CFE-CGC Orange
CFE-CGC Orange
feed-image
  • Comités Groupe
  • CCUES Orange

CCUES 03 2019 : sommaire

Au sommaire de ces deux jours :

Orientations du domaine intervention :

Où la sous-traitance s’emmêle et ARCQ tarde à débarquer.      

Évolution de notre politique relations clients en boutiques :

Dans la pièce qui se joue, tout n’est pas « qu’affaire de décor » ! Ne laissons pas les salariés confinés au rôle d’utilités.              

Résultats Orange SA exercice 2018 :

On accélère, mais pour aller vers quoi ?

pdfcr_de_ccues_03_2019_def.pdf

AD Agence Distribution UI Unité d'Intervention

Imprimer

CCUES 02 2019 : sommaire

Au sommaire de ces deux jours

Prime exceptionnelle de solidarité dans l’UES Orange :

peu d'élus

Activités de Recrutement et accompagnement des Projets Professionnels :

encore trop de problèmes sans réponse

Marché Entreprises : bilan Delivery et qualité de service Entreprises B2B :

Delivery... jaune

« Renforcer les Directions Orange et consolider l’ancrage territorial » :

de l'ancrage territorial au lent crash territorial ?

pdfcr_de_ccues_02_2019.pdf

Conditions de Travail et Santé Emploi & Métiers Rémunération

Imprimer

Consultation (suite de l’information/consultation des 24 octobre et 18 décembre 2018)

Rappel, le projet comprend trois volets :

  • passage de 9 à 5 DO en Métropole avec des directions fortes, équilibrées et une structure harmonisée entre DO,
  • création d’un poste de Directeur des Réseaux en DO,
  • création d’une Direction Clients en DO.

Avis des CHSCT :

17 contre (DOSO : 4 / 4, DOS : 3 / 3, DOCE : 4 / 4, DOSE : 4 / 4, DOO : 1 / 1, DONC : 1 / 3, DOIDF : 1 / 4)

7 pour (DOE : 2 / 2, DON : 3 / 3, DONC : 2 / 3) 

3 abstention (DOIDF : 3 / 4)

Analyse de la CFE-CGC

De l’ancrage territorial au lent crash territorial ?

Dès le mois d’août la CFE-CGC évoquait son souhait partagé d’un renforcement des DO en termes d’expérience client, de déploiement & gestion des réseaux, de pilotage de l’emploi !

Elle reconnaissait les créations d’un poste de Directeur des Réseaux et d’une Direction Clients en DO comme susceptibles d’apporter des réponses crédibles face aux enjeux décrits.

En revanche, le point d’orgue du dossier consistant en un passage de 9 à 5 DO ne pouvait en aucun cas être constitutif d’une réponse globale à apporter, là encore, face à la situation & aux enjeux, quand la CFE-CGC milite, elle, pour adapter le découpage des activités adhérentes en conservant les centres de décision au plus près du terrain, pour redévelopper l’emploi dans les régions, et piloter des bassins d’emplois régionaux et non quasi nationaux !

Face à la contradiction apparente & assumée du « plus de proximité tout en éloignant les centres de décisions », la « force de frappe » constituée autour du projet n’aura pas ménagé ses efforts afin d’expliquer puis essayer de convaincre les salariés des DO MP concernées et, plus largement, l’ensemble des communautés managériales des DO du bien-fondé des tenants & aboutissants du projet !

Pour autant l’essentialité partagée du passage à 5 DO est loin d’être évidente et l’on ne peut que conseiller aux prochains salariés concernés de s’équiper et bien s’arrimer car l’avis de gros temps prévaut à compter d’aujourd’hui et pour une durée indéterminée !

La CFE-CGC accompagnera les prochaines DO dans l’Odyssée qu’elles vont connaitre, et même s’il ne s’agit pas d’un mariage de force avec notre concurrent ILIAD, elle emprunte à Homère l’avertissement selon lequel « au mal, une fois fait, il n'est pas de remède. »

Vote des élus

  • Pour : 0
  • Contre : CFE-CGC, CFDT CGT, FO, SUD, STC, UGTG
  • Abstention : CFTC

Conditions de Travail et Santé Emploi & Métiers

Imprimer

CCUES 01 2019 : sommaire

Au sommaire de cette séance

Déclaration préalable : ratés 2018 et vœux 2019

Pour cette nouvelle année, la dernière de la mandature, la dernière du CCUES dans sa forme actuelle, la CFE CGC Orange souhaite que l’année 2019 soit l’année du dialogue sociale retrouvé.

En effet, 2018 n’aura pas brillé par la qualité du dialogue social chez Orange. Quelques exemples : 

La NAO, qui s’est terminée par une décision unilatérale de la Direction, dont la négociation s’inscrivait pourtant dans un contexte favorable :

  • de résultats 2017 en hausse, qui ont été jugés suffisamment bons pour que la Direction propose d’augmenter le dividende de 8 % au titre de l’exercice 2017.
  • d’effectifs en baisse de 3 500 personnes (en équivalents temps plein) en 2017. L’économie ainsi réalisée sur la masse salariale a généré des marges de manœuvre qui permettait de reconnaître le travail de celles et ceux qui restent.

Des résultats en hausse et des effectifs en baisse, qui associés à une reprise de l’inflation et des années de modération salariale auraient pu déboucher sur une proposition respectueuse du travail des personnels. C’est ce que nous étions en droit d’attendre et pourtant, les négociations NAO ont été un échec, aucune organisation salariale n’a souhaité signer l’accord proposé.

La Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences 

Après 18 séances de négociation, 6 bilatérales post-négociation, une contre-proposition d’accord « remise clés en main » à la Direction, pour la première fois, la CFE CGC Orange ne signe pas l’accord GPEC. Au final, cet accord GPEC, proposé par la Direction, ne recueillera pas suffisamment de signatures des organisations syndicales pour s’appliquer. Quel constat en tire maintenant la Direction et que compte-t-elle faire ?

L’accord intergénérationnel

Lui a, in extremis, recueilli suffisamment de signatures pour entrer en vigueur… mais sans notre signature, la CFE-CGC Orange considérant en effet qu’une organisation syndicale responsable ne peut se contenter de valider la poursuite d’un Temps Partiel Seniors, au demeurant dégradé, sans s’assurer qu’il y aura suffisamment d’embauches pour compenser les départs, assurer l’activité, maintenir et renouveler les compétences nécessaires.

La prime « Macron »

En décidant unilatéralement et surtout sans concertation le montant et le personnel concernés, la Direction a mis fin à toute logique de dialogue social.

Pourquoi cette mise en œuvre n’a-t-elle pas fait l’objet d’une présentation dans cette instance ?

L’accord ARCQ

Le fort mécontentement d’une partie des salariés, le peu d’implication de certaines Directions et le retard pris dans le déploiement de cet accord signé en février 2017 (!) ont conduit la CFE-CGC Orange à en demander officiellement la révision. Nous attendons beaucoup des suites qui seront données à notre demande de révision.

L’année qui vient de se terminer ne restera pas dans les mémoires comme une belle année de réussite du dialogue social chez Orange, mais nous nous voulons résolument positifs : on ne pourra donc que mieux faire en 2019.

Et c’est le vœu que formule la CFE CGC Orange : que l’année 2019 soit une année de dialogue social, au service de la réussite de l’entreprise et de ses salariés.

Recrutement et accompagnement des projets professionnels

Une réorganisation cache-misère ?

Programme de Transformation du Groupe Orange

3 principes, 5 thèmes, 10 projets... pour 1 transformation, (encore) une !

pdfcr_de_ccues_01_2019.pdf

 

 

 

Economie et Réglementation des Télécoms Emploi & Métiers

Imprimer

CCUES 12 2018 : sommaire

Au sommaire de cette dernière séance

Notre déclaration préalable ci-dessous :

Un dialogue social à la peine !

C‘est par communiqué de presse que sont arrivées les annonces sur le sujet de la prime de « rattrapage du pouvoir d’achat » dite « MACRON », qui faisaient suite aux déclarations de Monsieur Stéphane RICHARD. En décidant unilatéralement et surtout sans concertation des montants et personnels concernés, la Direction a mis fin à toute logique de dialogue social. À tel point que le flou est le plus total, puisque sur les 20 000 personnes concernées 5 000 pourraient être des personnes en TPS.
Une politique de rémunération inepte !
La Direction, si sourde aux avertissements des représentants du personnel quant aux problèmes rencontrés par les salariés dans leur vie quotidienne qu’elle a proposé un accord sur les salaires rejeté par toutes les Organisations Syndicales, en arrive à bricoler une prime à la fin de l’année qui in fine génère le mécontentement d’une part importante du personnel !
D’autant que le montant de la prime semble avoir été calculé pour ne pas mettre en péril les résultats financiers du groupe : 15 à 17 millions seulement de budget one shot consacré à la prime Macron, à mettre en regard des 26 millions d’euros d’actions gratuites servies chaque année aux 1 000 cadres dirigeants… la pilule passe mal.
Enfin quand la CFE-CGC Orange a demandé :
  • un forfait d’augmentation annuel plus un pourcentage plutôt qu’un pourcentage par périmètre (qui avantage les plus riches), la réponse de la Direction a été NON,
  • un abondement unique sans versement pour tous sur le PERCo, parce que certains ne peuvent pas épargner, la réponse de la Direction a été NON,
  • un déplafonnement de la cotisation santé pour que les plus riches payent plus et les petits salaires moins, la réponse de la Direction a été NON,
  • un rééquilibrage des actions gratuites pour que cela soit proportionnel au salaire et non au principal bénéfice des cadres dirigeants, la réponse de la Direction a été NON, etc.

Et que n’avons-nous pas entendu quand la mise en place du tableau magique permettait aux personnels les plus fragiles d’accéder aux Activités Sociales et Culturelles sans débourser le moindre centime a priori…. C’est encore le cas dans de nombreux CE où il faut payer (avec un argent que l’on n’a pas forcement) pour être remboursé ou subventionné selon des règles qui donneraient mal au crâne à un cachet d’aspirine.
À chaque fois que la CFE-CGC Orange a voulu corriger le déséquilibre qui se creusait, la Direction ou les autres organisations syndicales s’y sont opposées et s’y opposent toujours, de manière de plus en plus violente.
Pour conclure, si la CFE-CGC constate que désormais le dialogue social se fait aussi beaucoup par Communiqué de Presse, tweets et autres post Facebook, elle rappelle à la Direction des Ressources Humaines que plus il y a de virtuel plus il y a nécessité de rencontres réelles, d’échanges authentiques et d’écoute véritable.

« Renforcer les DO et consolider l’ancrage territorial d’Orange France », bis !
Désancrage Organisé

Modèle d’organisation des UI
Fusion et confusion

pdfcr_de_ccues_12_2018.pdf

Emploi & Métiers UI Unité d'Intervention

Imprimer

Nous avons mis à jour notre notre politique de gestion des données (RGPD). Nous vous invitons à la consulter.
Consulter le texte Ne plus afficher ce message