités de paiement, pour les salariés en dehors de France, seront supportées par chaque pays souscripteur, posant la question des moyens d'accompagnement mis en place par le Groupe. Un doute subsiste s'agissant d'une souscription massive des salariés (11.5 millions de titres au total), et un risque d'échec pour la Direction n'est pas à exclure.

[English]

Ambitions 2016

The conditions of this offer reserved for company personnel have been repeatedly presented in the Central Works Council, in the French Works Council, and most recently in the last European Works Council on February 24, 2016 in Paris.

This year, although it has 30% less shares as compared to that of 2014 (Cap Orange), the offer has been made available, in addition to France, in 28 countries and offers an employer matching contribution for the 1st segment more attractive for those countries that were not included in the previous operation.

Members of the World Works Council, however, question the equity between countries, given the fact that the payment terms for employees outside France, will be borne by each applicant country, thus raising the question of the means of accompaniment implemented by the Group. Doubts remain as regards a massive subscription of employees (11.5 millions shares in total), and the risk of failure for the Directorate cannot be excluded.

 

Présentation du baromètre social international

Le baromètre social international est présenté par Jérôme Barré, nouveau Directeur des Ressources Humaines du Groupe Orange depuis le 1er mars 2016.

La méthode consiste en un ensemble de 50 questions posées, à hauteur de deux fois par an, à une sélection aléatoire de salariés (3600 en France), incluant les salariés en filiales dans les pays à l'étranger (21 pays et 4 zones Orange Business Services), soit un périmètre total de 27000 salariés pour 9 langues distinctes.

Lancé pour la première fois en 2012, le baromètre social international a recueilli, pour son édition 2015, un taux de participation de 69%, soit 3% de plus qu'en 2014.

Si le bilan en France affiche une hausse de 1% sur le critère du "mieux vivre au travail" par rapport à 2014, 2% des salariés persistent malgré tout à affirmer qu'ils s'y sentent moins bien qu'en 2014.

A l'échelle du monde, le score, sur ce même item de "mieux vivre au travail", est en hausse de 3.7% par rapport à 2014, ne constituant peut-être pas une rupture aussi nette et positive qu'espérée par rapport à l'année précédente.

Les membres du Comité de Groupe Monde relèvent toutefois que la fierté d'appartenance au Groupe Orange n'est en hausse que d'1%. Dans le même temps, la République Démocratique du Congo dénonce des pressions hiérarchiques locales autour de ce baromètre, pointant des relations entre ressources humaines et salariés très difficiles, voire inexistantes.

Le nouveau DRH du Groupe déclare entendre ce dernier point et indique qu'il s'en saisira sans délai.

[English]

Presentation of the international social barometer

The international social barometer was presented by Jérôme Barré, the new Human Resources Director for the Orange Group since March 1st, 2016.

The method consists of a set of 50 questions, done twice a year, sent to a random selection of employees (3,600 in France), including employees in subsidiaries in countries abroad (21 countries and 4 Orange Business Services zones), for a total scope of 27,000 employees for 9 different languages.

Launched for the first time in 2012, the international social barometer, for its 2015 edition, had a participation rate of 69%, 3% more than in 2014.

Even if the balance in France was up 1% on the criterion of "better living to work" compared to 2014, 2% of employees still persist in saying they feel less than in 2014.

On a world scale, the score on the same item of "feeling better at work" was up 3.7% compared to 2014, which does not constitute as clear and positive of a break as hoped when compared to the previous year.

However, World Works Council members have noted that the indicator regarding pride of belonging to the Orange Group has only risen by 1%. At the same time, the Democrtaic Republic of Congo has denounced local hierarchical pressures concerning this barometer pointing out that the relationship between the HR department and employees is quite tense and practically non-existent.

The new Group HR Director states that he had understood the later point and says it will be dealt without delay.

Conditions de Travail et Santé Emploi & Métiers Europe et International Participation, Intéressement et Actionnariat Rémunération CNHSCT Orange Business Services **Filiales (ne pas utiliser ce tag)

Nos coordonnées

CFE-CGC Orange
10-12 rue Saint Amand
75015 Paris Cedex 15

   
nous contacter
01 46 79 28 74
01 40 45 51 57

Accès rédacteurs

Siège : CFE-CGC Orange - 104 rue Oberkampf, 75011 PARIS - SIRET 50803050900014 - 9420Z - Mentions Légales - Protection des données