CFE-CGC Orange
CFE-CGC Orange
feed-image
  • Etablissements
  • Divisions de l'UES
  • Orange France Siège

Contexte

Succès des nouvelles offres qui contribue à la croissance de la base clients fixe haut débit avec également un record historique pour un 3ème trimestre sur la fibre. (Source Analyse performance T3 R Fernandez)
CA T3 2018 (+0,9%)
Données issues du communiqué financier du 25/10/18, ARPO = Average Revenue Per Offer (donc mono ou multi lignes)
Croissance (à base comparable) pour le 6ème trimestre consécutif : ARPOs fixe seul, mobile seul et convergent sont tous trois en hausse.
Le 3ème trimestre 2018 bénéficie lui aussi de l'impact favorable TVA lié à l'inclusion de l’offre de livres audio KOBO lancée le 17 mai dernier. Hors cet effet, la croissance du chiffre d'affaires ressort à +0,1% sur le trimestre.
bons niveaux de ventes nettes : +2,6% sur un an pour la base clients mobiles forfaits (19,123 millions de clients au 30 septembre 2018) et +2,2% sur un an pour la base clients haut-débit fixe (11,389 millions de clients), avec une croissance toujours soutenue de la fibre (+31,1%), la Convergence croît de +10,7% avec +4% ARPO/ T2.

Analyse de la CFE-CGC

T3 toujours très concurrentiel comme au T2. D’où la stratégie d’augmentation de qualité (NPS) et de diversification présentée par M Jumeau pour 2022 pour éviter une guerre des prix qui nous serait très dommageable en terme d’emploi et d’environnement de travail
Mobile : Les revenus du Mobile seul enregistrent une baisse de -2,5% sur un an. L'ARPO Mobile seul progresse lui de +2,7% grâce à l'amélioration du mix des offres mobiles et de la part croissante d’Open.
Haut Débit : une croissance toujours soutenue de la fibre (+31,1%), soit le meilleur 3ème trimestre pour la fibre.
DEF : légère baisse du CA notamment sur les services voix, retard sur la fibre (-22% /objectif) et NPS vraiment faible (-9 et même –18 sur les partenaires (DVI))
Orange Bank : pas de rentabilité prévue avant 2023, -92 millions d'euros, le résultat d'exploitation sur les 3 1ers trimestres 2018, recrutement de 15 à 20 K clients/ mois à 60% en boutique. Grâce notamment à la campagne prolongée de parrainage.
Retrouvez le rapport de la commission

Emploi & Métiers

Imprimer

Contexte

Bilan 2017 :
Orange SA a versé 18 812 334 € à Action Logement, soit 0,45 % de la masse salariale.
Pour 2017, 1 804 services ont été rendus (1 240 prêts et aides + 564 familles logées)
Cette enveloppe sert aussi à financer :
.    des prêts pour accéder à l’acquisition ou effectuer des travaux dans sa résidence principale
.    des aides financières ou des services pour accompagner la mobilité et/ou l’entrée dans un logement locatif
l’attribution de logements sociaux
Les résultats 2017 sont en forte baisse par rapport à 2016 (-21 % pour les services rendus et -6,3 % en montant) à mettre sur le compte d’un net repli de l’ensemble des prêts et aides, non compensé par la faible hausse du nombre de familles logées.

Perspectives 2018 :
Orange dépend désormais de l’enveloppe nationale de Prêts Accession & Travaux attribuée pour l’ensemble des entreprises soumises à la PEEC.

Analyse de la CFE-CGC

La loi portant sur l’Évolution du Logement, de l’Aménagement et du numérique (loi Elan, dans sa partie relative notamment à Action logement) promulguée le 24/11/2018, dont on attend les décrets d’applications, remet en cause un certain nombre de dispositions légales et réglementaires concernant, notamment, l’accessibilité aux logements. Dans ce contexte, la CFE-CGC demande à la direction quelles actions seront envisagées par Orange pour nos collègues.
Par ailleurs, dans le domaine locatif, les nouvelles règles de gestion du logement divisant par trois la probabilité d’obtenir un logement en commission d’attribution, la CFE-CGC s’interroge sur les leviers d’action d’Orange dans ce domaine.
Retrouvez le rapport de la commission

Logement

Imprimer

Le "Nouveau Village"

Contexte

Le projet de redistribution des espaces de travail des équipes des DN d’OF sur le site d’OF «nouveau village» est rentré dans sa dernière phase d’instruction avec le recueil d’avis des élus du CE OFS.


Rappel historique :
.    Présentation du dossier d’opportunité : juillet 2017
.    Création commission CE « nouveau village » : septembre 2017
.    Présentation du projet en information-consultation : avril 2018
.    Une première expertise du cabinet SECAFI pour les CE OFS et DTSI : avril 2018
.    Le rapport du groupe pluridisciplinaire de prévention (GPP) du périmètre OFS
.    Analyse de l’impact humain du projet : juillet 2018
.    Une 2ème expertise SECAFI pour l’ICCHSCT (novembre 2018)
.    Le rendu d’avis de l’ICCHSCT (5 décembre 2018) : Les élus de l’ICCHSCT à l’unanimité ont estimé que la direction n’ayant fourni suffisamment d’éléments crédibles permettant d’évaluer correctement les risques au niveau sécurité et RPS, ils ne sont pas en capacité de rendre un avis.
.    Le rendu d’avis des élus du CE OFS (13 décembre 2018) qui ont estimé également à l’unanimité dans la suite de l’ICCHSCT n’avoir pas éléments pour donner un avis favorable ou défavorable.

Analyse CFE-CGC

Le projet « nouveau village » est avant tout caractérisé par la mise en place de nouveaux aménagements en espaces dynamiques (ou flex office) pour un certain nombre de salariés des sites d’Orange village et Bagneux. En renforçant la place des espaces collectifs au détriment des espaces individuels, par ce choix stratégique et financier la direction impacte directement l’organisation et les conditions de travail des salariés.
A noter que ce choix de développer les espaces collectifs au détriment des espaces individuels se retrouve dans tous les projets de déménagement actuels en France.
La conséquence est que si un certain nombre de salariés plutôt nomades ou en télétravail fréquent peuvent trouver un réel intérêt dans ces aménagements, d’autres beaucoup plus présents physiquement sur leur poste de travail risquent d’être pénalisés avec la perte de leur espace individuel. La commission du CE OFS a identifié ces risques et les a exprimés auprès de la direction.
Après plus d’un an du suivi de ce projet, vos élus du CE, ceux des CHSCT et la commission chargée d’instruire ce dossier ont réussi à obtenir des évolutions par rapport aux propositions de départ de la direction :
.    un accompagnement des salariés dès leur installation
.    la mise en place d’une commission de suivi du déploiement du projet composée de membres des CHSCT dont les prérogatives restent encore à préciser, avecdes bilans qui devront être communiqués à vos élus 6 mois, 1 an et 2 ans après l’installation des salariés.
.    le recrutement d’un facilitateur qui sera chargé d’accompagner au quotidien les équipes dans leurs nouveaux espaces (bâtiments A5, B3 et F8) 
.    la formation des managers à l’accompagnement des équipes dans les espaces dynamiques.
.    la possibilité pour les salariés qui constateraient une dégradation de leurs conditions de travail de récupérer un meuble bureau individuel dédié.

Retrouvez le rapport de la commission
Retrouvez la résolution motivant le recueil d’avis

Vote des élus de la résolution

Pour : 11 (CFE-CGC, CFDT)
Contre : 0
Abstention : 0

Conditions de Travail et Santé

Imprimer

Contexte

Michel Jumeau, nommé récemment directeur exécutif adjoint auprès de Fabienne Dulac, continue à diriger DMGP (marketing et digital). Il s’agit donc un poste stratégique qui orchestre nos offres et services, les canaux de commercialisation, le service client ainsi que la mise en œuvre entre le national (DN) et les DO.

Deux objectifs sont à atteindre en 2022 :

  • un NPS (satisfaction) au niveau de celui de Toyota (passant de 10 à 40)
  • une augmentation de notre CA (+ 67%) par la diversification: foisonnements (open…) et nouveaux services (TV, Orange Bank, SmartLife, etc.).

Entre temps la part historique de notre CA, essentiellement le fixe, devrait être divisée par 2 d’ici 2022.

La différenciation par la qualité du service (réseau, digital, client, SAV…) sera la clé indispensable de cette croissance.
Apple, 1ère société mondiale en capitalisation et n°1 en marge du secteur, réussit cette stratégie avec un NPS à 87%.

Analyse de la CFE-CGC

Faire du NPS le facteur essentiel de notre réussite d’ici 2022 nous semble à la fois :

Judicieux compte tenu de nos contraintes (une guerre des prix serait préjudiciable à l’emploi et au bien-être des salariés)

Très, voire trop, ambitieux si l’entreprise ne se donne pas les bons moyens (meilleure rémunération incitative, développement des compétences, investissements conséquents dans le digital, le réseau, la qualité délivrée etc.) pour atteindre ce niveau

La CFE CGC souhaite que Michel Jumeau revienne régulièrement devant notre instance pour rendre compte de cette progression vers les objectifs 2022

Retrouvez l’intégralité du dossier


Conditions de Travail et Santé Emploi & Métiers

Imprimer

Contexte

Après plusieurs passages en CE OFS et en CHSCT, et des contre-propositions du CE pour améliorer ce dossier en faveur des salariés, le projet de déménagement des équipes OFS affectées sur le site de Marseille Sablier était présenté en consultation lors du CE pour recueil des avis des élus.

Les élus ont rendu un avis défavorable avec une motivation de ce vote par une résolution de la CFE-CGC.

Une négociation est engagée avec la direction sur les mesures d’accompagnement afin de réellement prendre en compte les aspirations des salariés (es).

Vote des élus

Avis défavorable : 9 (CFE-CGC)

Abstention : 1 (CFDT)

Retrouvez l’avis des élus


Analyse de la CFE-CGC

Vos élus CFE-CGC ont constaté dans ce projet, que  l’entreprise :

a traité de manière irrespectueuse les salariés impactés et   les IRP malgré de nombreuses propositions faites par les  différentes instances dont le CE dans le cadre d’un dossier  complémentaire qui prenait en compte les projets de  l’entreprise et le souhait des salariés,

n’a pas associé les salariés concernés directement par ce  projet afin de construire les solutions adéquates et les  conditions optimales de leur déménagement. Elle va obliger 2/3  d’entre eux à aggraver sensiblement leurs temps de trajets.

s’est, dès le départ, engagée dans un projet à connotation « politique » sans rentabilité démontrée alors que ce site de « La Marseillaise » reste une solution transitoire. En 2022, les salariés seront donc à nouveau obligés de déménager.

Conditions de Travail et Santé

Imprimer

Nous avons mis à jour notre notre politique de gestion des données (RGPD). Nous vous invitons à la consulter.
Consulter le texte Ne plus afficher ce message