CFE-CGC Orange
CFE-CGC Orange
feed-image
  • Etablissements
  • Divisions de l'UES
  • Orange France Siège

Le "Nouveau Village"

Contexte

Le projet de redistribution des espaces de travail des équipes des DN d’OF sur le site d’OF «nouveau village» est rentré dans sa dernière phase d’instruction avec le recueil d’avis des élus du CE OFS.


Rappel historique :
.    Présentation du dossier d’opportunité : juillet 2017
.    Création commission CE « nouveau village » : septembre 2017
.    Présentation du projet en information-consultation : avril 2018
.    Une première expertise du cabinet SECAFI pour les CE OFS et DTSI : avril 2018
.    Le rapport du groupe pluridisciplinaire de prévention (GPP) du périmètre OFS
.    Analyse de l’impact humain du projet : juillet 2018
.    Une 2ème expertise SECAFI pour l’ICCHSCT (novembre 2018)
.    Le rendu d’avis de l’ICCHSCT (5 décembre 2018) : Les élus de l’ICCHSCT à l’unanimité ont estimé que la direction n’ayant fourni suffisamment d’éléments crédibles permettant d’évaluer correctement les risques au niveau sécurité et RPS, ils ne sont pas en capacité de rendre un avis.
.    Le rendu d’avis des élus du CE OFS (13 décembre 2018) qui ont estimé également à l’unanimité dans la suite de l’ICCHSCT n’avoir pas éléments pour donner un avis favorable ou défavorable.

Analyse CFE-CGC

Le projet « nouveau village » est avant tout caractérisé par la mise en place de nouveaux aménagements en espaces dynamiques (ou flex office) pour un certain nombre de salariés des sites d’Orange village et Bagneux. En renforçant la place des espaces collectifs au détriment des espaces individuels, par ce choix stratégique et financier la direction impacte directement l’organisation et les conditions de travail des salariés.
A noter que ce choix de développer les espaces collectifs au détriment des espaces individuels se retrouve dans tous les projets de déménagement actuels en France.
La conséquence est que si un certain nombre de salariés plutôt nomades ou en télétravail fréquent peuvent trouver un réel intérêt dans ces aménagements, d’autres beaucoup plus présents physiquement sur leur poste de travail risquent d’être pénalisés avec la perte de leur espace individuel. La commission du CE OFS a identifié ces risques et les a exprimés auprès de la direction.
Après plus d’un an du suivi de ce projet, vos élus du CE, ceux des CHSCT et la commission chargée d’instruire ce dossier ont réussi à obtenir des évolutions par rapport aux propositions de départ de la direction :
.    un accompagnement des salariés dès leur installation
.    la mise en place d’une commission de suivi du déploiement du projet composée de membres des CHSCT dont les prérogatives restent encore à préciser, avecdes bilans qui devront être communiqués à vos élus 6 mois, 1 an et 2 ans après l’installation des salariés.
.    le recrutement d’un facilitateur qui sera chargé d’accompagner au quotidien les équipes dans leurs nouveaux espaces (bâtiments A5, B3 et F8) 
.    la formation des managers à l’accompagnement des équipes dans les espaces dynamiques.
.    la possibilité pour les salariés qui constateraient une dégradation de leurs conditions de travail de récupérer un meuble bureau individuel dédié.

Retrouvez le rapport de la commission
Retrouvez la résolution motivant le recueil d’avis

Vote des élus de la résolution

Pour : 11 (CFE-CGC, CFDT)
Contre : 0
Abstention : 0

Conditions de Travail et Santé

Imprimer

Contexte

Michel Jumeau, nommé récemment directeur exécutif adjoint auprès de Fabienne Dulac, continue à diriger DMGP (marketing et digital). Il s’agit donc un poste stratégique qui orchestre nos offres et services, les canaux de commercialisation, le service client ainsi que la mise en œuvre entre le national (DN) et les DO.

Deux objectifs sont à atteindre en 2022 :

  • un NPS (satisfaction) au niveau de celui de Toyota (passant de 10 à 40)
  • une augmentation de notre CA (+ 67%) par la diversification: foisonnements (open…) et nouveaux services (TV, Orange Bank, SmartLife, etc.).

Entre temps la part historique de notre CA, essentiellement le fixe, devrait être divisée par 2 d’ici 2022.

La différenciation par la qualité du service (réseau, digital, client, SAV…) sera la clé indispensable de cette croissance.
Apple, 1ère société mondiale en capitalisation et n°1 en marge du secteur, réussit cette stratégie avec un NPS à 87%.

Analyse de la CFE-CGC

Faire du NPS le facteur essentiel de notre réussite d’ici 2022 nous semble à la fois :

Judicieux compte tenu de nos contraintes (une guerre des prix serait préjudiciable à l’emploi et au bien-être des salariés)

Très, voire trop, ambitieux si l’entreprise ne se donne pas les bons moyens (meilleure rémunération incitative, développement des compétences, investissements conséquents dans le digital, le réseau, la qualité délivrée etc.) pour atteindre ce niveau

La CFE CGC souhaite que Michel Jumeau revienne régulièrement devant notre instance pour rendre compte de cette progression vers les objectifs 2022

Retrouvez l’intégralité du dossier


Conditions de Travail et Santé Emploi & Métiers

Imprimer

Contexte

Après plusieurs passages en CE OFS et en CHSCT, et des contre-propositions du CE pour améliorer ce dossier en faveur des salariés, le projet de déménagement des équipes OFS affectées sur le site de Marseille Sablier était présenté en consultation lors du CE pour recueil des avis des élus.

Les élus ont rendu un avis défavorable avec une motivation de ce vote par une résolution de la CFE-CGC.

Une négociation est engagée avec la direction sur les mesures d’accompagnement afin de réellement prendre en compte les aspirations des salariés (es).

Vote des élus

Avis défavorable : 9 (CFE-CGC)

Abstention : 1 (CFDT)

Retrouvez l’avis des élus


Analyse de la CFE-CGC

Vos élus CFE-CGC ont constaté dans ce projet, que  l’entreprise :

a traité de manière irrespectueuse les salariés impactés et   les IRP malgré de nombreuses propositions faites par les  différentes instances dont le CE dans le cadre d’un dossier  complémentaire qui prenait en compte les projets de  l’entreprise et le souhait des salariés,

n’a pas associé les salariés concernés directement par ce  projet afin de construire les solutions adéquates et les  conditions optimales de leur déménagement. Elle va obliger 2/3  d’entre eux à aggraver sensiblement leurs temps de trajets.

s’est, dès le départ, engagée dans un projet à connotation « politique » sans rentabilité démontrée alors que ce site de « La Marseillaise » reste une solution transitoire. En 2022, les salariés seront donc à nouveau obligés de déménager.

Conditions de Travail et Santé

Imprimer

Chiffres clés

La commission emploi a étudié et analysé les bilans emploi du 1er, 2ème et 3ème trimestre 2018

effectifs actifs (CDI et CDD) : - 1,4% soit 3465
CDD : -10%
129 Alternants et 161 Stagiaires
185 effectifs hors activité (congés maladies, longue durée, détachés…)
augmentation de la sous-traitance de 2%
105 Départs définitifs dont 89 en retraite

Retrouvez le rapport de la commission emploi du CE OFS

Analyse de la CFE-CGC

La baisse des effectifs sur OFS se poursuit à l’instar des années précédentes.

Si les emplois salariés diminuent (CDI et CDD), la sous-traitance est en augmentation.

Cette politique délibérée de décroissance des effectifs induit un risque de surcharge progressive pour les salariés en poste et dont la moyenne d’âge continue d’augmenter.

Par ailleurs, le nombre de congés maladies et de longue durée est en très forte hausse (+42,9%). Vos élus ont manifesté auprès de la direction leur inquiétude sur la possibilité que de nouveaux drames interviennent au sein de l’entreprise.

Signalons aussi le creusement de l’écart entre Paris et Province, les recrutements étant systématiquement concentrés sur l’Ile de France.

Ces tendances même si elles sont encore assez lentes, pourraient s’avérer très préoccupantes dans les années à venir. À l’aune du pic des départs prévus en 2020 et si la politique de l’emploi continuait dans cette direction sans aucune inflexion, le niveau de ce risque pourrait même s’accentuer encore plus rapidement.


Emploi & Métiers

Imprimer

Contexte

Comme pour les orientations GPEC et formation depuis la loi Rebsamen, les CE sont amenés à rendre chaque année, un avis sur la politique sociale de l’entreprise.

9 sujets font partie de ce bloc, dit 3 :


bilan emploi OFS 2017
bilan alternance OFS 2017
bilan formation OFS 2017
bilan temps partiel OFS 2017
bilan PEC OFS 2017
bilan égalité professionnelle OFS 2017
bilan handicap OFS 2017
plan de formation OFS 2019
bilan social OFS 2017

Vote des élus

Avis défavorable motivé par une résolution de de la CFE-CGC votée à l’unanimité des élu-e-s du CE OFS

Lire la résolution

Analyse de la CFE-CGC

A OFS, les années se suivent et se ressemblent ; les effectifs sont en baisse, et vont continuer de baisser, et la charge de travail est en augmentation ; cette situation pousse les salariés vers toujours plus de polyvalence avec une aggravation potentielle de la charge mentale. Orange propose aux stagiaires / apprentis toujours aussi peu de CDI (le taux de conversion est passé de 23% en 2016 à 16% en 2017).

Le volume de mission d’intérim a augmenté et la durée moyenne des missions a nettement baissé accentuant ainsi la précarisation. Les temps partiels restent quant à eux à un niveau stable (15% des effectifs), cependant la part des TPS augmente et celle des temps partiels conventionnels diminue.

Le volume des heures pour se former baisse depuis plusieurs années. Rien ne prouve que la diminution du temps de formation soit compensée par une amélioration de son efficacité. Les dispositifs proposés aux salariés sont fréquemment réduits à de l’information. Cette tendance est préjudiciable à la performance de l’entreprise et à l’employabilité de ses salariés.

Nous notons des progrès sur l’égalité homme-femme, même si la parité n’est pas respectée partout, à commencer par l’équipe de direction d’OFS qui compte seulement 2 femmes sur un total de 7 directeurs. Le taux de salariés en situation de handicap est toujours inferieur à la moyenne du Groupe, ce que nous regrettons.

Enfin, cerise sur le gâteau, l’évolution de la rémunération résume parfaitement la politique sociale du groupe : entre 2013 et 2017, un salarié un bande D gagne en moyenne 228 € de plus par mois, un bande E 282 € de plus par mois, quand un bande G gagne lui plus de 1150 € de plus par mois.

Mais la politique sociale de l'entreprise ne se mesure pas qu'à la lumière des bilans qu'elle veut bien nous fournir.

Que penser de l’utilisation du budget d'aide sociale délégué par le CE à l'entreprise, jamais intégralement consommé et des délais de décisions inadaptés à l’urgence des aides sollicitées ?

Que penser des nombreuses réorganisations, certes souvent nécessaires, mais si peu centrées sur le travail quotidien des salariés ?

Que penser des nombreux projets de déménagement suivant la mode du concept « flex office » comme naguère celle largement suivie des « open space », quitte à déstabiliser à nouveau les salariés ?

Que penser enfin de la politique d’augmentation salariale indigente en 2017 et tout autant celle de 2018 qui réussit le tour de force de fédérer l’opposition, sans exception, des organisations syndicales ?

Pour l’ensemble de ces raisons, vos élus ont remis un avis défavorable sur la politique sociale menée par l’entreprise en 2017.

Conditions de Travail et Santé Emploi & Métiers Formation Professionnelle Handicap

Imprimer

Nous avons mis à jour notre notre politique de gestion des données (RGPD). Nous vous invitons à la consulter.
Consulter le texte Ne plus afficher ce message