CFE-CGC Orange
CFE-CGC Orange
feed-image
  • Comités Groupe
  • Conseil des Questions Statutaires d'Orange

Comme nous l'avions annoncé, Orange SA n'ayant pas prévu de réunion de concertation avant le mois de mai 2018, le syndicat CFE-CGC d'Orange a envoyé le 18 janvier 2018 à la direction et aux organisations syndicales le texte et les grilles suivantes :

"Dans le cadre de la concertation ouverte par Orange SA lors de la séance du 6 décembre 2017, le syndicat CFE-CGC d’Orange a l’honneur de vous transmettre les nouvelles grilles indiciaires qu’il propose pour les grades concernés par l’accord parcours professionnels, carrières, rémunérations (PPCR).

Compte tenu d’une part de la particularité des corps de France Télécom qui sont en voie d’extinction et d’autre part de la pyramide des âges des fonctionnaires, le syndicat CFE-CGC d’Orange s’est attaché à focaliser son attention sur les derniers échelons de chaque grade afin de faire bénéficier chaque fonctionnaire de l’impact maximal de l’accord PPCR tant lors de sa carrière que lors de son départ en retraite.

Le syndicat CFE-CGC d’Orange est parvenu à un ensemble de propositions de grilles indiciaires cohérentes, ne rompant pas avec les pratiques administratives, respectueuse des équivalences de grades reconnues par Orange et admissibles par l’autorité de tutelle car respectant les cadres fixés par l’accord PPCR.

Il est vrai que la tâche n’a pas été aisée comme le soulignait Mme de Combret. Il a fallu se pencher avec soin sur les effectifs de chaque grade dans chaque échelon. Mais, le fait que les gains maxima admissibles par la Fonction Publique pour chaque grade ne soient pas éloignés du gain indiciaire actuel entre deux échelons (par exemple II 3 gain maximum de 24 points bruts ; saut indiciaire moyen de 20 points bruts entre deux échelons) a souvent permis de procéder par simple translation des grilles actuelles après revalorisation des 4 à 7 derniers échelons de chaque grade.

Le syndicat CFE-CGC d’Orange a utilisé, autant que faire se peut, des indices actuellement présents dans les grilles et a échelonné les sauts indiciaires de façon cohérente au sein de chaque grade. Pour ce faire le syndicat CFE-CGC d’Orange a considéré que les grades III3, IV 1 et IV 2 pouvaient bénéficier de sauts indiciaires d’une ampleur comparable.

Le syndicat CFE-CGC d’Orange n’a pas modifié ni les nombres d’échelons, ni leurs durées afin que le Service des Pensions n’ait pas de difficulté à appliquer la règle des six mois de paie dans le dernier échelon.

Le syndicat CFE-CGC d’Orange souhaite qu’une nouvelle séance de concertation soit rapidement organisée avec l’ensemble des organisations syndicales d’Orange afin de permettre à la direction concernée de finaliser les demandes de l’entreprise dans un projet de décret dans les plus brefs délais possibles avec en vue l’application des premières nouvelles grilles issues de l’accord PPCR au 1er janvier 2019."

 Réforme des grilles indiciaires au titre de l’accord PPCR – Propositions du syndicat CFE-CGC d’Orange

Grilles au 31 janvier 2017

II 2 Collaborateur de second niveau

échelons

1er

2e

3e

4e

5e

6e

7e

8e

9e

10e

11e

12e

13e

14e

15e

16e

17e

Durées

1a

1a

1a

1a

1a

1a

2a

2a

2a

2a

2a

2a

2a

2a

2a

4a

 
Bruts

393

403

421

434

445

456

460

471

489

501

521

541

557

570

587

611

633

réels

358

364

374

383

391

399

403

411

422

432

447

460

472

482

495

513

530

II 3 Agent de maîtrise

échelons

1er

2e

3e

4e

5e

6e

7e

8e

9e

10e

11e

12e

13e

14e

Durées

1a

1a

1a

2a

2a

2a

2a

2a

2a

2a

3a

3a

4a

 

Bruts

434

455

471

489

501

521

542

559

577

596

620

646

661

683

réels

383

398

411

422

432

447

461

474

487

502

520

540

552

568

Grilles proposées au 1er janvier 2019

II 2 Collaborateur de second niveau ,

échelons

1er

2e

3e

4e

5e

6e

7e

8e

9e

10e

11e

12e

13e

14e

15e

16e

17e

Durées

1a

1a

1a

1a

1a

1a

2a

2a

2a

2a

2a

2a

2a

2a

2a

4a

 
Bruts

398

408

426

439

450

461

465

476

494

506

526

546

562

576

596

620

638

réels

362

367

378

387

395

404

407

414

426

436

451

464

476

486

502

520

534

II 3 Agent de maîtrise,

échelons

1er

2e

3e

4e

5e

6e

7e

8e

9e

10e

11e

12e

13e

14e

Durées

1a

1a

1a

2a

2a

2a

2a

2a

2a

2a

3a

3a

4a

 

Bruts

455

471

489

501

521

542

549

577

596

620

646

661

683

707

réels

398

411

422

432

447

461

474

487

502

520

540

552

568

587

 

Réforme des grilles indiciaires au titre de l’accord PPCR – Propositions du syndicat CFE-CGC d’Orange

Grilles au 31 janvier 2017

III 2 Cadre de premier niveau          

échelons

1er

2e

3e

4e

5e

6e

7e

8e

9e

10e

11e

12e

13e

Exceptionnel

Durées

1a

1a

1a

1a

1a

3a

3a

3a

3a

2a

2a

3a

   

Bruts

393

429

457

487

516

554

580

600

634

660

691

717

746

792

réels

358

379

400

421

443

470

490

505

531

551

574

594

616

651

(*) Conditions : 50 ans au moins, 4 ans au 13e échelon, au choix dans la limite, chaque année, de 25 % de l’effectif classé au 13e échelon.

III 3 Cadre de second niveau

échelons

1er

2e

3e

4e

5e

6e

7e

8e

9e

10e

11e

12e

13e

14e

15e

Durées

6m

6m

1a

1a

1a

1a

1a

1a

3a

3a

3a

3a

2a

2a

 
Bruts

452

487

518

554

574

593

614

633

655

691

725

754

792

820

853

réels

396

421

445

470

485

500

515

530

546

574

600

622

651

672

697

Grilles proposées au 1er janvier 2020

III 2 Cadre de premier niveau

échelons

1er

2e

3e

4e

5e

6e

7e

8e

9e

10e

11e

12e

13e

Exceptionnel

Durées

1a

1a

1a

1a

1a

3a

3a

3a

3a

2a

2a

3a

   

Bruts

429

457

487

516

554

580

600

633

655

691

725

754

792

820

réels

379

400

421

443

470

490

505

530

546

574

600

622

651

672

(*) Conditions : 50 ans au moins, 4 ans au 13e échelon, au choix dans la limite, chaque année, de 25 % de l’effectif classé au 13e échelon.

III 3 Cadre de second niveau

échelons

1er

2e

3e

4e

5e

6e

7e

8e

9e

10e

11e

12e

13e

14e

15e

Durées

6m

6m

1a

1a

1a

1a

1a

1a

3a

3a

3a

3a

2a

2a

 
Bruts

487

518

554

574

593

614

633

655

691

728

765

801

838

877

915

réels

421

445

470

485

500

515

530

546

574

602

630

658

686

716

745

 

Réforme des grilles indiciaires au titre de l’accord PPCR – Propositions du syndicat CFE-CGC d’Orange

Grilles au 31 janvier 2017

IV 1 Cadre supérieur de premier niveau

échelons

1er

2e

3e

4e

5e

6e

7e

8e

9e

10e

11e

12e

13e

Durées

4m

4m

4m

1a

1a

2a

3a

3a

2a

2a

3a

2a

 

Bruts

393

440

480

529

576

634

675

739

773

820

838

867

915

réels

358

387

416

453

486

531

562

610

636

672

686

708

745

 

IV 2 Cadre supérieur de second niveau

échelons

1er

2e

3e

4e

5e

6e

7e

8e

9e

10e

11e

12e

13e

14e

15e

Durées

4m

4m

4m

1a

1a

1a

1a

1a

1a

3a

3a

3a

3a

3a

 

Bruts

441

484

525

569

610

650

691

725

773

797

815

856

897

936

978

réels

388

419

450

481

512

543

574

600

636

655

668

699

730

761

792

 

IV 1 Cadre supérieur de premier niveau

Date d’effet : 01/01/2020

échelons

1er

2e

3e

4e

5e

6e

7e

8e

9e

10e

11e

12e

13e

Durées

4m

4m

4m

1a

1a

2a

3a

3a

2a

2a

3a

2a

 

Bruts

440

480

529

576

634

675

739

773

797

856

897

936

978

réels

387

416

453

486

531

562

610

636

655

699

730

761

792

 

IV 2 Cadre supérieur de second niveau

Date d’effet : 01/01/2020

échelons

1er

2e

3e

4e

5e

6e

7e

8e

9e

10e

11e

12e

13e

14e

15e

15e

Durées

4m

4m

4m

1a

1a

1a

1a

1a

1a

3a

3a

3a

3a

3a

 

01/01/2021

Bruts

484

525

569

610

650

691

725

773

797

827

856

897

936

978

995

1015

réels

419

450

481

512

543

574

600

636

655

678

699

730

761

792

806

821

 

 


                             
                             
                             
                             



I

                             
                             
                             
                             

Imprimer

Monsieur le Directeur de la Reconnaissance et de la Rétribution,

Lors des négociations sur le contrat de groupe complémentaire santé des fonctionnaires, le syndicat CFE-CGC d’Orange vous a demandé l’inclusion de la prise en charge des jours de carence des fonctionnaires dans les mêmes conditions que pour le contrat de groupe des salariés. Vous n’avez pas retenu cette demande.

Aujourd’hui, les fonctionnaires d’Orange souhaitent connaître la position officielle d’Orange SA sur la question de la journée de carence des fonctionnaires.

Je vous saurais gré de vouloir bien nous la faire connaître dans les plus brefs délais possibles.

Dans l’attente, je vous prie d’agréer, Monsieur le Directeur, l’assurance de ma haute considération.

TRUONG-NGOC Christian

Fonctions Support

Responsable droit public CFE-CGC France Télécom-Orange

Représentant au Conseil des Questions Statutaires                                       

Elu à la Commission Administrative Paritaire Cadres supérieurs

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Imprimer

Entre un employeur qui cultive le secret des règles de gestion et un gouvernement Macron qui repousse les échéances pour respecter le « Totem européen des 3 % », les fonctionnaires de France Télécom en activité à Orange ont du mal à retrouver leurs petits.

C’est notamment le cas des détachés sur un emploi supérieur qui ne comprennent plus rien aux phases du transfert primes-points.

Premier mouvement : le Président du Conseil paritaire de France Télécom annonce le 8 septembre 2016 que le transfert primes-points sera plus généreux à Orange (6 points d’IRM au lieu de 4 pour les non-cadres) et sera opéré dès le 1er janvier 2017 pour tous les fonctionnaires.

Bilan : Avec un court retard, le transfert primes-points est opéré à valeur du 31 janvier 2017 pour tous les fonctionnaires sauf les emplois supérieurs qui doivent attendre la décision de la Fonction Publique.

Deuxième mouvement : La Fonction publique décide de partager les 9 points des emplois supérieurs en 4 points transférés dès le 1er janvier 2017 et 5 points transférés dès le 1er janvier 2018.

Il en résulte le tableau suivant communiqué par Orange SA :

 Grades   Au 1er janvier 2017

Au 31 janvier 2017

Au 1er janvier 2018

IV 2

IB jusqu’à 966

  +9 points IRM

 
  1er échelon fonctionnel IB 1015

  +9 points IRM

 
  2ème échelon fonctionnel
HE A1, A2, A3

+4 points IRM

  +5 points IRM

DDA

Indice terminal 966

  +9 points IRM

 
DD

Indice terminal 1015

  +9 points IRM

 
DR

Indice terminal HEA3

+4 points IRM

  +5 points IRM

ADMPTT

  +4 points IRM

  +5 points IRM

IM

  +4 points IRM

  +5 points IRM



Troisième mouvement : le gouvernement Macron décide de reporter toutes les échéances de la mise en œuvre de l’accord PPCR d’un an. Orange indique le 5 décembre 2017 qu’il est tenu par le nouveau calendrier Macron pour toutes les mesures découlant de l’accord PPCR, y compris pour les échéances du transfert primes-points.

Argument : il ne peut décider que pour l’avenir et non pour ce qui a déjà été fait tant au 1er janvier qu'au 31 janvier 2017.

Quatrième mouvement : le chœur des emplois supérieurs ne sait plus quelle note doit être jouée.

Clairement, par exemple la note DRH de 2017 qui prévoit le passage des IV 4 bénéficiant de l’échelon fonctionnel A3 de l’IRM 967 à 972 au 1er janvier 2018 est obsolète. Orange a annoncé un projet de décret passé en Conseil Commun des Fonctions Publiques le 8 novembre 2017 pour reporter l’échéance au 1er janvier 2019.

Orange nous a signalé que le décret n° 2017-1709 du 13 décembre 2017 a effectivement modifié le décret n°85-1148 du 24 octobre 1985 qui fixe les traitements annuels des échelles lettres au 1er janvier 2019. Il faut diviser les sommes indiquées par 12 mois, puis par 4.69 euros pour trouver le nombre de points d'indice réel (IRM) correspondant à chaque échelon.

La situation concrète est donc la suivante :

Les indices réels des chevrons A1, A2 et du A3 sont passés respectivement à IRM 885, IRM 919, et IRM 967 par transferts de 4 points d’IRM à compter du 1er janvier 2017 (voir régularisation sur la feuille de paie de septembre 2017). Cette situation est juridiquement acquise.

La deuxième phase du transfert primes/points (5 points d'IRM) des emplois supérieurs de France Télécom ne se fera qu'au 1er janvier 2019. A cette date, les indices réels des échelons et des chevrons A1, A2 et du A3 passeront respectivement à IRM 890, IRM 924, et IRM 972.

Imprimer


Lorsque France Télécom Mobiles (FTM) est devenue une filiale de France Télécom avant de prendre le nom d’Orange, s’est posée la question du sort de ses fonctionnaires.

La technique du détachement ne pouvait être employée sans porter atteinte à la sécurité de leurs emplois. En effet, un fonctionnaire détaché voit sa carrière suspendue pendant toute la durée de son détachement et n’est assuré de pouvoir réintégrer l’entreprise qu’en cas d’emploi budgétaire disponible. Autrement, il peut être licencié. Or, France Télécom ne gérait plus son personnel en termes d’emplois budgétaires, puisqu’elle était devenue Société Anonyme depuis 1996.

Par ailleurs, le détachement impliquait que la constitution de ses droits à pension civile de l’Etat était suspendue pendant toute la durée du détachement et que le fonctionnaire cotise à l’ARRCO et éventuellement à l’AGIRC pour se constituer une retraite de droit privé.

Un décret n°2004-981 du 17 septembre 2004 relatif à la mise à disposition, au détachement et à la mise en position hors cadres des fonctionnaires des corps de France Télécom en vue d’assurer des fonctions propres à l’entreprise ou à ses filiales a donc solutionné ces problèmes en créant un régime dit d’auto-détachement qui permet à Orange de détacher ses fonctionnaires non seulement dans ses filiales à 100 % mais aussi dans l’entreprise elle-même, en leur assurant un droit non conditionné de réintégration dans leurs corps d’origine et en leur permettant d’une part d’être dispensés de cotiser à l’ARCCO et à l’AGIRC et d’autre part de cotiser à la pension civile pour bénéficier d’une retraite de fonctionnaire pleine et entière.

En somme, ce décret permet à Orange, sur demande du fonctionnaire, de le transformer en salarié de droit privé relevant de la CCNT, pour des durées de cinq ans renouvelable, sans interrompre sa carrière de fonctionnaire.

Avantages :

-          Une paie supérieure,

-          Un contrat de groupe complémentaire santé,

-          Un contrat de groupe prévoyance décès incapacité invalidité,

-          Une retraite calculée sur les 6 derniers mois de « traitement  indiciaire» avec des cotisations moins chères,

-           Une retraite additionnelle fonction publique (RAFP) d'un très faible rapport (30 à 50 euros mensuels au mieux).

Inconvénients :

-          Une « carrière-miroir » dont les règles n’ont été ni négociées ni publiées,

-          Une gestion par bandes CCNT qui fait oublier la notion de déroulement de carrière par changement de grade,

-          Un arbitraire complet de la « carrière-miroir » lors de l’inéluctable fin de l’auto-détachement pour pouvoir bénéficier d’un départ en retraite de fonctionnaire

Ainsi, si la réintégration dans le corps d’origine a souvent bien lieu dans le grade le plus élevé du corps (promotion intra-bande CCNT), il n’est pas assuré d’avoir une évolution de carrière par promotion dans un corps supérieur (promotion d’une bande à la suivante).

Dès lors, maintenant que les fonctionnaires bénéficient de leur propre contrat de groupe complémentaire santé, on peut s’interroger sur l’intérêt résiduel que présente l’auto-détachement.

La réponse est claire et massive : les fonctionnaires ne disposent pas encore d’un contrat de groupe prévoyance décès incapacité invalidité.

En cas de décès d’un fonctionnaire, Orange ne verse que 13600 euros à la famille du défunt.

Si le défunt a souscrit un contrat individuel MG prévoyance décès de niveau 2, sa famille touche une année de traitement brut. Mais, la MG a décidé unilatéralement d’annuler les contrats individuels des fonctionnaires dès le 1er janvier qui suit l’atteinte de l’âge de 65 ans. Les familles des nombreux collègues qui poursuivront leur carrière jusqu’à la limite d’âge de 67 ans ne seront donc plus couvertes par une assurance décès MG pendant les deux dernières années de carrière où les risques de décès sont vraisemblablement les plus élevés.

En comparaison, les familles des autodétachés qui bénéficient d'un contrat collectif prévoyance décès, incapacité, invalidité peuvent bénéficier d'un montant d'assurance décès allant jusqu'à 7 années de rémunération.

Imprimer

Devant l’absence de communication d’Orange SA tant sur les règles de gestion que sur les modalités d’application du décret du 9 aout 2017 modifiant le décret n°2004-767 du 29 juillet 2004 relatif aux dispositions statutaires applicables au corps des cadres supérieurs de France Télécom, le syndicat CFE-CGC d’Orange rappelle ci-dessous les règles d’usage dans la Fonction Publique d’Etat :

Rappelons que, pour les statuts de fonction, l’indice figurant sur la feuille de paie n’ouvre aucun droit à liquidation de la pension sur cette base. Pour la pension civile, les "statuts de fonction" n’existent pas et ils sont tous des IV 2 en puissance au regard du niveau de leur pension de retraite.

C’est pourquoi, le syndicat CFE-CGC d’Orange se bat pour leur transformation en statuts de grade à l’instar des Administrations. Pour le moment, le seul moyen d'exister en tant que "statut de fonction" pour le Service des Pensions est d'obtenir l'un des deux échelons fonctionnels du IV 2.

 Un cas simple et sans ambiguïté : le premier échelon fonctionnel

En ce qui concerne les cadres supérieurs de second niveau détachés sur un emploi supérieur de premier niveau (IV 3), le 1er échelon fonctionnel du IV 2 ne comportant qu’un seul indice (1027 brut, 830 réel), les règles sont simples :

La décision d’Orange portant nomination au 1er échelon fonctionnel du IV 2 ouvre droit au bout de six mois à la consolidation de l’indice 1027 pour la pension civile.

 

  Un cas qui peut réserver des surprises : le deuxième échelon fonctionnel

 

   Pourquoi faire simple ...

On pourrait faire simple. Le deuxième échelon fonctionnel est géré en trois chevrons A1, A2 et A3. Les chevrons ne sont pas des échelons, ce ne sont que des niveaux de rémunération. On passe d'un chevron à l'autre sans aucune décision administrative, automatiquement tous les ans.

Or, il est de coutume administrative, lorsqu'on obtient une promotion, et l'accès aux échelons fonctionnels est une promotion, de ne pas voir le niveau de sa rémunération diminuer.

Dès lors, tous les IV 4 bénéficiaires éventuels du décret, étant de ce fait payés au niveau de rémunération A3 depuis au moins 3 ans, devraient être payés dans le deuxième échelon fonctionnel sur le même niveau de rémunération A3 que dans leur statut de fonction IV 4.

Au bout de six mois dans le deuxième échelon fonctionnel, l'indice brut A3, réel 967, devrait leur être acquis pour la liquidation de leur pension civile.

 

   Quand on peut faire compliqué.

Hélas, la circulaire "de Combret" laisse entrevoir une autre gestion des échelons fonctionnels qui, pour n'être pas légale selon le syndicat CFE-CGC d'Orange, risque bien de nous être imposée.

On peut en effet imaginer jusqu'à trois gestions indiciaires séparées des statuts de fonction IV 4 : la gestion de leur grade (IV 2), la gestion de leur emploi supérieur (IV 4) et la gestion de leur deuxième échelon fonctionnel.
Les choses seraient dès lors beaucoup plus compliquées pour les cadres supérieurs de second niveau détachés sur un emploi supérieur de deuxième niveau (IV 4) et nommés au deuxième échelon fonctionnel de leur grade.

En effet, en ce qui concerne la gestion des emplois supérieurs, à partir du 5ème échelon du IV 4, les indices ne sont plus exprimés en nombres (par ex. 1027) mais en lettres et chiffres (par ex. A1). C'est une gestion traditionnelle par échelons. L'indice du 5ème échelon du IV 4 est le A1 et l'indice du 6ème et dernier échelon du IV 4 est le A3. L'indice A2 n'est pas utilisé par Orange, ce fait a un caractère statutaire.

Or, en ce qui concerne la gestion des échelons fonctionnels, le 2ème échelon fonctionnel du IV 2 est quant à lui subdivisé en 3 chevrons (A1 indice réel majoré (IM) 885, A2 indice réel majoré 919 et A3 indice réel majoré 967). Ces chevrons ne sont pas des échelons mais de simples niveaux de rémunération.

En conséquence, le fonctionnaire IV 4 qui est nommé au 2ème échelon fonctionnel du IV 2 serait en réalité nommé au 1er chevron de cet échelon fonctionnel c’est-à-dire au chevron A1, indice réel majoré 885, indice brut 1100. En réalité, il serait rétrogradé en terme de traitement indiciaire de A3 en A1 à l'occasion de sa brillante promotion, ce qui est assez inhabituel dans la gestion Fonction Publique, pour ne pas dire illégal. Par ailleurs, l'indice de rémunération A2 n'existe pas à Orange. Comment dès lors Orange pourrait-il prétendre devant le Service des Pensions qu'un fonctionnaire a été payé à l'indice A2 et que sa retraite devrait être liquidée sur cet indice statutairement inexistant à Orange ?

Rien ne serait visible sur sa feuille de paie, puisqu'il continuerait d'être géré sur son emploi supérieur IV 4 à l'indice A3, cette gestion servant de "rideau de fumée" à sa rétrogradation de fait du 6ème échelon (A3) de l'emploi supérieur IV 4 au 1er chevron (A1) du 2ème échelon fonctionnel du grade IV 2.
Puis, sa « nouvelle carrière » dans le 2ème échelon fonctionnel du IV 2 se poursuivrait au bout d’un an par un passage automatique au chevron A2, indice réel majoré 919, indice brut 1150 et enfin au bout d’un an supplémentaire par un passage automatique au chevron A3, indice réel majoré 967, indice brut 1200.

En conséquence, le fonctionnaire IV 4 qui est nommé au 2ème échelon fonctionnel du IV 2 en application de l’article 9 du décret n°2004-767 du 29 juillet 2004 ne bénéficierait en réalité de la liquidation de sa pension civile au chevron A3 auquel il est payé depuis au moins 3 ans (mais plus souvent cinq à dix ans) qu’au bout de 2 années et demi supplémentaires à compter de sa date de nomination au 2ème échelon fonctionnel.

Ce raisonnement, qui ressort de la lecture de la page 22 de la circulaire "de Combret" et de décisions prises, serait également valable pour les IV 5 (« retraite » ou pas) qui sont automatiquement nommés au 2ème échelon fonctionnel du IV 2. Cette nomination leur ouvrirait une « nouvelle carrière » dans le 2ème échelon fonctionnel qui n’aboutit au Graal de l’indice A3, 1200 brut, IM 967, que deux ans après.

En outre, la clause d’ancienneté de six mois de traitement effectif dans l’échelon pour la liquidation de la pension civile joue à plein pour les chevrons car ce ne sont pas des échelons mais de simples niveaux de rémunération.

Par exemple, si Orange nomme un fonctionnaire IV 4 au 2ème échelon fonctionnel du IV 2 à compter du 1er juillet 2017, son droit à la liquidation de la pension sur cet échelon fonctionnel, chevron A1, ne sera constitué que le 1er janvier 2018.

Si sa carrière se poursuit pendant 1 an de plus, jusqu’au 1er juillet 2018, il aura atteint le chevron A2, indice réel majoré 919, indice brut 1150. Mais, il lui faudra attendre six mois pour pouvoir prendre sa retraite à cet indice résultant de son chevron A2 à partir du 1er janvier 2019.

Si sa carrière se poursuit pendant 2 ans de plus, jusqu’au 1er juillet 2019, il aura atteint le chevron A3, indice réel majoré 967, indice brut 1200. Mais, il lui faudra attendre six mois pour pouvoir prendre sa retraite à cet indice résultant de son chevron A3 à partir du 1er janvier 2020.

Conclusions :

Merci de vous faire confirmer auprès de votre DRH laquelle des analyses du syndicat CFE-CGC d’Orange il retient, avant de prendre toute décision qui cristalliserait votre date de départ en retraite, car la gestion opaque des fonctionnaires à Orange n’est pas toujours en accord avec ce qu’on peut déduire de l’application des règles Fonction Publique (en l’absence de publication de ses règles par Orange SA).

Rappelons que 82 points d'indice réel représentent en moyenne environ 385 euros supplémentaires de pension entre le A1 et le A3 et que 48 points d’indice réel représentent en moyenne environ 225 euros supplémentaires de pension entre le A2 et le A3.


Rappelons aussi qu'Orange SA a la main pour choisir discrétionnairement le chevron A1, A2 ou A3 au moment de sa décision d'attribution du 2ème échelon fonctionnel du IV 2.


Rappelons enfin qu’Orange SA choisit librement, au titre de son pouvoir discrétionnaire, la date rétroactive à laquelle il nomme les fonctionnaires sous statut de fonction au 1er ou au 2ème échelon fonctionnel de leur grade. On voit actuellement des nominations à compter du 1er juillet 2017 comme des nominations plus tardives (1er septembre 2017).

Or, il suffit de quelques mois pour voir sa retraite sérieusement amputée.

Enfin, la sollcitude des DRH, qui retardent actuellement le plus possible les nominations à un échelon fonctionnel au motif d'une optimisation des points de NBI, risque de vous faire perdre entre 225 et 385 euros mensuels de pension, pour un gain mensuel de 3.5 euros de NBI.


   Que faire ?


Le seul acte militant possible est de reculer au maximum le départ en retraite en usant notamment des dérogations légales à la limite d'âge publiées à cet endroit :

https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F12395

Pour être légalement faites, les demandes de dérogations doivent parvenir à votre DRH six mois au moins avant la date de votre limite d’âge et être accompagnées d’un certificat médical attestant que vous n’êtes atteint par aucune infirmité ou maladie s’opposant à la poursuite de votre activité professionnelle.

Ce certificat peut être établi par le médecin du travail ou par un médecin agréé par une Préfecture. Orange SA peut contester ce certificat, dans ce cas prenez contact avec votre syndicat préféré.

Imprimer

Nous avons mis à jour notre notre politique de gestion des données (RGPD). Nous vous invitons à la consulter.
Consulter le texte Ne plus afficher ce message